Stellantis : Peugeot et Citroën pourraient cesser de produire en Chine à cause des tensions géopolitiques

Le patron du groupe automobile franco-italien est en discussion avec DongFeng pour décider de l’avenir de leur coentreprise qui commercialise les marques Peugeot et Citroën et dont les ventes sont très en-dessous des prévisions. Carlos Tavares estime que le climat des affaires en Chine s’est détérioré et veut désormais limiter le risque géopolitique.
Nabil Bourassi
En 2021, les ventes cumulées de Peugeot et Citroën ont atteint les 100.000 immatriculations.
En 2021, les ventes cumulées de Peugeot et Citroën ont atteint les 100.000 immatriculations. (Crédits : Reuters)

« Nous avons des discussions avec notre partenaire Donfgeng », a déclaré ce lundi à Paris Linda Jackson à l'occasion du Mondial de l'auto. La directrice générale de Peugeot a reconnu que la situation des ventes en Chine n'étaient pas satisfaisantes, ni pour la marque française ni pour son partenaire chinois.

La nouvelle 408 lancée en Chine

« C'est normal de discuter avec notre partenaire », a-t-elle tenté de feindre pour ne pas répondre à l'inéluctable question du retrait des activités en Chine. « Nous y lançons la nouvelle 408 », a-t-elle assuré.

Et pourtant, Peugeot n'est jamais parvenu à colmater l'hémorragie de ses ventes dans l'ex-Empire du Milieu. En 2021, les ventes cumulées de Peugeot et Citroën ont atteint les 100.000 immatriculations, une goutte d'eau dans ce marché aux quelque 25 millions de voitures. Une situation intenable et questionne le modèle économique de Stellantis, incapable de s'imposer sur ce marché majeur.

Il y a quelques mois, Carlos Tavares avait tiré des conclusions radicales à la problématique chinoise. Il a accusé les autorités d'empêcher le libre cours du marché et de polluer le climat des affaires. Il avait décidé d'en finir avec la coentreprise signée avec GAC et qui permettait de construire et commercialiser des Jeep. Il avait alors annoncé basculer sur un modèle dit d'actifs allégés (asset lights) : en gros, les Jeep vendues en Chines seront désormais importées.

Aversion au risque géopolitique

Au Mondial de l'automobile de Paris, le patron de Stellantis a confirmé qu'il n'avait pas changé d'avis sur le climat des affaires en Chine. Au contraire, l'actualité des derniers mois a conforté son analyse.

« Le moins que l'on puisse dire, c'est que la stabilité géopolitique Chinoise n'est pas assurée », a-t-il déclaré. « Le verbe américain est de plus en plus musclé », a observé Carlos Tavares qui estime « avoir à plusieurs reprises, été éjecté de marchés en raison de sanctions occidentales ». Il faisait alors référence à l'Iran et la Russie. Selon lui, le risque géopolitique est devenu un critère déterminant des arbitrages d'investissements.

Lire aussiLa mondialisation fragmentée : ce scénario qui pourrait bouleverser le monde

La jurisprudence Jeep

Sur la coentreprise qui fabrique et commercialise les marques Peugeot et Citroën en Chine (DPCA), il a constaté « un problème éthique à ce que les ouvriers européens compensent les pertes chinoises ». Autrement dit, il devient impératif de régler la question DPCA qui est devenue un foyer de pertes pour le groupe. Carlos Tavares a ainsi confirmé des discussions en cours avec DongFeng (qui détient l'autre moitié de DPCA), et n'exclût pas d'appliquer la jurisprudence Jeep en passant par une commercialisation de véhicules importés. Cette stratégie est complexe à mettre en œuvre et implique des droits de douane conséquents et un accès réduit au marché chinois. Interrogé sur le risque d'être absent du premier marché automobile du monde, Carlos Tavares a répondu que ce n'était pas un problème pour Stellantis, alors que le groupe y vise 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2030.

« Il y a devant les constructeurs chinois un tapis rouge en Europe, et ce n'est pas comme ça que nous sommes reçus en Chine », a accusé Carlos Tavares. « Les taxes à l'importation des véhicules en provenance de Chine devraient être symétriques à celles qui sont appliquées aux véhicules occidentaux en Chine », a-t-il ajouté. « On est dans un monde qui se fragmente, les Etats cherchant à établir des bulles  (..) Si on pense que dans quelques temps ces bulles vont se refermer, il faudra que l'on vende en Europe les véhicules fabriqués en Europe. On va s'adapter », a-t-il poursuivi, après avoir annoncé que le groupe allait produire « à brève échéance » 12 véhicules électriques en France, contre six actuellement. Les Peugeot 308, 308 break et 408 électriques seront notamment produites à Mulhouse (Haut-Rhin), a indiqué le patron de Stellantis au côté du président de la République Emmanuel Macron, qui visitait le stand Peugeot. Les SUV 3008 et 5008 électriques seront produits à Sochaux (Doubs) et le futur SUV électrique de Citroën à Rennes.

Lire aussiVoiture électrique : Peugeot et Renault vont accélérer

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 19/10/2022 à 2:07
Signaler
Ce genie des affaires devrait se poser une question: Pourquoi les allemandes continuent-elles de se vendre en Chine ?

le 20/10/2022 à 16:52
Signaler
je redit les voitures venant de chine doivent etre impose comme les velos venant de ce pays meme si elle son badge d'une marque europeene

à écrit le 19/10/2022 à 1:29
Signaler
Aucun problème pour le PCC et Dongfeng tant que les dividendes français tombent...

à écrit le 18/10/2022 à 10:44
Signaler
ils peuvent tout a fait partir, maintenant qu'on les met dehors, vu qu'uils ont fait les transferts de technologies.......sans etre mechant, sachant ce qu'il va se passer derriere, il faudrait faire savoir aux chinois que leurs voitures sont bienvenu...

le 18/10/2022 à 15:48
Signaler
Tavares est l'hypocrisie parfaite. PSA était quasi seul en Chine il y a longtemps.. de transfert de technologie ils n'en n'ont pas produit puisque vendant des modèles antédiluviens.. les allemands, américains, japonais et coréens sont arrivés bien ap...

à écrit le 18/10/2022 à 10:33
Signaler
Les chinois vont envahir le marché européen et nous , on quitte ce pays. On avait une avance technologique avec le thermique et nos politiques ouvrent grand les bras aux chinois qui maîtrisent mieux la technologie des batteries . Toujours la même cha...

à écrit le 18/10/2022 à 10:32
Signaler
La Chine communiste est devenue et de loin le premier marché de l'automobile dans le monde et avec une part de la production intérieure chinoise avec des producteurs chinois à la pointe de l'électrique de plus en plus forte. Les voitures de Citroën ...

le 18/10/2022 à 11:01
Signaler
Ouaip, mais êtes-vous prêt à vivre au quotidien en Chine ? Je ne suis pas sûr que tout le monde y soit heureux

à écrit le 18/10/2022 à 10:26
Signaler
Les citoyens des pays européens et de l'occident doivent cesser d'acheter les produits qui viennent de Chine, ils doivent tirer la leçon poutinienne. La Chine est une Russie en devenir, très dangereuse impérialiste, brutale et violente avec ses minor...

à écrit le 18/10/2022 à 9:29
Signaler
Le leurre de la promesse du futur et fantastique marché intérieur chinois ! Beaucoup en doutait il y a 20 ans déjà. Par contre ils nous ont bien dépouillé de nos usines et de nos capitaux là ya pas de problème. Merci qui ? Merci l'oligarchie !

à écrit le 17/10/2022 à 22:39
Signaler
Droit de douane salé pour les voitures chinoises en Europe

à écrit le 17/10/2022 à 20:54
Signaler
La voiture electrique Les constructeurs qui ne feront plus que cette énergie en Europe seront supplanté par les Chinois et disparaîtront De plus nous ne voulons pas de ces voitures

à écrit le 17/10/2022 à 20:18
Signaler
Cela va inquiéter les actionnaires mais pas les Français !

le 18/10/2022 à 10:21
Signaler
L'industrie auto fait travailler plus d'1 millions de personnes en France. Une brindille...

à écrit le 17/10/2022 à 19:26
Signaler
Bye bye Peugeot et citroen dans le premier marché mondial de l'automobile 53 fois celui des USA maintenant). ET vive les voitures russes pour la Chine communiste qui a 20 ans d'avance dans tous les domaines industriels sur l'Europe et les USA, que c...

le 17/10/2022 à 20:05
Signaler
Voitures russes pour la Chine ! vous voulez rire ? A l'heure où les constructeurs chinois rentrent en force sue le marché européen !!! Il ne se passe pas un mois sans que la presse automobile annonce l'implantation d'un constructeur chinois automo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.