Taxe carbone : l'UE ne cède pas face à la Chine

 |   |  336  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
L'Union européenne n'entend pas revenir sur la taxe qu'elle impose aux compagnies aériennes opérant sur son territoire pour leurs émissions polluantes, malgré les représailles commerciales de la Chine, a réaffirmé vendredi le Danemark qui assure la présidence des Vingt-Sept.

L'Union européenne ne cédera pas, peu importent les pressions de la Chine. Tant qu'une solution internationale n'aura pas été trouvée pour réduire les émissions du transport aérien, "l'UE maintiendra son système ETS (le marché carbone payant européen, ndlr) et j'ai le sentiment que nous avons un Conseil (des vingt-sept pays de l'Union européenne) uni sur ce sujet", a déclaré à la presse le ministre danois chargé du Climat, Martin Lidegaard. Il répondait, en marge d'une réunion à Bruxelles avec ses homologues européens, à une question sur les mesures de rétorsion dans le secteur aérien.

Le ministre a souligné que des négociations au sujet des émissions du secteur aérien civil étaient en cours dans le cadre de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). "L'UE et bien d'autres pays veulent une solution internationale au sein de l'OACI", a ajouté le ministre danois, dont le pays assure jusqu'en juillet la présidence tournante des Vingt-Sept.

Airbus pris en otage

Jeudi, le patron de l'avionneur européen EADS Louis Gallois a indiqué que la Chine bloquait des achats d'appareils Airbus par les compagnies chinoises en représailles à la taxe carbone européenne. "Airbus est frappé par des mesures de représailles. Le gouvernement chinois refuse d'approuver des commandes de longs courriers des compagnies chinoises", a-t-il dit. La mesure européenne a provoqué une levée de boucliers à travers le monde.

Les ventes de 45 appareils --10 superjumbo A380 et 35 longs courriers A330-- sont en jeu, a souligné le patron d'EADS, en indiquant ne pas penser "qu'une solution uniquement européenne soit appropriée". La législation européenne, entrée en vigueur sur le papier le 1er janvier 2012, oblige les compagnies opérant dans l'Union européenne, quelle que soit leur nationalité, à acheter l'équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique. 26 des 36 membres de l'OACI, dont la Chine, les Etats-Unis et la Russie, contestent la mesure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 22:55 :
Combien la Chine achète en gros contrat à la France ( en milliards )?....Combien elle prête à l'état Français ( beaucoup pour acheter nos paix social ) ?......combien elle vous emprunte ( très peu )?.....comparer tout ça avec vos amis Européen : la Grèce...l'Espagne et le Portugal.... qui eux vous achètes peu, qui récupère aussi vos emploi, vous prête 0 euro et vous emprunte tout les 4 mois des millions pour boucher leurs dépenses excessif !! y'a pas de photo !.
....ce que vous ne savez pas encore et que la presse Occidentaux ne vous le disent très peu, surement et lentement, les Chinois qui se tournent vers leurs marchés intérieurs, les consommateurs à attendre de la part des entreprise Chinois est l'Asie....monsieur !, les pays qui vraiment demain intéressent les Chinois c'est des pays qui possèdent de la matières 1er qui garantisse vraiment leurs fruits du travail ( Iran, Irak....les pays Africains a gisement uranium, pierre, bois...) et non des bons trésors Européens et Américains ( juste du papiers avec des chiffres virtuel ). Dans l'avenir proche, la France ne pèse plus lourd pour la Chine. A force de taxer les Chinois pour ceuxci ou cela, qui travaille dur pour très peu, la question ne se pose plus !.....les Français ciblent mal le vrai coupable, les profiteurs ne sont pas des travailleurs honnêtes Chinois qui travaille dur pour sortir de leurs misères et non pour le plaisir de bosser + 8h par jours !, les coupables sont tout prêt de chez vous avec leurs marges ! ils profites sur le dos des travailleurs Chinois et sur le dos de vos portes monnaie....Vous allez mettre en cause leurs gouvernements, mais ils ne font que défendre l'intérêt de leurs pays. Je veux bien croire la presse Occidental et remettre en cause le gouvernement Chinois, si en Chine on voyait les enfants squellettiques comme en afrique, des gens qui meurent de faim....etc.....c'est loin de là !, je ne dis pas non plus qu'il y a pas de pauvres en Chine, quel pays a + 1 milliards habitant peut se venter ne pas avoir peut de pauvres ! comparer à la grand Démocratie Inde et le continant Africains.
Réponse de le 10/03/2012 à 13:37 :
La chine achète bien moins à la France que la France n'achète à la Chine, et cette dernière n'achète que peu de bons du trésor européens, essentiellement des américains. Je ne vous comprend pas à vrai dire. Oui la chine a réussi à se sortir de la misère mais cela voudrait-il dire que nous devrions nous laisser nous faire dicter notre conduite par les chinois ? Le système d'achat des émissions de carbones loge à la même enseigne compagnies européens et étrangères alors je ne vois vraiment pas de quoi les chinois et les américains se plaignent. Nous avons bien le droit de faire payer les compagnies aériennes transitant dans le ciel européen pour leurs émissions de carbone non ?
a écrit le 09/03/2012 à 21:42 :
La position actuelle de l?UE sur la taxe carbone peut être qualifiée par l?expression en Chine comme « difficile de descendre du tigre une fois monté ». Pour cacher le malaise de cette mauvaise décision précipitée, l?UE n?a plus d?autre choix que de trouver une issue convenable en évoquant la recherche d?une solution internationale. Mais pourquoi elle ne l?a pas fait au départ ? Pour revenir sur cette taxe en mettant en claire certaines points comme déjà évoqués par de nombreux internaute dans un article précédent de la Tribune, je résume: 1). la taxe carbone ne réduit pas la pollution, car les besoins de transports restent les mêmes et les trafics se maintiendront. 2). Les taxes vont être répercutées inévitablement sur le prix des transports (prix des billets d'avion notamment) et ce sont finalement les usagers qui les payeront, donc une taxe de plus aux consommateurs qui voyagent vers ou en provenance de l'Europe (des européens ou europhiles). 3). L'éventuel gel ou annulation d'achat des avions d'Airbus par la Chine n'est qu'une mesure de rétorsion que la Chine met en place en réponse à la décision unilatérale de cette taxe imposée par les politiques européens. Penser que la Chine (et d'autres partenaires) accepterait volontiers cette taxe imposée serait trop naïf. 4). La Chine ne sera pas la seule à mettre en place des mesures de rétorsion. D'autres (Etats Unis, Inde, ...) suivront si cette taxe est maintenue. 5). Le montant de la taxe carbone est insignifiant par rapport aux dommages que cela provoquerait à l'économie européenne sur le plan commercial, économique et diplomatique. Ces dommages continueront de s'accumuler tant qu'un consensus avec les partenaires non européens ne sera pas trouvé. 6). En conclusion: pour que cette taxe passe sans dégâts, il faudrait parvenir à un accord avec les partenaires hors Europe. On retourne donc à la case du départ sur la modalité de mise en place d'une éventuelle taxe. La question au début de ce texte revient : pourquoi les politiques européens n'ont pas cherché ce consensus/accord au départ? Pour raison de lobbying ? par manque de calcul ? par manque de vision de long terme? ... En tout cas, c'est désolant de voir des décisions de ce type survenir du plus haut niveau de la gouvernance de l?UE.
a écrit le 09/03/2012 à 15:21 :
c'est chouette,avec une taxe les avions polluent moins;une bonne idee europeenne a laquelle le reste du monde n'avait pas pense
a écrit le 09/03/2012 à 15:18 :
Réapprenons à vivre sans les produits pourris que les dirigeants chinois nous envoie. Notre gouvernement leur a suffisamment donné de technologie avec le TGV et les airbus. Celà suffit les triades n'ont rien à faire en France et nos gouvernants de droite et de gauche doivent cesser de baisser le pantalon. Sans l'Europe la Chine retourne au moyen-age
Réponse de le 09/03/2012 à 22:54 :
Sans les prêts Chinois pour acheter des Bons pourries ( bons trésors en papier qu'on peut rien faire avec ), prêter à votre états, pour acheter vos paix social, l'Europe serait Chaos en guerre civile et retournera peut être dans les pays pas émergent mais sumergés.
Réponse de le 09/03/2012 à 23:57 :
hahahaha sans la chine c'est la France qui retourne au moyen age ! Vous croyez franchement que c'est avec les taxes que nous avons "le cinema, marie curie, l'aviation ......." c'est fini cette France là; il vous reste vos rêves la réalité est tout autre
Réponse de le 10/03/2012 à 13:43 :
Il effectivement complètement illusoire de croire encore en 2012 que la chine n'est rien sans l'europe. Cette époque est finie depuis belle lurette si elle a jamais un jour existée
a écrit le 09/03/2012 à 13:24 :
La Chine va pouvoir maintenant commander des BOEINGS qui consomment moins que les AITBUS,cela devrait rejoutr nos ecolos.
a écrit le 09/03/2012 à 10:21 :
Adieu europe vieille carcasse d'un autre âge ! Taxes, polit buro, trilliards pour sauver des morts ... Le monde est en route sans nous, il nous reste les plages, le bon pinard. Ce n'est pas la taxe le progrès, c'est l'innovation, la technologie. Adieu et bon vent, tout seul dans ton coin.
Réponse de le 10/03/2012 à 7:33 :
je n'ai pas la même grille de lecture. pour moi c'est plutôt l(inverse
la Chine doit son succès parce que c'est un partenaire économique obligé, mais c'et un pays qui est à plein de l'économie britannique du début 20ème siècle. Il faudra bien un jour ou l'autre se forcer au courage politique pour que ça change. De ce point du vue, l' europe est en avant garde des intérêts de la planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :