Jean-Philippe Imparato, le nouveau boss de Peugeot, assume sa révolution culturelle

 |   |  758  mots
Jean-Philippe Imparato a bourlingué dans tous les services de la maison PSA et au niveau international.
Jean-Philippe Imparato a bourlingué dans tous les services de la maison PSA et au niveau international. (Crédits : Peugeot)
Cet historique du groupe PSA a pris la tête de la marque au lion cet été. Imprégné des valeurs traditionnelles de Peugeot, il revendique une gamme plus audacieuse mais qui n'a pas renoncé à ses marqueurs. Il veut promouvoir une parole libérée et créatrice dans les équipes Peugeot, mais garde en tête des objectifs très précis. La Tribune l'a rencontré au Mondial de l'automobile de Paris.

Grosse actualité pour le premier Mondial automobile du nouveau patron de Peugeot. Jean-Philippe Imparato a ainsi levé le voile sur le 5008 le nouveau SUV de Peugeot, et a assuré la présentation, pour la première fois devant le grand public du nouveau 3008.

Il ne s'agit pas seulement d'un événement commercial pour la marque au lion, mais d'un véritable tournant dans sa stratégie commerciale. Peugeot a depuis plusieurs années indiqué sa volonté d'accentuer son offensive dans les SUV. L'ancien 3008 lui avait permis une incursion gagnante sur ce segment, effaçant l'échec du 4008 de l'époque, acheté à Mitsubishi et mal positionné. Mais l'ancien 3008 était un mix entre le monospace et le SUV. Aujourd'hui avec la nouvelle gamme de SUV, Peugeot veut assumer une légitimité beaucoup plus marquée sur ce segment en affichant des lignes beaucoup plus baroudeuses et agressives.

Peugeot 5008

Peugeot, la marque familiale par excellence aux lignes consensuelles est-elle en train d'opérer un changement de culture de style, un reniement de ses valeurs ?

"On peut avoir un design dynamique tout en étant élégant", répond Jean-Philippe Imparato, nommé cet été à la tête de la marque.

"Tous les marqueurs Peugeot sont là", insiste-t-il.

"Je veux qu'on me challenge tous les jours"

Le nouveau patron de Peugeot veut toutefois bien admettre qu'il y a effectivement un changement de culture qui s'opère chez Peugeot, mais celle-ci ne se situe pas dans les valeurs de la marque.

"Mes prédécesseurs ont donné aux équipes de design installées à Vélizy une véritable liberté créatrice", explique-t-il. "Ils imaginent et inventent la voiture de demain en toute autonomie sans jamais perdre de vue l'ADN de Peugeot (...), quand je vois comment sont reçus les 3008 et 5008, c'est un vrai succès pour cette équipe", reconnait cet homme qui revendique 25 ans de maison.

"Je veux donner la parole à ceux qui ont des idées, je veux qu'on me challenge tous les jours", lance-t-il à l'adresse de ses équipes.

Autrement dit, Jean-Philippe Imparato délègue volontiers le foisonnement d'idées autour du design, pour mieux s'occuper de la stratégie.

"Les clients veulent du beau mais ils veulent aussi du contenu, je m'assure donc que les prestations propres à la marque Peugeot soient maintenues intactes" et de détailler : "le toucher sur route, la tenue de route et la sensation au volant", poursuit Jean-Philippe Imparato.

La valeur résiduelle, priorité numéro un !

Mais au-delà, Peugeot s'est vu assigner par Carlos Tavares, dans le cadre du plan Push to Pass, un ambitieux objectif : améliorer significativement la valeur résiduelle des Peugeot.

"C'est fondamental pour le canal B to B", insiste Jean-Philippe Imparato. "Il faut également assainir les comportements commerciaux", ajoute-t-il.

"Nos progrès sont déjà là. Les projections sur la valeur résiduelle du 3008 montrent une progression de 8 à 17 points sur 36 mois", s'enthousiasme-t-il.

Jean-Philippe Imparato ne s'inscrit pas en rupture mais au contraire dans la poursuite de ce qui a été mis en place par ses prédécesseurs.

Il a ainsi parfaitement entendu le message de Carlos Tavares, le PDG du groupe.

"Il nous a appris la capacité à résister face à des amplitudes de marchés à deux chiffres".

Il refuse ainsi de se laisser impressionner par la baisse de 20% des ventes en Chine et ne prendra pas des décisions irréfléchie pour pallier aux nécessités du court terme.

Une maison qu'il connait de fond en comble

Ce changement de culture est une nouveauté pour ce pur produit de la maison qui a bourlingué dans tout ce que le groupe compte de services et domaines d'expertises. D'abord chargé du commerce en France de Peugeot puis de Citroën, Jean-Philippe Imparato va basculer dans la sphère industrielle du groupe en travaillant pour l'intégration qualité de composants. Autre fait d'armes important, il connait très bien la Chine pour avoir été le patron qualité de la coentreprise chinoise, DPCA. Il intègre ensuite la direction des achats, dirige Citroën en Italie et enfin il prend la tête de PSA Retail. "J'ai baigné dans les valeurs inculquées par Pierre Gosset (ancien patron de la qualité du groupe, NDLR)", reconnait avec humilité le nouveau patron de Peugeot.

"Il n'y a pas de qualités sans mesures, et on ne casse pas le thermomètre pour ne pas voir que la situation est difficile, m'a-t-il appris".

Autrement dit, Jean-Philippe Imparato veut promouvoir les idées, la création, mais il veut surtout des résultats. Du Carlos Tavares tout craché !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2016 à 18:51 :
Mr Imparato et Mr Tavares peuvent'ils nous expliquer pourquoi une partie des clients du nouveau 3008 (puretech 130 +eat6) sont oubliés par la production avec des délais allant de 5 a 7 mois(pour moi) alors que d'autres sont livrés en 1 a 2 mois. Peugeot ne communique pas, même avec les concessionnaires et personne ne comprend ces retards. Le service client reste évasif sur la date de livraison et se contente de s'excuser du retard. Ou est le respect du client pour une marque qui veut devenir premium. Je ne sais pas comment joindre ces messieurs et espère que vous pourrez remonter ces informations, et peut être faire un article sur ces oubliés de Peugeot.
a écrit le 04/10/2016 à 15:02 :
Ce sont les designers de chez PSA que vous devriez interviewer, ce sont eux qui ont fait remonter le groupe et ce serait franchement plus intéressant étant donné que la DS est un succès largement mérité et les nouvelles lignes des Peugeot sont également très belles, 90% de leur succès vient de là.
Réponse de le 04/10/2016 à 19:31 :
Les équipes du design sont bien mises à l'honneur dans l'article quant à leur attribuer 90% du succès je ne voudrais pas doucher votre enthousiasme mais c'est bien faire peu de cas des autres entités de l'entreprise vous en conviendrez !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :