Saint-Gobain se réorganise et prépare un plan d'économies

 |   |  484  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Pierre-André de Chalendar a présenté aujourd'hui un plan de transformation mondiale de Saint-Gobain pour adapter le groupe à la révolution numérique. Le fabricant de verres et de matériaux se réorganise en pôle régionaux avec des directions générales pays par pays. Benoit Bazin devient le nouveau numéro deux du groupe. Les marchés ont plutôt apprécié la perspective d'un plan d'économies.

Répondre mieux et plus vite aux enjeux de la transition énergétique, notamment pour lutter contre les passoires thermiques, et adapter ses métiers à la révolution numérique. Pour être davantage "agile" sur ses marchés, Saint-Gobain pivote son organisation en rompant avec des directions générales thématiques (distribution, produits pour la construction, vitrage bâtiment) dans chacune de ses implantations géographiques.

"Cette organisation était devenue un obstacle pour aller plus loin" a estimé le pdg Pierre-André de Chalendar. "Au 1er janvier 2019, nous serons organisés par pays. C'est un renversement profond de la manière dont les managers vont réfléchir mais ce sera plus facile que de décréter depuis Paris."

Le spécialiste du verre et des matériaux de construction espère que cette "transformation radicale" lui fera "gagner en croissance et en compétitivité" et consolidera ses points forts ainsi que ses acquisitions dans les pays émergents. Il mise sur des économies de 250 millions d'euros d'une plus grande efficacité de l'organisation qui aura pour conséquences des suppressions de postes.

Quatre entités régionales voient le jour

Concrètement, depuis que cela a été annoncé en assemblée générale fin juillet, le groupe a constitué des groupes de travail pour "faire remonter des idées du terrain et converger en ce sens". "En nous organisant pour nos clients, nous pouvons fonctionner à plein régime" assure Benoit Bazin, promu directeur général délégué.

"Nous poussons à plus de responsabilisation. Demain, un patron de pays décidera en regroupant toutes les forces, toutes les énergies. Ce sera plus facile en termes d'interaction".

Saint-Gobain a déjà commencé à céder des entités et des activités en se fondant sur cette logique. En Allemagne, il s'agit de l'activité Distribution Bâtiment. "Compte tenu de la numérisation, Saint-Gobain n'est pas forcément le meilleur a terme", a justifié Pierre-André de Chalendar.

Quatre entités régionales voient le jour : Europe du Nord, Europe du Sud, Amériques et Asie-Pacifique qui aura son siège à Shanghai. Si de grands investissements sont en jeu, cela pourra remonter jusqu'à Paris. En revanche, s'il faut trancher entre une usine en Thaïlande et une autre au Vietnam, "c'est la région qui allouera". Cet "allègement significatif" conduira à des suppressions de postes, reconnaît Pierre-André de Chalendar, mais il "refuse de parler de plan social" ou de donner des chiffres pour l'instant : "Je veux d'abord en parler en dialogue social avec les instances représentatives du personnel. Je ne suis pas assez avancé pour vous dire."

Reste à savoir si cette réorganisation sera appréciée par les investisseurs, alors que le cours de l'action a perdu près de 30% depuis janvier. Apparemment c'est le cas, puisqu'à 13h15, l'action Saint-Gobain était en forte hausse de plus de 4% à  33,23 euros, après avoir ouvert à 32,75 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2019 à 17:00 :
Vivant de l’intérieur ce qui se prépare, les choses sont pas aussi neutre.
De nombreuses personnes sont sur la sellette.
Derniers exemples en date, une juriste, 37 ans de carrière qui ne correspond plus aux attentes du groupe ou un manager intermédiaire qui découvre par hasard au travers d’un organigramme qu’il ne sera plus des nôtres ...
Alors Saint Gobain meilleur employeur ?
https://www.saint-gobain.com/fr/top-employer-global
On peut se poser la question !
a écrit le 26/11/2018 à 14:05 :
RIP l'industrie française.
Saint-Gobain va connaitre le même destin que Vallourec, la liquidation par appartement ou la mort lente,
Un haut-fonctionnaire, ancien grand manitou des participations industrielles de l'Etat, va diriger l'entreprise, vers le précipice

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :