Lauvergeon contre-attaque et cible l'actuel patron d'Areva et l'Etat

 |   |  533  mots
Copyright Reuters
"J'ai été attaquée, calomniée, espionnée". Anne Lauvergeon, aux côtés de son mari, le très discret Olivier Fric, a repris lundi après-midi, lors d'une conférence de presse improvisée, un de ses rôles préférés, celui de la victime qui contre-attaque.

Critiquée ces dernières semaines pour l'achat, en 2007, pour 2 milliards de dollars de mines d'uranium (Uramin) dont la valeur vient d'être quasi réduite à néant dans les comptes d'Areva par le nouveau patron Luc Oursel, Atomic Anne n'a pas fait mentir son surnom. Elle a renvoyé tout le monde à ses responsabilités. En dénonçant les "procédés de barbouzes" dont elle a fait les frais. Allusion aux rapports d'officines, qui auraient été commandités par Areva sur cette opération et qui auraient donné lieu à des écoutes illégales de son mari.

Sur Uramin, Anne Lauvergeon ne lâche rien. Non, elle n'a pas acheté trop cher, a-t-elle martelé, graphiques du cours de l'uranium à l'appui. Certes, l'uranium, en pleine flambée à l'époque, s'est effondré peu après, mais qui pouvait le prévoir ? se défend-elle en citant longuement les rapports de Lehman Brothers, Goldman Sachs ou Rothschild qui anticipaient, à l'époque, le contraire. Oui, les expertises nécessaires ont été faites, contrairement à ce que tout le monde prétend. "Et d'ailleurs, nous avions tablé sur une production de 60.000 tonnes et, selon les estimations de septembre 2011, elle est estimée à 63.000 tonnes", se félicite-t-elle. L'ex patronne d'Areva prend néanmoins soin de préciser que cette opération a été scrutée et validée par l'Etat, actionnaire à 83 % d'Areva. L'État "a disposé de toutes les due diligences et de tous les jeux d'hypothèses à l'époque", a-t-elle déclaré. "J'ai même reçu cette année là des mains de Christine Lagarde, ministre de l'économie, le prix du manager de l'année et elle m'a félicitée pour Uramin", se souvient-elle, avec un sourire. Quant à Luc Oursel, l'actuel patron d'Areva, il a non seulement approuvé en tant que membre du directoire l'acquisition mais il présidait même le comité d'investissements, ajoute-t-elle.

"C'est un complot"

Après la défense, l'attaque. Qui a commandité début 2011 le rapport qu'Anne Lauvergeon a reçu anonymement par la poste et au sujet duquel elle a porté plainte ? Sébastien de Montessus, un des membres actuels du directoire, et un de ses anciens proches, selon l'auteur du rapport. "Je n'arrive pas à croire qu'il se soit lancé seul. Il faut de sacrées garanties y compris à l'extérieur de l'entreprise pour se lancer dans la délinquance", lance-t-elle. "C'est un complot", enchérit son avocat, Jean-Pierre Versini-Campinchi. Un complot pourquoi faire ? Ici, pas de graphique. Les phrases se terminent en allusions pour initiés. "Depuis 2007 [et son refus de participer au gouvernement de Nicolas Sarkozy, NDLR], j'ai subi de multiples tentatives de déstabilisation", répète-elle en visant l'Elysée. "Les rumeurs sur Uramin ont démarré fin 2007 au moment où je luttais contre le démantèlement d'Areva au profit de Alstom, soutenu par Bouygues", insiste-telle. "Il fallait m'abattre, il faut m'abattre, y compris par les moyens les plus sales", s'envole-t-elle. Au final, elle sous-entend que dévaluer la branche mines, maintenant, au moment où l'État prévoit de faire entrer des investisseurs au capital, profitera forcément à quelqu'un. "C'est peut-être un hasard. On va voir ce qui va se passer", conclut-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2012 à 15:40 :
Il faut savoir que la droite est capable des coups les plus tordus. cela ne serait pas étonnant, c' est l'héritage des Hauts de Seine.
a écrit le 17/01/2012 à 13:48 :
Règlements de comptes entre mafiosi qui se disputent avec voracité les plus gros morceaux de l'Etat-subprime ! Mais comment osent-ils nous parler d'intérêt général, tant à gauche qu'à droite, quand seul l'intérêt personnel les anime ? Tout est lié : ils ont beaucoup trop de moyens à leur disposition parce que nous sommes déjà trop taxés.
a écrit le 17/01/2012 à 10:54 :
elle ferait mieux de se taire ! Uramin, elle n'est même pas allée voir si ça existe vraiment ! Uramin produisait du vent et pas d'uranium !
Réponse de le 17/01/2012 à 18:39 :
@lado
Et toi tu y était ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :