Espionnage visant Anne Lauvergeon : le procès va-t-il se tenir ?

 |   |  430  mots
L'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon
L'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon (Crédits : Reuters)
Le procès sur l'affaire d'espionnage visant l'ancienne présidente d'Areva Anne Lauvergeon et son mari est prévu ce mardi. Il pourrait être reporté en raison de problèmes de santé du principal prévenu.

La justice doit se pencher ce mardi sur l'affaire d'espionnage visant l'ancienne patronne d'Areva Anne Lauvergeon et son mari Olivier Fric mais le procès risque d'être renvoyé en raison de problèmes de santé du principal prévenu. L'affaire démarre en décembre 2011. Le couple trouve à son domicile parisien, sous pli anonyme, un mystérieux rapport de 43 pages intitulé "Pomerol 4", portant la mention "strictement confidentiel". 

Ce document provenant de la société Alp Services, un cabinet suisse d'investigations privées, précisait en préambule qu'il présentait "les résultats des recherches effectuées auprès de nos différentes sources confidentielles notamment en Namibie sur la société Uramin". Il présentait également le résultat d'investigations "sur plusieurs personnes physiques identifiées comme ayant pu avoir bénéficié, de manière illégitime, du rachat d'Uramin par Areva en 2007". Cette acquisition controversée a tourné au désastre financier pour le groupe nucléaire. La valeur d'Uramin, achetée 2,5 milliards de dollars (près de 2 milliards d'euros), a depuis été divisée par cinq.

Olivier Fric dans le viseur du rapport

Le rapport compilait des informations concernant l'époux d'Anne Lauvergeon, Olivier Fric, fruit de recherches parfois infructueuses, d'informations bancaires ou concernant des séjours dans des hôtels de Genève, un listing de numéros de téléphones appelés par Olivier Fric. Au terme d'un an d'enquête, le parquet a décidé de faire comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris Mario Brero, le dirigeant d'Alp Service, pour "complicité de violation du secret professionnel" et "recel de violation du secret professionnel" au préjudice d'Olivier Fric, mais pas de son épouse.

Il est poursuivi pour les mêmes faits au préjudice de Ludivine Wouters, la fille d'un ex-cadre d'Areva qui avait été espionnée. En raison d'un problème de santé, Mario Brero demande le renvoi du procès, selon son avocat, Nicolas Huc-Morel, qui n'a pas souhaité s'exprimer sur le fond du dossier. 

 

Estimant que le commanditaire de cet espionnage destiné à déstabiliser Anne Lauvergeon devait comparaître devant la justice, les avocats d'Olivier Fric, Jean-Pierre Versini-Campinchi et Fanny Colin, ont de leur côté poursuivi directement devant le tribunal Sébastien de Montessus, l'ancien bras-droit de l'ex-patronne d'Areva.

Ancien patron des activité minières du groupe, Sébastien de Montessus, qui avait démissionné en mars 2012 d'Areva, a reconnu avoir commandité le rapport mais contesté avoir mentionné à l'enquêteur suisse le nom d'Olivier Fric et lui avoir demandé de recourir à des moyens illicites.

 

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2013 à 21:33 :
Comment s'attaquer à une ancienne sherpa de la gauche !
Comment s'attaquer à la prétendue remplacement de Stéphane Richard, Pdg d'Orange !!
Ce n'est pas possible
a écrit le 30/09/2013 à 11:39 :
A gauche personne n osera s attaquer a votre épouse ancienne sherpa du grand François
Dans cette affaire seuls les con tribuables Francais auront paumé 2 milliards d euros Je ne pense pas que Mr Fric ou Mme Lauvergeon aient eu des reductions de salaires pour cette mauvaise décision meme pas une prime de resultats moindre ???
a écrit le 29/09/2013 à 17:10 :
Cette femme représente le copinage l ENA et l incompétence de notre soit disant elite
Réponse de le 30/09/2013 à 0:14 :
mieux vaut une petite élite qu'une majorité d'illettrés d?extrême droite; beurk
Réponse de le 30/09/2013 à 10:19 :
Réponse à cauchemar .....Madame Lauvergeon n'est pas énarque .
a écrit le 29/09/2013 à 15:02 :
Acheter 2 milliards une mine qui ne produit plus rien du fait d'un prix de l'uranium bas ça à de quoi interpeler. On vois bien que c'est de l'argent public car quelle société privée peut se permettre de balancer 2 milliards?
Une affaire vraiment pas claire car un des ex dirigent d'Uramine est de la famille du dirigent de l'Afrique du Sud à qui on était sensé vendre un EPR l'époque. Le nucléaire est LE secteur atteins "d'espionnite aiguë" tout le monde espionne pour un oui ou pour un non, rien de neuf (ex : affaire Greenpeace vs EDF). Se qui n'est pas banal c'est que le rapport est atterri chez "l'espionné" plutôt que chez le client, le cabinet suisse à été pris de remords?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :