Dieselgate : Volkswagen tente de bloquer l’expertise demandée par les petits actionnaires

 |   |  379  mots
Le constructeur allemand tente de faire barrage à une association de petits actionnaires
Le constructeur allemand tente de faire barrage à une association de petits actionnaires (Crédits : Fabian Bimmer)
Estimant qu’elle constitue une violation de ses droits fondamentaux, le constructeur s’est pourvu en justice pour mettre un terme à l’action de l'Association allemande pour la protection des actionnaires minoritaires qui cherche à savoir si l’entreprise a violé la loi dans le cadre du scandale du diesel.

Volkswagen s'est pourvu en justice auprès de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe pour bloquer une expertise demandée par de petits actionnaires afin d'établir les responsabilités réelles de la direction de l'entreprise dans le scandale du diesel, révèle l'AFP ce vendredi 30 décembre.

Comme le rapportent le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et les radios régionales NDR et WDR, le constructeur estime que l'autorisation par le tribunal de Celle en novembre de l'expertise réclamée par l'Association allemande pour la protection des actionnaires minoritaires (DSW) constitue une violation de ses droits fondamentaux.

Cette association cherche à savoir si les membres de la direction et du conseil de surveillance de VW ont violé la loi en manipulant un logiciel sur 11 millions de véhicules dans le monde afin de les faire paraître moins polluants.

Demande de référé d'urgence rejetée par la Cour

Sollicité par l'AFP, Volkswagen a confirmé le dépôt de la requête mais a refusé de s'exprimer davantage.

Le constructeur a subi une première défaite puisque cette cour a rejeté le 20 décembre sa demande de référé d'urgence qui visait à bloquer le début des travaux d'expertise, selon une première décision rendue publique ce vendredi.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de la Cour n'a pas été en mesure de préciser quand la juridiction se pencherait sur le fond de l'affaire.

Lourde amende déjà payée aux Etats-Unis

"Volkswagen a déjà employé de grands moyens pour élucider des faits", a estimé un porte-parole de VW, qui cite notamment l'audit très détaillé mené par le cabinet d'avocats américain Jones Day, diligenté par la justice américaine, avec laquelle le groupe a eu fortement maille à partir.

C'est à partir de cet audit que le département de la Justice (DoJ) américain a publié début janvier 2017 un exposé des faits, alors même que VW acceptait de payer une lourde amende en plaidant coupable de fraude. Mais aucun des hauts responsables de l'entreprise n'a été inquiété.

En Allemagne, le constructeur fait l'objet de plusieurs enquêtes pénales et son ancien PDG, Martin Winterkorn, est visé dans l'un des volets de ce scandale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2017 à 19:27 :
Il est aussi étonnant que les organismes environnementaux ne portent pas plaintes. Il n'y pas que les consommateurs qui sont trompés, mais les normes d'émission sont aussi violées ... et le pouvoir public ne réagit pas! Etonnant!
a écrit le 30/12/2017 à 14:31 :
En France, nous avons nos trois juges d'instructions qui ne se sont toujours pas prononcé à savoir, si VW a commis une escroquerie ou une tromperie (voir code pénal). C'est incroyable.
Réponse de le 31/12/2017 à 14:43 :
Commentaire très biaisé. Mais ce qui est (encore) plus incroyable c'est aussi l'escroquerie ou la tromperie de Renault et de PSA sur leurs propres modèles diesels.

Les ''enquêtes'' sur Renault et PSA piétinent depuis un bon moment en France... et pour cause. L'État en étant actionnaire ne va quand même pas se tirer dans le pied et mettre en péril ses propres investissements... Plus facile de voir la poutre dans l’œil du voisin... comme toujours ! Huumm !

La France, au 23e rang mondiale au niveau de la corruption... loin derrière les pays scandinaves, les pays anglo-saxons... et l'Allemagne.
Réponse de le 31/12/2017 à 20:42 :
VW est le plus gros lobbyiste de la Commission Européenne, ça ne vous surprendra pas que Mme MERKEL suive de près ce dossier pour tenter l' impossible, le rattrapage du groupe dans son entier par les juges et le scénario blême des emplois wolfsburguiens qui s' envolent sous d' autres paradis ?

Déjà Wolfsburg pleure du SKODA pour complémenter les trous des usines.

Le bourbier du VVgate et très épais et comme les dossiers continuent de sortir, la tâche se complique et les parts de marché s' envolent....
Réponse de le 05/01/2018 à 9:01 :
@Si Vis Pacem : Mort de rire les Gogos supporter du groupe VW ( une triste tradition française) .
Quand au classement : les lobbies ne sont pas compris sans ces classement .Cela me rappel le classement des restaurants par un journal Anglais ou la totalité des classés premiers ont subis des intoxications alimentaires .
a écrit le 30/12/2017 à 10:06 :
Fake news !
Incompétence ou malhonnêteté, ou peur de contrarier le lobby vert ? !
Le diesel rejette moins de gaz carbonique que l’essence, car il consomme moins !
Vraiment lamentable.
Réponse de le 31/12/2017 à 9:23 :
Effectivement pour une fake news la votre en est une!
Quel est donc ce lobby qui vous influence?
a écrit le 29/12/2017 à 20:28 :
C' est pas de bol un gros en train de maigrir et qui paradoxalement court de moins en moins vite ...!
a écrit le 29/12/2017 à 14:53 :
Hé oui, les gros actionnaires d'une société peuvent aussi être les ennemis des petits actionnaires de cette même société.

Il y a et aura toujours plus d'humanité, là en l’occurrence les petits veulent connaitre la vérité tandis que les gros veulent l'oublier le plus vite possible, chez les petits que chez les gros bien trop aliénés.
Réponse de le 30/12/2017 à 10:07 :
La vérité, c'est plus d'écolo-taxes.
Réponse de le 30/12/2017 à 19:26 :
"La vérité, c'est plus d'écolo-taxes. "

En effet il faut bien donner de l'argent à l'état pour que celui-ci subventionne les actionnaires milliardaires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :