Renault-Nissan : Carlos Ghosn donne un nouvel élan à l'Alliance et reste le chef

 |   |  890  mots
L'Alliance Renault Nissan devient Renault Nissan Mitsubishi. Le mot alliance disparait, mais cela ne remet pas à en cause le principe des participations croisées... Pour l'instant.
L'Alliance Renault Nissan devient Renault Nissan Mitsubishi. Le mot alliance disparait, mais cela ne remet pas à en cause le principe des participations croisées... Pour l'instant. (Crédits : Reuters)
L'arrivée de Mitsubishi dans l'Alliance Renault-Nissan permet à la nouvelle structure d'envisager de nouvelles perspectives de croissance et de rentabilité. Carlos Ghosn veut ainsi doubler les synergies industrielles à 10 milliards d'euros par an, et augmenter le chiffre d'affaires de 30% d'ici 2022. Il n'a, en revanche, donné aucune indication quant à un éventuel plan de gouvernance ou de succession afin de pérenniser l'alliance...

Un nouveau nom, pour un nouvel horizon... L'Alliance Renault-Nissan devient Renault Nissan Mitsubishi ! Le mot Alliance disparaît, mais n'y voyez pas malice, la structure orchestrée par Carlos Ghosn reste bien une alliance. « Notre organisation actuelle ne nous empêche pas d'avancer, le jour où notre organisation deviendra un obstacle, alors nous la changerons, pour l'heure, ce n'est pas le cas », a déclaré Carlos Ghosn. Autrement dit : pas de changement de structure actionnariale en vue, que ce soit sur l'équilibre des participations croisées ou de la fusion pure et simple, mais la porte n'est pas tout à fait refermée.

En réalité, ce changement de nom veut faire entrer l'alliance dans une nouvelle ère de son histoire notamment avec l'arrivée de Mitsubishi dont Nissan a pris le contrôle en 2016 avec 34% du capital. Ce changement de périmètre a permis à Carlos Ghosn de se proclamer, cet été, à la tête du premier producteur automobile mondial. C'est également l'occasion de monter un nouveau plan stratégique : Alliance 2022.

Des synergies opérationnelles doublées

Ce vendredi matin, Carlos Ghosn a donc réuni son état-major et la presse internationale pour révéler un ambitieux plan stratégique pour l'alliance. Les déclinaisons par groupe seront divulguées plus tard (le 6 octobre pour Renault). Il s'agit d'aller encore plus loin dans les synergies industrielles mais également dans les volumes. D'ici à 2020, l'alliance devra commercialiser 14 millions de voitures dans le monde et dégager près de 10 milliards d'euros de synergies, soit le double d'aujourd'hui. Carlos Ghosn a estimé qu'au terme de ce plan, le chiffre d'affaires de l'Alliance culminera à 240 milliards d'euros, soit un tiers de plus que les 180 milliards de 2016.

| Lire aussi: Nouveau Dacia Duster : Renault renouvelle un best-seller tactique

Pour cela, Carlos Ghosn veut tirer sur tous les leviers. D'abord la croissance des volumes. Le patron de l'alliance estime que plusieurs pays où le groupe est bien implanté pourraient revenir sur un cycle vertueux. Le Brésil (où Renault possède plus de 8% de parts de marché) ou encore la Russie (un tiers du marché grâce au cumul Nissan-Mitsubishi-Renault-Avtovaz), mais également le Moyen-Orient pour Nissan et l'Iran pour Renault. Il espère aussi profiter de la croissance en Chine et plus fortement encore maintenant que Renault y est installé, mais en Inde également où Renault a su percer grâce à son Duster et le Kwid. Enfin, l'arrivée de Mitsubishi permet à l'alliance de s'ouvrir les portes de l'Asie du Sud-Est, un marché de plus de 600 millions de personnes !

Accélération sur le partage de motorisations

C'est sur le volet des synergies que Carlos Ghosn veut absolument accélérer. Concernant l'objectif de 14 millions de voitures en 2022, 9 millions seront produites sur un maximum de quatre plateformes communes. Les motorisations seront également de plus en plus partagées puisque l'alliance veut que les trois quarts des moteurs soient communs à cet horizon, contre un tiers actuellement.

Mitsubishi aura ainsi accès à la plateforme CMF où Renault et Nissan produisent déjà pléthore de modèles. De leur côté, ces derniers espèrent mutualiser l'expertise de Mitsubishi dans les batteries électriques et les hybrides en espérant faire baisser de 30% le coût de la batterie. Carlos Ghosn veut d'ailleurs accélérer dans la voiture 100% électrique avec 12 modèles supplémentaires d'ici 2022. Il espère faire du Kwid électrifié un véritable outil de conquête dans les pays émergents notamment en Chine. Carlos Ghosn veut conforter son statut de leader dans la voiture électrique, après avoir rappelé qu'il avait été pionnier dans cette technologie à une époque où personne ne misait dessus.

En matière d'autonomie, l'alliance se veut beaucoup plus offensive qu'elle ne l'a été jusqu'ici avec « 40 modèles ayant différents niveaux de technologies de conduite autonome d'ici 2022 ». La date de 2022 a été lancée pour un véhicule autonome de niveau 5, c'est-à-dire sans intervention de conducteurs. Enfin, en matière de connectivité, le plan Alliance 2022 veut investir deux champs, ceux de l'infotainment et un important projet cloud pour gérer la partie autonome.

Mystère sur le volet gouvernance

Ce plan stratégique s'inscrit dans la continuité de la méthode Ghosn fondée sur les synergies industrielles, les économies d'échelles, et les frais en R&D mutualisées. Carlos Ghosn estime qu'il existe encore des gisements de productivité et de compétitivité au sein de l'alliance. Selon lui, ces économies industrielles et financières sont la meilleure façon de pérenniser l'Alliance. Ce solide argument a jusqu'ici convaincu les investisseurs. Sauf que ces derniers, s'interrogent de plus en plus sur la pérennité managériale de la structure, jugée pour beaucoup, comme le véritable socle de l'Alliance. Carlos Ghosn  s'est voulu plus mystérieux sur cet aspect... Il s'est contenté d'indiquer avoir "l'intention d'exécuter le plan tant que cela aura du sens", sans plus de précisions. Ainsi, Carlos Ghosn continuera à cumuler les postes de PDG de Renault, PDG de l'Alliance, Président du conseil de surveillance de Nissan et de Mitsubishi. La situation pourrait néanmoins évoluer chez Renault qui a créé un comité de réflexion sur la stratégie de gouvernance. On en saura peut-être plus le 6 octobre...

| Lire aussi: Carlos Ghosn ou les limites du PDG "jupitérien"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2017 à 19:48 :
L'absence de plan de succession n'est pas étonnante : L'intérêt personnel de Carlos Ghosn est de se rendre indispensable, comme pour la plupart des dirigeants, et même si cela se fait au détriment de la société qu'ils dirigent.
a écrit le 16/09/2017 à 14:48 :
Bravo Carlos Ghosn !
a écrit le 16/09/2017 à 9:21 :
Il y a ce groupe qui ne cesse de progresser,de se renforcer et d'avancer... et ceux qui glosent et engagent des polémiques aussi futiles que vaines sur la rémunération de ses dirigeants.
a écrit le 15/09/2017 à 21:07 :
14 milliards d' autos anticipées, c' était tout simplement impensable il y a deux ans. RENAULT flirtait avec un devenir de numéro un mondial des ventes et il a attrapé la queue du Mickey à fin juin, pari gagné avec une longueur d' avance sur le timing.

Et le meilleur est à venir car celui-là nous annonce rien de moins qu' une force de frappe nucléaire en nombre de plateformes, de modèles, de conduite connectée, d' électrification quand le concurrent allemand se situe dans ce domaine encore à l' âge de pierre.
a écrit le 15/09/2017 à 20:44 :
De la Com pour détourner l'attention de la pollution de ses moteurs diesels...
Réponse de le 16/09/2017 à 19:50 :
On peut très bien parler des deux en même temps.
a écrit le 15/09/2017 à 20:32 :
« Notre organisation actuelle ne nous empêche pas d'avancer, le jour où notre organisation deviendra un obstacle, alors nous la changerons »
Question :
Pour Mitsubishi a été acheté par seulement par Nissan et non par Renault + Nissan?
La participation dans Avtovaz avait été partagée entre les deux constructeurs?
Serait-ce pour privilégier Nissan au détriment de Renault lors de prochaines négociations pour changer l’ organisation ?
Réponse de le 16/09/2017 à 23:15 :
Mr Ghosn vient de Nissan. Il a mis ses "hommes" à la tête de l'Alliance. Renault n'a plus de pouvoir, ni même sur sa propre stratégie, alors qu'il détient 40% de Nissan. Ce qui insupporte Nissan. Donc, en effet ... votre question est pertinente.
a écrit le 15/09/2017 à 18:15 :
Comme disait CHIRAC : mes promesses n'engagent que ceux qui les croient . Idem avec CG et tous ces milliards de synergies . Rendez vous dans 2 ans et 4 mois début 2020 pour voir ou sont ces soi disant 10 milliards .
Réponse de le 15/09/2017 à 20:44 :
Dans le rachat d' un généraliste teuton plombé par le VWgate ..??
a écrit le 15/09/2017 à 17:25 :
On peut dire que Carlos Ghosn qui a porté Renault un mondial des ventes automobiles au premier semestre ne fait pas pas dans la demi-mesure quand les allemands en sont encore à s' organiser en cartel et que les ventes de la marque en Allemagne, qui est au demeurant le premier marché d' Europe, explosent.

Après les baveux s' étonneront de sa rémunération !
Réponse de le 15/09/2017 à 18:20 :
Roulez donc dans votre Rino , moi je garde ma 323i de 1981 malgré ses 12 litres au 100 ; car c'est une voiture plaisir , ce qu'aucune Rino n'a jamais été .
Et elle a passé les 200 000 , dur pour une Renault d' y arriver .
Réponse de le 15/09/2017 à 18:47 :
@léon Trop chère mon fils, trop chère votre Bmw depuis que la grâce a abandonné les teutonnes compagnies et la deutsche Qualität aussi ..!!


Que dire alors d' une Audi-sparue relégué au dernier rang du ..premioum mondial .??!!
Réponse de le 15/09/2017 à 20:21 :
Mais bien sûr mon cher Léon, continuez d'empoisonner l'air avec votre vieux moteur de 35ans. C'est sur que quand on reste 35 ans en arrière sur son temps, on est pas au courant que les voitures françaises ont dépassés les allemandes aujourd'hui (reliability index)
Réponse de le 15/09/2017 à 23:37 :
@Math Je suis pas un idiot et je ne suis pas assez riche pour m' offrir le
SAV hautain de VW groupe, par ailleurs je n' aime pas les taches d' huile qui tachent mon garage ...!
Réponse de le 16/09/2017 à 14:29 :
@leon : pov Leon, il n'est plus au courant !!! Il se goberge dans sa voiture de Beur !!! Alors que de très bonne Renault dépassent allègrement le KM du gazogène Beur, avec un grand plaisir de conduite... Au fait, Wie sagen sie Beur in Deutsch sprache ??
Réponse de le 16/09/2017 à 15:14 :
@Gasparetto
ahah sure ça fait désordre les taches d'huile surtout quand on couche dans sa voiture...
just teasing.
Réponse de le 16/09/2017 à 19:44 :
Même avec tout le succès du monde, Carlos Ghosn n'est pas obligé de se faire attribuer une rémunération tellement importante qu'elle n'a plus aucun sens.

Parce qu'à ce niveau là, l'argent ne sert plus qu'à flatter l'ego du bonhomme, alors qu'une vie ne suffirait plus à tout dépenser dans les pires extravagances.
Réponse de le 17/09/2017 à 16:49 :
@leon - 200.000 km en 35 ans...ça va, elle a pas trop forcé ta BM...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :