Fin de la grève dans les raffineries françaises

 |   |  486  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
A la veille du week-end de la Toussaint, le travail a repris dans les douze raffineries bloquées par le mouvement de grève contre la réforme des retraites. L'expédition de carburant reprend depuis les dépôts pétroliers.

Comme l'avait promis le gouvernement le retour à la normale est bien prévu pour ce week-end de la Toussaint. L'approvisionnement en pétrole et en carburant dans le pays n'est plus bloqué. Les douze raffineries françaises ont cessé leur grève contre la réforme des retraites. Les expéditions de carburant à partir des dépôts des raffineries, dont la majorité ont été débloqués, ont repris ce vendredi.

Même le port de Marseille point stratégique de l'acheminement du pétrole dans l'Hexagone a repris ses activités. Les salariés des terminaux de Fos-Lavera (Bouches-du-Rhône), maillon crucial de la chaîne pétrolière, ont eux aussi décidé de reprendre le travail. Depuis trente trois jours, ils protestent contre la réforme portuaire, tout comme ceux du Havre (Seine-Maritime).

A quelques heures du week-end de la Toussaint, lors duquel les déplacements sont nombreux, le gouvernement espérait une nouvelle amélioration de la distribution de carburant. Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), moins de 15% des stations-service françaises connaissaient encore des problèmes d'approvisionnement vendredi après-midi.

"On voit le bout du tunnel", a dit un porte-parole, en soulignant que le déblocage des raffineries devrait rassurer les clients. "Les gens ne se précipiteront plus dans les stations par précaution", a-t-il dit.

Vendredi, les salariés des raffineries encore en grève qui appartiennent au groupe Total - Gonfreville (Seine-Maritime), Feyzin (Rhône), Dunkerque (Nord), Grandpuits (Seine-et-Marne) et Donges (Loire-Atlantique) - ont voté la reprise du travail, ainsi que la raffinerie Ineos de Lavera (Bouches-du-Rhône).

Le secteur du pétrole a mené le mouvement d'opposition à la réforme des retraites ces dernières semaines. Le déblocage de la situation intervient au lendemain de la septième journée de grèves et manifestations depuis la rentrée de septembre.

"Bout du tunnel"

Il faudra plusieurs jours pour remettre en route certaines raffineries qui ont dû être arrêtées totalement pendant le mouvement social. Cependant, rassuré un porte-parole de l'Ufip a déclaré à propos de la production sur les sites des raffineries : "on est maintenant au bout du tunnel, les choses vont redevenir normales, mais dire quand précisément est impossible".

"Il faudra quelques jours pour sortir du produit" de la raffinerie de Port-Jérôme, a par exemple déclaré une porte-parole d'Exxon mobil. "On est en cours de redémarrage des installations."

A Gonfreville, les salariés ont expliqué la reprise du travail par l'essoufflement global du mouvement contre la réforme des retraites votée définitivement mercredi par le Parlement."Ce n'est pas le mouvement des raffineries contre la réforme des retraites, c'était un mouvement plus large, nous n'aurions pas eu de légitimité à continuer", a déclaré Didier Bocquet, délégué CGT à Gonfreville. "On est réalistes et pas jusqu'au-boutistes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :