"La bascule de la voiture électrique est en cours", Agnès Pannier-Runacher

 |   |  1283  mots
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat à l'Industrie et aux PME, suit l'impact de la crise du coronavirus sur l'industrie automobile française.
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat à l'Industrie et aux PME, suit l'impact de la crise du coronavirus sur l'industrie automobile française. (Crédits : DR)
Selon la secrétaire d'État en charge de l'industrie et des PME, l'année démarre bien en matière d'électro-mobilité alors que l'Europe impose depuis le 1er janvier une nouvelle réglementation CO2. Elle assure que le gouvernement français se tient aux côtés des PME pour les encourager à accomplir leur transition énergétique. Agnès Pannier-Runacher se dit également attentive à l'évolution du coronavirus et a annoncé des premières mesures de soutien aux PME...

LA TRIBUNE - Alors que les constructeurs automobiles doivent respecter de nouveaux et très contraignants objectifs de CO2, ils accusent les autorités publiques de ne pas suffisamment encourager la vente de voitures électrifiées. Peut-on faire un point d'étape sur les engagements de l'État français depuis le rapport Mosquet-Pélata en 2018 ?

AGNÈS PANNIER-RUNACHER - Je rappelle d'abord que la France a doublé ses ambitions de verdissement du parc en passant d'un objectif de 500 000 à un million de primes à la conversion sur le quinquennat. Pour les véhicules électriques, nous avons également maintenu le bonus écologique avec une trajectoire précise jusqu'en 2022 pour donner plus de visibilité aux constructeurs. Sur les flottes d'entreprises, il existe également des dispositifs fiscaux très incitatifs pour les véhicules électriques comme l'exemption de taxe sur les voitures de société, ou encore un plafond d'amortissement supérieur. Si à tout cela, vous ajoutez les économies de carburant, le ROI (retour sur investissement, NDLR) pour les entreprises devient très acceptable, surtout pour celles qui attribuent un coût à leur empreinte CO2.

Au-delà des dispositifs d'incitations fiscales, il y a la question des infrastructures de recharge qui est devenu le principal frein à l'achat pour les ménages... Est-ce que la France est en retard sur les objectifs affichés ?

La Loi d'orientation des Mobilités (adoptée en janvier, NDLR) a tiré les conséquences du rapport Mosquet-Pélata sur le volet infrastructures de recharge. Elle institue ainsi le droit à la charge dans les copropriétés. Pour les bornes publiques, aujourd'hui, nous avons une prise pour 7 voitures électriques, sachant que notre objectif est d'être à une prise pour dix véhicules en 2022. Compte tenu de la hausse prévue du parc roulant électrique, c'est un objectif ambitieux, mais pour l'instant nous sommes en avance. La LOM prévoit aussi de lever les obstacles des règles de copropriété pour faciliter l'équipement en bornes de recharge à domicile, mais aussi d'encourager l'installation sur les lieux de travail. Elle permet également de subventionner une partie plus importante du coût de raccordement au réseau électrique des nouvelles bornes publiques. Et ça marche ! Depuis le début de l'année, 20 % des prises de commandes de la 208 seraient en version électrique, soit plus qu'attendu. C'est la preuve que la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2020 à 17:40 :
Le mot de fin n’est pas donné et ce n’est pas vous qui allez décider de ça ( vous et votre bande ...) et le basculement nous le verront ensemble dans quel sens il va se retourner
Vous devriez déjà cherché un travail ou vous inscrire comme les 10 millions de Français à Pole emploi ( message pour la ministre )
La bande politique de ces 10 dernière années ont une mentalité pire que ce virus qui décime les organismes faibles à travers le monde .
a écrit le 19/04/2020 à 15:43 :
Le piège lucratif du tout électrique avance... Une recharge de 40mn pour 150kms = 9.80€ sur une borne d'autoroute... L'amortissement et le développement de ces véhicules (surcoûts de 5000€ à 10000€ en moyenne) sans fiscalité plus adaptée sera voué à l'échec pour le citoyen ordinaire... L'automobiliste sera donc toujours une bonne vache à lait pour l'état !
a écrit le 16/04/2020 à 17:39 :
Tant que les signes clairs de développement d'un réseau de recharge ne seront pas affichés, personne n'achètera. Ca ne sert à rien d'avoir une voiture verte si elle doit rester au box.
a écrit le 31/03/2020 à 16:08 :
Ça n’est pas avec un baril à 20 dollars que l’on va se précipiter sur les voitures électriques !!! On peut d’ailleurs remercier Vladimir Poutine et les Saoudiens pour leur mésentente sur la stratégie à adopter concernant leur production de petrole !!!
a écrit le 26/03/2020 à 10:03 :
Elle devrait se contenter de Netflix et youporn avec ses copains ministres car pour le reste c'est Bisounours & Co.
a écrit le 12/03/2020 à 19:15 :
est ce que nos donneur de leçons , pardon nos dirigeants politiques, maitrisent bien la thermodynamique et l'électricité ? ... ils ne font que survoler le sujet pour faire plaisir aux rêveurs de l'écologie ..... toute source d'énergie a sa place ..... le vrai problème est qu'il va falloir moins se déplacer et surtout le faire à bon escient .... et réfléchir un peu plus à l'organisation du territoire et ne pas laisser saccager les hectares de terrains cultivables .
a écrit le 12/03/2020 à 19:00 :
L'argent des choses assez dérisoire en periode de crise sanitaire, ecologique.
Cout humain voila la vrai question.
Produire de l'energie avec du nucleaire, avec des ouvriers du nucleaire en premiere ligne sur le risque.
90 % de la population peut etre impacte par un accident majeur d'une centrale, le risque est il toujours aussi acceptable.
Facile de parler d'argent. Le jour ou il se produira un tel désastre, et cela arrivera inevitablement faudra faire les comptes et malheureusement ca sera trop tard.
Donc prenons les mesures, investir dans un plan energie global et vert.
La technologie est deja disponible, l'europe peut encore faire quelques chose. Faut investir et pas se poser de question d'une rentabilite rapide.
a écrit le 12/03/2020 à 18:44 :
Arrêtez de nous pourrir la vie avec le taux de CO2, qui en France, Madame Pannier-Runacher, est le plus bas d'Europe au cas où vous ne seriez pas au courant! La voiture électrique est un gadget polluant et hors de prix, certainement pas à la portée de ceux qui ont besoin d'une voiture au quotidien! M. Ford avait eu l'intelligence de concevoir et de produire des voitures pour que ses ouvriers puissent se les offrir, ce qui démontre son intelligence et son sens social.Il serait agréable d'avoir les mêmes en France mais je doute.
a écrit le 12/03/2020 à 11:22 :
Arretez de vous prendre la tete avec la voiture electrique. Dans 10 ans la majorite des voitures seront electrique, cela s'appele l'evolution. Tout est electrique, plus solide moins d'entretient que des avangages.Le prix reste encore cher pour un particulier, si les flottes d'entreprise commencent a faire la conversion on pourra acheter des occasions. Faut durcir les droits sur le co2 pour faire changer les chose rapidement. Pour le pauvre gilet jaune de toute facon il n'a deja pas les moyens de vivre la voiture electrique le concernera s'il n'est plus gilet jaune.
Réponse de le 12/03/2020 à 18:17 :
Vous oubliez de préciser qu'Il faut juste rouler entre 100.000km à 150.000km en électrique pour compenser les émissions de CO2...uniquement lors de la fabrication de la batterie...ATTENTION JE PRECISE: fabrication de la batterie ( on ne parle pas de la provenance de l'électricité du réseau) alors ouvrons enfin les yeux...toutes les études convergent, elles sont indépendantes et en libre accès partout dans le monde et proviennent de multiples sources..."On" cautionne la plus grosse arnaque du siècle...qui va coûter une fortune....alors que nos politques ouvrent les yeux et se mettent sérieusement à écouter l'ensemble des experts plutôt que de jouer petit bras...pas cool pour les générations futures... Si on se place sur le double axe LCA ( life cycle analysis) et WtW (well to wheel) et non pas sur WtW uniquement, le bonus serait immédiatement supprimé...puisque le LCA intègre le coût CO2 de fabrication de la batterie...
Réponse de le 12/03/2020 à 18:43 :
Je ne connais pas les chiffres sur la fabrication des batteries, a ce compte la il ne faut plus fabriquer de batterie pour tous les objects que nous utilisons au quotidien.... pour continuer dans l'absurde le petrole etant un produit renouvelable avec quelques millions d'annees on va pouvoir en avoir pour combien de temps?.? Une chose est sure notre modele de transport et de consommation d'energie fossile arrivent a leur terme.(vive le solaire intelligent) De plus une dependance totale envers les producteurs n'est jamais une bonne chose. Maintenant continu a rouler en diesel merci de payer les taxes.
a écrit le 12/03/2020 à 7:58 :
Les voitures électriques ainsi que la location de batterie sont trop chères les constructeurs engrangent de gros bénéfices rien que sur le moteur
a écrit le 11/03/2020 à 17:21 :
Bascule dans l'oubli. À part quelques bobos ecolos friqués personne n'achète d'ailleurs même les fournisseurs de bornes laissent tomber.
Réponse de le 11/03/2020 à 18:03 :
Remarque ridicule ne concernant qu'un seul fournisseur de station de recharge et non de bornes, et précisément parce que son fournisseur de borne lui a vendu de la Daube.
Il va donc changer de fournisseur... Tout simplement.
Quand on sait pas, on ne fait pas le malin bien informé, on la ferme.
Réponse de le 11/03/2020 à 18:03 :
Remarque ridicule ne concernant qu'un seul fournisseur de station de recharge et non de bornes, et précisément parce que son fournisseur de borne lui a vendu de la Daube.
Il va donc changer de fournisseur... Tout simplement.
Quand on sait pas, on ne fait pas le malin bien informé, on la ferme.
a écrit le 11/03/2020 à 15:55 :
Dans tous ces commentaires, on n'aborde pas le probleme tres simple de l'Energie Cinetique Ec = 1/2 * M * V (Carre), ou M est la masse, V la vitesse. Les batteries d'une Tesla pesent 600Kg, auxquels il faut ajouter le poids de la voiture. Les voitures electriques sont donc tres lourdes, passent plus des 2/3 de leur energie a "ballader" leur batteries. Tant qu'on ne saura pas concevoir une batterie de 60 Kg, la Voiture Electrique n'a aucun sens, aucun avenir.
Réponse de le 11/03/2020 à 18:05 :
Et vous, vous croyez avoir un avenir avec de telles inepties ?
Vous avez pèse une batterie de quel modèle de Tesla ?
Réponse de le 27/03/2020 à 14:47 :
Assez d'accord avec vous ! Le developpement sans reflexion sur le créneau du VE conduit à balader, à grand gaspillage d'énergie des batteies électriques. Il serait prioritaire, avant de pousser au développement du VE de définir une strategie long terme, nationale sur la place des différents moyens de transports... Ca devrait être le, rôle d'un ministre ! Mais apparemment nos gouvernants ne sont pas à la hauteur.... Ils ne font que subir ...
a écrit le 10/03/2020 à 19:53 :
Franchement j'ai du mal à y croire.
A la rigueur pour les citadins branchés qui font moins de 50 km/jour et qui ont une prise dans le garage, et les naïfs qui se font embobiner par les vendeurs en concession (qui visiblement mettent le paquet, consignes de Bruxelles obligent..)
C'est un panel de clients quand même assez réducteur..sans parler du prix d'achat du bidule qui lui est carrément dissuasif pou rle gilet jaune de base et même moyen.
Le tank à mazout est loin d'être obsolète
Réponse de le 10/03/2020 à 23:27 :
Moi aussi, j'ai beaucoup de mal à y croire, et encore plus du fait que ça vient de cette ministre là !
a écrit le 10/03/2020 à 18:07 :
la voiturette électrique est parfaite sur les parcours de golf et dans les clubs de vacances et autres campings . pour les automobiles qui ont des normes d'usage bien plus contraignantes , le rapport poids/puissance/autonomie est incomparablement plus coûteux en électrique qu'en thermique ,et donc ne peut en aucun cas devenir une alternative d'usage général accessible au plus grand nombre d'usagers .
les gesticulations des politiques appelant à développer la voiture électrique sont vouées à l'échec , leur entêtement à l'imposer par la force une provocation qui remettra encore plus de gilets jaunes et noirs dans la rue .
Il y a d'autres priorités "écologiques" à traiter avant de décarboner l'automobile : arrêter la construction de nouvelles centrales à charbon , convertir la motorisation des véhicules de transport de marchandises (bateaux et camions ) vers des solutions moins polluantes ( moteurs nucléaires et gaz pour le maritime - GPL pour les camions) , augmenter le recyclage des produits difficilement dégradables , réduire
la pollution chimique des sols dévolus à l'agriculture , stopper les rejets maritimes de matériaux plastiques et résidus industriels .
En France , la pollution industrielle et la pollution agricole devraient faire l'objet d'un plan d'action prioritaire pour en réduire les effets extrêmement négatifs pour l'environnement
(qualité de l'air , qualité sanitaire et ressource en eau , préservation biologique des sols )
Réponse de le 11/03/2020 à 19:42 :
Avec tout le respect que je vous dois, la lutte au changement climatique ne peut pas se limiter au recyclage et à la lutte aux rejets de plastiques dans l'océan. C'est rejeter les efforts sur le voisin que de croire que notre participation doit se limiter à trier les déchets alors qu'ils ne représentent que 3% de nos émissions (versus 30% pour le transport), ou de fermer les centrales charbon dont la fin de vie est déjà planifiée et décidée (2%). Les autos des particuliers représentent 15% des émissions du pays, à égalité avec tous les autres types de transports (15% aussi), l'agriculture (15%), mais devant l'industrie (11%) et le chauffage des particuliers (10%). Les meilleures façons de réduire rapidement nos émissions restent l'auto du particulier, l'auto des entreprises, le chauffage au gaz/mazout des particuliers et entreprises (bien que chaque effort vaille la peine).
a écrit le 10/03/2020 à 16:09 :
Ne nous leurrons pas: on ne voit pas des files de voitures électriques sur les rtes dès qu'il y a un ralentissement ou un bouchon.
Comme l'ont précisé nbre de commentaires précédents, les freins essentiels demeurent l'autonomie, le prix d'achat résiduel, le tps de recharge et la rareté des bornes de recharge.
Tt au plus, voit on ds les stats de vente 2019 un frémissement de 2% de part de marché pour 43000 voitures particulières électriques.
Pour parler vraiment de "bascule", il faudrait que ce chiffre double en 2020 et sur qcqs années suivantes et ralentisse ensuite pour se stabiliser à 80-90%.
En conséquence, si "décollage" il y a, cela ne peut intéresser actuellement qu'une clientèle citadine aisée pour des déplacements quotidiens en ville d'environ 50-100km/j avec une autonomie maxi affichée de 200 à 300 km et recharge nocturne sur parking ou ds garage privatif.
Pas de quoi attirer le pekin moyen, dt je suis, qui va regarder à 2 fois avt de s'offrir un joujou à 15000 euro mini (bonus déduit) principalement pour assurer ses trajets domicile/travail, sachant l'amélioration de l'offre de transports publics et alternatifs ds les métropoles (bus, tram, co voiturage, co partage...et bientôt Rer privatisé).
Pour stimuler véritablement le marché, il faudrait au moins que le cœur énergétique du système, càd le pack de batteries qui couvre au moins 50% du montant de la vente, soit acquis en location et non pas vendu.
Ds ces conditions, le bonus rendrait bcp plus attractif la mise de fond de départ et la location sur 5 ans ( de durée de vie moyenne) se rapprocherait d'un crédit de financement classique. Sans oublier que vis à vis du respect de l'environnement, le recyclage des batteries usagées serait automatique tt en finançant d'une manière stable l'Airbus des batteries.
Il me semble que Renault avait opté pour cette solution au départ.
Réponse de le 10/03/2020 à 17:44 :
Le gros problème du VÉ ce n'est plus tellement l'autonomie qui est devenue correcte, mais d'une part le prix terrifiant, et surtout le fait que c'est réserve à ceux qui disposent d'un garage ou d'un emplacement de parking privatif électrifiable, ce qui ne concerne qu'une minorité de français et généralement pas ceux qui vivent en ville et se garent dans la rue, alors que ce seraient eux les principaux intéressés... Quant aux bornes 22kW en libre service, elles dont trop rares et le prix du kWh est inabordable. Bref si vous n'habitez pas une maison en banlieue avec garage ou jardin, le VE n'est pas pour vous.
Réponse de le 10/03/2020 à 20:13 :
Je suis étonné de votre remarque concernant la location des batteries.

Le véhicule qui fait 44% du marché français du VE, la Zoé est disponible avec un contrat de location de batterie, et ceci depuis le début.
Actuellement deux offres: 69€/mois moins de 7500 km/an
119 €/mois, kilométrage illimité.

Cela ne fait que deux ans qu'il est possible d'acheter sa batterie (8900 € TTC, garantie 160 000km et 66% de recharge minimale).

Faites vos calculs. mais si vous faites 10 000 km par /an pendant 15 ans, la batterie vous coute plus de deux fois plus cher en location qu'à l'achat. La tranquillité d'esprit revient très cher, puisque le surcoût vous auriez pu acquérir une batterie neuve (et normalement vendue avec une garantie constructeur).
Réponse de le 10/03/2020 à 21:34 :
Jeff, je pensais surtout aux citadins vivant ds des copropriétés de standing avec garages ou parkings privatifs en sous sol de l'immeuble.
@Fred06, j'ai effectivement fait le calcul: cela revient à payer au vendeur un placement de 8900€ au TX de 6% pdt 15 ans, dc bcp plus cher qu'un crédit puisque le capital remboursé n'est pas déduit.
Comme disait le regretté Coluche :" moins tu peux payer, plus tu paye"...
a écrit le 10/03/2020 à 14:49 :
Le probleme des voitures electriques c'est l'autonomie des batteries, mais ça, ça ne concerne que les voitures sans fil. Les voitures avec fil,elles, ont une autonomie quasi illimitée. Mais evidement nos enarques a la solde de l'oligarchie financiopetroliere se garde bien de faire avancer ce dossier.
Hâte toi declin
Réponse de le 11/03/2020 à 19:44 :
Votre commentaire est juste génial !
a écrit le 10/03/2020 à 14:05 :
Quand j'entend dire que le contrôle technique d'un véhicule électrique c'est 100€ alors que c'est une grande boîte vide; 1 moteur une batterie un variateur, j'y croix franchement pas, c'est une des raisons qui a coulé le gpl, c'est parfaitement immoral qu'un mec gagne 300€ de l'heure bien plus qu'un médecin, on n'a pas a accepter ces abus, toucher en 20 mn ce que mr tout le monde gagne en une journée il faut savoir mettre des limites à des enrichissements injustifiés.
Réponse de le 10/03/2020 à 17:35 :
Correction: vous CROYEZ qu'un VE est une grande boîte vide. Parce que vous n'en avez jamais conçu un en detail et que ce que vous en connaissez se limite à la presse généraliste grand public - donc à des années lumière de la réalité -. En fait, un VE, c'est beaucoup plus complexe qu'un véhicule thermique. La batterie par exemple est d'une extrême complexité - étudiez de près un BMS et on en reparlera après -. Ce que vous appelez vulgairement 'variateur' - en fait un convertisseur statique AC/DC réversible - est lui aussi d'une grande complexité, avec des milliers de composants passifs et actifs, des algos de pilotage vectoriel temps réel qui vous ferait dresser les cheveux sur la tête -. Seul le moteur électrique lui même est relativement simple - et encore, ça dépend de sa technologie -. Le mythe du 'véhicule électrique simple donc nécessairement bon marché ' est un énorme mensonge.
Réponse de le 11/03/2020 à 18:35 :
Ce qui est rare est cher.
Les centres qui pratiquent les CT des VE sont obligés d'avoir un outillage de contrôle spécifique, qui en l'état actuel du parc automobile, ne sera pas rapidement amorti. Idem pour la formation obligatoire supplémentaire des techniciens contrôleurs.

Autre point, certains contrôles nécessitent un démontage partiel de certains éléments, ce qui prend du temps.
Réponse de le 12/03/2020 à 10:15 :
@ mr Fred,
Je suis technicien en électronique, ça fait 50 ans voire plus que ce que j'appelle grossièrement un variateur, car c'est toujours le même principe à été inventé et fonctionne dans des millions d'entreprises, pourquoi serait-ce si extraordinaire de réinventer ce qui existe déjà.
Juste une histoire de paramêtres? sujet bien usé, il y a longtemps qu'on se trouve obligé de jouer d'intégrales, dérivées proportionnelles. etc
Quand à la batterie ça reste un élément simple pour l'instant identique à l'échelle x fois de votre perceuse ryobi hitachi ou autres, pour l'instant.
Par contre en tant qu'électronicien pour le futur ça va être un beau challenge et j'aurais aimé en être, on passera au graphène méga condensateur avec une technologie digne du 3 ème millénaire et un énorme problème de décharge du dit condo qui va impacter une tension d'alimentation continuellement variable qui obligera le variateur à compenser la charge, les plus grands scientifiques du pays de niveau mondial (universités de Grenoble Rennes) travaillent dessus.
a écrit le 10/03/2020 à 14:02 :
Voiture électrique et énergies renouvelables

Mme Agnès Panier Runacher nous dit que la voiture électrique est en train de basculer. On peut craindre un effet d’annonce quand leurs prix sont t encore tres élevés et qu’il faudrait des séries beaucoup plus grandes pour devenir moins chères. Deplus quand le prix du baril est en train de massivement chuter à moins de 50€ ce qui n’encourage pas à passer à l’électrique. Les trois principaux problèmes de la voiture électrique : a) les prix prohibitifs malgré les primes, b) le manque d’autonomie quand il faut prendre en compte des variations de consommation électrique tres importantes avec la vitesse, les conditions d’utilisation et les phases d’accélération marche /arrêt- des autonomies réelles d’un facteur de plus de trois fois plus faible parfois par rapport aux autonomies nominales annoncées, c) la peur de la panne sèche et la difficulté à recharger en pareil cas.
Et pourtant il y aurait des remèdes techniques pour tout cela et qui peuvent être mis en œuvre rapidement mais qui par suite des trop grands cloisonnements existants dans les mondes techniques et scientifiques et financiers et du manque de communication et de pluridisciplinarité, des solutions qui tardent à être mis en œuvre.
Il y a pourtant déjà des solutions plus performantes pour les batteries. Et sur les marchés on a vu apparaitre des voitures électro-solaires qui peuvent encore être fortement améliorée, et de s’affranchir largement des inconvénients cités. Surtout quand de nouvelles solutions court terme sont en vue pour augmenter l’efficacité des batteries électriques et pour augmenter fortement l’efficacité des panneaux solaires en combinant, d’une part des rendements PV beaucoup plus élevés (en particulier avec des multicouches et des électrodes collectrices plus performantes nouvelles générations) et d’autre part avec des encapsulements anti-réfléchissant à la fois anticorrosion, antiérosion et antisalissures avec des materiaux d’avant-garde qui sont déjà exploités. Ce qui permettrait au total de démultiplier l’autonomie et avec un confort d’utilisation beaucoup plus sécuritaire.
Paradoxalement, ces divers sujets dont tout le monde pourrait tirer les meilleurs profits financiers (l’état, en faisant l’économie des primes à payer et avec certains développements industriels et économiques, les constructeurs qui pourraient gonfler leurs profits, et les usagers pour réduire leur budget mobilité- et pas seulement pour soulager leur conscience écologique et climatique). Eh bien, cela n’a pas l’air d’intéresser grand monde. Sans doute parce que l’on n’y croit pas, et ceci parce que l’on ne sait pas ce qui est techniquement et économiquement réalisable à court terme à partir des avancées scientifiques et technologiques décisives plus récentes.
Et de savoir que tout cela permettrait également de réduire de beaucoup les coûts de production et de distribution de l’énergie à partir des énergies renouvelable (inférieurs à 0.01€, et de permettre ici encore à la fois aux producteurs/distributeurs et aux utilisateurs consommateurs d’en retirer les meilleurs profits financiers. Je reste à la disposition des autorités et autres parties prenantes financières et industrielles, pour leur faire parvenir les publications scientifiques qui documentent tout cela, sachant que pour l’heure on constate beaucoup de retards technologique et scientifique y compris dans les milieux académiques de notre environnement immédiat et qu’elles intéressent surtout certains milieux technicoéconomiques de pointe à l’étranger. Faudra-t-il encore une fois pleurer quand d’autres auront pris de l’avance et nous auront supplanter sur ces terrains ?
a écrit le 10/03/2020 à 12:47 :
la bascule electrique est un échec ! en déplaise au bisness du politique l
a écrit le 10/03/2020 à 11:04 :
Tant qu'il n'y aura pas de courant disponible, je n'achèterai pas de véhicule électrique. Promouvoir l'électrique alors que techniquement les deux tiers de la population ne peuvent pas accéder à la recharge, relève de l'escroquerie intellectuelle;
a écrit le 10/03/2020 à 10:38 :
OPINION. Face aux impératifs de la transition énergétique, l'hydrogène est identifié comme l'un des marchés clés sur lequel notre pays peut se positionner en leader dans la compétition internationale. Structurer une filière nationale requiert l'implication des territoires pour accompagner le déploiement industriel des technologies hydrogène. Par Philippe Boucly, Président de l'AFHYPAC
l'Hydrogène , c'est l'avenir, pas la voiture électrique qui pollue autant que les autres motorisations , qui nécessite l'exploitation de terres rares sans compter que les batteries sont non recyclables. Il ne faudrait pas que les acheteurs de ces voitures subissent dans quelques années, le sort des propriétaires de diesels, énergie recommandée par les politiques puis rejeter car trop nocive.
Réponse de le 10/03/2020 à 16:33 :
Je vous rejoins tt à fait sur la prometteuse filière H2 qui ds l'état actuel des technologies est pour l'instant inabordable pour une généralisation aux petites puissances.
En effet, la pile H2 + réservoir H2 hte pression, c'est bcp plus cher qu'un pack de batteries de voitures.
Cette solution est d'ailleurs envisagée voire bientôt commercialisé par des firmes nipponnes et coréennes sur des modèles premium et HT de gamme, en remplacement de l'hybride.
Par contre, la propulsion H2 commence à être une réalité ds le ferroviaire en relève du diesel-electrique ou en projets pour propulser les poids lourds ( essais de prototypes en Suisse, études chez Tesla, Hyundai...)
a écrit le 10/03/2020 à 8:40 :
"ils accusent les autorités publiques de ne pas suffisamment encourager la vente de voitures électrifiées"

Heu... avec une Zoé à 23.900 euros les "autorités publiques" ne peuvent pas faire grand chose hein, réveillez vous.

La Twizy ? 10000 balles...
Réponse de le 10/03/2020 à 11:15 :
Parce que vous n'avez pas encore compris que la transition énergétique - par ailleurs inéluctable - sera extrêmement coûteuse ? Regardez le prix de l'énergie en Allemagne (qui utilise pourtant encore 40% de charbon, très bon marché, dans son mix énergétique) et vous aurez une petite idée de ce que les ménages modestes vont devoir payer dans les prochaines années. Mais ça, les écologistes se gardent bien de le dire, ça refroidir ait les électeurs... si on a énormément utilisé les hydrocarbures ces 100 dernières années, c'est tout simplement que leur rapport utilité /coût était et restera sans égal (hors externalités environnementales bien sûr).
Réponse de le 10/03/2020 à 13:20 :
"et vous aurez une petite idée de ce que les ménages modestes vont devoir payer dans les prochaines années"

Ils ne peuvent déjà plus payer les délires oligarchiques du consortium européen financier. Nos dirigeants vivent tellement déconnectés des réalités de notre monde qu'ils imposent n'importe quoi n'importe quand.

Bref les "dragons célestes".
Réponse de le 10/03/2020 à 19:43 :
C'est vrai que la zoé à 23900€ ça craint pour remettre les pieds sur terre ça fait 156000francs, mon pavillon un f6/f7 sans vis à vis m'a coûté 210000 francs!
On imagine le mec croisant son pote alors tu l'as acheté ton appart? ben non j'ai du changer de bagnole.
Pendant de ce temps la, nos petits hommes travailleurs (dixit top gear), inventeurs d'une maladie anti papys au nom de bière nous fabriquent des voitures sans permis accu au plomb de base (pas bêtes on attend le graphène zn fe) pour la somme de 1000€! (reçu une pub alibaba et 10 modèles réellement très jolis.)
ça sent la Tesla à la mode asiatique à 3000€

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :