Néovacs, cette biotech française qui veut vaincre le lupus

La société a obtenu de l'Agence américaine des médicaments la désignation de procédure accélérée pour un vaccin thérapeutique contre cette maladie auto-immune. Un pas important vers une autorisation de mise sur le marché.
Jean-Yves Paillé
Le vaccin thérapeutique de Néovacs fonctionne sur la base de l'immunothérapie. Il permet à l'organisme de générer par lui-même les anticorps contre les cytokines (protéines) surproduites à l'origine de sa maladie.
Le vaccin thérapeutique de Néovacs fonctionne sur la base de l'immunothérapie. Il permet "à l'organisme de générer par lui-même les anticorps contre les cytokines (protéines) surproduites à l'origine de sa maladie". (Crédits : Reuters)

Bientôt un traitement efficace contre le lupus ? La biotech Néovacs a annoncé mercredi 7 décembre avoir obtenu auprès de l'agence américaine du médicament (FDA) la désignation de procédure accélérée (Fast-Track) pour son traitement IFNα-Kinoïde destiné à traiter cette maladie auto-immune. Celle-ci attaque l'ADN des cellules et peut toucher quasiment toutes les parties du corps.

Néovacs, créé en 1993 suites à des recherches scientifiques menées à l'université Pierre et Marie Curie, développe des vaccins thérapeutiques dits "Kinoïdes". Ils sont censés permettre "à l'organisme de générer par lui-même les anticorps contre les cytokines (protéines) surproduites à l'origine de sa maladie".

L'obtention de ce statut est une très bonne nouvelle pour la biotech. Il est réservé aux médicaments jugés "capables de satisfaire des besoins médicaux non satisfaits, et dédiés à des maladies graves", et permet ainsi de rassurer la société sur l'intérêt suscité par son traitement. Celui-ci, actuellement en phase IIb (la fin de l'essai clinique est attendu en 2017), peut bénéficier d'une procédure d'autorisation de mise sur le marché accélérée, s'il confirme son efficacité.

Néovacs augmente ses chances de lancer son traitement dans un marché particulièrement ouvert: les traitements actuels s'attaquent avant tout aux symptômes. Le marché des ventes de médicaments contre cette pathologie est estimé à 4 milliards de dollars pour 2022.

Les big pharmas également sur le pont

Néanmoins, Néovacs n'est pas le seul à avancer dans le développement d'un  produit thérapeutique contre le lupus. AstraZeneca et GSK.disposent de traitements candidats à des stades cliniques avancés (phases II et III):

Par ailleurs, malgré des investisseurs de poids comme Truffle Capital (qui finance également la société Carmat) ou un fonds d'investissement du laboratoire pharmaceutique Novartis, Néovacs compte établir des accords de partenariats avec des laboratoires pharmaceutiques. Un mal nécessaire pour financer et mener les études à termes, et surtout commercialiser son vaccin thérapeutique s'il obtient une autorisation de mise sur le marché.

Si le traitement contre le lupus est son produit le plus avancé, la société travaille  également sur des produits contre la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, le cancer...

Jean-Yves Paillé