Dieselgate : première arrestation d'un ancien responsable d'Audi

 |   |  504  mots
Une fois que M. Pamio et ses co-conspirateurs ont réalisé qu'il était impossible de calibrer un moteur diesel respectant les normes sur les émissions de NOx, il a ordonné à des salariés d'Audi de concevoir et mettre en oeuvre des logiciels permettant de frauder aux tests américains sur les émissions, note le DoJ
"Une fois que M. Pamio et ses co-conspirateurs ont réalisé qu'il était impossible de calibrer un moteur diesel respectant les normes sur les émissions de NOx, il a ordonné à des salariés d'Audi de concevoir et mettre en oeuvre des logiciels permettant de frauder aux tests américains sur les émissions", note le DoJ (Crédits : Arnd Wiegmann)
D'environ 2006 à 2015, un dénommé Giovanni Pamio a géré, selon Der Spiegel, une équipe d'ingénieurs responsables de la conception de systèmes de contrôle des émissions, y compris d'oxyde d'azote (NOx) pour les véhicules diesel aux Etats-Unis.

Un ancien responsable d'Audi, filiale de Volkswagen, a été arrêté en Allemagne, une première dans le cadre du scandale des moteurs diesel truqués, a indiqué vendredi le Parquet général de Munich, quelques heures après l'annonce d'une inculpation par les autorités américaine.

"Lundi un inculpé a été arrêté, il a été présenté au juge mardi et un mandat d'arrêt a été émis. L'accusé se trouve depuis en détention provisoire", a indiqué une porte-parole du parquet, confirmant une information du magazine Der Spiegel, mais sans citer de nom. D'après le journal allemand, il s'agit de Giovanni P. qui était jusqu'à il y a quelques mois responsable du développement des moteurs diesel chez Audi, marque haut de gamme de Volkswagen.

23 milliards versés par Volkswagen aux Etats-Unis

Cette même personne, présentée aux Etats-Unis comme Giovanni Pamio, un Italien de 60 ans, a été inculpé par les autorités américaines, accusé d'avoir joué un rôle dans la "conspiration" visant à tromper les autorités et les automobilistes américains sur le niveau réel des émissions de gaz polluantes de modèles Audi, a expliqué jeudi soir le département américain de la Justice (DoJ) dans un communiqué.

Fin 2015, Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600.000 aux Etats-Unis, d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution et dissimulant des émissions dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Le groupe a mis fin aux poursuites américaines en échange du paiement d'une amende criminelle de 2,8 milliards de dollars. Au total, le premier constructeur automobile mondial a accepté de verser 23 milliards de dollars aux Etats-Unis, en particulier pour indemniser quelque 600.000 automobilistes et réparer les dégâts causés à l'environnement.

Responsable du système de contrôle des émissions

D'environ 2006 à 2015, Giovanni Pamio a géré une équipe d'ingénieurs responsables de la conception de systèmes de contrôle des émissions, y compris d'oxyde d'azote (NOx) pour les véhicules diesel aux Etats-Unis.

"Une fois que M. Pamio et ses co-conspirateurs ont réalisé qu'il était impossible de calibrer un moteur diesel respectant les normes sur les émissions de NOx avec les contraintes imposées par d'autres divisions de l'entreprise, il a ordonné à des salariés d'Audi de concevoir et mettre en oeuvre des logiciels permettant de frauder aux tests américains sur les émissions", note le DoJ.

Ils ont "délibérément choisi de ne pas mentionner ces logiciels et ils ont en toute connaissance de cause assuré que les véhicules respectaient les normes américaines sur les émissions de NOx", ajoute le document.

Les autorités américaines avaient procédé à la première inculpation d'un salarié de Volkswagen dans cette affaire en septembre 2016, un ingénieur américain qui avait plaidé coupable pour éviter un procès. Six autres cadres de l'entreprise ont depuis été mis en cause, dont un a été arrêté en janvier à Miami.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2017 à 13:26 :
Ils ont trouvé un bouc émissaire, le pauvre gars il va morfler parce qu'il doit endosser la responsabilité de tout ses supérieurs et des actionnaires propriétaires.

Pratique quand même le néolibéralisme pour ces derniers, les gars ils possèdent une entreprise mais quand celle ci fraude ils ne sont jamais sanctionné.

Individualisation des gains et socialisation des pertes c'est de ça dont notre économie crève, la dictature de la médiocrité financière.
Réponse de le 07/07/2017 à 16:25 :
Meme si la personne est peut etre un lampiste, c est peut etre simplement le premier maillon s il parle (et vu qu il est aux USA et pas en france, il a tout interet a parler a moins de preferer se faire rectifier l arriere train dans les douche au lieu de negocier une amende)

Quand a nationalisation des pertes et privatisation des profits, c etait deja en cours sous le glorieux regne de Mitterrand (ex Vibrachoc) et en ex URSS il y avait socialisation des pertes mais pas de profit comme a Tchernobyl
Réponse de le 08/07/2017 à 15:28 :
"Quand a nationalisation des pertes et privatisation des profits, c etait deja en cours sous le glorieux regne de Mitterrand (ex Vibrachoc) et en ex URSS il y avait socialisation des pertes mais pas de profit comme a Tchernobyl "

Et donc comme vous adoriez Mitterrand vous trouvez cette injustice flagrante normale ?

Trop facile...
Réponse de le 04/10/2017 à 8:01 :
Non car c'était un cadre qui avait délégation de pouvoirs !
A noter qu'en Allemagne les bénéfices sont "socialisés"... leurs primes de performances peuvent représenter un 13ième, 14ième voir 15ième mois (c'était avant le scandale). Tout le monde a donc intérêt à ce que la société marche bien du balayeur au patron et c'est ce qui donne du dynamisme aux entreprises allemandes... ou bien des scandales de ce type.
a écrit le 07/07/2017 à 13:02 :
Entre VW et ses fausses immatriculations , les moteurs truqués cde groupe c'est vraiment GoGoLand . N'oubliez pas d'eclater de rire si dans une soirée ou une réunion vous croisez un des ces pigeons.
Réponse de le 07/07/2017 à 19:48 :
Ca ressemble de plus en plus à une secte, celle des clients roulés dans la farine!


Plus sérieusement on mesure qu' audi est en passe de disparaitre du paysage car il vient d' être déclassé par ses confrères allemands et que dacia est à deux doigts de passer devant en France ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :