Pourquoi l'EPR de Taishan démarrera avant ceux de Flamanville et de Finlande

 |   |  671  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Lancé plus de trois ans après l'EPR finlandais, un an après celui de Flamanville, l'EPR en construction en Chine devrait être le premier au monde à démarrer, fin 2013. La cuve de son réacteur a été mise en place ce mardi.

Les derniers seront décidemment les premiers. L'outsider chinois va finalement coiffer sur le poteau les deux autres EPR en construction, dont les chantiers ont pourtant démarré bien avant lui. Construit en Chine par l'électricien local CGNPC et son associé EDF, l'EPR Taishan 1 a franchi une étape décisive aujourd'hui avec la mise en place de sa cuve dans le bâtiment réacteur.

Lancé fin 2008, un an après le coulage du premier béton de l'EPR de Flamanville, trois et demi après celui de Finlande, le réacteur de Taishan devrait être mis en service fin 2013. La connexion au réseau du second réacteur EPR de Taishan, qui sort de terre à côté, est elle, prévue en 2014. Des chantiers qui auront duré cinq ans.

Flamanville plus laborieux encore que OL3

De quoi faire blêmir de jalousie les équipes d'EDF qui ont débuté la construction de Flamanville fin 2007. Le chantier normand, qui subit déboires sur avanies, accuse un retard de quatre ans ... après quatre ans et demi de travaux. Son démarrage, initialement prévu en 2012, est désormais repoussé à 2016. Ultime vexation pour EDF, ce serait alors le plus long chantier (entre 8 et 9 ans), encore plus long que l'EPR OL3 que construit Areva en Finlande depuis mi-2007. Le premier béton d'OL3 a eu lieu mi-2005 et sa mise en service est aujourd'hui prévue en 2014. Ce qui ferait 9 ans de construction. Bilan : les factures finlandaise et normande ont doublé, passant de 3 à 6 milliards d'euros. A Taishan, Anne Lauvergeon assurait fin 2010 que le budget de 3 milliards d'euros seraient tenus. EDF, détenteur de 30 % du projet aux côtés de CGNPC, ne commente pas pour l'heure.

Areva, fournisseur de l'EPR, est très à l'aise avec ces différences de délais. Mettant en avant les retours d'expériences de Finlande et de Normandie, il évalue à 40 % le gain de temps global entre OL3, qui a essuyé les plâtres d'une tête de série, et Taishan. Avec une diminution de 60 % du nombre d'heures d'ingénierie sur le périmètre de la seule chaudière nucléaire, 50 % de temps de construction en moins (du premier béton à la pose du dôme qui a eu lieu en octobre 2011 à Taishan, tandis qu'elle est prévue en 2013 à Flamanville). Quant au délai moyen d'approvisionnement, Areva l'estime réduit de 65 % entre les chantiers finlandais et chinois, grâce à une meilleure fiabilité du planning de fournitures. "50 % des équipes de Taishan ont participé aux projets OL3 ou de Flamanville", précise le constructeur.

Amplitudes horaires et primes chinoises

Le retour d'expérience n'explique pas tout. Taishan bénéficie de l'abondance d'une main d'?uvre qualifiée, qui travaille plus longtemps. Fin 2010, 9.000 ouvriers étaient présents à Taishan, le double des effectifs de Flamanville. Avec un son très vaste programme nucléaire lancé depuis cinq ans et 26 réacteurs en chantier dans le pays, la Chine dispose d'une main d'?uvre très compétente. Des amplitudes horaires élargies, sept jours sur sept, avec deux jours de repos par mois, augmentent sa productivité.

En outre, les procédures administratives liées à la sûreté semblent moins longues en Chine qu'en France et surtout qu'en Finlande, où elles se sont révélées particulièrement lourdes. Enfin, la gestion des projets est différente. La bonne tenue des délais est encouragée, en Chine, par des primes, qui peuvent aller jusqu'à doubler la rémunération du personnel. Sans oublier le célèbre savoir-faire chinois en matière de génie civil, qui a évité à Taishan les nombreux déboires de Bouygues en Finlande et en Normandie. A noter : Areva se contente à Flamanville de fournir la chaudière nucléaire alors qu'en Chine, il livre un ensemble plus vaste : les îlots nucléaires. En Finlande, le constructeur français a joué un rôle inédit pour lui en se chargeant de toute la construction "clé en mains" à l'instar de ce que fait EDF à Flamanville.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2012 à 10:50 :
Des énormes sanctions pése sur L'EPR Flamanville, nos amies de Bouygues n'aurais rien trouvé de mieux pour faire des économies que de mettre du sable de mer dans la construction du batiment réacteur (Le sable de mer dans le béton le rend beaucoup plus éffritable dans le temps et toujour interdit dans la construction des pavillon individuel)
a écrit le 18/09/2012 à 18:01 :
Deux décisions grotesques ont été prises cet été: l'abandon de l'EPR de Penly et la fermeture de Fessenheim en 2016 (la deuxième décision reste à être confirmée, espérons que les gens se rendront compte qu'on a trop besoin du nucléaire.)
Le coût de l'EPR de Flamanville est plus élevé que celui de Taishan car, en Chine, ils ont compris que le nucléaire était l'avenir: il n'ya donc pas tous les tracassements administratifs qu'on subit Flamanville 3 et OL 3.
a écrit le 18/09/2012 à 13:17 :
Pour le démarrage de l'EPR de Flamanville en 2016 et les 6 milliards, on en reparlera... A 1 milliard l'année de retard et du matériel commandé pour 2017, on a du mal à imaginer un démarrage en 2016 mais bon, que ne dirait on pas pour garder bonne figure !
a écrit le 10/06/2012 à 19:00 :
L'auteur de l'article n'a visiblement jamais travaillé avec les Chinois, qui plus est dans le nucléaire...
L'EPR Chinois ne démarrera surement pas avant celui de Finlande.
Quand à parler de "Taishan bénéficie de l'abondance d'une main d'?uvre qualifiée", En quoi les ouvriers des sociétés de montage sorties des rizières depuis 6 mois sont qualifié ? (attention, n'y voyez aucun aspect réducteur, c'est seulement une constatation de terrain). Si la productivité à la mode Chinoise, est faire des heures à dormir dans les coins sombre de la centrale, effectivement ils sont très productifs...

Pour finir, les sujets de sécurité du site, qualité de montage ne sont pas abordé. Peut-être serait-il intéressant que des journalistes aillent constater par eux-mêmes :-D
"En outre, les procédures administratives liées à la sûreté semblent moins longues en Chine"
Quand la NNSSA sera tatillonne comme l'ASN (pour notre sécurité), peut-être ne laissera-t-elle pas faire n'importe quoi pour les fameuses primes ;-)
Réponse de le 26/11/2015 à 13:21 :
Je reviens de mon 4° voyage en Chine et pour ce pays le nucléaire est un élément essentiel pour la réduction des gaz à effets de serre. Les Chinois vont mettre en service l'EPR à la fin de cette année(l'EPR de Flamanville est repoussé à 2018), ils vont entrer au capital d'AREVA et entrer dans un montage avec EDF pour remplacer des centrales nucléaires en Angleterre par des centrales nucléaires chinoises. En 3 ans les choses ont bien changé et AREVA est aujourd'hui en quasi faillite et donc une proie pour les investisseurs chinois
Réponse de le 07/02/2016 à 8:15 :
C'est intéressant de relire votre commentaire 4 ans après. Aujourd'hui AREVA est en quasi faillite et donc il y a nécessité d'une recapitalisation. Les Chinois vont probablement proposer leur EPR. Les Chinois ont mis en chantier 30 centrales nucléaires qui deviennent un élément important de la réduction des émissions des gaz à effets de serre.
a écrit le 07/06/2012 à 9:23 :
Bonjour,
Le premier béton d'OL3 a été coulé en juillet 2005, et non 2007.
a écrit le 07/06/2012 à 8:31 :
Bonjour, il est claire que la central de sera opérationnel avant les central européen.
Cela est-il un mal : les EPR sont le dernier développement de se qui existe actuellement, le premier exemplaire qui sera opérationnel, nous permettrons de faire les dernières modifications a nos projet. Il est vrais que les retards qui double le prix d?achat est bien une caractéristique Française, l?on pourrai croire qu?il ni a pas de man?uvre dans notre pays (juste « 3milions de chômeurs ») . Ensuite les qualifications, il suffit de former correctement les gents et de les payer convenablement? (une spécificité aussi dans le 2 cas bien française).
a écrit le 06/06/2012 à 20:24 :
Le problème que pose la rapidité chinoise en la matière est que dans le domaine du nucléaire, ce qui concerne la Chine nous concerne. De la même manière que ce qui a concerné Tchernobyl en Ukraine nous a concerné à court terme (le nuage) et à long terme (le financement des conséquences).

Les chinois peuvent avoir l'avantage compétitif qu'ils souhaitent en matière de travail, y compris employer des esclaves. Mais la question est celle de la sécurité de l'ouvrage construit pour non les chinois, mais le reste du monde. L'article, au demeurant de bonne facture, reste muet sur ce point.
Réponse de le 06/06/2012 à 21:42 :
des procès d'intention. Pendant ce temps là on veut légaliser le cannabis et on envoie plus tôt à la retraite chomeurs et mères de famille !
Réponse de le 08/06/2012 à 11:28 :
Ca vous pose problème que les mères de famille partent plus tôt à la retraite ? Encore un commentaire inutile !
a écrit le 06/06/2012 à 17:37 :
pour s tirer un charter : avec Aubry, Thibaut & Co 35 heures, gréves, congés ! maladie sans carence , Peillon pour la déformation

joly and Co, pour la motivation..

Nous avons beaucoup de gens capables, mais les gardons jalousement !! Pôvres chinois...
a écrit le 06/06/2012 à 17:12 :
Reconnaissons que la disparition des formations des métiers manuels hauts de gamme n'aide pas à avancer ,plus de 1000 soudeurs sont venus des pays de l'est pour le chantier ,et il ne faut surtout pas croire que dans les lycées techniques ,la soudure fait automatiquement partie des formations en maintenance.
Or la soudure n'est pas un métier mais un art qui demande de nombreuses heures pour apprendre voire des années.
Tout le monde n'y arrive pas ,moi le premier.
Réponse de le 06/06/2012 à 17:29 :
...beaucoup de soudeurs qui ont de l'expérience se tournent vers d'autres
secteurs parce que les employés des pays de l'est font baisser les tarifs,
en gros après 5 ans et 50 000 euros de formations et certifications
payés par les entreprises et l'état je change de domaine et pars
a l'étranger parce qu'un " métier manuel haut de gamme " a 11 euros
de l'heure c'est une misérable spécificité francaise.
a écrit le 06/06/2012 à 16:58 :
Je cite l'auteur: "Sans oublier le célèbre savoir-faire chinois en matière de génie civil, qui a évité à Taishan les nombreux déboires de Bouygues en Finlande et en Normandie." => Vous auriez sans doute été moins ronflante dans votre propos si le sujet avait été la qualité des barrages chinois, ou du réseau ferroviaire qui pousse à toute vitesse. Les chinois font d'énormes progrès certes, mais il est de notoriété publique que la boulimie de construction en Chine donne lieu souvent à de graves manquements aux règles de sécurité et aux contrôle qualité... à commencer par le béton, qui est aussi contrefait là bas.
a écrit le 06/06/2012 à 10:59 :
La place accordée par cet article au rôle joué par le contrôle de la sûreté dans les délais de construction me paraît sous-estimée.
Par ailleurs, le rôle du contrôle sûreté ne peut se résumer à une procédure administrative contraignante qui fait perdre du temps aux constructeurs : "En outre, les procédures administratives liées à la sûreté semblent moins longues en Chine qu'en France et surtout qu'en Finlande, où elles se sont révélées particulièrement lourdes". Il s'agit en réalité d'une nécessité absolue au développement d'un parc nucléaire dans le but de minimiser les risques inhérents à cette activité.
Il est possible en effet d'affirmer avec certitude que l'absence d'un contrôle sûreté indépendant de l'industrie nucléaire en Chine joue très clairement un rôle dans la rapidité du chantier de Taishan. Mais cette affirmation devrait entraîner deux questions : si un accident nucléaire majeur survenait sur un réacteur en Chine de quelle information la communauté inernationale disposerait-elle ? Et si cet accident survenait sur un réacteur de conception française de marque EPR quelles pourraient être les conséquences juridiques pour AREVA et pour l'Etat son principal actionnaire ?
Alors en effet, les chinois n'arrêteront certainement pas le chantier de Taishan parce que les 45 consoles du pont polaire sont défectueuses... Mais je ne partage pas l'idée que ce choix relève d'une pure formalité administrative !



Réponse de le 06/06/2012 à 11:11 :
Question intéressante : pourquoi un tel retard pour Flamanville Pourquoi ne pas analyser le problème français L'article relate des faits. Les écologistes voulaient l'arrêt de Flamanville, il faut espérer que l'argent soit bien dépensé
Réponse de le 06/06/2012 à 11:17 :
Une majorité de commentaires ne concerne pas le fond de l'article Le chantier de Flamanville est en retardf, les Chinois tiennent les délais. Les Chinois ont 26 centrales nucléaires en chantier
Réponse de le 06/06/2012 à 12:12 :
Je confirme, pour y avoir travaillé, que le retour d'expérience pour la construction d'une unité nucléaire est crucial. L'article ne me surprend donc pas. Je confirme aussi que les procédures sont excessivement lourdes MAIS particulièrement bien faites et en regard de l'enjeu de sécurité, parfaitement justifiées. (je parle des procédures de construction, je ne connais pas celles de conduite, qui n'ont évidemment aucun rapport). Maintenant, il est vrai qu'en construction, seul l'encadrement ne compte pas ses heures. Là doit être la principale différence. En cela, et vu les contraintes, ce n'est PAS une critique sur les non-cadres. Mais il faut avoir bossé dans le secteur pour se rendre compte. Surtout que bosser 7j/7, les erreurs doivent être nombreuses. Mais tant qu'ils gagnent un maximum d'argent... J'espère que cette centrale n'aura pas trop de pépins...
Réponse de le 06/06/2012 à 14:21 :
@ Sophia ... je suis bien d'accord avec vous , le probleme n'est pas le parc français mais toutes ces centrales construites partout dans le monde suivant des reglementations sur lesquelles on peut sd'interroger. A ma connaissance il n'y a pas de cerification des centrales comme on certifie les avions qui une fois certifiés sont devenus tres sûrs quelques soient les constructeurs
Réponse de le 08/06/2012 à 14:18 :
En terme de planning: il faudrait, pour comparer ce qui est comparable, aborder le sujet en nombre d'heure travaillée. Il sera ensuite possible de savoir si l'EPR chinois a été fait avec une productivité meilleure, ou s'il s'agit simplement d'une multiplication par 3 du nombre d'ouvriers sur site (il n'y a jamais eu 9000 personnes sur l'EPR Français). A noté que 3 fois plus de monde sur un chantier, ne divise pas par 3 le temps de construction.

Sur le cout: une fois qu'on a ce nombre d'heure travailler (chinois), il suffira de le multiplier par le cout du travail français, pour savoir si oui ou non, l'EPR Français est si cher que ça.

ensuite, il faut integrer les exigences légales "Santé Sécurité au Travail" du pays dans lequel le chantier est fait, mai ségalement les exigences qualités (non pas que les chinois travaillent forcément mals, en matière d'execution, je ne porte pas de jugement sur ce point), mais plutot la lourdeur d'un système de controle et de traçabilité, de circuit de validation de modification/plan ect...qui n'existe pas de manière aussi marqué qu'en Finlande ou en France.

Mais après, il faut savoir ce que l'on veut....et la, c'est la politique, plus de la technique
a écrit le 06/06/2012 à 10:29 :
Du bon journalisme : faisons en France comme les chinois, des salaires à 200? mensuels, travail 7jours sur 7, exit les autorités de sureté nucléaire, pas de perte de temps en contrôle qualité sécurité et hop on a du nucléaire à un prix raisonnable, le français est alors content d'économiser 100? par an sur sa facture d'électricité en comparaison à un affreux mix électrique fait avec des énergies renouvelables.
Réponse de le 06/06/2012 à 10:54 :
Si je comprends ton commentaire, le retard de livraison de l'EPR de Flamanville est du aux méchants chinois ??? Si tes enfants ont eu une mauvaises notes à l'école c'est aussi à cause des chinois?
Réponse de le 06/06/2012 à 10:59 :
Visitez la Chine et vous serez surpris par les besoins énormes de ce pays en énergie. L'article de La Tribune est une analyse triste pour la France: 26 centrales nucléaires en chantier en CHINE, 3 ans de moins pour la mise en service de TAISHAN. Cà doit faire réfléchir!
Réponse de le 06/06/2012 à 12:14 :
Oui. Besoin d'énergie... D'après une asso indépendante en Chine, les 2 tiers de leurs barrages comportent des fissures et la moitié de ceux-ci nécessiteraient des réparations. Alors pour les centrales, je le sens mal...
Réponse de le 06/06/2012 à 13:56 :
Oui, je suis d'accord avec Yvan. Les chinois ont construit la préfecture de Libreville. Y a avait déjà des fissures le jour de l'inauguration, c'est dire !
a écrit le 06/06/2012 à 9:00 :
Ni 35 heures, Ni CGT, Ni secte verte (2.5 % aux présidentielles) pour entraver la bonne marche des affaires, voilà le secret de la compétitivité chinoise.
Réponse de le 06/06/2012 à 9:51 :
La CHINE a un besoin énorme d'énergie et le nucléaire, pour eux, est la solution. La polution des centrales thermiques au charbon est considérable. J'ai fait un voyage en Chine en 2011, j'y retourne en septembre. Beaucoup de gens aspirent à la société de consommation. L'article de La Tribune est très intéressant et à méditer!
Réponse de le 06/06/2012 à 10:03 :
sans oublier :" les procédures administratives liées à la sûreté semblent moins longues en Chine ". En gros les chinois n'en ont rien à f... de la sécurité et de l'environnement. Elle va leur faire très mal la compétitivité chinoise.
Réponse de le 06/06/2012 à 10:23 :
j ai un cousin chez areva qui a traville sur le projet en question. s ils n ont pas d accident majeur, ils auront de la chance

c est pas simplement des procedures de securites plus legere, c est carrement de l inconscience. On donne l ordre de monter une piece de facon incorrecte. l operatuer se pose pas de question et la monte en tapant dessus (et forcement c est casse). que font les chinois ?
c est pas grave, on ne dit rien et on coule du beton par dessus, comme ca personne ne verra rien !!
Réponse de le 06/06/2012 à 21:41 :
C'est cela : la condescendance des pays "développés" vis-à-vis de la Chine.
La Chine c'est 1 million d'ingénieurs formés par an. Et il y a du résultat.
il me suffit de prendre un exemple : l'horlogerie. Le top du top c'est la montre squelette vendue 100000 euros par les suisses, 40 euros par les chinois ...

Rajoutons une couche de Duflot au manque de sélection du système éducatif français et dans 10 ans, on trouvera plus personne pour comprendre un article de La Tribune
a écrit le 06/06/2012 à 8:54 :
tant mieux que les chinois nous double , ils seront les cobayes du nouveau système.
ils corrigerons les défauts et victimes des erreurs .
pour nous ils suffira de les copier , pour une fois ce sera l'inverse !!!!!
Réponse de le 06/06/2012 à 10:55 :
dans le domaine de la sécurité nucléaire, je suis d'accord pour les observer mais surtout pas pour les copier . Les japonais sont actuellement de bons cobayes pour l'observation des conséquences des radiations sur une population importante, mais avec la population chinoise ça va être un vrai régal .. on va enfin pouvoir faire des stats fiables :-)))
a écrit le 06/06/2012 à 8:29 :
Désolé Marie-Caroline mais votre article est écoeurant: faire l' apologie des méthodes Chinoises à ce point sans vous intéresser à ce qu' il y a dessous, c'est consternant. Combien y a t il eu de morts sur ce chantier a force de travailler sans sécurité avec 2 jours de repos par mois? Combien y a t il eu de suicides (voir exemple Foxconn) à force de faire journées de 12h sur journées de 12h en mangeant de la tambouille qu' on ne donnerait même pas au porcs en France. Combien de temps va résister le béton fait à la va vite? les exemples de ponts et d'autoroutes chateau de cartes faits par les chinois ou de TGV en vrac au bout de 2 ans ne vous interpellent pas?
a écrit le 06/06/2012 à 8:29 :
Espérons qu'on développe le plus vite possible les immeubles et maisons énergétiquement neutres ou positifs, comme cela les gens ne seront plus pris en otages pour des histoires de gros contrats de centrale nucléaire ou de prix du gaz, et hop, même les compteurs soit disant intelligents, basta. Le pays sera enfin réellement indépendant comme le voulait le général et ça fera des câbles en moins dans le paysage( et moins de cancers).
Réponse de le 06/06/2012 à 8:46 :
ouais ben si on en est là c'est bien par décision du général, et de toute sa clique, qui voulait sa bombinette et a liassé tomber tout le reste alors que la France était à la pointe dans de nombreux sujets notamment les énergies solaires et marémotrice. Après l'isolation des bâtiment tient plus de la propagande écolo que de la réalité car les entreprises ne sont pas prêtes, les réglements notamment les PLU sont beaucoup trop strictes (ex: à Paris) pour permettre cela à très grand échelle....on regarde ce que fait l'Allemagne mais nous ne sommes pas dans la même situation, eud sont prêts depuis dix ans.....
Réponse de le 06/06/2012 à 13:44 :
@poutine Votre constat est terrible mais réaliste. Il faudra chez nous résoudre de graves problèmes de fond avant de pouvoir espérer rattraper nos voisins, par exemple arrêter de recruter des personnels non qualifiés (et sous-payés) dans le bâtiment ou fusionner architecture et ingénierie. Malheureusement, il ne suffit pas de décider de nouveaux règlements pour progresser dans ce domaine.
a écrit le 06/06/2012 à 0:34 :
Quand on voit les dégâts que provoquent les tremblements de terre en Chine sur les constructions et infrastructures, on espère qu'ils ont mis tout ce qu'il faut dans les bétons de leurs centrales nucléaires. Bon, je suis peut-être en pétard parce que je viens d'acheter du matériel chinois qui a fonctionné...2 heures, désormais HS.
a écrit le 05/06/2012 à 22:51 :
Peut etre aussi que les Chinois sont moins regardant sur les anomalies acceptables ou non qui font le lot de toute nouvelle construction.Faudrait savoir ce qu'en pense notre Autorité de sureté qui est conseillère des Chinois .Espérons qu'elle réagira s'il y a vrai problème et ne subira pas les pressions??:!!
a écrit le 05/06/2012 à 22:47 :
Faut arreter les attaques dissimulées contre EDF, Bouygues, etc...
J'ai travaillé avec des entreprises chinoises de construction... C'est terrorisant! Production, production, production et rien d'autre. Pas de sécurité, pas de qualité, l'environnement je n'en parle meme pas... C'est facile de mettre 9000 ouvriers "qualifiés" et de les faire travailler 28jours par mois en équipes décalées, on tient les délais, mais a quel prix?
Vous semblez oublier que EDF est la référence en matière de nucléaire, et que le savoir faire de Bouygues est reconnu partout dans le monde dès que l'on sort du pont SNCF ou de l'immeuble HLM...
On en reparlera dans quelques années, quand Fukushima se reproduira en Chine...
a écrit le 05/06/2012 à 22:24 :
Finalement, en dépit des velléités de M. Proglio de faire d'EDF "le chef de fil de l'industrie nucléaire française" à l'export, les chantiers avancent mieux lorsqu'Areva et EDF font chacun leur métier: celui de constructeur de centrales pour le premier et de simple exploitant pour le deuxième. Encore une fois une once de bon sens et de connaissance du métier auraient épargné à notre industrie bien des déconvenues.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :