Macron : "Areva a aujourd'hui beaucoup à faire par elle-même."

 |   |  548  mots
Areva a pâti de ses erreurs de stratégie sur le long terme. On peut citer les gros investissements sur les outils de production, les acquisitions pour faire face à un redémarrage attendu de l'activité nucléaire qui n'a pas eu lieu, en particulier à cause de Fukushima, rappelle un analyste.
Areva a pâti de ses erreurs de stratégie sur le long terme. "On peut citer les gros investissements sur les outils de production, les acquisitions pour faire face à un redémarrage attendu de l'activité nucléaire qui n'a pas eu lieu, en particulier à cause de Fukushima", rappelle un analyste. (Crédits : reuters.com)
Le groupe doit annoncer sa nouvelle stratégie le 4 mars prochain, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels. Si l'une des solutions pour sortir des difficultés financières pourrait passer par une augmentation du capital, celle-ci n'est pas à l'ordre du jour, a assuré Emmanuel Macron, mardi.

Areva doit affronter des pertes financières abyssales. Le 23 février, la société a annoncé 4,9 milliards d'euros de pertes nettes pour l'exercice 2014. Un analyste interrogé par La Tribune en détaille les composantes:

"1,2 milliard d'euros de pertes liées aux impôt différés d'actifs auxquels il faut ajouter 500 millions d'euros de pertes semestrielle, sans oublier 500 millions issus du coût du projet d'usine de conversion d'uranium Comurhex II, le reste vient de dépréciations et de pertes valeurs dans les mines notamment."

Erreurs stratégiques et catastrophe de Fukushima

Selon cet analyste, Areva a pâti de ses erreurs de stratégie sur le long terme:

"On peut citer les gros investissements sur les outils et capacités de production de ses sites, les acquisitions pour faire face à un redémarrage de l'activité nucléaire mais qui n'a pas eu lieu - en particulier à cause de Fukushima. Les relations entre Areva et EDF se sont aussi détériorées. En période de ralentissement, tout cela a pesé sur Areva."

Pour le moment, semble-t-il, le feu ne s'étend pas jusqu'aux marchés: Areva profite d'une accalmie du côté de la Bourse. Son titre a perdu seulement 2,09% lors de la séance de lundi, suite à l'annonce des pertes nettes, puis il est même monté de 9,34 euros à 9,46 euros à 11h10, lors de la séance de jeudi.

Mais, en réalité, assure l'analyste,

"la forte chute a déjà eu lieu en novembre [l'action Areva a chuté de 52% en 2014, Ndlr] suite à l'annonce du "profit warning". Aujourd'hui, il n'y a plus grand-chose à perdre pour les investisseurs dans une action passée de 12 à 9 euros et quelque, alors qu'ils l'ont achetée 20 euros. Les investisseurs attendent la remise à plat".

Une réduction d'effectif à venir ?

Cette remise à plat, c'est l'annonce des résultats de l'exercice 2014-2015, le 4 mars prochain. Areva dévoilera à ce moment-là sa nouvelle stratégie pour les années à venir. Selon l'analyste, "l'essentiel est de voir si ce qui sera proposé est crédible par rapport à l'état du marché nucléaire et par rapport à la concurrence".

L'entreprise devrait présenter également un plan drastique de compétitivité. Selon des informations parues dans la presse, Areva pourrait notamment supprimer des postes. Les syndicats de l'entreprise, comme la la CFE-CGC, redoutent un "impact social sans précédent".

On en est réduit à faire des hypothèses, explique l'analyste:

"Areva communique peu, il est difficile de faire des plans sur la comète. Mais on peut très bien imaginer qu'ils ouvriront leur capital, vendront des filiales. Areva pourrait bien passer par une augmentation de capital [...] Le relèvement prendra du temps, au moins un an, et dépendra du redémarrage du marché nucléaire."

Pour Macron, l'augmentation de capital n'est "pas une priorité"

En marge d'un déplacement au Salon de l'agriculture, mardi 24 février, le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a affirmé qu'une augmentation de capital d'Areva n'était "pas la priorité", ajoutant:

"Areva a aujourd'hui beaucoup à faire par elle-même."

Le ministre a également assuré qu'une prise de participation d'EDF ou de GDF dans certains actifs du spécialiste du nucléaire n'était "pas sur la table". Pour rappel, Areva est détenu à plus de 87% par des capitaux publics.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2015 à 8:57 :
Mme Lauvergeon et son exploit lors de l'arnaque Uramin a couté 2.8 milliards à Areva en pertes sèches. Cela n'a peut être pas aidé. Surtout avec le changement impromptu de président en Afrique du Sud ;)....

Mais bon, on va supprimer des emplois de sans-dents pour compenser, pas de problème...
a écrit le 26/02/2015 à 21:12 :
Frères Macron-Noguès et Vals n'ont aucune légitimité de mon point de vue pour parler de la France et encore moins d'agir en son nom ! La légitimité ne peut résulter que du vote des français et certainement pas d'un arrangement à la sicilienne (pardon à l'espagnole! [Je dis bonjour en passant au très cher frère Bauer]
Réponse de le 27/02/2015 à 6:11 :
Quel est l'intérêt de votre commentaire ?

Votre phraséologie et vos allusions suintent la haine et rappellent une triste époque pendant laquelle vous auriez certainement apprécié défiler en tendant le bras droit.
Réponse de le 27/02/2015 à 7:42 :
@Visiteur de passage : je serais tenté de dire que votre accusation est gratuite mais comme rien n'est gratuit en ce bas monde, je vais me contenter de dire qu'elle est infondée et donc diffamante. Je réitère mon propos au nom de la liberté de penser et de m'exprimer et ce sans arrière-pensée !
a écrit le 26/02/2015 à 19:24 :
Certains se souviennent que Areva a coulé sa filiale eolienne, Jeumont, en 2005. Visionnaires ces X-Mines !!!
Réponse de le 27/02/2015 à 16:28 :
Jeumont? Jeunot fabrique des pompes.
Les éoliennes, la filiale est montée et tourne au Havre.
a écrit le 26/02/2015 à 18:41 :
la seule stratégie valable pour les années à venir serait la réduction de l'activité aux services d'entretien des centrales nucléaires et de démentelement.
a écrit le 26/02/2015 à 18:29 :
Cool! Micron va tout sauver! Recycler Lauvergeon en Finlande, 49-3 est là...finalement avec ce bel outil à quoi servent tous ces députés tous ces sénateurs, le Conseil Économique Social Environnemental bientôt dirigé par Cotillard! Re cool!
a écrit le 26/02/2015 à 16:42 :
Il leur faut entre autres changer leur organisation interne qui est plein de redondances et de contrôles internes qui ne servent à rien à part filer du travail aux contrôleurs.
Ensuite mettre des bons techniciens aux postes clés
a écrit le 26/02/2015 à 16:41 :
Ma nièce Finlandaise, Anni, ingénieure en sécurité nucléaire; a suivi le chantier d'Olkiluoto mené par
Areva: L'équivalent en Français de son jugement (en Finnois): Un abominable Foutoir !
a écrit le 26/02/2015 à 16:24 :
Evidemment , ce message s'adresse evidemment à Anne Lauvergeon & consorts.
a écrit le 26/02/2015 à 15:13 :
Reprenez les discours fait par mme lauvergeon sur le réacteur finlandais

Ah ces énarques !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :