Avenir d'EDF : quelles alternatives au projet Hercule ?

 |  | 1120 mots
Lecture 6 min.
Le projet, s'il abouti, pourrait se traduire par la séparation d'EDF en trois entités.
Le projet, s'il abouti, pourrait se traduire par la séparation d'EDF en trois entités. (Crédits : Pascal Rossignol)
Possible échec des négociations avec la Commission européenne, réflexions autour d'une renationalisation, promesse d'un débat parlementaire et incertitudes persistantes sur les schémas de réorganisation. Le projet Hercule est à la croisée des chemins.

Le projet Hercule verra-t-il le jour ? Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique, a été longuement interrogée ce matin par les députés sur le projet Hercule, qui consiste à réorganiser EDF pour lui donner les moyens de financer ses investissements dans le nucléaire et les énergies renouvelables.

Largement contesté en interne, mais aussi par des associations et des partis politiques de tout bord qui craignent un démantèlement, ce projet fait l'objet d'intenses et longues négociations avec la Commission européenne. Cette dernière souhaite s'assurer que la hausse du prix du nucléaire régulé en France (qui permettrait à EDF d'accroître ses revenus) ne porte pas préjudices à ses concurrents.

Lire aussi : Projet Hercule : les salariés d'EDF appellent les Français à défendre "leur service public"

Le projet, s'il abouti, pourrait alors se traduire par la séparation d'EDF en trois entités distinctes : un EDF bleu 100% public pour le nucléaire, un EDF vert, dont le capital serait ouvert à des investisseurs privés, pour les énergies renouvelables, le réseau de distribution (Enedis) et les services, et, enfin, un EDF Azur pour les activités hydrauliques. Objectif : isoler le nucléaire du reste de l'entreprise et ainsi répondre aux exigences...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2021 à 10:19 :
Il faut Moderniser EDF et securiser toutes les centrales nucléaires française : maintenance totale sur le parc français. Les centrales nucléaires françaises doivent durer 60 ans , après un si long temps de fonctionnement il faudra deployer un programme de deconstruction des centrales les plus anciennes et passer à centrales plus petites, plus sures encore et plus sécurisées.( SMR). Le plus defi c'est la gestion des déchets nucléaires et la radioactivité dans le temps : donc il faut developper la voie de reduction de la radioactivité des déchets à haute activité par voie laser ou par reutilisation en reacteur des combustibles nucléaire et penser à protéger la nature. voir le projet transmutex en suisse. Oui à un nucléaire sécurisé, automatisé et sur pour très long temps. On abandonne surtout pas la recherche dans le nucléaire et surtout pas au CEA. C'est complexe et c'est difficile mais surtout c'est un vrai technologique. Haro totale sur l'ONG Greenpeace et ses militants antinucléaires.
a écrit le 06/02/2021 à 13:41 :
Vouloir diviser EDF notre fleuron est un crime. Si c'est la volonté de la CE, il faut les envoyer se balader. Nous avons tout à perdre et rien à gagner avec ce projet.
Mon âge et mon expérience me permet de rappeler qu'à la suite des deux chocs pétrolier de 1973 et 1979, la France avec son énergie électrique produite par le nucléaire était auto suffisante, fait rare, les Allemands enviaient notre situation et le chancelier de l'époque l'a évoqué.
Arrêtons de nous tire régulièrement des balles dans le pied, j'espère que les politiques d' aujourd'hui auront le courage d'éliminer ce projet.
a écrit le 05/02/2021 à 14:57 :
Quand j'avance Hercule ! Comment veux tu ? comment veux tu ?
a écrit le 05/02/2021 à 12:22 :
Pour des raisons souveraines, il ne faut surtout pas écouter la CE qui n'arrête pas de se tirer une balle dans le pied car les fonctionnaires CE n'ont aucune notion de stratégie. Le dernier en date l'approvisionnement des vaccins.
Si les politiques Français laissent démanteler EDF, ils commettent un crime. Nous allons perdre tout notre savoir faire, et croyez-moi le prix du KWh ne vas pas baisser bien au contraire.
Ces fonctionnaires de la CE ont la mémoire courte, lors des deux chocs pétrolier, la France a été heureuse d'être indépendante énergétiquement avec son nucléaire.
A l'époque les Allemands nous enviaient.
a écrit le 05/02/2021 à 10:37 :
Quand on pose la question, en général c'est que l'alternative est moins digeste comme d'un fait exprès pour diminuer les réticences! Mais rien n'est étudié sérieusement en dehors de la privatisation et d'une fabrication de la rentes, puisqu'il a des clients captifs en bout de chaîne!
a écrit le 05/02/2021 à 10:02 :
Peux t on connaître le coût de la privatisation d'EdF à l'origine, et combien cela a t il eu d'incidence sur le contribuable lambda, et combien de fournisseurs d'accès aujourd'hui sont rentables par rapport à la nébuleuse d'entreprise que l'on connait vaguement de nom. Combien d'emplois ont créé ce type de société et combien d'emplois ont été perdu en France à la suite de ce processus. Est on certain que l'utilisateur sur sa facture est mieux qu'avant la privatisation? Je ne suis même pas sûr que l'on puisse répondre, tellement cela parait opaque, peut être que l'émission "cash investigation" a une bon reportage d'enquête à réaliser là.
a écrit le 05/02/2021 à 9:41 :
Il ne faut pas laisser le "marché" réguler l'électricité, dans nos sociétés modernes l'électricité est du même niveau que l'air que l'on respire et des tensions sur l'électricité se répercuteront immédiatement sur nos sociétés.
a écrit le 05/02/2021 à 9:29 :
La CGT ferait mieux d'approuver Hercule. Vendre les gadgets éoliens aux capitalistes et les laisser boire le bouillon
a écrit le 05/02/2021 à 8:33 :
En tout cas la première des évidences c'est de ne surtout pas méler l'association de malfaiteurs UE à cet épineux dossier. Ou bien on les écoute et on fait l'inverse permettant d'avoir peu de chance de se tromper.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :