Renault va embaucher en France, promet Carlos Ghosn

 |   |  357  mots
Le PDG de Renault a observé une tendance à l'amélioration de la compétitivité des entreprises en France citant le crédit impôt-recherche et le pacte de responsabilité.
Le PDG de Renault a observé une tendance à l'amélioration de la compétitivité des entreprises en France citant le crédit impôt-recherche et le pacte de responsabilité. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le PDG a constaté une embellie du marché européen. Il a promis de respecter les termes de l'accord de compétitivité signé avec les syndicats prévoyant d'augmenter la production à 710.00 véhicules par an en France contre 530.000 actuellement.

"Il y aura des embauches, forcément, parce que vous ne pouvez pas produire 710.000 voitures avec le même nombre de personnes", a déclaré, dimanche 14 septembre, Carlos Ghosn, interrogé sur la radio Europe 1. Le PDG du groupe Renault a ainsi annoncé prévoir des embauches sur le territoire français.

Il a assuré que le constructeur automobile devait faire face à une augmentation de la production sur fond de reprise du marché automobile européen. Il n'a toutefois pas indiqué de chiffres, se contentant d'affirmer que "cela va dépendre beaucoup de la cadence avec laquelle (Renault) va monter".

Accord de compétitivité

Cette annonce est également la conséquence de l'accord de compétitivité conclu avec les syndicats en 2013 et qui prévoit le maintien de ses cinq sites industriels français et une augmentation de la production à 710.000 véhicules au minimum en 2016. Le groupe produit 530.000 voitures par an actuellement. Pour respecter les termes de l'accord, la direction de Renault va mettre à contribution son partenaire japonais Nissan.

"Je peux vous dire par exemple que l'usine de Flins", dans les Yvelines, "va travailler à 50% pour Nissan" pour y produire notamment la Micra de son partenaire, a indiqué Carlos Ghosn.

Le PDG de Renault a également observé une tendance à l'amélioration de la compétitivité des entreprises en France citant le crédit impôt-recherche et le pacte de responsabilité.

Embellie en Europe

Enfin, il a commenté l'amélioration du marché automobile européen.  "Oui, ça va mieux. Il était temps", a dit Carlos Ghosn. "Il y a un progrès des ventes en Europe pour la première fois en 2014 depuis longtemps, et je m'attends à ce que ce progrès perdure. Nous devrions avoir une récupération lente, mais systématique", a-t-il précisé.

Le constructeur constate "un petit sursaut en France" également, avec "une amélioration très légère des ventes de voitures qu'on a constatée au cours des derniers mois".

Renault est aujourd'hui la troisième marque européenne et ambitionne de devenir la deuxième du continent, où l'entreprise réalise plus de 50% de son chiffre d'affaires, a rappelé Carlos Ghosn.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2014 à 14:01 :
parole d'espion et toujours en placel
a écrit le 16/09/2014 à 22:28 :
Les promesses ,les promesses et la France attend des emplois en France avec des voitures digne de ce nom,il est plus que temps de se rendre compte que le PDG se moque de nous ,et au lieu d'investir dans des usines robotises pour réduire le coût de la main d'oeuvre en France,il investi en...........Russie,
a écrit le 15/09/2014 à 15:44 :
Il n'a pas dit qu'il allait augmenter les effectifs, il a dit qu'il allait embaucher !
Aujourd'hui, les plans de départs, en plus des "départs naturels", font baisser les effectifs et ne sont compensés par aucune embauche (ou presque).
Si il embauche (et il le fera, en particulier à Flins pour la Micra, et à Sandouville pour le Trafic et ses frères Nissan/Fiat/GM), une partie de ces départs sera compensée par des nouveaux embauchés.
C'est tout...
a écrit le 15/09/2014 à 12:31 :
En raison des fusions-acquisitions (effet de la mondialisation) on comptabilisera de moins en moins de groupes-constructeurs. Dès lors, on peut supposer que le pacte de responsabilité (et de solidarité… à moins qu’il ne soit déjà plus question de solidarité) ainsi que le crédit impôt-recherche, constituent, pour des entreprises telles que Renault, des outils supplémentaires pour contrer des opérations de prise de contrôle hostile.
Ce n’est une surprise pour personne : les entreprises européennes (et françaises en particulier) sont plus que jamais ciblées dans le contexte actuel. C’est pourquoi, gageons tous qu’un groupe comme Renault parvienne, tout au contraire, à tirer son épingle du jeu.
Néanmoins, je déplore le management « une caresse deux claques » de Renault. « Pour quelle part cela a-t-il contribué à transformer mon ex-mari (manager) en tyran ? »… je me pose parfois la question. La perversion narcissique est une dynamique aux plans multiples.
a écrit le 15/09/2014 à 9:58 :
Formidable Carlos qui tient parole et apporte du travail aux français, pourquoi se faire rouler davantage par ces marques allemandes -en réalité, si indiscutablement exotique!- en tout cas si austères et si peu fiables qui nous condamnaient à la pauvreté au vu du coût si exhorbitant de leurs productions et SAV ruineux... Ces mauvais achats teutons revenaient à se couper un bras, heureusement nous nous laissons de moins en moins abuser....!!
Réponse de le 15/09/2014 à 10:35 :
Ces multiples annonces Ghosn ne créera aucun nouvel emploi, Ghosn va seulement renouveler 20 % des départs à la retraite chez Renault,
et il essaie de maquiller ces renouvellements pour extorquer des aides publiques car il sait que les socialistes Vallsiens sont aux aboies ;
Accessoirement,
ces annonces de Ghosn dissimulent plutôt l'enlisement de Renault dans le bas du bas de gamme qui ne rapporte rien à part des pertes, et dans le gouffre financier chez Lada Avtovaz Samsung Dacia et Infinity...
Réponse de le 15/09/2014 à 11:34 :
Critiquer les allemands ( même s'il y a de la matière ) est strictement contreproductif pour améliorer notre propre performance !
a écrit le 15/09/2014 à 9:45 :
Le pacte de compétitivité est un machin tordu pour magouilleurs qui l'utilisent en faisant croire qu'ils embauchent alors qu'en réalité les seules embauches ce sont celles des gratte papier pour remplir des formulaires destinés à escroquer l'Etat en obten,ant des aides indues.
Et comme les équipes de Holland Valls n'ont aucune capacité de compréhension, Carlos GHOSN fait son cirque...
a écrit le 15/09/2014 à 9:23 :
L'accord de compétitivité comporte un volet départ 'volontaire' sous certaines conditions des salariés âgés de 4000 personnes minimum sur l'ensemble des sites français . Ces postes ne seront pas remplacés... alors évoqué de l'embauche c'est bien mais la réalité les effectifs Renault en France continuent de diminuer il s'agit simplement de communication de Mr Ghosn.
a écrit le 15/09/2014 à 9:18 :
De la parole à l'acte il y a un gouffre.....ou l'art d'embrouiller les gens !

Pour rappel il y a un peu plus d'un an le PDG annonçait que Renault allait supprimer 7 500 postes en France d'ici à 2016, soit plus de 15 % de ses effectifs.
En trois ans, la marque veut passer de 44 642 salariés à 37 142, en misant essentiellement sur des départs à la retraite, dits "naturels" et non renouvelés (5 700).
a écrit le 15/09/2014 à 8:57 :
Que c'est mesquin, que c'est petit, de faire de telles promesses! Avant, on les créaient.. point barre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :