PSA va investir 400 millions d'euros en Iran

 |   |  339  mots
Cette nouvelle co-entreprise avec Iran Khodro (photo), partenaire historique du constructeur automobile français, vise à produire des modèles Peugeot 208, 2008 et 301 à partir du second semestre 2017.
Cette nouvelle co-entreprise avec Iran Khodro (photo), partenaire historique du constructeur automobile français, vise à produire des modèles Peugeot 208, 2008 et 301 à partir du second semestre 2017. (Crédits : Reuters)
Le constructeur automobile français a signé un accord pour sceller son retour en Iran, pays qu'il a dû quitter en 2014. Le groupe affiche de grandes ambitions sur ce marché qui était autrefois son second marché mondial.

PSA Peugeot Citroën a officialisé jeudi son retour très attendu en Iran, avec une co-entreprise qui pourra investir jusqu'à 400 millions d'euros sur cinq ans, selon un communiqué.

Signée en marge de la visite du président iranien Hassan Rohani en France, cette nouvelle co-entreprise avec Iran Khodro, partenaire historique du constructeur automobile français, vise à produire des modèles Peugeot 208, 2008 et 301 à partir du second semestre 2017.

200.000 voitures en production à partir de 2017

PSA ambitionne de produire à terme 200.000 modèles par an. Dès cette année, la nouvelle co-entreprise va contrôler la production actuelle des véhicules dans l'usine Iran Khodro de l'ouest de Téhéran, soit des véhicules d'ancienne génération Peugeot 405 et 206.

PSA ne les comptabilisait pas dans ses statistiques mondiales car elles sont fabriquées avec des pièces locales et chinoises. Elles détiennent toutefois un tiers du marché du neuf en Iran avec 350.000 unités en 2015, selon l'entreprise.

Des pièces certifiées PSA vont retrouver leur place dans le processus de production, en respectant les règles iraniennes imposant 40% de pièces d'origine locale, selon le président du directoire de PSA, Carlos Tavares.

Le départ d'Iran en 2012, un coup dur pour PSA

La nouvelle alliance avec Iran Khodro marque le retour très attendu de PSA en Iran, quatre ans après un départ contraint par le resserrement des sanctions occidentales contre le programme nucléaire controversé de la République islamique.

Ce renoncement avait constitué un coup dur pour le constructeur alors que le pays était à l'époque son deuxième débouché en volume après la France. PSA estime entre trois et quatre millions le nombre de voitures Peugeot circulant aujourd'hui en Iran.

PSA, qui est le premier constructeur automobile occidental à annoncer son retour en Iran depuis le début de la levée des sanctions, a souligné que la co-entreprise pourrait à terme exporter des produits "dans la région" du Moyen-Orient, l'une de ses priorités de développement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2016 à 0:45 :
Psa n'a pas importé de véhicule d'Iran en France dans le passé. Ce n'ai pas maintenant qu'il s'y mettra. C'est le marché local qui faisait gagner de l'argent à Psa qui est recherché.
Réponse de le 29/01/2016 à 13:13 :
S' il retrouve un marché d' un tel volume c' est choux..

@Bribi faut te mettre au vélo, l' auto c'est pas ton truc !
a écrit le 28/01/2016 à 23:26 :
Et en France non ?
a écrit le 28/01/2016 à 12:46 :
C' est un juste retour d'une politique qui se réinstalle après le coup des sanctions américaines contre le pays, bravo au grand constructeur qu 'est PSA, bien joué !
Réponse de le 28/01/2016 à 16:52 :
A Parent Thérèse : Vous devriez aller le dire aux ouvriers de PSA, surtout ceux qui vont perdre leur emploi pour que l'entreprise puisse en embaucher 10 pour le prix d'un ; je pense qu'ils vont être ravis ! Quant aux voitures, elles reviendront en France et .......au même prix ! Alors, qui seront les dindons ? Certaines seront vendues dans ce pays, certes, mais surement pas au prix français. Donc, pour rattraper les marges perdues.........
Réponse de le 29/01/2016 à 13:10 :
Tu t' es vu quand t 'as bu..?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :