L'essai auto du week-end : Countryman, la "maxi" Mini

 |   |  768  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ce 4x4 de poche reste... une vraie Mini. Original, charmant, agile, précis, servi par un nouveau diesel réussi, il est même plutôt confortable, spacieux et pratique. Des caractéristiques inédites au sein de la célèbre marque anglaise. Le seul vrai défaut est un prix exorbitant.

Toujours délicieusement rétro, maniable, agile, plaisante à piloter, la nouvelle Mini est réussie. En plus des habituelles caractéristiques de la marque britannique, le 4x4 Countryman ajoute une très bonne position de conduite, un confort inédit. C?est la plus grosse Mini jamais produite. Et, évidemment, le premier 4x4 de la marque. On pouvait craindre le pire. C?est-à-dire qu?il trahisse l?esprit des célèbres petites anglaises. Et bien non, pas du tout ! La bonne bouille rondouillarde demeure. Avec toutes les caractéristiques du style maison (phares, calandre, vitrages, arrière rebondi). Du coup, on l?identifie immédiatement comme une voiture de la marque.

Ambiance inimitable

Et, à l?intérieur, c?est pareil. Le gros cadran central demeure, fidèle à la première Mini de 1959. Les adorables touches des commandes rappellent les petites palettes de l?original. Tout est à l?avenant, comme autant de clins d??il à l?ancêtre. C?est délicieusement rétro, comme le pare-brise droit, légèrement panoramique mais pas très haut. Ambiance inimitable, qui n?empêche pas d?embarquer la technologie et les fonctions les plus modernes, pas toujours évidentes à trouver du reste. Bravo au rappel de la vitesse de l?illisible compteur central sur un cadran juste devant les yeux du conducteur. Si le style nous a séduits, les plastiques auraient pu être de meilleure qualité. Tout comme le tissu des sièges. A ce prix?

Un sens pratique inédit

Au fond, c?est une Mini, avec une paradoxale position de conduite haute, une habitabilité convenable, notamment à l?arrière, une fonctionnalité inédite, un coffre, certes pas immense mais correct, et un niveau de confort inusité.

Agilité et précision

Jusque là, rien à dire. Et après ? C?est du pareil au même. Le charme continue d?opérer à la conduite. Le nouveau diesel du groupe BMW est vif, souple, servi par un embrayage bien plus agréable que? sur les BMW. Les vitesses passent facilement. La maniabilité reste sympathique, tout comme l?agilité. La tenue de route est excellente. Une voiture joueuse, fort plaisante à piloter. Notre modèle d?essai, équipé d?une transmission intégrale qui représente un énorme "plus" en matière de polyvalence et de sécurité tous temps, semblait rivé au sol. Rassurant.

Confort satisfaisant

Et le confort demeure dans tous les cas fort correct. Cela reste typé ferme, mais la voiture est bien maintenue au sol, même sur une chaussée en mauvais état. On n?est pas secoué. Le compromis tenue de route ? confort apparaît satisfaisant. Nous avons été toutefois un peu déçus par les crissements de caisse et de mobilier intérieur. Si le bruit du moteur, pas désagréable, ne nous gêne pas, ceux-là nous ont davantage dérangés. Un petit effort sur l?insonorisation et la finition serait apprécié.

Personnalité

Nous avons beaucoup aimé cette voiture plaisante à mener et habiter, originale, pleine de personnalité. Elle tranche avec l?anonymat de la plupart des voitures que nous essayons, souvent insipides, passe-partout, impossibles à distinguer les unes des autres.

Prix très élevés

Reste un écueil de taille : le coût. Et là, les sourires se figent. Certes, une Mini, c?est exclusif. Et BMW n?est pas réputé pour brader sa production. Mais, là? Commençons par le meilleur, à savoir le budget carburant. Avec 6,7 litres aux cent sur un parcours à vive allure sans souci d?économie, la Mini se révèle sobre. Pour une voiture dotée de quatre roues motrices, c?est franchement exceptionnel. Mais le tarif, lui, est très élevé. Même s?il est difficile de comparer la Countryman avec des concurrentes qui, en fait, n?existent pas. La Cooper D est à 24.990 euros. Soit 2.000 euros de plus qu?une Nissan Juke Tekna bien mieux équipée de série. Une Countryman avec une transmission aux quatre roues se monte à 26.690 euros ! Et on perd les 500 euros de bonus. Tout cela pour une voiture de 4,10 mètres seulement? Hors innombrables options et packs. Pour les riches.

 

Prix du modèle d?essai : Mini Countryman Cooper D All4 : 26.690 euros
Puissance du moteur : 112 chevaux (diesel)
Dimensions : 4,10 mètres (long) x 1,79 (large) x 1,56 (haut)
Qualités : comportement sûr, précis et agile, moteur agréable, plaisir de conduite, carrosserie et ambiance intérieure réussies, bonne position de conduite
Défauts : tarif très élevé, bruits de mobilier intérieur, plastiques médiocres
Concurrentes : Toyota Urban Cruiser D-4D Life 4x4 : 23.000 euros ; Fiat Sedici JTD Dynamic : 23.400 euros

Note : 14,5 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2010 à 10:45 :
L'argument de M.Tydar me sidère et je reste septique quand il dit "... surtout quand la fiabilité est maintenant quasi standard..." C'est peut être ses hauts revenus personnels qui le font parler comme çà! Il ignore surement qu?il existe aux US des organismes qui classent la qualité des voitures en termes de fiabilité. Justement ce sont les vieilles anglaises qui sont les pires. La Range Rover est celle qui est en queue de peloton pour la plus mauvaise qualité, à savoir celle qui tombe le plus fréquemment en panne. On est encore libre de gaspiller son argent en achetant de mauvais produits ou de les acheter uniquement pour parader sur les Champs-Elysées ou Avenue Montaigne à Paris.
a écrit le 06/12/2010 à 11:12 :
14,5/20 Pourtant ce qui fait la différence avec les autres marques c'est qu'elle ne se note pas. On aime ou on aime pas. Si on aime, c'est comme pour les vieilles anglaises, on se fichera de tout les défauts au moment de l'achat au moins. C'est ce que les allemands de BMW et Audi on compris. Une voiture doit avant tout être belle pour se vendre surtout quand la fiabilité est maintenant quasi standard. Inutile de brader au contraire, le prix fort est un argument marketing. Il donne un statut que l'on obtiendrait presque en franchissant le seuil d'une concession. Chez les concessionaires francais avec tout le respect dû aux produits de ces marques, on franchit le seuil un peu par dépit vis à vis de ces marques devenu Premium comme Audi et Volkswagen et qui ne l'était pas il y a 20 ans.
a écrit le 04/12/2010 à 12:07 :
l'attention de Jdfcar, une critique bien orthographiée est plus convaincante ;
merci de revoir l'orthographe, la grammaire et la syntaxe (un exemple :...elles non aucune chance...) conjugaison du verbe avoir !!!
a écrit le 04/12/2010 à 10:37 :
Encore qu'il y a un tuc qui me fout en rogne, car voir que les constructeurs automobiles s'acharner à sortir des voiture POUR LA VILLE et qui ne sont pas d'emblée equipées d'une boite automatique est un non-sense total. En tout cas elles non aucune chance aux US sans, et on verra qu'elles seront là-bas beaucoup moins chères avec. On restera toujours ici en Europe les dindons de la farce. A j'oubliais, il faut qu'on paie la campagnede pub. Il ne faut pas que des Rolex manquent au poigné de certains!!
a écrit le 03/12/2010 à 21:26 :
Les plus "super trendy" comme disent les amerloques, au Mondial de l'Auto étaient celle-ci et l'Audi A1, çà n'a rien a voir me direz vous. Si, si, l'Audi A1 est beaucoup moins chère, pour une fois. Attention, je les classe dans petites les voitures de ville, car une mini 4x4 pour faire du vrai franchissement...ne soyons pas ridicules. Franchissement des trotoirs alors!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :