Porsche refuse de fusionner avec Volkswagen

 |   |  325  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le constructeur de voitures de luxe allemand annonce ce lundi qu'il rejette l'offre de fusionner les deux groupes. Ce rapprochement ne se fera pas notamment en raison de problèmes financiers et d'une mésentente familiale entre les milliardaires actionnaires de Porsche.

Mariage annulé pour les deux constructeurs allemands Porsche et Volkswagen. Le constructeur de luxe Porsche a rejeté ce lundi l'offre de sa filiale Volkswagen prévoyant une fusion des deux groupes. Ce rejet est dû notamment à des difficultés financières et à un désaccord familial entre les milliardaires des familles Porsche et Piëch, actionnaires historiques du constructeur de voitures de sport.

Selon la presse allemande, Volkswagen a présenté, ce week-end un projet de participations croisées entre les deux groupes, devant aboutir à terme à une fusion. Ce projet prévoyait notamment que le numéro un européen de l'automobile rachèterait 49,9% des activités automobiles de son premier actionnaire Porsche, qui détient actuellement 51% de Volkswagen.

Mais la situation est de plus en plus tendue entre les deux cousins et actionnaires depuis qu'ils s'opposent sur la façon de sortir Porsche de l'impasse financière dans laquelle l'a plongé le rachat de 51% de Volkswagen. Ferdinand Piëch préfère une fusion avec Volkswagen. Quant à son cousin germain, il soutient le très contesté patron de Porsche, Wendelin Wiedeking, qui veut sauvegarder l'indépendance de Porsche et dans le même temps, son poste.

D'ailleurs, pour parvenir à ses fins, Wendelin Wiedeking est en négociation avec le Qatar. Selon Porsche ces négociations sont bien avancées. Mais "aucune décision n'a encore été prise" concernant la méthode d'investissement  prévu par le Qatar.

Trois possibilités sont encore sur la table, selon lui : une participation dans Porsche, le rachat des options sur des actions Volkswagen portant sur environ 20% du capital que détient Porsche, "ou bien les deux".

 

Retrouvez nos derniers articles sur le sujet :

- Le Qatar marque encore son intérêt pour Porsche
- Porsche a reçu un prêt de Volkswagen, les investisseurs inquiets sur son refinancement
- Rachat de Volkswagen : le gendarme allemand de la Bourse enquête sur Porsche
- Porsche et Volkswagen veulent fusionner
 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce qui est en train de se régler est la question financière d'ensemble. Il ne faut pas oublier la sortie du Lander détenant 20 % du capital de VW qui avait permis le montage de "la pilule empoisonnée" il veut le meilleur tout comme une étalement rapide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :