Des centrales nucléaires jusqu'en 2040 ? C'est ce que préconise le rapport Besson

 |   |  403  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'extension de la durée de vie des centrales nucléaires françaises est l'option la moins chère pour l'État jusqu'à 2035-2040, selon la version provisoire d'un rapport commandé par Eric Besson et révélée lundi par Mediapart. Une conclusion différente de celles du rapport de la Cour des comptes, présenté demain, révélé par la Tribune il y a deux semaines.

Selon le site d'information, EDF estime que la prolongation de la durée de fonctionnement de ses centrales coûterait de 680 à 860 millions d'euros par réacteur.

Or, la construction d'un réacteur de nouvelle génération d'Areva coûterait par comparaison environ 5 milliards d'euros par réacteur.

"Cette option de prolongation s'avère de loin la moins coûteuse en termes d'investissements jusqu'à 2035-2040, quel que soit le scénario alternatif où il y aurait remplacement de réacteurs par un quelconque autre moyen de production", dit le rapport, dont la version définitive doit être remise au ministre de l'Industrie et de l'Energie le 13 février.

L'estimation d'EDF tient compte des mesures demandées par l'Autorité de sûreté nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima au Japon. Des mesures dont l'électricien français a estimé début janvier qu'elles généreraient un surcoût de 10 milliards d'euros.

Commandé par le ministre de l'Industrie et de l'Énergie en octobre dernier, ce rapport analyse différents scénarios de politique énergétique pour la France à l'horizon 2050. Il doit "éclairer" la programmation pluriannuelle que le ministre présentera au Parlement en 2013.

Quatre scénarios sont envisagés: la prolongation du parc nucléaire, l'accélération du passage à la troisième voire quatrième génération nucléaire, la réduction progressive du nucléaire, et la sortie totale du nucléaire.

Dans cette version provisoire, le rapport souligne que si la proportion du nucléaire dans la production d'électricité passait de 75 à 50% en France, la hausse des prix de l'électricité se traduirait en 2030 par une perte de PIB de 0,6% et de 0,9% si elle passait à 20%.

Mais les conclusions de ce rapport ne sont pas définitives, et n'engagent pas le ministre, insiste-t-on au gouvernement.

"Le rapport 'Énergies 2050' n'est absolument pas finalisé", dit une source au cabinet d'Eric Besson. "Ce rapport n'engagera que la commission qui l'a élaboré," ajoute-t-elle.

L'UMP souhaite le maintien de la part du nucléaire dans la production d'électricité française à 75%, alors que François Hollande veut la faire passer à 25% à l'horizon 2025.

La fermeture de Fessenheim, que le candidat socialiste a promise s'il est élu en mai, entraînerait un manque à gagner de 1,1 milliard d'euros pour EDF au cours des 8 prochaines années et de 3 milliards d'ici à 2040, indique le rapport.

Il souligne enfin qu'Areva a la capacité de produire deux EPR par an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2012 à 9:54 :
Il faut cesser de promouvoir le tout électrique pour l'utilisation domestique. On en constate les limites par grand froid; même toutes centrales hurlantes on est pas auto suffisants. On ne peut mettre une centrale atomique dans chaque quartier où jardin. La solution passe nécessairement par des économies réelles et pas par des promesses d'économie et des mesures d'incitation fortes à ces économies.
a écrit le 01/02/2012 à 12:05 :
Bref, comme çà a déjà été remarqué il y a déjà plusieurs semaines, çà va coûter très très cher de continuer le nucléaire et très très très cher de l'arrêter !!Quant à la capacité d'Areva de pouvoir produire 2 EPR par an, il faudrait arrêter de fumer de l'uranium, c'est mauvais pour la santé ! Commencez déjà par faire le compte exact de ce que les 2 1iers EPR toujours pas terminés ont coûté, on verra après.
Réponse de le 01/02/2012 à 13:27 :
J'ai déjà vu des explications d'AREVA sur l'EPR datant des années 90. Ils expliquaient alors qu'il fallait construire un prototype, puis après quelques années d'exploitation de celui-ci se lancer dans la production en série avec le retour d'expérience. Mais sous la haute direction de Anne Lauvergeon (normalienne, ingénieur des mines et fonctionnaire de gauche pure souche), il ont lancés la production en série directement. C'est cela de mettre des gens sans vrai expérience industrielle à la tête de l'industrie. Elle dirige d'ailleurs Libération maintenant. Allez comprendre la logique ... Une chance que le gouvernement l'a d'ailleurs empêché de dépenser des milliards pour acheter des fabricants d'éolienne et de panneaux solaires européens dont les valorisations sont devenus inexistantes depuis. Une grande visionnaire qui surfait sur la bulle verte ...
a écrit le 31/01/2012 à 20:02 :
Besson qui n'en est pas à une traitrise/imbécilité prêt est bien sur un pro nucléaire obtu. Pour notre sacro bidule énergie, nous allons pourrir la terre pour des millénaires mais ça il s'en fiche, seul le profit maximum et immédiat compte. Réduisons ou stabilisons notre gourmandise en énergie et favorisons la décroissance.
a écrit le 31/01/2012 à 10:50 :
Le nucléaire est un outil permettant de continuer le surpeuplement de la France sans augmenter excessivement les PM10 (poussières fines mortifères) Actuellement beaucoup de régions françaises dépassent déjà les 80µg par mètre cube et sont sujettes à une explosion des maladies respiratoires. Toutefois, si la population française poursuit sa croissance exponentielle, l'air deviendra d'ici peu, irrespirable avec des conséquences mortelles lors de crises d'asthme aigues, par exemple. Les cancers de l'appareil respiratoire devaient également poursuivre une croissance exponentielle. FL/ ing. en énergétique
Réponse de le 31/01/2012 à 14:00 :
Sommes nous trop nombreux? En tout cas, on peut se poser la question.
Réponse de le 31/01/2012 à 15:54 :
La dérégulation du climat est dûe à la surpopulation. Elle va mettre la sécurité alimentaire en péril ainsi que l'accès à l'eau pour touts les pays du monde. Le système est dérégulé et se mettra à osciller de plus en plus avec des alternances de sécheresses puis de pluies catastrophiques, de plus en plus d'ouragans, de typhons extrêmement violents, etc.
Réponse de le 31/01/2012 à 16:56 :
le dereglement du climat est du a 99% de son axe et de positionnnement face au soleil .... dans les 1% restant, l'homme n'est responsable a hauteur que de1% ...
Réponse de le 04/02/2012 à 16:49 :
Ah bon? :o))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :