10.000 respirateurs en 50 jours : quatre industriels répondent à l'appel

 |   |  720  mots
Air Liquide va pouvoir accélérer la cadence de production de ses respirateurs artificiels en s'appuyant sur l'expertise de trois industriels: PSA, Valeo et Schneider Electric.
Air Liquide va pouvoir accélérer la cadence de production de ses respirateurs artificiels en s'appuyant sur l'expertise de trois industriels: PSA, Valeo et Schneider Electric. (Crédits : Air Liquide)
Valeo, PSA, Schneider Electric vont prêter assistance à Air Liquide, premier producteur de respirateurs en France, pour augmenter significativement la production de ces appareils essentiels dans le traitement des cas graves de coronavirus. Ce consortium a été piloté sous la férule d'Agnes Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat à l'industrie.

Voilà un consortium absolument inédit ! Monté en une dizaine de jours sur un projet hautement technique, avec un objectif très ambitieux, le tout sans profit... Il fallait bien une crise aussi grave que celle du coronavirus pour pousser quatre groupes d'envergures mondiales à se mobiliser dans des délais aussi brefs. C'est sous la férule du gouvernement que Valeo, PSA et Schneider Electric ont accepté de prêter assistance à Air Liquide, premier producteur français de respirateurs, pour accélérer la production de ces appareils médicaux qui permettent de traiter les cas les plus graves de coronavirus.

Tripler le nombre de lits équipés

Chez Air Liquide Medical Systems, on rappelle avoir déjà triplé sa production après une commande de 1.000 respirateurs passé par le gouvernement mi-mars. Cette commande sera honorée aux deux tiers avant fin avril, précise le groupe. Oui, mais le gouvernement en veut beaucoup plus... Il veut tripler son parc actuel de 5.000 lits équipés... C'est ce parc qui crée un engorgement du milieu hospitalier et conduit parfois à des drames. La secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnes Pannier-Runacher, a donc piloté ce projet réunissant diverses expertises afin de produire 10.000 respirateurs en 50 jours.

Il était nécessaire de trouver des expertises sur quatre aspects : "la sécurisation des composants, la réorganisation des ateliers de production et l'implication de ressources supplémentaires", indique Air Liquide dans un communiqué de presse. D'ores et déjà, le consortium constitué ce jour a annoncé qu'il se mettait en capacité de produire 4.500 respirateurs entre le 15 et le 30 avril.

Yann Vincent, patron de la direction industrielle de PSA, a indiqué que son rôle serait de fabriquer "le bloc mécanique qui permettra de renforcer la capacité de production d'Air Liquide". PSA prévoit de consacrer un "atelier" de 1.000 m2 sur son site de Poissy, et de pouvoir livrer l'usine Air Liquide d'Antony (sud de Paris) dès le début de semaine prochaine. En outre, le groupe automobile va mobiliser une cinquantaine de salariés en renfort sur le site même d'Antony. Toutes les ressources humaines sont mobilisées sur la base du volontariat.

"Nous nous sommes demandés comment nous pouvions aider Air Liquide, nous avons visité le site d'Antony, mobilisés nos ingénieurs, et nous avons compris que nous avions une véritable expertise dans la production de blocs mécaniques", a expliqué Yann Vincent.

L'enjeu de la chaîne d'approvisionnement

Chez Valeo, la contribution est davantage d'ordre ingénierie, mais elle est essentielle. L'équipementier automobile a mis à disposition une partie de son ingénierie R&D sur les technologies du plastique, de la mécanique et de l'électronique. En outre, Valeo a également mis à contribution son écosystème de fournisseurs et sa maîtrise de la chaîne d'approvisionnement afin de fournir en pièces critiques le projet du consortium. C'est près de 100 fournisseurs qui sont mobilisés sur ce projet pour fournir près de 300 pièces. Il y a un enjeu à bien maitriser cette chaîne afin de ne pas rompre la chaîne de production. Enfin, l'entreprise a dépêché des ingénieurs industriels et techniciens volontaires afin de faire monter la cadence de production.

De son côté, Schneider Electric s'engage à "fournir dans un délai très court du matériel permettant la reconfiguration des lignes de production", contribuer à "la sécurisation des approvisionnements" notamment électronique et électrotechnique. L'entreprise va également travailler à améliorer les lignes de fabrication. Et enfin, Schneider Electric va appeler des volontaires pour participer à l'effort de production sur des postes d'opérateurs.

Il s'agit de lancer une production 24h/24 et 7jours/7. Près d'une centaine de salariés de Schneider Electric ont d'ores et déjà répondu à l'appel du volontariat. Les membres du consortium ont précisé qu'ils ne tireraient aucune marge sur cette opération. Air Liquide, de son côté, s'est engagé à vendre ces respirateurs "à prix coûtant".

Pour le gouvernement, cette opération représente l'avantage de monter en puissance sur des appareils déjà homologués, soit une sécurité médicale essentielle à l'heure où le coronavirus a déjà tué plus de 3.000 personnes en France, et tandis que la pandémie accélère dans d'autres pays du monde...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2020 à 23:44 :
Trop tard ! il fallait se bouger le derrière avant. Comme pour tout le reste.

C'est comme en 1940 : on est les plus forts. On va gagner.

En tant que général d'armées, M. MACRON ressemble beaucoup plus au général GAMELIN (celui de 1940), qu'à NAPOLÉON, ou même à FOCH.
a écrit le 01/04/2020 à 11:48 :
Heureusement si on peut dire ...
Il y a DECATHLON
mais nos braves médecins (suppôts des laboratoires) comme pour le dérivé de la quinine et "en temps de guerre" ne veulent pas les utiliser car ils ne sont pas homologués. C'est comme le document INSEE pour les masques 36 pages 150 spécialistes pour que l'on ai tout ça dans six mois que la crise sera finie et que l'on aura 20'000 morts. Conclusion: ils ont prêtes serment pas à Hippocrate mais à l'Ordre et aux Laboratoires.
Rien que leurs dires et affirmations à la TV devraient leurs valoir la correctionnelle immédiatement.
a écrit le 01/04/2020 à 11:15 :
il y aurait potentiellement un respirateur "léger".... conçu par mercedes F1, bcp moins complexe mais capable d aider les malades qui n ont pas besoin de machine lourdes, et désengorger ainsi les service de réa
a écrit le 01/04/2020 à 11:13 :
il y aurait potentiellement un respirateur "léger".... conçu par mercedes F1, bcp moins complexe mais capable d aider les malades qui n ont pas besoin de machine lourdes, et désengorger ainsi les service de réa
a écrit le 01/04/2020 à 10:52 :
Voilà déjà un ex concret de demondialisation ds le vaste secteur stratégique de la santé, avec une collaboration de crise entre gds industriels qui fait merveille et débouchera sur des solutions pérennes et dc durables.
Où l'on voit qu'en France, qd on veut on peut, et vite !!!
Réponse de le 01/04/2020 à 11:08 :
Vous ne m'ôterez pas de l'idée que ça fait plus bidouillage de dernière minute que stratégie de haut vol.

Ce n'est que le dernier avatar en date de la pensée magique de Macron qui prétend résoudre 10 ans de gestion comptable des hôpitaux en 50 jours.

Tant que la tarification à l'acte n'aura pas été revue et la direction des hôpitaux public redonnée aux soignants, on retombera dans la course aux économies meurtrières.
Réponse de le 01/04/2020 à 15:00 :
Moi je vois plus un bidouillage dans l'urgence qu'une vision stratégique.

La pensée magique de Macron essaie de compenser, par l'agitation et le bricolage, 10 années de tarification à l'acte et de gouvernance médicale par des comptables. Ça ne marchera pas.

Je vais prendre un pari raisonné. La crise sanitaire sera terminée dans 15 jours en France et on dénombrera au total (EHPAD et particuliers incluses) environ 22 500 morts surnuméraires.
Retenez le chiffre de 4.3 morts pour 10 000 habitants.

Et là on réglera les comptes de tous les incapables qui nous ont mis dans la misère par incompétence et manque de sang froid.
a écrit le 01/04/2020 à 9:21 :
Ah si le gouvernement avait été honnête et avait avoué dès le départ les pénuries de masques, de respirateurs, de blouses etc, les industriels se seraient mis donc plus tôt à la tâche ! Nous aurions gagné au moins 2 semaines, ... et donc combien de morts évités ????
a écrit le 01/04/2020 à 7:56 :
Enfin une information positive (en plus de celle de la chloroquine évidemment).
a écrit le 31/03/2020 à 19:18 :
La France est compétente pour fabriquer ces respirateurs. En effet, j'ai été ébloui par la fabrication et la fourniture de panneaux de limitation de vitesse à 80 km/heure.
a écrit le 31/03/2020 à 17:58 :
bien
les futurs malades sont d'autant plus contents que le president va inventer 50.000 infirmieres rea en 1 mois
on dirait hollande qui votait une loi a chaque truc!
il sait ce que c'est un goulot d'etranglement? meme s'il a les machnes ca va coincer sur l'immobilier, le materiel, etc.... et last but not least... sur le personnel capable de faire tourner tout ca!
les medicals sont deja au bord de la rupture, y a des trucs qu'ils ne pourront pas faire......
bon, faire et defaire c'est faire encore, comme hollande qui a defaut de faire qqch de positif, a detricote tout ce que sarkozy avait fait, avant de revenir en arriere pour pas avoir la guerre
publiez nous qques resultats dans 2 mois , qu'on rigole
Réponse de le 01/04/2020 à 9:50 :
Je suis d'accord avec vous ! Quelle folie d'avoir bloqué le numerus clausus des médecins et infirmières et ceci a duré jusqu'en .. 2019 ! Il faudra donc entre 6 et 10 ans pour avoir plus de soignants mais beaucoup de médecins seront en retraite d'ici là (on manque dès maintenant de radiologues et de toute sorte de spécialistes). Ce blocage a imposé une limitation incroyable du personnel de santé, mais en plus celui-ci a été diminué peu à peu des structures de santé publiques, gérées par des pseudos dirigeants à la mode entreprise (diminuer les coûts qu'elles qu'en soient les conséquences).
Le "néolibéralisme" est une idéologie extrémiste qui a cassé la France, des délocalisations massives créant des millions de chômeurs et ruinant notre industrie jusqu'à la destruction du système de santé. Le pire est que c'est revendiqué par les dirigeants Français.
Incroyable de lancer des processus industriels avec un nombre en objectif s'il n'y a personne pour faire marcher tous ces respirateurs ! La technocratie financière à l'état pur (je suis ingénieur) qui n'aurait jamais dû accéder à des postes de pouvoir. Le résultat est là.
Réponse de le 01/04/2020 à 11:05 :
Le cancer des 35 h à coût zéro appliqué à l'hôpital depuis plus de 20 ans, associé à une gestion d'entreprise privée avec rationalisation comptable excessive doit être au cœur du projet de redressement de l'hôpital.
a écrit le 31/03/2020 à 16:28 :
Bonjour, voilà une initiative franco- française , des entrepreneurs, des salariés volontaires, qui se mobilisent , solidaires, c'est cet engagement que nous tous souhaitons, attendons de nos entreprises, mais également de nos compatriotes.
puissiez vous poursuivre vos collaborations, ultérieurement pour le bien de tous de tout le pays, notre balance commerciale ne s'en portera que mieux.
Cette initiative ne plaira pas à tous les grincheux bien sur,
Bravo et merci .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :