Comment Renault veut faire de son nouveau Captur sa vache à lait

 |   |  759  mots
(Crédits : Renault)
Avec la première génération de Captur, le groupe automobile français s'est déjà installé comme le leader du segment des SUV citadins. Avec cette nouvelle version, plus soignée, Renault vise la montée en gamme, mais également à se relancer sur le tumultueux marché chinois.

Quatre mois seulement après le lancement de la nouvelle Clio, Renault lance une nouvelle génération de son Captur, son SUV citadin (qu'on appelle aussi le segment B-SUV). Lancé en 2013, deux ans après le Nissan Juke (premier du genre), le Captur a révolutionné le paysage automobile européen en compactant encore davantage les SUV jusqu'ici dominés par le Nissan Qashqai et le Toyota Rav4.

Depuis, il a été suivi du Peugeot 2008, moins identifié comme un SUV dans sa première version, puis de l'Opel Mokka. Mais c'est depuis 2018 que le constructeur automobile français a été rejoint par une salve de modèles concurrents, notamment en provenance du groupe Volkswagen.

De 1 à 20 concurrents

"Quand nous avons lancé le Captur, nous avions un concurrent, aujourd'hui, nous en avons 20", souligne Frédéric Clermont, directeur marketing des segments A et B. Mais ce succès ne fait pas peur, au contraire, il a consolidé ce segment en faveur d'un Captur désormais doté du confortable et juteux statut de leader.

Renault Captur

Les ventes du Captur tournent autour de 240.000 ventes par an en moyenne sur les trois dernières années, un chiffre stable malgré la très forte hausse du segment (+41% en 2018). Mécaniquement, sa part de segment a baissé de 5 points à 13% en Europe.

"Être resté leader dans un contexte de concurrence exacerbée est déjà une excellente performance et ce n'était pas gagné", insiste néanmoins Frédéric Clermont.

En tout et pour tout, il s'est vendu 1,2 million d'unités depuis son lancement.

Continuité stylistique

En plus d'un enjeu de leadership, Renault fait le pari de la montée en gamme avec ce nouveau Captur, dans le sillage de son alter ego côté berline, la Clio. Ainsi, comme elle, le nouveau Captur garde l'essentiel des codes stylistiques au point qu'il sera difficile de distinguer les deux générations. Si ce n'est, toutefois, son envergure puisqu'elle s'allonge de 11cm pour mesurer 4,23m.

"100% des pièces sont nouvelles", nous assure-t-on chez Renault.

"Nous l'avons voulu plus moderne, plus musclé et plus expressif en allant chercher des codes SUV plus affirmé", a déclaré Christophe Dupont, directeur du design du programme Captur.

Renault Captur

Parmi les autres attributs du SUV, le nouveau bébé de Renault s'équipe pour la première fois de barres de toit, celui-ci sera d'ailleurs plus fuyant et les épaules de carrosseries seront plus prononcées.

Révolution à l'intérieur

Mais c'est à l'intérieur que se passe la véritable révolution. Renault a tout misé sur la qualité perçue et l'ergonomie afin de viser une clientèle plus haut de gamme. Sur la version automatique, une console aérienne permet de donner une touche de modernisme et d'audace. Côté connectivité, le Captur accueille un nouveau système pour remplacer feu R-Link devenu totalement obsolète. EasyLink se veut totalement personnalisable, plus ergonomique également. Le tableau de bord est également digitalisé, à l'instar de ce que font désormais ses concurrents comme Peugeot.

Renault Captur

Enfin, Captur veut proposer une multitude de combinaisons de styles. "Nous voulons devenir la référence de la personnalisation", lance Christophe Dupont. Il existe plus de 90 combinaisons possibles entre les teintes de caisses, les couleurs de pavillon, et les 18 tonalités intérieurs, sans parler des ambiances lumineuses.

L'objectif étant de tirer les prix vers le haut. Alors que le Captur gagne en taille et en qualité perçue, Renault a toutefois décidé de maintenir le prix d'appel. Mais l'amplitude sera plus importante. Une version Initiale Paris, le label haut de gamme de Renault, viendra coiffer la gamme.

Chine en vue...

Sur les motorisations, Renault propose trois moteurs essence, deux diesel, et surtout un moteur hybride rechargeable. Ce dernier veut positionner le Captur sur un haut niveau de performance avec ses deux moteurs électriques et les 150 brevets de son levier de vitesse qui limite la perte d'énergie et rend le moteur plus réactif.

Le nouveau Captur est donc un modèle ambitieux pour Renault. Il doit conforter son leadership, mais son rôle sera surtout de repositionner la marque sur des ventes plus haut-de-gamme, pour plus de profits. Son dernier défi, et pas des moindres, sera de relancer les ventes du français en Chine, un pays vorace en SUV. Sauf que le Captur, aussi ambitieux soit-il, devra affronter un marché connu pour sa complexité, mais qui traverse actuellement un conséquent trou d'air. AlixPartners parle d'une baisse de 3 millions d'immatriculations annuelles d'ici à 2021. Un défi de plus pour la star de Renault !

Renault Captur

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2019 à 10:03 :
Toujours aussi moche, aussi bien à l’extérieur qu'à l’intérieur. La déprime.
a écrit le 04/07/2019 à 19:13 :
Quelle banalité et morne tristesse-de style : 0 /20
En version allongée Corbillard-Funèbre peut etre : noire ou violet.

Et une Renault est si vite démodée
a écrit le 04/07/2019 à 6:26 :
Je comprends maintenant pourquoi ce tas de plastique est inconnu ici en Coree.
Par contre les modeles identique d'un point de vue esthetique Pourta "madinici" son plethore.
Oblige de regarder le logo tellement ce type de char est devenu commun.
C'est lourd, moche et bourre de trucs inutiles qui margent tres bien pour le constructeur.
Les gogos sont partout.
Pourtant en cas de crash de face, ces tombereaux sont de vraies cata.
a écrit le 03/07/2019 à 15:57 :
En parlant de bagnole :

La prime à la conversion risque d’être bientôt limitée. Après avoir été revue à la hausse en janvier dernier afin de calmer la colère des "gilets jaunes", cette aide de l’État permettant d’acheter un véhicule moins polluant, et pouvant atteindre 5.000 euros, séduit de plus en plus d’automobilistes. Une prime victime donc de son succès selon franceinfo. En effet, alors que Bercy prévoyait qu’elle bénéficie à 500.000 personnes sur tout le quinquennat, les projections du ministère tablent déjà sur près de 2 millions de bénéficiaires d’ici 2022. Problème, cela risque de coûter très cher à l’État : 1 milliard d’euros.

Face à ces prévisions, Bercy fait donc marche arrière et assure vouloir "resserrer le dispositif" selon les termes d’un ministre sur franceinfo. Il donne même deux pistes pour y parvenir. "Est-ce normal qu’un automobiliste qui a les moyens de s’acheter une Jaguar bénéficie de cette aide au même titre qu’un ménage modeste qui va s’acheter une Zoe ?", s’interroge notamment le ministre. Il évoque aussi la possibilité de limiter les véhicules éligibles à cette aide, car le ministère de l’Économie aurait noté que prime payée par l’État permettait de financer l’achat de véhicules polluants.Rien ne définitif selon le ministre qui a assuré sur franceinfo qu’il ne s’agissait que de "pistes de travail". Il reconnaît malgré tout que le gouvernement travaille sur des critères plus sévères d’attribution de cette prime à la conversion. Pour rappel, à la suite de la crise des "gilets jaunes", depuis le 1er janvier 2019, la prime à la conversion est doublée pour les 20% des ménages les plus modestes et les actifs qui ne paient pas d'impôts et parcourent plus de 60 km chaque jour pour se rendre à leur lieu de travail.
Réponse de le 03/07/2019 à 16:37 :
le bonus / malus CO2 est difficile à équilibrer. Si les gens suivent trop les recommandations, ils achètent tous avec bonus de petits véhicules et ça coûte à l’État (donc nous). Il ne reste qu'à mettre du malus à tout rejet de CO2, même hybride, seul l'électrique sera 'vertueux'. A force de baisser le seuil bonus/malus, on va y arriver.
J'avais acheté la 208eHDi (Euro5, nov 2014) qui consomme le moins sur le papier quand la 206 a eu un pb de train arrière (jeu catastrophique), 3L sur route, je suis à 3,99L sur 87 000km route + ville, sais plus le montant du bonus, sans doute erroné car ai jamais pu arriver à 3L (sauf dans les descentes, 0 :-) ). La 206hDi m'avait fait du 4,44L sur 177 000km, avant j'avais des essence.
Réponse de le 04/07/2019 à 11:53 :
Vous avez quelques années de retard concernant le bonus/malus. Le temps des 206 diesel est révolu. Le système est bénéficiaire, puisque le bonus ne s'applique plus qu'à des véhicules hybride ou électriques, étant donné sa dureté. Cela étant dit, les mécanismes de subventions faussent le marché et l'orientent de façon insidieuse.
a écrit le 03/07/2019 à 15:45 :
La Captur est fabriquée en Espagne, à Valladolid..............Cela n'est pas dit dans l'article.
Réponse de le 03/07/2019 à 16:52 :
Tant mieux pour les ouvriers espagnols mais je pense que 70 % des pièces de ce véhicule sont issus de sous traitant français donc la France reste (très largement) gagnante'
a écrit le 03/07/2019 à 14:51 :
"dans le sillage de son alter ego côté berline, la Clio"

Il fut un temps la Clio était une petite citadine de la taille d'une r5.

C'est vraiment la preuve de l'obésité du secteur automobile.
Réponse de le 04/07/2019 à 11:56 :
Lol!! R5 = 3,50m, Clio 1 = 3,70m... +10 cm à chaque génération, jusqu'à aujourd'hui car Clio4 et Clio5 font quasiment la même longueur... Cela étant dit, j'aurais bien aimé voir une R5 à un crash test EuroNcap juste pour rire.
a écrit le 03/07/2019 à 13:25 :
SUV.....Urbain !!! Nouveau délire !
a écrit le 03/07/2019 à 12:28 :
La vache à lait ce sont les clients de Renault....une perquisition de l'Office central de lutte contre la corruption a été menée ce mercredi matin dans le cadre de l'enquête concernant notamment le financement d'une soirée d'anniversaire de l'ex-patron de Renault-Nissan.
Réponse de le 04/07/2019 à 18:10 :
Vous reprendrez bien un zeste de dieselgate dont le ballet a été rondement orchestré par VW groupe ?
a écrit le 03/07/2019 à 12:02 :
Lorsqu'on fait une vache à lait d'une seule voiture ça veut dire que les autres plongent.
Réponse de le 03/07/2019 à 12:17 :
Les autres constructeurs ? et profitez-en pour nous rappeler qui était premier constructeur mondial 2018 ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :