Les poids-lourds Volvo (et Renault) en plein boom, mais le marché ralentit

 |   |  278  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Volvo)
Le groupe suédois a connu une année 2011 record. Le spécialiste des camions a dépassé les 200.000 ventes et son bénéfice net a crû de 62%.

Le groupe Volvo a affiché une très belle forme en 2011. Le deuxième constructeur mondial de poids-lourds, propriétaire de Renault Trucks (activité camions du groupe français), a enregistré une hausse de 62% de son bénéfice net à 18,1 milliards de couronnes (2 milliards d'euros). Le résultat d'exploitation, historique, s'est monté à 26,9 milliards (3 milliards d'euros) d'euros, en progression de moitié. La marge opérationnelle atteint un record de 8.7% (6,8% un an auparavant). Sur le seul quatrième trimestre, la marge est toutefois retombée à 8%. Le chiffre d'affaires, également record, a progressé de 17% à 310,4 milliards sur l'année (35 milliards d'euros). Le constructeur de poids-lourds a écoulé 200.700 véhicules l'an dernier, en augmentation de 20%. Volvo n'a rien à voir avec... Volvo Cars. L'activité voitures du consortium suédois avait été vendue à Ford, qui l'a recédée au chinois Geely!

Olof Persson, PDG du groupe assure que la demande pour les poids-lourds de gros tonnage (+16 tonnes) a toutefois décliné durant l'automne 2011 en Europe. Il est vrai que le marché était jusqu'ici très élevé. Mais, la demande semble s'être stabilisée. Les ventes de poids-lourds restent cependant bien orientées en Amérique du nord. Les commandes, qui se concrétiseront en ventes dans les mois à venir, ont reculé pour Volvo au quatrième trimestre à 57.700 unités, contre 62.100 un an auparavant. En revanche, les livraisons ont poursuivi leur progression, de 21% à 68.600.

En Europe, le groupe scandinave affirme détenir une part de marché de 26,3% (contre 24,4% en 2010) sur le marché des véhicules de +16 tonnes. Aux Etats-Unis, il détient 19, 8% du gâteau (contre 18% précédemment). Au Brésil, la consortium de Göteborg occupe 17,4% du marché (14,8% un an plus tôt).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :