Automobile  : un salon crépusculaire à Francfort

 |   |  634  mots
La présentation du concept car Audi lors du dernier salon de Francfort.
La présentation du concept car Audi lors du dernier salon de Francfort. (Crédits : DR)
Jamais un salon international n'aura été autant déserté par les constructeurs automobiles. Les groupes allemands tentent néanmoins de défendre leur vitrine en misant massivement sur l'électrification. Néanmoins, l'inévitable retournement de cycle déjà à l'œuvre risque de plomber un peu plus l'ambiance du salon...

Vingt marques absentes... La mode des désertions des grands salons internationaux est récente, mais cette fois, on a franchi un seuil. Près de vingt marques seront absentes du salon automobile de Francfort qui ouvre ses portes au grand public jeudi 12 septembre.

« Il n'y a jamais eu autant d'annulations ! Ce n'est plus une exposition internationale, c'est un salon national », a regretté Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research, cité par l'AFP.

Pas de Français ni de Japonais

Parmi les absents les plus remarqués, les marques françaises puisqu'aucune d'entre elles ne sera représentée. PSA y sera néanmoins présent à travers sa filiale Opel, tandis que Renault fera une brève présentation de son Captur. Il ne faudra pas non plus compter sur les japonaises puisque Toyota, Nissan, Mazda et Suzuki ont décliné. Le groupe FCA qui réunit Fiat, Alfa Romeo, Maserati, Jeep ne sera pas davantage présent.

La liste n'est pas exhaustive, et il ne reste qu'à compter les présents, et on retrouve bien entendu toutes les marques allemandes qui jouent à domicile et qui ont fait du salon de Francfort le théâtre de leur toute-puissance à travers des showrooms grandioses à l'excès. Et c'est peu de dire qu'ils comptent bien faire de ce salon la vitrine de leur hégémonie en programmant une flopée de nouveautés.

Cap sur l'électrification

C'est probablement BMW qui remportera la palme de la nouveauté avec pas moins de quatre nouveaux modèles. Mais le grand thème de cette session restera, cette année encore, l'électrification, la priorité numéro une de l'industrie allemande. C'est Volkswagen qui va mettre le paquet avec sa berline ID3, une version enfin de série de son concept ID. Il sera accompagné de la E-up, une version 100% électrique de la toute petite Up. Sa filiale Skoda entre également dans la danse avec la très attendue Citigo électrique. Sur le même segment, Seat, appartenant également à Volkswagen, présente la Mii électrique. La marque espagnole en profite également pour lancer une version hybride rechargeable du Tarraco. Ce n'est pas fini puisque Mini lancera une Cooper électrique, Mercedes présentera le EQV, un monospace électrique, Honda la « e »...

L'événement sera assurément le Taycan, la voiture 100% électrique de Porsche, la marque iconique des grosses cylindrées. Avec son 0 à 100 km en moins de 3 secondes, la marque allemande veut coiffer Tesla au poteau (qui a d'ailleurs choisi de se passer du salon de Francfort). Reste également toute une série d'hybridation pour préparer le marché automobile aux objectifs de CO2 qui entreront en vigueur l'an prochain.

La fin d'un cycle exceptionnel

Car c'est tout l'enjeu des 18 prochains mois qui se joue à Francfort : démontrer que les marques sont prêtes à affronter le très défavorable « alignement de planètes » à venir. Les objectifs de CO2 sont tels que nul analyste ne croit possible que les constructeurs échappent aux amendes stratosphériques qui les attendent. Les dernières projections parlent de milliards d'euros d'amendes.

Ils devront également gérer le retournement de l'ensemble des marchés, dont le marché chinois, les marchés émergents que ce soit en Amérique latine, en Russie ou en Turquie. Même en Europe, le marché semble en panne puisqu'après s'être tassé en 2018, les immatriculations ont marqué le pas au premier semestre avec une baisse affichée de 3,1%. Après dix ans de croissance ininterrompue, un cycle historiquement long dans l'histoire automobile, les constructeurs doivent désormais se faire à l'idée d'un marché qui va se contracter. L'enjeu est d'atterrir en douceur et éviter le crash. Il faut dire que les motifs de turbulences ne manquent pas : Brexit sans accord, guerre commerciale exacerbée, guerre militaire avec l'Iran...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 10:19 :
Ces fameuses amandes stratosphériques évoquées que devront payer les constructeurs automobiles et autres en fin d'article, n'est autre que cette idéologie de taxer massivement les peuples dans leur consommation par ces racketteurs d'élus politique de tous poils pour satisfaire leur voracités en train de vie, privilèges de toutes sortes. J'y vois mème du racisme anti-blanc, puisque c'est principalement la civilisation occidentale qui est mise en esclavage fiscale.
a écrit le 11/09/2019 à 10:56 :
Pour compléter mon commentaire, je pense qui faudrait interdire la voiture électrique pour tous les pays qui n'ont pas une production électrique décarbonnée.
a écrit le 11/09/2019 à 10:40 :
La crise automobile, c'est le prix à payer pour ne pas avoir voulu passer assez tôt à la propulsion hydrogène qui seule répond à la pollution des villes,au réchauffement climatique et au transport de personnes et de marchandises.Mais ce n'est que du temps perdu, et personne ne s'est jamais opposé avec succès aux grands progrès technologiques. Le tournant viendra sans doute de Chine et d'Inde qui sont encore plus que les occidentaux face à la necessité.
a écrit le 11/09/2019 à 9:49 :
L'Europe se tire une balle dans le pied en poussant la voiture électrique : a) ça demande 20% de main d'oeuvre en moins pour la fabriquer, b) la valeur ajoutée est dans les batteries, qui viennent de Chine.
Et qui veut d'une voiture pour laquelle il faut trois heures pour refaire un plein ?
Pas moi.
a écrit le 11/09/2019 à 8:36 :
La toile de fond c'est le pétrole.
L'assise de l'économie mondiale est ancrée sur le pétrole, production industrielle, agricole, transports. Ce produit aux caractéristiques inégalables pose désormais trop de problème en terme de pollution, sans compter que la ressource n'est pas inépuisable. Le crépuscule de l'automobile est le précurseur de la mort de la civilisation du pétrole et donc des transports à l'échelle où ils sont utilisés actuellement.
Le pétrole a toujours été facteur de conflits pour sa possession, il le sera aussi le jour où il viendra à manquer. Que la crise de l'automobile conduise à changer de modèle économique ne peut être que salutaire.
a écrit le 10/09/2019 à 23:32 :
Si une marque automobile était en mesure cette année de voler la vedette aux marques allemandes, elle ne se priverait pas de venir. A part Toyota, aucune des marques qui ont déclinée sont du calibre industriel d'un Volkswagen. Même sur le segment électrique, Tesla n'a pas trop envie d'être comparée aux marques allemandes qui ont fait des progrès spectaculaires depuis le dieselgate. Même si quand on y réfléchit bien la voiture électrique ne sera jamais propre si la production d'électricité ne l'est pas.
a écrit le 10/09/2019 à 19:17 :
C’est en effet le crépuscule des dieux thermiques et pour cause, ils ont tout fait pour disparaître: réticences à changer leurs motorisations, fake news sur les véhicules électriques, fraudes aux émissions, développement de suv, lobbying contre les normes d’émissions Etc..il ne reste plus qu’au pétrole à augmenter et la messe sera dite. Les surtaxes sur les émissions vont rendre les thermiques l’annee Prochaine plus onéreuses que les électriques
Réponse de le 11/09/2019 à 8:00 :
Vous enterrez un peu vite les "dieux thermiques" allemands qui ont une très bonne santé financière même si ils font profil bas.
a écrit le 10/09/2019 à 18:37 :
Magnifique titre au fait ! Bravo ! Ça fait du bien aux yeux et au cerveau !
a écrit le 10/09/2019 à 15:44 :
a dire vrai..... je me demandes pourquoi les gens achètent encore des voitures, sauf obligations.....
j ai un vieux scénic de 8 ans.... aucun soucis.... 200 000 km.... regulateur et limiteur.... ouverture et démarrage sans clef et clim.....

j attends d être interdit de rouler.... rire..... et je crois que je m orienterai vers l hybride....ou l hybride rechargeable.....

mais rien ne presse.....je vis en province et si je dois aller dans des métropoles bcp plus ennuyeuses en cas de pollution, je loue une voiture pendant deux jours......

l important aujourdhui.... une voiture qui peut qd même doubler en sécurité... confort et faible coûts d exploitation..... toyota me parait être la meilleure formule, même si j attend ce que vont sortir nos marques françaises.....

moi j aimerais bien un gros break... hybride rechargeable........ parait il une C5 citron en fin 2020
Réponse de le 10/09/2019 à 18:30 :
Belle caricature...Bravo à vous
Réponse de le 10/09/2019 à 18:52 :
Je regarde avec envie le dernier captur car les allemands sont à présent d' un physique rêche et mon portefeuille insuffisamment garni pour éponger leur petite garantie...
A trop tirer sur la ficelle, on perd!
a écrit le 10/09/2019 à 15:16 :
C'est le Nibelungen de la bagnole. Ensuite, tout les crétins naïfs viendront chialer sur les licenciements, et le retour en force du nationalisme allemand.
a écrit le 10/09/2019 à 14:07 :
Cirque et démagogie à FRA , quand on sait que les allemands produisent leur électricité avec des centrales ....à charbon bien polluant !
a écrit le 10/09/2019 à 13:49 :
C'est un salon 100% allemand pour les allemands.
a écrit le 10/09/2019 à 13:30 :
Avec les nuages réglementaires qui s'épaississent sur le thermique, les constructeurs boudent les salons sensés présenter les nx modèles ou nvelles variantes et options, trop occupés à mettre à niveau leur modèle existants en vue de limiter la casse sur les ventes et les amendes à venir.
En plus, les mentalités évoluent chez les citadins trentenaires plus sensibilisés par les transports propres individuels ou en co partage.
Qt aux vieux conducteurs dont je suis, plus ruraux qu'urbains ils conservent jalousement leur diesel des années 2010, en attendant la super prime à la casse et le super bonus qui les fera basculer vers l'électrique.
Bref, le thermique a mangé son pain blanc et l'électrique augmente de + en + vite aidé par des politiques incitatives adaptées en témoigne le marché chinois qui fait référence sur l'évolution mondiale ( loi des gds nbres).
a écrit le 10/09/2019 à 12:27 :
il y a eu un pic de ventes annuelles de voitures de 410 000 en juin 2018, en Suède. les précédents pics étaient à à peine plus de 300 000 (en 2011 ou 2007). les ventes ont plongé depuis juin 2018 pour revenir à un rythme de 300 000.
le crédit facile et pas cher a favorisé ce boom auto suédois entre 2014 et 2018, je suppose.
a écrit le 10/09/2019 à 11:36 :
Les fabricants automobiles ont le c.. entre deux chaises: électriques ou thermiques? Les acheteurs aussi, ce qui signifie benoîtement que les ventes s'effondrent. Jamais, depuis 50 ans que je roule, je n'ai gardé mon véhicule aussi longtemps-déjà 13 ans et impeccable lors du dernier contrôle technique. Vers quel modèle pourrais je envisager un achat? Mon break ne se fait plus, bien sûr, mais ses remplaçants possèdent des coffres plus petits: d'ailleurs, cela se voit sur l'autoroute avec le nombre inimaginable de véhicules avec coffre sur le toit. Les familles doivent partir en vacances avec une brosse à dents!!! On favorise les citadines, mais qui a les moyens de disposer de deux véhicules, un pour la ville et les courses quotidiennes ou hebdomadaires, le second pour les week ends et congés. D'ailleurs vouloir une citadine pour mieux se garer en ville est de la foutaise car on se gare toujours sur une place matérialisée qui fait 5 mètres sur 2.5, soit dans les rues où le stationnement est payant, soit dans un parking de supermarché. Avec mon break d 4.85 m, je n'ai pas plus de problème de stationnement qu'avec une Smart !!! Les campagnes de dénigrement de la voiture commence à porter ses fruits ( à tort ou à raison ?) . Les modèles qui changent très/trop souvent ce qui entraîne une perte conséquente à la revente d'où un désaveu pour le renouvellement fréquent. Et puis surtout, tous les modèles se copient et se ressemblent, plus aucune originalité par type de gamme.
Réponse de le 10/09/2019 à 13:09 :
"d'ailleurs, cela se voit sur l'autoroute avec le nombre inimaginable de véhicules avec coffre sur le toit"

Je l'ai maintes fois remarqué mais jamais lié à l'étroitesse des habitacles alors qu'en effet c'est logique, merci, je pensais que les gens emportaient de plus en plus de trucs avec eux, alors que c'estforcément vous qui avez raison.
a écrit le 10/09/2019 à 11:10 :
quand les europeens ne fabriqueront plus que des voitures electriques, grace a des lois a la con, les chinois couperont l'acces aux terres rares.......
plus de batteries, et plus d'alternatives, sauf la cariole a boeufs
on sait deja qui va se plaindre
la voiture electrique obligatoire sera interdite, et on demandera aux constructeurs de prendre leurs responsabilites en creant des usines pour vehicules pas electriques, immediatement
Réponse de le 10/09/2019 à 12:30 :
C'est très comique votre commentaire car le pire... c'est que ça pourrait vraiment arriver ! Et on ne parlera pas de l'hypocrisie qui va piquer une flèche dans toute sa splendeur.. mais bon on est habitué n'est ce pas ? Mais bon, on ferra comme si on n'avait rien vus ni entendus comme d'habitude..
Réponse de le 10/09/2019 à 14:05 :
Renseignez vous sur les terres rares. Les chinois n'en plus l'exclusivité depuis longtemps. Il n'en sont même plus les plus gros producteurs.
a écrit le 10/09/2019 à 10:29 :
Qu'on arrête tout ce cinéma ! Avec les prix exorbitants pratiqués au niveau unitaire sur les VE, les constructeurs ne sont pas prêts de s'effondrer vu que la fabrication des VE coûte moins cher à produire ! Restera cependant à trouver les vieux retraités ayant assez de raisons d'en acheter à ce prix-là. Les jeunes chômeurs en quête désespérée d'emploi et de véhicules propres obligés de se rabattre sur... les vélos électriques pour aller au turbin. Et tant mieux pour leurs muscles demandant mieux qu'une vie d'enfermés sans assez bouger "à vie", avec une dégénérescence reproductrice de plus en plus évidente !§!
a écrit le 10/09/2019 à 10:25 :
C'est quoi cette "mode" de couvrir les bagnoles avec des toiles cirées de mémé ? L'esthétique, ils ont oublié ce que c'est ?
a écrit le 10/09/2019 à 10:25 :
On a le même phénomène de désertification au salon de l'automobile à Paris et pour le prochain ce sera encore pire. Il n'y a plus que le salon de Genève qui tire son épingle du jeu.
a écrit le 10/09/2019 à 10:08 :
Je ne vois pas en quoi la nouvelle Porsche "coiffe Tesla au poteau" avec "son 0 à 100 km en moins de 3 secondes" alors que la Tesla modèle S qui coûte moitié moins cher que cette Porsche fait le 0 à 100 en moins de temps (2,6 secondes). Surtout la Tesla a une bien meilleure autonomie. Alors évidemment cette Porsche se vendra, mais pour le prestige de rouler en Porsche, parce que coté performances et nombre de places même la Tesla modèle 3 qui fait un tiers du prix de la Porsche est plus alléchante...
a écrit le 10/09/2019 à 9:39 :
plans d'économies en cascade chez les sous-traitants automobiles allemands (Usine Nouvelle, 09/09/2019).
a écrit le 10/09/2019 à 9:18 :
voir article Bloomberg d'hier sur l'automobile allemande (BMW & co are losing their allure, and that's got Germany worried) : outre-Rhin, la production a plongé de plus de 1,1 million de véhicules depuis 2016.
a écrit le 10/09/2019 à 9:04 :
De l'argent gaspillé pour rien, vous n'avez pas remarqué comme la mode du "tuning" est complètement terminée ? Les allemands aiment quand ça brille et ça fait du bruit, soigner les apparences tout ce dont cette vieille économie est capable, laissons leur s'admirer le nombril dans ses salons si ça leur fait du bien et dépenser leur pognon pour rien.
a écrit le 10/09/2019 à 8:34 :
La voiture électrique ne remplace pas la voiture à essence, loin de là.
a écrit le 10/09/2019 à 8:03 :
Et le salon du vélo, c'est pour quand ?
Réponse de le 10/09/2019 à 18:10 :
Trop tard :

Parc Floral de Paris du 8 au 10 mars 2019

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :