Autolib'  : Hidalgo « en discussion avec différents constructeurs »

 |   |  407  mots
Pour parvenir un tél résultat, l'édile devra se coordonner avec les élus parisiens ainsi qu'avec ses collègues de la métropole. Elle refuse également d'attendre 2023, date de la fin du contrat, et en même temps, nie toute « conflictualité » avec Vincent Bolloré.
Pour parvenir un tél résultat, l'édile devra se coordonner avec les élus parisiens ainsi qu'avec ses collègues de la métropole. Elle refuse également d'attendre 2023, date de la fin du contrat, et en même temps, nie toute « conflictualité » avec Vincent Bolloré. (Crédits : Stephane Mahe)
Suite aux 46 millions d'euros par an demandés par Autolib', la maire (PS) de Paris affirme dans Les Echos du samedi 2 juin qu'elle cherche un nouveau modèle économique fondé sur la rentabilité.

« La somme demandée par l'entreprise est extravagante. Il est hors de question que les communes, et donc les contribuables, la prennent à la leur charge. »

Anne Hidalgo, interrogée par les Echos ce samedi 2 juin sur les 46 millions d'euros par an demandés par Autolib', s'interroge sur « le modèle » de Bolloré :

« Autolib' a été inventé il y a dix ans pour imaginer de nouvelles formes de mobilité. Il a ouvert la voie à un nouvel usage de la voiture et prouvé que le véhicule électrique fonctionne. Ce dispositif devait être rentable. Force est de constater qu'il ne l'est pas. (...) Le fait est qu'aujourd'hui, il est sérieusement questionné. »

Elle refuse d'attendre la fin du contrat

La maire (PS) de Paris veut « se projeter dans un nouveau modèle » :

« Il existe désormais des systèmes d'autopartage en free floating, comme le fait par exemple Renault. Beaucoup de constructeurs automobiles veulent innover à Paris et nous demandent de les accueillir et de les accompagner. »

Déjà en discussion avec différents constructeurs, elle vise en effet la performance économique. « Je préfèrerais que les industriels tentés par ce type de système en assurent la gestion et la rentabilité » ajoutant aussitôt : « Une autre option peut être de dire que l'on tient à un service public avec une part de financement public permettant l'utilisation de ces véhicules à un coût qui ne soit pas exorbitant. »
Pour parvenir un tél résultat, l'édile devra se coordonner avec les élus parisiens ainsi qu'avec ses collègues de la métropole. Elle refuse également d'attendre 2023, date de la fin du contrat, et en même temps, nie toute « conflictualité » avec Vincent Bolloré.

Un rapport de coopération "normal" avec l'Etat


Sur le plan plus politique, elle se refuse à se dire « trop conciliante » ou non avec le Gouvernement, jugeant avoir « un rapport de coopération normal avec l'Etat ». Dans le cadre de la loi Evolution du logement et aménagement numérique, elle dit ainsi travailler avec le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire d'Etat Julien Denormandie sur l'encadrement des loyers dans le parc privé.
De même, Anne Hidalgo ne souhaite pas tirer un premier bilan du président Macron, mais se félicite de « la continuité » d'action en termes d'attractivité et d'accompagnement des entreprises parisiennes. Aussi, la multitude des prétendants En Marche ! ne lui inspire... « absolument rien ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/06/2018 à 12:45 :
Elle aura cumulé les bourdes coûteuses. Et pendant ce temps, Paris est devenu une ville sale. Elle peut se chercher un nouvel emploi car ses chances d'être réélue sont nulles.
a écrit le 03/06/2018 à 9:38 :
plus de voiture dans Paris en supprimant les tunels les voies sur berge mais veut bien des touristes qui bloquent certaines rue avec les gros autocars "diesel" mais la semble normal et on tape sur les voitures particulieres chercher l'erreur ( je ne suis pas le seul je ne me rends plus a Paris expositions theatre ;;;;)
a écrit le 03/06/2018 à 5:56 :
C'est incongrue que la mairie de Paris défende l'auto alors qu'elle a interdit la circulation sur berge. Le message "écologique" est incompréhensible... Comment les adolescents et les personnes âgées vont-ils pouvoir utiliser ce nouveau moyens de transport ? Déjà que les vélo en libre service ont fait un bide. Comment allons-nous aussi accueillir les spectateurs des JO sans améliorer les transports en commun ?
a écrit le 02/06/2018 à 21:59 :
Fini la gestion à l’idéologie. On est toujours rattrapé par le mur de la réalité. Notre pays change enfin. Soyons pragmatique pour la être économiquement viable. N’oubliez pas madame Hidalgo qu’à un moment quelqu’un paie et ce sont toujours les mêmes.
a écrit le 02/06/2018 à 19:06 :
Ce système de partage des moyens de circulation, vélo et auto, est une chimère. Cela ne peut fonctionner que dans un pays ou le comportement et la mentalité des utilisateurs est citoyenne et responsable. C’est loin d’être le cas dans notre pays.
a écrit le 02/06/2018 à 17:51 :
Le mandat et le bilan (provisoire) de Mme Hidalgo est catastrophique. Mais comme à son habitude Mme Hidalgo va désigner les coupables (ailleurs qu' à la Mairie de Paris bien sûr).
Si Mme Hidalgo et ses adjoints écolo/coco/extreme gôche avaient un peu plus de jugeote et de sens pratique et un peu moins de dogme, la ville de Paris se porterait mieux.
Exemple : donner aux maires d' arrondissement la responsabilité de l' organisation du ramassage des ordures, de l' hygiène et de la propreté.
a écrit le 02/06/2018 à 16:58 :
La mairie de Paris devrait investir dans les transports publiques et dans des parking extra-muros au lieu de subventionner un moyen de locomotion inadapté aux centres ville. La voiture ne sera donc destinée qu'aux personnes ayant le permis : c'est une discrimination de plus. Même en Corée du Nord ils ont déjà le bus électrique avec caténaire...
Réponse de le 02/06/2018 à 20:07 :
"Un bus électrique avec caténaire"= trolleybus ou électrobus. Il y en avait dans les années 50 à Grenoble et Chambéry entre autres. Puis supprimés pour mettre des bus à gazole ...
Réponse de le 02/06/2018 à 22:34 :
Quand j'étais petit, en 1960, on a déménagé en très proche banlieue (Paris trop cher au m², déjà !), et sur la N7 (ou environs, un peu lointain comme souvenir) il restait des câbles en hauteur, pour des trolleybus ou trucs comme ça. On devrait en remettre ! :-) Un éternel recommencement.
a écrit le 02/06/2018 à 16:47 :
segolene royal a dit qu'il fallait faire plein de bons investissements, pas rentables, mais createurs de travail et d'emploi......... il faut demander a la region poitou d'investir massivement dans autolib a paris, ca ne coutera rien a personne ( comme on dit)
a écrit le 02/06/2018 à 16:22 :
Je ne sais pas avec qui elle discute mais il y en a certains qui ont du temps à perdre avec elle!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :