Pollution : l'industrie automobile américaine met Trump sous pression

 |   |  313  mots
L'industrie automobile américaine a promis des milliards de dollars d'investissements, exige désormais des contreparties.
L'industrie automobile américaine a promis des milliards de dollars d'investissements, exige désormais des contreparties. (Crédits : © Tobias Schwarz / Reuters)
Un courrier adressé au Président des Etats-Unis et paraphé par l'immense majorité des industriels automobiles installés aux Etats-Unis, demande au gouvernement de revenir sur les nouvelles exigences en matière de pollution.

Ils ont promis des milliards, voire parfois des dizaines de milliards de dollars d'investissements aux Etats-Unis... Donald Trump met au pas l'industrie automobile avant même d'être investi président. Il se targue alors du triomphe de sa méthode ! Les observateurs, qui tous s'inquiétaient des conséquences de ce protectionnisme exacerbé, se sont laissés surprendre par cette euphorie d'investissements. Il n'a pas fallu attendre très longtemps pour réaliser que ces promesses d'investissements n'étaient pas vaines, et que les mêmes industriels exigent des contreparties.

18 constructeurs automobiles signataires

Ce week-end, Reuters a publié une lettre que pas moins de 18 dirigeants de constructeurs automobiles implantés aux Etats-Unis ont adressée au président américain. Ils y réclament une révision des normes de dépollution imposée par la précédente administration.

D'après eux, ces normes "menacent les niveaux de production futurs, mettant en péril des centaines de milliers, voire un million, d'emplois". Ils ont calculé que cette réforme coûterait pas moins de 200 milliards de dollars sur 13 ans à l'industrie automobile.

La réforme des normes d'émissions avait été imposée par Barack Obama afin de réduire les émissions de polluants. Une première salve de normes avait été appliquée entre 2012 et 2016. L'agence de protection de l'environnement (EPA) avait jusqu'en 2018 pour définir de nouveaux objectifs pour la période arrivant à terme en 2022.

Un climato-sceptique pour lutter contre la pollution

Mais Donald Trump s'est déjà empressé de placer un proche à la tête de l'EPA, Scott Pruitt. Peu de doutes que les constructeurs automobiles rencontreront une oreille attentive à leurs revendications auprès de ce  Républicain connu pour ses positions climato-sceptiques et sa sensibilité pro-pétrolière. Celui-ci a d'ailleurs déjà annoncé qu'il allait réétudier les décisions de l'administration Obama sur les normes anti-pollution.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2017 à 13:06 :
Enfin un Président réaliste… mais seulement pour les Etats-Unis. Dommage pour nous. A quand un Président français également compétant économiquement et moralement, qui nous débarrassera du stupide "principe de précaution", qui autorisera enfin l'étude des sols afin de savoir si nous disposons ou non de gaz et pétrole de schiste, qui abrogera les lois iniques interdisant la circulation des véhicules en ville, et qui mettra fin à la dictature écologiste imposant des normes à chaque fois plus contraignantes, année après année.
a écrit le 13/02/2017 à 22:31 :
"Make America Great Again"... avec les idées des années 70 et des vieux de 70 ans.
Je m'autorise à être perplexe, ce qui renforce mon US GO HOME.
a écrit le 13/02/2017 à 20:33 :
Plus une cheminée fume, plus il y a d'activité, de business, de croissance, d'emplois.
Pareil pour les pots d'échappement (ça coûte les systèmes antipollutions ! Made in Autrepart).
Idée : fabriquer les systèmes antipollution pour les vendre à l'étranger, les gens en raffolent. Business. :-)
Réponse de le 13/02/2017 à 22:20 :
Et, bien sûr, prendre le problème à la base, soit, corriger la cause, ça, ça ne vous effleure même pas. Eviter de polluer, ça vous dit rien, je suis sûr... J'espère que vous vivez pour "vous", sans avoir d'enfant(s).
a écrit le 13/02/2017 à 17:37 :
Et le pire est que leurs climatologues constatent les chiffres..
a écrit le 13/02/2017 à 16:38 :
Juste stupide, ou comment n'avoir qu'une vision court termiste....
Réponse de le 13/02/2017 à 21:14 :
A 72 ans, comment voulez-vous que Trump ait une vision de long terme ? Un vieux schnock ne peut prendre que des décisions de vieux schnock.
a écrit le 13/02/2017 à 15:44 :
Puisque le "Global warming" n'existe pas, l'activité humaine n'a donc pas d'influence sur la pollution. Donc les voitures ne polluent pas. Donc les normes de pollution ne servent à rien. CQFD. Le monde selon Trump ...
Réponse de le 13/02/2017 à 21:15 :
Au royaume des alternative facts...
Réponse de le 14/02/2017 à 6:51 :
D'un autre coté, les dernières estimations des scientifiques montrent que le réchauffement climatique est devenu inéluctable, car nous avons dépassé le point de non-retour (+4°C en 2100). Les normes anti-pollution ne servent donc effectivement plus à rien. Les décisions de Trump dans ce domaine ne changeront donc absolument rien, et les nôtres non plus...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :