Les biocarburants patinent en France

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
L'Observatoire des biocarburants, qui a réuni la filière mercredi pour identifier les freins à son essor, a déçu les producteurs de bioéthanol.

Les biocarburants ont, en France, du retard à l'allumage. Destinée à faire le point sur la feuille de route nationale, la réunion de l'Observatoire des biocarburants a pourtant déçu, mercredi, certains de ses participants, notamment les producteurs de bioéthanol. "Ce rendez-vous n'a débouché sur aucune mesure concrète, aucun engagement n'a été pris par les motoristes ou les pétroliers. Ce n'est pas ainsi que nous pourrons devenir les fournisseurs privilégiés de l'Europe", a déclaré Alain Jeanroy, directeur général de la CGB (Confédération générale des planteurs de betteraves).

Certes, le gouvernement est volontariste en la matière. Bruxelles a imposé en 2008 l'introduction de 10% d'énergies renouvelables minimum dans les transports à l'horizon 2020. Paris, sous l'impulsion du Grenelle de l'environnement, a fait le pari d'atteindre le seuil de 7% dès 2010. Cet objectif n'a pourtant pas été atteint, a reconnu récemment le ministère de l'Écologie. Les essences SP95-E10 (qui contient 10% d'éthanol) et E85 (85% d'éthanol, utilisable uniquement dans les véhicules flex-fuel équipés de moteurs adaptés), n'ont pas connu le développement escompté. "Selon les estimations, on serait plutôt à 6,25% d'incorporation de bioéthanol et de biodiesel", rapporte Sylvain Demoures, secrétaire général du SNPAA (producteurs industriels d'alcool agricole).

L'E85 reste un marché de niche

Pour Alain Jeanroy, "il y a un nombre insuffisant de pompes et les moteurs flex-fuel ne sont pas assez promus par les constructeurs." De fait, 307 stations-service distribuent l'E85 sur les 12.000 du territoire. Le SP95-E10 fait mieux avec 3.085 stations. L'industrie automobile a, quant à elle, commercialisé 21.947 voitures flex-fuel en France entre 2006 et 2011, selon le SNPAA. À comparer aux 2,2 millions d'immatriculations réalisées sur le marché français en 2011... "Le flex-fuel a été oublié par le dispositif du bonus, estime Sylvain Demoures. Près de 100.000 GPL ont été vendus avec un bonus de 2.000 euros. Les constructeurs ont dû faire des choix."

Malgré tout, "l'utilisation des biocarburants progresse", estime le SNPAA. Le SP95-E10 a atteint 20% de part de marché. Les volumes commercialisés d'E85 ont augmenté de 44% entre janvier et novembre 2011 par rapport à l'année précédente. Mais "l'E85 reste un marché de niche", reconnaît Sylvain Demoures. Son principal attrait pour les consommateurs est son prix. Le litre était, début janvier, 62 centimes d'euros moins cher que le SP95. Producteurs et distributeurs se sont ainsi associés au sein d'une campagne d'information pour "faire connaître les véhicules compatibles et les stations disponibles". De leur côté, les producteurs de betterave estiment que l'enjeu est la conquête de parts de marché à l'export. "Pour l'instant, la frilosité des pouvoirs publics n'incite pas aux investissements", regrette Alain Jeanroy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2012 à 18:10 :
Menteur
Faire du "bio"carburant pollue + que rouler au Sans Plomb normal.

On pollue les terres avec les engrais et pesticides, on utilise du pétrole pour alimenter les tracteurs et faire les produits cités au dessus...

Si c'est moins cher c'est grâce à l'état, et à la taxe moins forte.

Donc les pseudos écolo qui utilisent le "bio"ethanol polluent + que les autres. Et arrêtez de dire que c'est écolo sans savoir de quoi vous parlez.



Mettez vous à l'écoconception et vous deviendrez vraiment des écolos.



Dans le genre "je paye moins cher pour polluer +" vous êtes les rois.

Désinformation totale.
Réponse de le 29/02/2012 à 12:30 :
Les biocarburants qui sont en fait des agrocarburants voire des nécrocarburants font partie de ce que l'on appelle "L'Ecologie de l'apocalypse".
C'est avec de tels procédés que l'humanité toute entière va s'effrondrer. Le bilan des agrocarburants est plus que mauvais,il est catastrophique. FL/ingénieur en génie énergétique
Réponse de le 01/03/2012 à 9:32 :
@EIFFEL : Connaissez vous le concept de "cycle carbone" ?
Réponse de le 18/03/2012 à 12:06 :
Je connais le cycle carbone et je sais surtout faire un bilan carbone. Quand il faut utiliser massivement de l'énergie pour fabriquer un agrocarburant, il n'y a plus d'intérêt. Pensez donc aux tracteurs qu'il faut alimenter en fuel, aux contenus énergétiques comme les engrais issus du pétrole, les pesticides, l'eau qui est pompé de la nappe phréatique que les pesticides polluent et qu'il faut ensuite dépolluer avec des installations énergivores, le chauffage mis en oeuvre pendant le process de fabrication des nécrocarburants, etc. Les agrocarburants sont des nécrocarburants et font partie d'une industrie du mal comme le tabac ou la drogue car ils utilisent des terres qu'ils polluent alors que l'on pourrait faire des cultures vivriéres pour des personnes qui meurent de faim et notamment les 5000 enfants qui meurent de faim chaque jour dans le monde. Honte aux nécrocarburants et à leurs promoteurs !
a écrit le 20/01/2012 à 10:04 :
Sujet complexe car affamer la planète pour faire rouler les voitures! Et qui nous dit sous le terme bio que çà ne produit pas lors de sa combustion du CO2? ce serait perdre sur tous les tableaux. Effectivement avec notre président qui préfère les chasseurs en 4x4 et Total qui ne paye pas d'impôt en France la filière est bien mal partie
a écrit le 20/01/2012 à 7:08 :
S'ils patinent, je conseille les pneus neige.
a écrit le 19/01/2012 à 20:23 :
moi, j'attend un agro-carburants pour remplacer le fioul dans ma chaudière
a écrit le 19/01/2012 à 19:35 :
A cause des biocarburants, dont la france est le plus gros producteurs en europe, des francais meurent de faim, car la nourriture commence à manquer.
Réponse de le 01/03/2012 à 9:30 :
N'importe quoi ! Des français meurent de faim parce qu'ils n'ont pas de travail.
La france a des terres agricoles en jachère et malgré cela elle est dans le top 5 des exportateurs de produits agricoles (vous avez jamais entendu parlé des quotas de production !). Enfin, l'obésité progresse dans notre pays... qui meurent de faim. Faudrait savoir....
a écrit le 19/01/2012 à 17:09 :
Je roule en Duster Bioethanol, un plein de 35 ? pour 500/550 kms.
un vrai plaisir de faire le plein!
a écrit le 19/01/2012 à 14:55 :
Si les betteraves servent moins à faire du sucre qu'on s'empresse de nous faire avaler, ça ne sera pas un mal. Ne pas abuser du sucre.
Le bilan complet est-il favorable ou est-ce encore une "mode" dont le bilan est masqué ?
a écrit le 19/01/2012 à 14:53 :
Ceux qui ont promu cette forme de carburants comme le non regretté Thierry Breton sont des ânes de première catégorie puisqu'il faut 1 litre de carburant fossile pour faire 1 litre de flexfuel. Thierry Breton devrait être décoré de l'ordre de l'oligarchie des incapables. Avec Marine Le Pen, Thierry Breton n'aurait pas été ministre mais manouevre ou agent d'hygiène tout au plus. Il n'est cependant pas trop tard de lui mettre un balai dans les mains pour qu'il reste dans son domaine de compétences.
a écrit le 19/01/2012 à 13:05 :
bien évidemment puisque les "pétroliers" empêcheront un nouveau carburant qui échapperait à leur contrôle et l'état n'y est favorable que s'il remplis ses caisses en taxes !
a écrit le 19/01/2012 à 11:25 :
Il y a un milliard d'humains qui ne mangent pas à leur faim et utiliser la terre nourricière pour faire du nécrocarburant est une infamie !
a écrit le 19/01/2012 à 11:20 :
Arrêtez de parler de bio carburants et parlez plutôt d'agrocarburants ce sera plus réaliste. compte tenu des dépenses d'énergie pour arriver à les produire la matière première est peut être naturelle mais loins d'être bio et le bilan énergétique pas terrible quant à la note fiscale cela se transforme en subvention indirescte aux agriculteurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :