Réforme de l'électricité en France : du retard éventuel et des questions

 |   |  643  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'entrée en vigueur de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome) français risque d'être retardée de six mois, selon Loïc Capéran, directeur général de Poweo. Par ailleurs, les compteurs électriques vont devoir être changés. Pour chaque Français, la facture sera salée !

Le marché de l'électricité français pourrait avoir du mal à se réorganiser. L'entrée en vigueur de la loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité (Nome) français, qui entre en discussion ce mardi à l'Assemblée nationale, risque d'être retardée de six mois si le Parlement ne l'adopte pas selon une procédure accélérée. "Dans le cadre d'une procédure accélérée (d'adoption de la loi Nome), on a des chances qu'elle entre en application au 1er janvier 2011 (...). Le pire serait la navette : là, la procédure nous amène gentiment mi-2011 (...). Ce serait vraiment très dommageable pour les nouveaux entrants et pour Poweo en particulier", a déclaré Loïc Capéran, directeur général de Poweo.

Cette loi prépare l'ouverture du marché à la concurrence. Elle permettra pendant quinze ans à tous les fournisseurs d'électricité de s'approvisionner auprès d'EDF. En effet, EDF devra vendre jusqu'à un quart de sa production d'électricité à ses principaux rivaux à un prix compétitif pour qu'ils puissent faire des offres intéressantes.

Mais de son coté, Patrick Ollier, député UMP et président de la commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale, a déclaré à Reuters que la loi entrerait en vigueur comme prévu en janvier 2011. Une procédure accélérée ne sera pas nécessaire.

Loïc Capéran a annoncé que le groupe tablait pour 2010 sur une perte opérationnelle comprise entre 20 et 30 millions d'euros en raison notamment du retard de la loi Nome, qui devait à l'origine entrer en application au 1er juillet.

Poweo dispose aujourd'hui d'une capacité construite de 505 mégawatts (MW) - dont 412 MW en thermique et 93 MW en énergies renouvelables. Le groupe vise en outre environ 500 MW de nouvelles capacités dans le cadre du renouvellement des concessions hydroélectriques en France d'une puissance cumulée de 5.300 MW entre 2010 et 2015, a également déclaré Loïc Capéran.

EDF, de son coté, a déclaré qu'il souhaitait un prix plancher de cession de son électricité d'origine nucléaire de 42 euros par mégawatheure, alors que la commission de régulation de l'énergie évoque un niveau d'équilibre compris entre 37 et 38 euros.

Par ailleurs, EDF est obligé par l'Union européenne de changer les compteurs dans toute la France. 35 millions de foyers devront être équipés de nouveaux compteurs qui permettent de consommer plus intelligemment (en fonction des saisons, de la météo, de l'occupation du logement, ...). Mais ces compteurs connaissent déjà des ratés, ils ne "communiqueraient" pas comme prévu. De plus, ERDF, la filiale d'EDF chargée de la distribution de l'électricité, tablait sur un coût de 5 milliards d'euros pour faire ces changements. Mais la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies estime, elle, que cela coûtera 9 milliards d'euros. Pour chaque Français, la facture devrait être de 230 euros comme le souligne ce mardi Le Parisien Aujourd'hui en France.
 

Le prix de l'électricité pourrait augmenter de 11 à 15%

Les députés PS redoutent une hausse significative des prix de l'électricité. Le projet de loi "Nouvelle organisation du marché électrique" (Nome) "concerne la vie quotidienne des Français. Sa principale conséquence va être l'augmentation du prix de l'électricité de 11 à 15%", a déclaré le député Alain Vidalies au nom du groupe PS à l'Assemblée. "Nous pensons qu'il y a beaucoup de raisons de s'opposer à ce texte qui va entraîner des contraintes très lourdes pour EDF en raison des droits accordés à ses concurrents".

Le porte-parole des députés PCF et Républicains, Roland Muzeau, a aussi mis en garde contre une possible hausse des tarifs. "Le danger est de plus en plus présent d'un démantèlement d' EDF et d'une privatisation à venir".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2010 à 12:06 :
Personne et encore moins EDF ne pourra vous obliger à payer un nouveau compteur, c'est leur problème ! Tous chez UFC que choisir ???! ...........des socialistes qui défendront .......les intérêts d'EDF !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :