Areva annonce une perte de 4,9 milliards d'euros

 |   |  281  mots
Les comptes d'Areva ont été plombés notamment par des pertes de valeurs et plusieurs provisions.
Les comptes d'Areva ont été plombés notamment par des pertes de valeurs et plusieurs provisions. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La multinationale française a rendu public ce chiffre lundi, avec plus d'une semaine d'avance sur le calendrier initial. Elle précise toutefois qu'il s'agit d'éléments financiers préliminaires et non audités, dans l'attente de la publication des résultats annuels le 4 mars.

Publié le 23/02/2015 à 08:48. Mis à jour le 23/02/2015 9:43.

La perte nette enregistrée par Areva en 2014 est plus importante que ce qui avait été annoncé vendredi dans Le Figaro. Avec plus d'une semaine d'avance sur le calendrier initial, la multinationale française a fait en effet état lundi 23 février d'une perte nette 2014 de l'ordre de 4,9 milliards d'euros.

Pertes de valeurs et provisions

Selon Areva, le déficit annoncé résulte de pertes de valeur au titre de certains actifs courants et non courants, de provisions pour pertes à terminaison et risques sur projets de construction ou de modernisation de réacteurs et sur contrats dans les énergies renouvelables, ainsi que de provisions en lien avec des évolutions dans l'application de la réglementation relative aux obligations de fin de cycle.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipait, quant à lui, une perte nette de 1,43 milliard d'euros.

Les résultats annuels publiés le 4 mars

L'annonce d'Areva intervient à la suite de la publication de plusieurs articles de presse ces dernières semaines ayant fait état des difficultés financières du géant français du nucléaire.

Le groupe d'énergie nucléaire, qui doit normalement publier ses résultats annuels le 4 mars, précise dans son communiqué qu'il s'agit d'éléments financiers préliminaires et non audités et que les comptes de l'exercice 2014 ne seront arrêtés par son conseil d'administration que le 3 mars.

Perte de valeur du titre en Bourse

Le titre Areva reculait lundi matin à la Bourse de Paris. A 09H26, la valeur cédait 1,10% à 9,47 euros, mais limitait ses pertes après avoir ouvert en forte baisse et perdu près de 3%. L'indice CAC 40 prenait quant à lui 0,84%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2015 à 11:50 :
5 milliards de pertes, C'est la faillite?
a écrit le 24/02/2015 à 11:14 :
Le champion du nucléaire? On m'aurait vaguement menti?
a écrit le 24/02/2015 à 5:31 :
En France, plus le temps passe, plus la croissance se mesure en microns. On nous publie des pertes dans une grande entreprise française, on oublie les pme fantômes, c’est la faute à Kerviel ou à Merkel ? La France a la fâcheuse habitude des belles paroles dans les palais et d’exporter dans le monde son pseudo modèle anti consommation. Economiquement nul et menteur socialement ! On nous fait des oxymorts libérales sociales, pourquoi ne pas dire l’Etat crée l’emploi et l’amène au chômeur avec la relance fonctionnaire ? On entend dire les américains et les allemands sont foutus, quelle est la définition ? On est plutôt à France kaput ! Pour la croissance, les américains font 2, ils sont presque au plein emploi. Celui qui fait le chômage et la croissance nulle au sud Europe serait le modèle ? Nous serions un Etat de haute technologie, seulement en machines la filière, elle a filé ou bien on l’a filé ? Pour le textile on exfiltre. Pour l’auto on n’a jamais fait 5 millions comme les allemands ! On est bons en fusées ? En Concorde ? Car Airbus est un nom allemand et un consortium européen… On est bons en strates avec super prefet et en croissance nulle ! C’est toujours mieux que le négatif ! Et l’Etat intelligent n’est ce pas une oxymort ? Subvention et vente à l’étranger ! Pour les départementales, si crise il y a, on peut supposer qu’il y ait des répercutions en terme de protestation alors qu’on note le phénomène de nouveaux mouvements, hors partis habituels de gouvernement, serait-ce le fn en 1 ? Alors quelle est la définition pour collabeuro et apatride ?
Réponse de le 24/02/2015 à 13:44 :
Qu'est-ce que vous mettez dans vos cigarettes?
a écrit le 23/02/2015 à 18:41 :
En termes de risques financiers, le secteur nucléaire semble assimilable à un produit dérivé, sauf que c'est l'argent public qu'ils jouent à terme.
Et encore, on a la chance de ne pas avoir subi d'accident majeur en France, avec le vieillissement des réacteurs, le risque va augmenter et le coût aussi. Quand aux centrales de 3G elles ne sont déjà pas compétitives, par rapport aux énergies renouvelables.
a écrit le 23/02/2015 à 15:31 :
sans connaître les chiffres détaillés, il semble donc bien que la perte est essentiellement due aux provisions pour des chantiers déjà plus ou moins terminés (example fracassant: Finlande, où depuis des années Areva a réalisé une perte regulière d'au moins 500m EUR par an). Il s'avère aujourd'hui qu'Areva est un gigantesque "machin" à détruire de l'argent (...du contribuable). L'inquiètant, c'est que 1. cela va continuer et 2. il n'y a pas d'amélioration en vue. Je veux dire, quand j'annonce des pertes de presque 5 milliards, je me DOIS de proposer un plan de restructuration. Or, on n'en a rien vu de vraiment sérieux de ce côté là. C'est hallucinant. Et quand je dis "sérieux", j'y inclus les provisions pour démantèlement. Ce qui concerne surtout EDF/GDF, co-actionnaire. Il y a encore des surprises à venir!
a écrit le 23/02/2015 à 15:13 :
Le nucléaire n'est pas rentable. C'est une dette sur le dos des générations suivantes. Celle ci va s'ajouter aux dettes de la spéculation et de la corruption. Et on a même pas commencé à démanteler et nettoyer les anciennes centrales... A ce compte la l’austérité la plus extrême ne suffira plus. L'esclavage ? c'est dans les tuyaux.
Réponse de le 24/02/2015 à 5:37 :
Et la dette de l'Etat en matière d'engagements hors bilan, les vraies fausses retraites du public vous avez oublié 2500 milliards!
a écrit le 23/02/2015 à 14:16 :
Ça se confirme les entreprises pilotées par l'Etat ne marchent pas ! Et il y en a encore qui réclament des nationalisations...
a écrit le 23/02/2015 à 13:25 :
Elle est jugé quand mme lauvergeon ?
Réponse de le 24/02/2015 à 0:34 :
Elle a droit à des promotions
Bidules machin etc
a écrit le 23/02/2015 à 12:35 :
une perte supérieur aux fonds propre et l' action ne dévisse que de 1 % ?.....
Réponse de le 24/02/2015 à 7:27 :
Normal, quand l'état a ton chequier, il peut signer autant qu'il veut. La finance aime l'état.
a écrit le 23/02/2015 à 12:01 :
rassurez moi les nombreux représentants de l'Etat dans le conseil d'administration ont bien touche leurs jetons de présence au moins ...Et Feu le President a bien touche sa paye au moins .... Si oui ça me rassure que l'Etat joue comme cela avec l'argent de nos impôts
a écrit le 23/02/2015 à 11:48 :
Quand on pense que les Russes vendent des centrales nucléaires à tour de bras, en Chine et en Inde notamment, on mesure le degré d'incompétence de nos "élites". Pire que de l'incompétence, il s'agit de sabotage caractérisé dans une industrie qui a le vent en poupe au niveau mondial, même si les catastrophes de Fukushima et Chernobyl compromettent l'avenir même de l'humanité. Sans doute faut-il voir dans la déconfiture d'Areva, une ultime tentative pour sauver nos contemporains de l'auto-destruction. Mais je doute que ce soit-là,l'objectif des courtisans et autres pantouflards qui occupent les postes de direction supérieure de ce "fleuron" national.
a écrit le 23/02/2015 à 11:07 :
Quand vous mettez les pieds dans les bureaux d'Areva à la Défense, ça "sent" la politique. Les chapelles, les clans, tout est inventé chez Areva, les idées venant de l'extérieur ne s'appliquent jamais à leur façon de travailler. Finalement c'est très représentatif de la société française d'aujourd'hui.
Réponse de le 23/02/2015 à 14:39 :
Et quand vous avez travaillé dans cette boutique, c'est à peu près pareil. Une usine à gaz où le remise en cause est absente. "On est les meilleurs" traduits en Areva ça donne, "ils nous font ch... ces c...s-là".
Nota: et ça ne date pas d'aujourd'hui
a écrit le 23/02/2015 à 10:53 :
Air France et Areva même combat , les années se suivent et se ressemblent, ça ressemble au tonneau des Danaïdes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :