Comment rebâtir de toute urgence une industrie nationale de la santé

Le système sanitaire dont la France était si fière s'est révélé peu préparé et mal organisé. L'enjeu est de relancer nos capacités de production pour faire face aux prochaines catastrophes. Les annonces faites lors du Ségur de la santé seront-elles suffisantes ?
La France est tributaire de l'étranger pour les équipements de santé, notamment les respirateurs dont le nombre a fait défaut pendant le pic de la crise du COVID-19 fin mars dernier.
La France est tributaire de l'étranger pour les équipements de santé, notamment les respirateurs dont le nombre a fait défaut pendant le pic de la crise du COVID-19 fin mars dernier. (Crédits : Benoit Tessier)

Quelle est réellement l'efficacité sanitaire de la France ? Hier encore les Français se vantaient d'avoir le meilleur système de santé au monde. Désormais, ils doutent et s'inquiètent. Aux pénuries de médicaments, de masques et autres équipements de protection sont venus s'ajouter les craintes des hospitaliers sur la réduction des capacités de leurs établissements. Ni le Haut Conseil de la santé publique ni Santé publique France n'ont alerté suffisamment tôt sur les risques de pandémie alors que notre pays n'était pas prêt à y faire face.

Dès l'apparition des premiers clusters, le manque de tests n'a pas permis de lutter contre les chaînes de contamination tandis que les services de réanimation menaçaient de se retrouver saturés, faute de lits et de respirateurs en nombre suffisant.

Pire, pendant le confinement, ordres et contrordres - comme sur l'utilité du masque - se sont multipliés, tout comme les révélations sur les bugs provoqués par la gestion bureaucratique de la santé publique et la fragilisation, voire le démantèlement, de notre industrie médicale, « déconfinée » en Chine. Dès lors, comment rendre à la France son indépendance industrielle et la doter des capacités pour lui permettre d'affronter de nouvelles catastrophes sanitaires qui, de l'avis des experts, ne manqueront pas de survenir ?

Le coût de la main-d'œuvre pèse lourdement

Dans une situation de crise, il faut distinguer trois types de produits stratégiques : le petit équipement de sécurité à usage unique, le matériel médical et les produits pharmaceutiques.

Pour les équipements de sécurité, il va être difficile de relocaliser la production en France. Une des dernières usines de masques du groupe américain Honeywell à Plaintel (Côtes-d'Armor) a été délocalisée en Tunisie. Dans cette industrie, le coût de la main-d'oeuvre pèse lourd. Serions-nous prêts à payer un masque français plus cher ? L'expérience du masque en tissu ne rend pas optimiste. En pleine pénurie, l'État a incité les entreprises du textile à en fabriquer et mobilisé 300 façonniers.

Mais aujourd'hui, les commandes baissent et des millions de masques leur restent sur les bras. L'État préfère en acheter 10 millions au Vietnam, moins chers... Dans le domaine du matériel médical lourd, comme les respirateurs, la dépendance aux fournisseurs extérieurs est aussi très forte. Comment en relocaliser la production ?

« Avec la Compagnie générale de radiologie, nous avions un champion en imagerie médicale, explique Gérard de Pouvourville, professeur en économie de la santé à l'Essec Business School. Mais Thomson l'a cédée à General Electric en 1987. Depuis, la France dépend entièrement des fabricants allemands et américains, mais aussi des Japonais et des Coréens grâce à leur avance dans l'électronique médicale. Recréer un tissu industriel nécessiterait de très gros investissements. »

Pas impossible, mais très coûteux.

Quant aux médicaments, c'est simple : comme toute l'Europe, nous dépendons de 60 à 80% des importations. Longtemps à la première place des pays européens pour la production pharmaceutique, la France a chuté à la quatrième place derrière le RoyaumeUni, l'Allemagne et l'Irlande. Un recul dû aux dysfonctionnements des politiques de santé.

« Alors que cette politique impose près de 1 milliard d'euros d'économie chaque année sur le prix des médicaments, sa part dans les dépenses de santé a chuté de 15% il y a dix ans à 12% aujourd'hui, précise Philippe Lamoureux, directeur général du Leem (Les Entreprises du médicament), le syndicat de l'industrie pharmaceutique. Le chiffre d'affaires du secteur n'a pas évolué depuis 2009 ! »

Conséquence : notre appareil de production a vieilli, même si Sanofi a annoncé qu'il allait investir plus d'un demi-milliard d'euros pour créer en France un nouveau site flexible et digitalisé. Si l'on compte encore 271 sites de fabrication dans l'Hexagone, seuls 32 travaillent avec des biotechnologies, essentiellement pour produire des vaccins. Les autres lignes sont souvent spécialisées en médicaments chimiques dits « matures », concurrencés par les génériques. Pour les anticorps monoclonaux et les médicaments innovants produits par biotechnologie, la France a été dépassée par l'Allemagne et la Suisse.

Stocker ou relocaliser ?

Selon Leem, il n'y aura pas de retour en arrière sur la mondialisation de la production. Avec plus de 1.200 médicaments d'importance stratégique, aucun pays ne pourrait produire tout ce dont il a besoin. Selon ces industriels, aller vers l'indépendance revient à mettre sur le tapis l'attractivité de la France et des marges industrielles. Une attractivité qui souffre de la régulation des prix et des délais administratifs, mais aussi d'une concurrence européenne avec des pays qui savent, eux, « chouchouter » leur industrie comme l'Allemagne, ou jouer du dumping fiscal comme l'Irlande.

« Janssen fait partie des laboratoires qui considèrent que plusieurs promesses du Conseil stratégique des industries de santé n'ont pas été suivies d'effet, regrette Emmanuelle Quilès, présidente de Janssen France. Avant la crise, le pays semblait davantage préoccupé par les économies à court terme que par l'innovation et l'accès aux médicaments. Cela n'encourage pas les labos étrangers à implanter leurs outils de recherche et de production sur le sol français. »

En dépit du crédit impôt recherche. Pour se relancer dans la course, il est donc urgent de repenser notre système de santé et la politique du médicament.

Mais plus globalement, que ce soit le petit équipement de sécurité à usage unique, le matériel médical ou les médicaments, faut-il stocker plutôt que relocaliser ? La réponse n'est pas simple. Car, outre les problèmes de coûts ou de péremption, les médicaments nécessaires changent radicalement selon la menace sanitaire. Difficile de savoir le ou lesquels privilégier. Qui aurait imaginé que nos services de réanimation allaient manquer de molécules de sédation comme le curare car la demande était 20 à 50 fois supérieure à la moyenne ?

Certes, les phénomènes de pénurie ne sont pas nouveaux en France et les laboratoires ont heureusement commencé à y réfléchir.

« La crise a accéléré encore leur réflexion sur les chaînes d'approvisionnement depuis les matières premières jusqu'à la commercialisation, observe Patrick Biecheler, associé chargé de la santé globale chez Roland Berger. Pour les produits stratégiques, il est essentiel d'analyser la chaîne de bout en bout pour identifier les zones de fragilité, car la relocalisation de leur production prendrait des années. »

Au final, la question de l'indépendance sanitaire, priorité du nouveau cap fixé par Emmanuel Macron, aura tout intérêt à se penser à l'échelle européenne pour pouvoir peser, mais aussi améliorer et simplifier les conditions de production des médicaments, en encourageant notamment le développement de sites de biotechnologies. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale nous dira cet automne quelles leçons les pouvoirs publics ont tirées de la première crise du COVID-19.

____

TROIS CHIFFRES CLÉS :

  • 85 traitements sur les 91 nouvellement autorisés en France en 2019 sont produits à l'étranger.
  • 32 SITES et 8.500 emplois sont dédiés en France à la production de médicaments innovants, principalement dans le domaine des vaccins.
  • 50% des postes de travail du secteur de la pharmacie en France concernent la production de traitements « matures » concurrencés par les génériques.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 12/07/2020 à 8:42
Signaler
il n'y a pas que la santé comme industrie a réinstaller en France il y a aussi les meubles l'automobile les transport qui a ruiné l'infrastructure ferroviaire pour polluer avec des cars et des camions des demeuré de technocrate pour quelle rais...

à écrit le 10/07/2020 à 10:57
Signaler
La moyenne hebdomadaire de travail pour un salariè du privé est de 39h contre 32h pour les fonctionnaires qui permettent pour certains de cumuler un deuxième travail ou font de l'intérim c'est le cas des agents, y compris des médecins qui consulte en...

le 11/07/2020 à 8:58
Signaler
"La moyenne hebdomadaire de travail pour un salariè du privé est de 39h" En France, la durée légale hebdomadaire s'élève à 35 heures. Les heures travaillées au-delà de ce seuil sont considérées comme des heures supplémentaires, qui doivent être co...

à écrit le 10/07/2020 à 4:51
Signaler
C'est pas tres complique. Que toutes ces tetes creuses et degarnies de cheveux viennent voir ce qui se pratique en Asie. Accueil avec le sourire, extreme proprete, mesures prophylaxiques permanentes, pas de file d'attente inutiles, prise de conscien...

à écrit le 10/07/2020 à 0:51
Signaler
Je comprends pas pk.Par example Air Liquide fabrique des respirateurs pulmonaires.

à écrit le 09/07/2020 à 23:53
Signaler
Oui mais nous avons quand même les TGV médicalisés que le monde entier nous envie et qui nous ont permis de faire face à cette épidémie. C'est ça le génie francais

à écrit le 09/07/2020 à 20:12
Signaler
C'est vrai que les Français ont pris une douche froide, en voyant la difficulté avec laquelle les hôpitaux français se sont organisés pour faire face à un surcroît de travail. Pourtant tout le monde a mis du sien pour les aider, les personnels de san...

à écrit le 09/07/2020 à 18:20
Signaler
Le problème est toujours le même et cela dure depuis belle lurette : les fonctionnaires veulent en faire le moins possible pas d'objectifs de rentabilité d'évaluation. Être super bien payé avec le maximum de congé. Quand on voie l'écart entre le pri...

le 09/07/2020 à 19:14
Signaler
@ le problème Les fonctionnaires sont là pour "fonctionner". C'est aux politiques de leur donner des directives pour fonctionner et contrôler que le travail est bien fait. La responsabilité est du côté des politiques qui ne savent plus prendre des...

le 09/07/2020 à 20:00
Signaler
Vous connaissez la loi de Pareto je suppose. Elle s'applique également chez les fonctionnaires. Par ailleurs, ce ne sont pas les fonctionnaires, uniquement, qui élisent des médiocre, veules et corrompus à la finance mondialisée au point de détr...

le 10/07/2020 à 10:52
Signaler
Le problème... c'est que nous avons des "politiques" détachés de l'Administration qui regagnent, sans risque, leur corps d'origine quand ils ne sont pas élu... c'est de l'entre soi et cumul de retraite!

le 10/07/2020 à 11:11
Signaler
tout à fait d'accord avec Le problème

à écrit le 09/07/2020 à 16:59
Signaler
Éradiquer la cupidité comme principe de fonctionnement d'abord et avant tout permettant ainsi d'aménager un espace sain pour une gestion de la santé nationale efficace et prospère. Enjeu stratégique et amour de l'argent étant par principe opposés...

à écrit le 09/07/2020 à 16:32
Signaler
Tout dépend, si l'on reste sous administration de Bruxelles tout sera plus difficile! Autorisation et dérogation seront en permanence demandé! Pour avoir un "avantage" d'un coté il faudra céder d'un autre! Une "urgence" qui coûtera cher a la France!

le 09/07/2020 à 17:12
Signaler
Dans l'UE est la sacro-sainte libre concurrence (lire concurrence sauvage pour le profit de quelqu'uns), point de stratégie nationale Il serait temps de poser le sujet surt la table, le reste n'est que communication et enfummage

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.