Volkswagen en proie à une profonde crise managériale

D'après Der Spiegel, Ferdinand Piech, président du conseil de surveillance, et chef historique du groupe, "aurait pris ses distances" avec Martin Winterkorn, l'actuel président du directoire.
Martin Winterkorn (à gauche) et Ferdinand Piech seraient en froid d'après des propos rapportés par la presse allemande.
Martin Winterkorn (à gauche) et Ferdinand Piech seraient en froid d'après des propos rapportés par la presse allemande. (Crédits : Reuters)

Le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Ferdinand Piech, a déclaré avoir pris ses distances avec Martin Winterkorn, le président du directoire, rapporte vendredi Der Spiegel, exposant au grand jour des tensions entre les deux principaux dirigeants du géant allemand de l'automobile.

Ferdinand Piech, qui fait partie depuis 22 ans de l'équipe dirigeante du groupe, dont neuf années à la présidence du directoire, prend ainsi le risque de fragiliser Martin Winterkorn alors que Volkswagen est engagé dans un plan de réduction de ses coûts de plusieurs milliards d'euros et qu'il doit faire face à la baisse de ses ventes aux Etats-Unis.

Winterkorn n'aurait pas d'avenir après 2016

"J'ai pris mes distances par rapport à Winterkorn", a-t-il déclaré selon les propos rapportés par l'hebdomadaire, qui ne précise ni quand ni dans quel contexte ils ont été tenus. L'article ajoute, sans citer ses sources, que Martin Winterkorn n'a aucun espoir d'accéder à la présidence du conseil de surveillance à l'échéance de son mandat en décembre 2016.

Ferdinand Piech, qui doit quitter la tête du conseil en surveillance en avril 2017, a déclaré au Spiegel qu'il souhaitait voir les bonnes personnes prendre le relais à la tête des deux organes dirigeants du groupe. Le choix des futurs dirigeants aura lieu "peu avant mon départ", a-t-il précisé, toujours selon Der Spiegel. De son côté, Volkswagen s'est refusé à tout commentaire. Le conseil d'entreprise du groupe n'a pu être joint dans l'immédiat.

Les difficultés aux Etats-Unis en toile de fond...

Volkswagen, qui s'est fixé pour objectif de ravir au japonais Toyota le titre de premier constructeur mondial, s'efforce actuellement d'améliorer la rentabilité de sa principale marque, VW.

Der Spiegel rapporte que Hans Michel Piech, un frère de Ferdinand qui siège au conseil de surveillance du groupe, a critiqué l'incapacité de Martin Winterkorn à redresser la situation aux Etats-Unis et à faire aboutir le projet d'un modèle à bas prix destinés au marché asiatique.

Ferdinand Piech a déjà dans le passé savonné la planche à certains autres dirigeants du groupe. Dans un entretien publié en mars 2006 par le Wall Street Journal, alors qu'il était déjà à la tête du conseil de surveillance, il déclarait ainsi que la prolongation du mandat du président du directoire de l'époque, Bernd Pischetsrieder, était "une question posée" en raison de l'opposition des syndicats.

Winterkorn ancien d'Audi, et ancien "proche" d'Audi

Bernd Pischetsrieder a remis sa démission en novembre 2006 et a été remplacé quelques semaines plus tard par Martin Winterkorn, qui dirigeait jusqu'alors Audi et était un proche allié de Ferdinand Piech.

A la Bourse de Francfort, l'action Volkswagen gagnait 1,3% à 252,85 euros vers 14h10 GMT alors que Dax avançait de 1,59% et que l'indice Stoxx du secteur automobile européen progressait de 1,04%.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 12/04/2015 à 0:30
Signaler
La course en avant toujours vendre plus, plus cher ... Mais la qualité ne suis plus.

à écrit le 11/04/2015 à 21:40
Signaler
Les ventes n'arrêtent pas de chuter, VW n'arrive plus à raccrocher les wagons, audi non plus, la piètre qualité a cramé la position, Winterbof ou n'importe quel autre, au crépuscule, quelle importance , on ne verra pas la différence... Le bon génie...

à écrit le 10/04/2015 à 21:12
Signaler
Les énormes profits, l'énorme trésorerie en cash, la croissance à plus de 10 000 000 - 10 millions de véhicules produits, les énormes investissements en innovation, en nouvelles usines - c'est compréhensible, les enjeux sont énormes pour continuer la...

à écrit le 10/04/2015 à 19:21
Signaler
C'est la Bébé, la Bébé, la Bérézina, la crise est profonde chez l'illusionniste, plus rien à voir, à vendre, rarement du bon, circulez, faites vos jeux...!!!

le 12/04/2015 à 10:00
Signaler
vous avez raison je viens d'apprendre suite à votre commentaire que toutes les usines WW et Audi viennent de fermer. Comme je compte investir avez vous un autre tuyau de ce genre.

le 12/04/2015 à 19:10
Signaler
@Bill bouquet Il voulait dire vendez votre voiture groupe VW avant qu'elle ne tombe en panne, soyez dans l'anticipation, refilez là à un autre avant la tuile..!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.