Areva ? "Pas de problème de liquidité" assure Anne Lauvergeon

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le conseil de surveillance du groupe, dont l'Etat contrôle près de 90% du capital, a validé samedi dernier une augmentation de capital de la société de 900 millions d'euros en laissant entendre que d'autres opérations de financement pourraient avoir lieu ultérieurement.

Areva n'a aucun problème de liquidité et la décision de procéder à une nouvelle augmentation de capital du groupe revient à l'Etat, a déclaré mardi Anne Lauvergeon, présidente du directoire du spécialiste public du nucléaire. Le conseil de surveillance du groupe, dont l'Etat contrôle près de 90% du capital, a validé samedi dernier une augmentation de capital de la société de 900 millions d'euros en laissant entendre que d'autres opérations de financement pourraient avoir lieu ultérieurement.

La taille de cette opération est nettement inférieure à l'objectif initial de l'Etat, qui voulait boucler une augmentation de capital d'un maximum de 15% avant la fin de l'année, auprès d'investisseurs industriels et financiers, pour un montant global estimé entre 1,5 et 3 milliards d'euros. "Il est clair qu'aujourd'hui nous n'avons aucun problème de liquidité et nous n'avons pas de problème de liquidité, d'ailleurs, pour les années à venir", a déclaré Anne Lauvergeon lors d'une audition devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale. "Notre note va être dégradée, néanmoins, c'est parfaitement clair, puisque l'augmentation de capital prévue par l'Etat - pas par moi - n'est pas entièrement au rendez-vous", a-t-elle ajouté.

Standard & Poor's avait abaissé fin juin la note d'Areva de A à BBB+ en raison des risques de nouvelle dégradation de la rentabilité avec une nouvelle provision liée au chantier de l'EPR finlandais. "Faut-il faire un deuxième tour? On ne peut pas passer sa vie à faire des 'business plans' (...) On va voir ce qu'il va se passer, ça dépend de l'Etat actionnaire (...), ça ne dépend pas de nous", a également déclaré Anne Lauvergeon. Ces déclarations interviennent alors que la candidature du directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde à la présidence du directoire d'Areva relance les spéculations, que le gouvernement pensait avoir apaisées, sur la succession d'Anne Lauvergeon à la tête du groupe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :