La raffinerie de Petroplus Petit-Couronne intéresse encore trois repreneurs

Trois investisseurs sont toujours intéressés à la reprise de la raffinerie PRPC (Petroplus Raffinage Petit-Couronne). Ils étaient encore cinq début avril. Les trois candidats ont obtenu un nouveau délai d'un mois pour remettre leur offre.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Début avril, cinq candidats sur 14, qui avaient consulté le dossier Petroplus Petit-Couronne, avaient confirmé leur intérêt. Ils ne sont plus que trois, selon un communiqué de Petroplus Raffinage Petit-Couronne (PRPC) publié ce vendredi. "A ce jour 3 sociétés ont maintenu leur intérêt mais ne seront pas en mesure d?établir d?offre recevable et conforme aux exigences légales au 30 avril", a précisé PRPC. Aucun nom de repreneur n'a été évoqué dans le communiqué. Mais le groupe suisse Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises en difficulté, est toujours dans la course.

Les administrateurs judiciaires ont donc à nouveau "décidé de proroger le délai pour la remise des offres et de le fixer au 25 mai 2012". Et de préciser que ce "délai supplémentaire a vocation à donner aux investisseurs potentiels une meilleure visibilité sur l?environnement institutionnel à venir". La remise des offres a été repoussée à deux reprises, elle avait été initialement fixée au 15 mars. La raffinerie, située dans le département de Seine-Maritime, emploie actuellement 550 personnes.

Après des semaines de déboires financiers, le groupe helvétique, confronté à une dette de 1,75 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) avait annoncé le 24 janvier dernier qu'il se trouvait en défaut de paiement et se dirigeait vers la faillite, en raison de l'échec des négociations avec ses créanciers. Petroplus, dont la holding se trouve dans le canton de Zoug près de Zurich et qui employait 2.500 personnes en Europe, compte au total cinq raffineries en Europe, pour lesquelles courent des procédures d'insolvabilité séparées, sur fond de crise structurelle du raffinage européen.

 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/04/2012 à 13:28
Signaler
Il est peut être le moment de faire le plein d'actions. Le montant de l'action risque de vivre un départ hors du commun et se voir multiplié par vingt ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.