EPR finlandais : Areva-Siemens rejette la responsabilité du retard

 |  | 456 mots
Lecture 2 min.
Le site d'Olkiluoto 3, en Finlande- Copyright Reuters
Le site d'Olkiluoto 3, en Finlande- Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après l'annonce d'un nouveau retard dans la mise en service du réacteur EPR Olkiluoto 3 par la compagnie d'électricité TVO, le consortium Areva-Siemens répond de façon cinglante ce lundi en affirmant que sa part d'engagement a été tenue. Il rejette la responsabilité sur le groupe finlandais.

Les esprits semblent s'échauffer autour du réacteur EPR finlandais. Son constructeur, le consortium Areva-Siemens réplique ce lundi à l'électricien finlandais TVO (Teollisuuden Voima) dans un communiqué. Ce dernier avait fait état plus tôt dans la journée d'un retard dans la mise en service du réacteur Olkiluoto 3. Celle-ci sera repoussée au-delà de 2014."Les travaux d'installation du réacteur et l'ingénierie du système d'automatisation de la centrale sous la responsabilité du fournisseur n'ont pas progressé conformément au calendrier du fournisseur", précisait-il, indiquant par ailleurs que la nouvelle date de mise en service n'est pas encore déterminée.

Areva-Siemens rejette la responsabilité sur son client

"Malgré la demande du consortium Areva-Siemens faite à TVO d'agir et de soutenir tous les efforts ainsi que les prochaines phases complexes du projet - de la fin de la construction jusqu'au démarrage de la centrale - TVO n'a pas été en mesure de démontrer jusqu'à présent une organisation opérationnelle claire pour remplir les principales conditions indispensables à la réussite du projet", estime le constructeur. Il précise qu'une lettre avait été adressée à l'électricien le 6 juillet dans lequel le consortium évoquait une réévaluation du planning et "qu'ainsi TVO supporterait la responsabilité de tout glissement survenu au printemps 2012." Selon les deux partenaires, "plusieurs étapes significatives" ont été atteintes de son côté. Ils réclament désormais "l'engagement sans faille de (leur) client pour permettre la poursuite de ce projet".

Déjà plusieurs retards

Le chantier d'Olkiluoto 3, un réacteur pressurisé européen (EPR) de troisième génération, a démarré en 2005 et devait être terminé quatre ans plus tard. Mais la mise en service prévue initialement en 2009 avait été repoussée à plusieurs reprises, d'abord en novembre 2010 puis en décembre 2011. Et la dernière date prévue, à l'été 2014, vient donc d'être repoussée. "Bien que nous ne soyons pas satisfaits de la situation et qu'il y ait eu des problèmes répétés de fixation du calendrier, les travaux progressent et des solutions pour les points de construction et d'ingénierie restants sont trouvées les unes après les autres", expliquait le groupe finlandais dans son communiqué. 

Le réacteur chinois devrait démarrer avant les autres

Ailleurs dans le monde, Areva accuse également un retard à Flamanville en France. Lancé en 2007, le chantier n'est toujours pas terminé. L'inauguration du réacteur à été repoussé de 2012 à 2016. Pour l'instant, seul le réacteur chinois de Taishan 1 est en passe d'être livré à temps l'année prochaine. Si tout se passe comme prévu, il serait ainsi le premier à être mis en service alors qu'il était le dernier à avoir été lancé, fin 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 10:09 :
Faut-il s'enthousiasmer ou s'inquiéter de la tenue du calendrier du projet Taishan ? Sur un chantier de cette ampleur aboutir sans retard est juste impossible à réaliser même si les meilleures méthodes managériales sont utilisées. La livraison dans les temps laisserait-elle à penser que des aspects auraient été négligés ? Car comment expliquer que sur l'ensemble des projets EPR seul celui-ci soit dans les temps ? Quand on sait le côté un peu mégalo des dirigeants chinois... Il n'en faut pas beaucoup pour imaginer qu'ils souhaitent être les premiers à disposer de cette technologie quitte à passer sous silence quelques problèmes... Taishan = Futur Fukushima ?
Réponse de le 17/07/2012 à 12:27 :
le retour d'experience ca vous parle?
les erreurs sur le premier sont corrigées sur le deuxième et ainsi de suite, donc on améliore le procédé à chaque nouvelle fabrication, surtout sur de tels chantiers, sur le papier c'est toujours facile.
ensuite la politique joure son role, il n'est pas impossible qu'il y ai deux fois plus d'ouvriers sur le chantier chinois aussi!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :