Autolib' : vers une résiliation du contrat conclu avec Bolloré

 |   |  396  mots
Le lancement en 2011 du réseau de voitures électriques à louer, en libre-service dans Paris et les communes limitrophes, était une première mondiale.
Le lancement en 2011 du réseau de voitures électriques à louer, en libre-service dans Paris et les communes limitrophes, était une première mondiale.
Le syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM) a annoncé, ce vendredi 15 juin, qu'il proposera le 21 juin aux 98 communes qui le composent, dont Paris, de résilier le contrat conclu avec le groupe Bolloré pour ce dispositif de voitures électriques en autopartage.

Bientôt la fin de l'aventure Autolib', initiée en 2011 ? Catherine Baratti-Elbaz, la présidente du syndicat Autolib' Vélib' Métropole (SAVM) a annoncé ce vendredi 15 juin dans un communiqué qu'elle proposera aux 98 communes qui composent le-dit syndicat , dont Paris, de résilier le contrat conclu avec le groupe Bolloré et ce, lors du comité syndical du 21 juin prochain.

"En rompant il y a un mois la procédure de conciliation et en exigeant le versement par les communes de sommes astronomiques, le groupe Bolloré ne nous a pas laissé le choix (...) Les communes de la métropole ne verseront pas les 233 millions d'euros que le groupe Bolloré exige", a-t-elle ajouté.

Et de préciser :

"Nous estimons par ailleurs que cette délégation de service public est obsolète dans sa forme au regard des nouveaux usages."

"Il ne s'agira pas de remplacer Autolib' par un seul acteur, mais par plusieurs"

Le groupe Bolloré a estimé à 293,6 millions d'euros la dette d'exploitation du service lancé en fanfare en 2011 sous Bertrand Delanoë (PS), jusqu'à la fin du contrat en 2023 Contraint par contrat à donner de sa poche 60 millions d'euros, il a demandé aux collectivités utilisatrices du service dans la métropole, dont surtout Paris, de lui verser 46 millions d'euros par an pour régler le reste.

"Payer les sommes astronomiques exigées par le groupe Bolloré pourrait mettre en péril l'équilibre budgétaire des communes concernées", met en garde la présidente.

Selon le syndicat, les premières estimations qu'il a réalisées montre que le coût de cette résiliation pour les communes sera de "plusieurs dizaines de millions d'euros, soit un coût considérablement inférieur aux 233 millions d'euros exigés par le groupe Bolloré".

Cette éventuelle résiliation est "l'opportunité de mettre au service des usagers de nouvelles solutions", selon Mme Baratti-Elbaz.

"Il ne s'agira pas de remplacer Autolib' par un seul acteur, mais par plusieurs qui proposeront des solutions complémentaires, adaptées à chacun : pour des trajets intramuros, pour des trajets petite couronne - Paris, pour des locations longue durée quand on veut partir en week-end, etc.".

Le Syndicat affirme être "d'ores et déjà en discussion avec de nombreux acteurs pour organiser très vite ces nouvelles solutions d'autopartage. Les premières seront initiées avant la fin de l'année", conclut-elle.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2018 à 8:28 :
Comme Bolloré et mêler dans une affare de blanchiement d'argent terminer pour pour lui et les contrats rompus
a écrit le 17/06/2018 à 18:07 :
Bref, les élus ont choisi un modèle économique qui ne marche pas, financé facilement avec l'argent des impôts, mais c'est l'industriel que l'on blâme et c'est avec lui que les élus veulent rompre le contrat. Pourtant, quelque chose me dit que lui est efficace... On devrait même essayer de lui donner la SNCF à gérer : cela ne pourra pas être pire que l'Etat !
a écrit le 16/06/2018 à 21:26 :
Face à des fonctionnaires municipaux ignares mais avides de cadeaux pour leurs électeurs, Bolloré avait aisément imposé les pertes à l’acheteur. Le temps passant et la mairie continuant de faire l’autruche, Bolloré a sorti les comptes et, à 2 ans des élections, tout est donc de sa faute.. les socialistes sont décidément fâchés avec les prévisions budgétaires mais la justice tranchera!
a écrit le 16/06/2018 à 12:22 :
Au lieu de lancer des modèles économiques qui ne fonctionnent pas, les élus feraient mieux de s'intéresser à résilier le contrat avec la SNCF... Peut-être que Bolloré ferait mieux fonctionner les chemins de fer, lui...
a écrit le 16/06/2018 à 10:40 :
Bolloré a peut être un peu gonflé la note, mais si le modele économique du partage, velib autolib, ne marche pas, ça ne marchera pas mieux avec d'autres acteurs.
a écrit le 16/06/2018 à 7:34 :
que vont devenir les vehicules

au prix ou sont les batteries vendu par le groupe bolore
a écrit le 16/06/2018 à 3:14 :
Tout cela va finir au penal, pour in fine laisser la note aux parisiens.
Hidalgo est a la hauteur de sa reputation.
Apres cette aventure, il faut esperer que les parigos la prochaine fois voteront autrement qu'avec leurs pieds ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :