Henri Proglio nie avoir fourni des secrets technologiques nucléaires à la Chine

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
EDF n'a pas transmis à la Chine de savoir-faire qui permette aux spécialistes du nucléaire de ce pays de le devancer, a assuré mardi en Chine son PDG, Henri Proglio. Selon lui, "l'aventure chinoise nous a permis de garder la maîtrise de l'ingénierie à un moment où la France ne fabriquait plus de centrales".

Sous les feux de la critique, après les propos d'Anne Lauvergeon, qui avait accusé Henri Proglio d'avoir transmis des secrets industriels sur le nucléaire à un partenaire chinois, le patron d'EDF s'est défendu ce mardi. En visite sur le chantier des deux réacteurs EPR en construction à Taishan (sud), en compagnie de la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, qui effectue un déplacement de deux jours en Chine, il a tenu à se justifier sur le transfert de technologies aux Chinois.

"En Chine, nous avons transféré la technologie nucléaire, ils ne l'avaient pas, et si un parc nucléaire existe en Chine c'est quand même grâce à EDF", a-t-il déclaré en référence à 30 années de coopération dans ce domaine avec Pékin. "Est-ce qu'on leur a donné les moyens de contrer EDF (...)? La réponse est non", a-t-il affirmé tout en s'insurgeant contre "le buzz" fait autour de cette question et en accusant la presse de l'avoir suscité.

La filière nucléaire française sous le coup d'une enquête

"Si vous ne voulez pas vendre d'avions parce que vous avez peur que les gens imitent vos avions, vous n'en vendez pas. Si vous ne voulez pas vendre d'automobiles de peur qu'ils fabriquent des voitures, vous n'en vendez pas non plus," a ironisé le patron d'EDF alors que l'Inspection générale des Finances a été chargée d'examiner les relations entre la filière nucléaire française et ses partenaires étrangers, notamment chinois. Cet examen porte notamment sur les conditions dans lesquelles Henri Proglio a signé en novembre 2011 un partenariat entre EDF et le chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Company), avait rapporté fin décembre Le Canard Enchaîné.

D'après Henri Proglio, l'accord tripartite signé avec Areva et CGNPC avait validé, selon lui, par le gouvernement français. "Cet accord, nous en avons été informés et il faut le faire prospérer", a déclaré lundi à Pékin Nicole Bricq, ajoutant toutefois qu'il ne fallait pas agir dans la précipitation. Avant de mettre en oeuvre ce projet de nouveau réacteur, il faut d'abord que les deux EPR de Taishan I et II "trouvent leur terme", a dit la ministre.

La Chine a sauvé le savoir-faire de la filière nucléaire française

Revenant sur trois décennies de collaboration sino-française dans le nucléaire civil, Henri Proglio a souligné que "l'aventure chinoise nous a permis de garder la maîtrise de l'ingénierie à un moment où la France ne fabriquait plus de centrales". Il a précisé qu'EDF ne gagnait pas beaucoup d'argent grâce à cette collaboration avant tout rentable pour les fabricants de matériel. "Pour sa part, EDF est vraisemblablement l'entreprise qui tire le moins de profit. Nous ne sommes que des concepteurs et des opérateurs, nous ne vendons pas d'équipements", a expliqué Henri Proglio. "Dans nos comptes de résultats, la Chine n'est pas déterminante", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2013 à 16:32 :
combien de comptes a t'il a l'étranger????? Il est tellement cupide, que cela ne m'étonne guerre, tout est à vendre il suffit d'y mettre le prix!!! comment cela fait il qu'il soit encore à son poste???? Nous sommes bananés depuis des décennies avec EDF, avant Véolia, maintenant AREVA, s'il était en plus à la défense,nous aurions de gros soucis à nous faire....
Mais il n'est pas le seul, dans ce pays, les politiciens aussi ont la même attitude. Combien n'ont pas encore donné leur patrimoine, ne parlons pas de comptes aux paradis fiscaux....
a écrit le 02/02/2013 à 14:19 :
Comment peut il nier, on fait des transferts de technologie (c'est bien) mais comment etre aussi bête...ca relève de la trahison...
Trouvons des marchés avec une clientèle qui ne pourra pas nous conccurencer sur des coûts de main d'oeuvre et ingénieurie...bref tous sauf la chine, l'inde etc...
a écrit le 23/01/2013 à 11:45 :
Un grand merci à Proglio qui se targue d'avoir fourni le nucléaire à la Chine "c'est grâce à EDF"! Quelle gloire! A une dictature communiste néo-libérale!
A l'anniversaire des 10ans de la catastrophe nucléaire qui arrivera un jour en Chine on pourra écrire ceci sur la plaque : "Henri Proglio est le premier responsable parmi bien d'autres de cette catastrophe, que la mémoire de l'humanité le maudisse à tout jamais."
a écrit le 23/01/2013 à 11:41 :
Ben voyons, s'il en est réduit à nier, c'est qu'il a été pris les mains dans le pot de confiture!
De toute façon il a démontré dans le passé sa rapacité pour conserver une double rémunération (Veolia et EDF), il est prêt à tout pour faire monter la cote d'EDF quitte à sacrifier le long terme au court terme. Ce ne serait pas le premier, loin de là!
a écrit le 22/01/2013 à 17:37 :
Bravo à Henri Proglio, on ne doit jamais avoir fourni des secrets technologiques nucléaires à la Chine, surtout pas. La Chine sera toujours le pays en développement et on va profiter ses marchés pour vendre nos meilleurs produits.
Réponse de le 02/02/2013 à 13:14 :
Savez vous bien lire l'article?
a écrit le 22/01/2013 à 17:02 :
Il aurait été étonnant de lire "H Proglio confirme avoir fourni des secrets technologiques à la Chine". La guéguerre entre les X Enarques et autres hauts fonctionnaires pour s'emparer du poste pompe à fric est à la mesure de leurs revenus et de leurs ambitions. Pas de quartier.
Mais par ailleurs il ne détient pas de secrets. Les ingénieurs EDF eux, ont une vrai expertise et pour assurer une continuité à celle ci il faut qu'ils aient du travail. Comme ceux d'Airbus. On ne vend pas des centrales comme des bouteilles de vin, il faut assurer un transfert de connaissances et travailler ensemble. C'est la loi du marché, sinon on disparaît avec ses "secrets". C'est le dosage qui est délicat. Sur ce sujet ne peut pas dire qu'il soit expert. Mais il est dans le sérail. Donc c'est lui qui touche le jackpot, année après année.
a écrit le 22/01/2013 à 14:34 :
Lauvergeon, Proglio, Ghosn..... la France n'a donc rien de mieux que ces gens qui trainent depuis 30 ans dans les hautes sphères et n'ont pas spécialement fait montre de compétences hors du commun.... De mèche avec les politiques eux aussi prompts à s'accaparer au pouvoir, le capitalisme français est malade de la sclérose de ses grands patrons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :