Les défis herculéens d’EDF en 2021

 |  | 2391 mots
Lecture 13 min.
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Les tractations entre Paris et Bruxelles sur l'avenir d'EDF et le marché du nucléaire s'éternisent. Le dossier, explosif, vise à donner à l'électricien les moyens de faire face à un mur d'investissements. Le plan Hercule, en séparant EDF en trois entités, inquiète les syndicats qui craignent un démantèlement au détriment des clients. Explications en huit points.

Le 19 janvier prochain, les salariés d'EDF entameront leur quatrième journée de grève depuis le 26 novembre dernier. Par ce mouvement social, ils s'opposent à un vaste projet de réorganisation du groupe, baptisé Hercule, le demi dieu grec. En amont de cette nouvelle journée d'action, les quatre principales confédérations syndicales (CFDT, CGT, FO et CFE-CGC) font front commun. Elles pressent le président Emmanuel Macron de renoncer au projet Hercule qui conduirait, selon elles, à un démantèlement d'EDF.

Le plan Hercule consisterait à séparer l'énergéticien national en trois structures distinctes : la production nucléaire, les énergies renouvelables et la distribution de l'électricité, et enfin les barrages hydroélectriques. Derrière ce projet très contesté, y compris au sein des parlementaires dont certains envisagent de déposer une proposition de référendum d'initiative partagée, se cache un enjeu clé autour de la réforme de la rémunération de l'électricité nucléaire.

Les deux sujets font l'objet d'intenses tractations entre le gouvernement français, actionnaire à près de 84% d'EDF, et la Commission européenne. Alors que les pouvoirs publics espéraient obtenir un feu vert de la Commission avant la fin 2020 pour engager la réforme au Parlement dès début 2021, les négociations prennent du retard.

"Dès lors que nous aurons une vision plus claire de la position définitive de la Commission européenne", nous rendrons compte de la situation aux organisations syndicales, s'est engagé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Sur ce sujet, aujourd'hui nous n'y sommes pas encore", a-t-il estimé, le 12 janvier, lors de la présentation de ses voeux à la presse. Selon lui, EDF "va dans le mur" et a besoin de se transformer. Explications de ce dossier explosif en huit questions.

1 - Quelle est l'origine du projet Hercule ?

En 2018, les pouvoirs publics chargent Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF, de proposer un schéma de réorganisation de l'entreprise. Ces propositions devaient être présentées fin 2019 mais l'échéance a été repoussée car elles sont conditionnées à l'avancée de discussions entre la France et Bruxelles, notamment sur la régulation du nucléaire.

La réorganisation du groupe EDF est en effet intimement liée à la régulation actuelle de la rémunération de l'électricité nucléaire et aux besoins de financements colossaux de l'énergéticien, qui fait face à un mur d'investissements. EDF doit à la fois maintenir son parc, relancer le programme nucléaire et accélérer dans les énergies renouvelables où il accuse un certain retard.

"Le grand carénage [les travaux destinés à prolonger la durée de vie d'une trentaine de réacteurs sur 56, ndlr] est estimé à 50 milliards d'euros, tandis que le développement potentiel de six nouveaux EPR [dont la décision définitive de construction est attendue pour 2023 au plus tard, ndlr] est estimé à 47 milliards d'euros. Or, EDF est déjà fortement endetté avec une dette cumulée de 41 milliards d'euros", rappelle Jacques Percebois, directeur du Centre de recherche en économie et droit de l'énergie.

Pour financer une partie de ces investissements, EDF souhaite pouvoir vendre son électricité nucléaire à un prix plus élevé. Il estime que le mécanisme de rémunération actuel ne lui permet pas de couvrir ses coûts de production. Ce mécanisme repose sur l'Arenh (Accès régulé à l'énergie nucléaire historique), un dispositif instauré par la loi Nome de 2010, suite à l'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence, en application de la directive européenne de 1996.

Ce mécanisme oblige EDF à vendre un quart de sa production d'électricité nucléaire (soit 100 térawattheures à l'époque) aux fournisseurs alternatifs à un prix fixe de 42 euros le mégawattheure. De cette manière, les fournisseurs alternatifs concurrents d'EDF (comme Total Direct Energie, Vattenfall, Engie, Eni, etc.) qui ne disposent pas de capacité de production d'électricité nucléaire, peuvent jouer à égalité avec l'électricien historique et proposer des offres compétitives à leurs clients.

2 - Pourquoi ce mécanisme de rémunération pénalise EDF ?

L'énergéticien estime que ce prix de 42 euros, qui n'a pas évolué depuis 10 ans, ne reflète plus les coûts de production nucléaire, qui ont notamment augmenté en raison des investissements de sûreté supplémentaires qu'EDF a dû réaliser après la catastrophe de Fukushima. "Ce dispositif n'a pas très bien vécu", confirme Quentin Derumaux, directeur du département énergie et environnement chez Sia Partners.

"Là où c'est problématique c'est qu'il crée une asymétrie car il constitue une sorte d'option gratuite pour les fournisseurs. Lorsque sur le marché de gros, le prix de l'électricité est supérieur à 42 euros, ils se tournent vers l'Arenh, mais lorsqu'il est inférieur ils s'en détournent. EDF se retrouve donc obligé de vendre un produit mais lorsqu'il y a une opportunité de marché, il ne peut pas la saisir, explique-t-il. Ce dispositif n'est donc pas favorable à une juste rémunération de l'activité nucléaire".

"Personne n'avait imaginé que le prix de l'électricité sur le marché de gros pourrait descendre en dessous du prix de l'Arenh", reconnaît Jacques Percebois, qui a été membre des commissions Champsaur à l'origine du mécanisme de l'Arenh.

A l'inverse, lorsque le prix de l'électricité sur le marché de gros remonte, les fournisseurs alternatifs souhaitent pouvoir acheter de plus gros volumes d'électricité au prix de l'Arenh.

"C'est une spirale infernale. Plus les concurrents ont de l'Arenh, plus ils gagnent des clients, et plus ils demandent de l'Arenh", décrit Jacques Percebois.

"Aujourd'hui, 45% du volume d'électricité vendu aux professionnels ne passe plus par EDF", souligne-t-il. Et selon la CRE, le régulateur de l'énergie en France, l'hémorragie de clients chez EDF se chiffre désormais à quelque 100.000 clients chaque mois.

3 - Quel nouveau modèle de rémunération est envisagé ?

Tout le monde est d'accord sur un point : la situation n'est pas satisfaisante et la réforme de l'Arenh est indispensable.

"L'Arenh est un dispositif qui est à bout de souffle. Peut-on citer d'autres produits dont le prix n'a pas évolué en dix ans ?" soulève Quentin Derumaux de Sia Partners.

Par ailleurs, la question presse puisque ce dispositif doit prendre fin en 2025. L'Arenh est en effet un mécanisme temporaire. Il avait été imaginé comme une transition pour donner le temps aux concurrents d'EDF de développer de nouvelles capacités de production conventionnelles. Ce qui n'a pas eu lieu, en raison notamment d'une croissance plus faible de la demande d'électricité que prévu.

Selon Les Echos, la nouvelle réglementation devrait permettre à EDF de céder sa production entre 45 et 50 euros le mégawattheure. Une fourchette qui correspond aux évaluations de la CRE, qui, dans un document confidentiel que s'est procuré le site Contexte, a estimé le coût de production du parc nucléaire d'EDF à 48 euros le mégawattheure.

Dans le schéma imaginé, EDF serait obligé de vendre dans les mêmes conditions tarifaires la totalité de sa production nucléaire (et plus seulement 100 TWh) à tous les fournisseurs d'électricité, y compris à la structure d'EDF chargée de la fourniture d'électricité.

4 - Quelles sont les exigences de la Commission européenne ?

La France veut convaincre la Commission européenne de se mettre d'accord sur un prix plus élevé de revente de l'électricité nucléaire, mais Bruxelles refuse un dispositif qui permettrait de remettre à flot les caisses d'EDF sans contrepartie sérieuse.

Par ailleurs, selon un document rendu public par Reporterre, le gouvernement prévoit de subventionner massivement EDF, dont la dette pourrait s'envoler à près de 57 milliards d'euros en 2028, pour la construction des six nouveaux réacteurs nucléaires. Selon un document de la direction générale du Trésor, ces subventions d'investissement grimperaient à 25,6 milliards d'euros. L'Etat financerait ainsi plus de 50% du coût total des trois nouvelles paires d'EPR, évalué à un peu plus de 47 milliards d'euros.

"Or, il n'est pas question pour la Commission européenne, que le gouvernement français finance un opérateur, qui est en concurrence avec d'autres opérateurs qui ne sont pas subventionnés. Le gouvernement est donc obligé de composer avec Bruxelles s'il veut accorder des subventions au nucléaire ", explique Jacques Percebois.

Pour répondre aux exigences concurrentielles de Bruxelles, la direction d'EDF a donc imaginé le dispositif Hercule qui consisterait à isoler l'activité de production nucléaire des autres activités d'EDF.

5 - A quoi ressemblerait le nouveau EDF ?

 "Aucune communication officielle sur la réorganisation n'a été faite. Mais l'idée est de créer une holding qui viendrait chapeauter trois sous branches dont la structure actionnariale serait différente afin de répondre aux différents enjeux de financement", explique Quentin Derumaux.

Dans le détail, un EDF Bleu regrouperait les "facilités essentielles", c'est-à-dire le réseau de transports d'électricité à haute tension RTE et la production nucléaire. Son capital serait entièrement détenu par l'Etat. "L'idée est de faire du nucléaire un bien commun", souligne Jacques Percebois.

Cet EDF Bleu serait dissocié d'un EDF Vert, dont une partie du capital pourrait être cotée en Bourse. Cette entité regrouperait les énergies renouvelables, le réseau de distribution Enedis et les activités de fourniture notamment.

6- Quid des concessions hydrauliques ?

Une troisième entité pourrait être créée. EDF Azur pourrait être une filiale d'EDF Bleu ou être totalement à part. Elle coifferait les barrages hydroélectriques, qui produisent environ 11 % de l'électricité française. L'objectif ici est de trouver une solution à un vieux contentieux avec la Commission européenne, qui demande à la France, depuis des années, d'ouvrir à la concurrence ses concessions échues.

EDF détient 80% des concessions sur les ouvrages hydrauliques qui appartiennent à l'Etat. Or, la Commission européenne souhaite que les concessions soient ouvertes à la concurrence par appel d'offres. Les élus locaux concernés s'y opposent très fortement estimant que l'eau est un bien commun stratégique, indispensable au système électrique mais aussi à d'autres usages comme l'alimentation et l'agriculture. Hors de question de les laisser aux mains d'acteurs privés.

Un des moyens d'échapper à cette mise en concurrence est de mettre en place un système de quasi-régie, qui permet de conserver les barrages dans la sphère publique. Une parade que semble accepter Bruxelles, à condition qu'il y ait, encore une fois, un cloisonnement très clair des activités.

7- Le plan Hercule présente-t-il des avantages ?

La réorganisation prévue par le plan Hercule aurait l'avantage de mettre à l'abri les concessions hydrauliques, mais aussi de pérenniser l'activité nucléaire. Le risque de voir naître une bad bank dans laquelle seraient rangés des actifs toxiques, ici les activités nucléaires, semble en effet écarté, après le plaidoyer pro-nucléaire d'Emmanuel Macron au Creusot début décembre.

Autre avantage de cette réorganisation, selon Quentin Derumaux : la possibilité pour EDF Vert de se financer plus facilement sur les marchés afin d'accélérer dans les énergies renouvelables.

"Les deux entités nécessitent des modes de financement différents car elles regroupent des projets dont les temporalités sont différentes. La partie nucléaire nécessite un capitaine d'industrie, la présence d'un actionnaire de long terme. A l'inverse, les activités de réseaux et d'énergies renouvelables sont des projets plus linéaires, un peu plus foisonnants et inscrits sur des échelles de temps plus courtes. Le profil de risque industriel n'est pas le même", expose-t-il.

8 - Quels sont les risques et pourquoi les syndicats s'y opposent ?

Les syndicats voient dans ce projet un risque de démantèlement de l'énergéticien, alors que le gouvernement et la direction d'EDF assurent vouloir séparer les activités sans scinder le groupe. Officiellement, cette réorganisation doit donc se faire au sein d'un groupe intégré avec une stratégie unique et des salariés sous le même statut. "Ils jouent avec les mots", dénonce Anne Debregeas, chercheuse à EDF R&D et membre de SUD Énergie.

"Le principe même du projet Hercule est de séparer EDF en trois parties. Et, dans le document de l'agence de participation de l'Etat (APE), il est écrit à toutes les lignes que la Commission exige une étanchéité réelle entre chaque entité", déplore-t-elle. "Pour beaucoup de salariés d'EDF, qui sont attachés au service public de l'énergie, ce projet est un gâchis industriel, technique et social", poursuit-elle.

Selon les syndicats, un groupe moins intégré rendra forcément la gestion du système électrique plus coûteuse. Ce qui devrait avoir mécaniquement un impact sur la facture des clients. Les syndicats redoutent également la privatisation d'Enedis et pointent un risque de souveraineté.

"La gestion des réseaux c'est stratégique pour des raisons de sécurité bien sûr. Mais à travers les réseaux, vous vendez aussi votre technologie", souligne Jacques Percebois. "Les fonds de pension américains et chinois ont déjà pris des participations dans les réseaux au Portugal, en Grèce, en Italie. Ils ont été bloqués en Allemagne et en Belgique", rappelle-t-il.

Des appréhensions que Quentin Derumaux minimise : "Il y a déjà des acteurs privés au capital d'EDF et ailleurs dans le monde d'autres réseaux électriques sont déjà la propriété d'acteurs privés. Ce sont des activités qui attirent les fonds d'infrastructure, qui cherchent des rentabilités honorables avec une visibilité sur des temps longs. Par ailleurs, le fait d'avoir un accès au marché ne veut pas dire que l'Etat se désengage complètement d'EDF vert".

Les salariés craignent enfin pour leurs emplois et leurs conditions de travail, notamment en matière de mobilité. "Un groupe divisé rendra plus difficile l'évolution des salariés et la résistance collective. Dans une période de transition énergétique, les questions de reconversion sont très importantes", souligne Anne Debregeas, qui regrette un processus "antidémocratique" :

"Il n'est pas seulement question de faire barrage au plan Hercule mais d'exiger un réel débat sur le service public que l'on souhaite avoir".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2021 à 13:56 :
Fevrier 2020 :

C’est un « ouf ! » de soulagement qu’ont pu pousser les acteurs ariégeois de l’énergie. Les barrages hydroélectriques ne seront finalement pas privatisés. Dévoilé en 2019, le « plan Hercule » de privatisation du secteur de l’énergie était tout d’abord resté flou quant au sort réservé aux centrales hydroélectriques.
Mais à l’automne, le gouvernement a annoncé son intention de garder sous sa coupe les barrages et le nucléaire. Le projet « Hercule » prévoirait ainsi la séparation d’EDF en deux parties. La première, « EDF Bleu », serait en charge du secteur de production de l’énergie (dont les barrages) et resterait la propriété de l’État. Quant à la seconde, « EDF Vert », elle regrouperait les fournisseurs d’énergie et serait partiellement privatisée. Selon toute vraisemblance, les barrages hydroélectriques échapperaient donc à la privatisation. Une nouvelle qui rassure les acteurs ariégeois de l’énergie.Il faut dire qu’avec sa quinzaine de barrages, l’Ariège aurait été particulièrement touchée par la privatisation. Les premières rumeurs qui avaient circulé à propos du plan Hercule évoquaient cinq centrales potentiellement concernées dans le département. « Nous sommes satisfaits du fait que les barrages restent nationalisés » explique René Massat, président du Syndicat Départemental de l’Énergie (SDE) en Ariège. Pour Alain Naudy, maire d’Orlu, le soulagement est double. « J’ai toujours vécu au pied d’un barrage. Il y a un volet sécurité qui aurait pu souffrir de la privatisation » souligne-t-il.
René Massat précise toutefois ne pas vouloir se réjouir trop vite car « Il faut encore que la Commission européenne accepte de laisser cette partie d’EDF publique ». Mais rien n’est moins sûr, car l’institution européenne demande depuis plusieurs années à la France de céder une partie de ses barrages à la concurrence.Le SDE reste par ailleurs très inquiet quant au projet de privatisation partielle d’EDF Vert. Pour René Massat, le risque principal est que l’entretien et la gestion des réseaux électriques ne soient plus dictés que par des questions de rentabilité. « Ils pourraient ne faire les travaux nécessaires que sur les réseaux rentables et laisser les autres de côté, particulièrement ceux en zone rurale » clarifie-t-il.Pour rappel, la loi du 9 août 2004 avait transformé EDF, établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), en société anonyme contrôlée à 70% au moins par l’État. Il s’agissait d’un choix effectué par la France pour répondre à la libéralisation du marché de l’énergie demandée par l’Europe.Or l’article 41 de la loi Sapin prévoyait donc des exceptions à la mise en concurrence, notamment lorsqu’un service était confié à un établissement public. Ce qu’EDF a donc cessé d’être en 2004.
a écrit le 14/01/2021 à 9:51 :
Vous avez aimé la privatisation de l’eau alors vous allez adorer la privatisation de l’électricité. EDF va enfin pouvoir dans un cadre de régulation adaptée obtenir pleinement les moyens de la transition, c'est beau. La belle société d’EDF, cette belle réussite sera tronçonnée en trois parties, nous passerons du Bleu Blanc Rouge au Azur, Bleu et Vert. Les centrales nucléaires resteront dans une société publique et le marché régulera le renouvelable et la distribution ainsi l’électricité de trois couleurs d’origine passera dans un seul câble, la prochaine fois ils nous vendront le mouvement perpétuel. Quant aux barrages ils seront soumis à concurrence, l’état ne sera plus propriétaire il subventionnera seulement les contraintes c’est à dire le coûteux entretien sous pénalités. Ce bazar se déciderait parait-il, dans la discrétion d’une autorité supranationale dont les membres sont soumis aux puissants lobbies. Pendant que le peuple est confiné l’électricité est enfin libérée de toutes contraintes, qu’en disent nos représentants, au minimum sont-ils consultés. Il y aurait matière à enquête parlementaire, conseil scientifique, conseil de défense et peut être même un référendum car c’est quand même l’argent des Français qui est ainsi privatisé.
a écrit le 14/01/2021 à 9:24 :
Pour commencer, ne pas illuminer le barrage de Tignes au moment où on nous demande d'éteindre toutes les ampoules inutiles !
a écrit le 13/01/2021 à 14:26 :
C'est le projet germano-pratin Beigbeder, visant à enrichir la classe merdiatique sur le dos des francais !
Beigbeder fait fortune en opérateur alternatif subventionné !
a écrit le 13/01/2021 à 13:45 :
EDF c'est terminé :le nucléaire l'a tué , trop cher , trop polluant , où trouver des sites pour enfouir des déchets de durée de vie de 200.000 ans ?Je ne sais pas ce qui va se passer et personne pas plus que moi..La responsabilité des syndicats , qui ont cru pendant trop longtemps que le nucléaire à base d'uranium était l'avenir, est égale à celle de la direction qui pendant 40 ans de 1980 à aujourd'hui n'a rien fait d'autre que vivre sur une idée d'autrefois , ils croyaient avoir trouvé la solution ultime , comme la ligne Maginot , cela se terminera pareillement ..
Réponse de le 14/01/2021 à 9:56 :
Le nucléaire on l'aime ou on le déteste mais il produit 75% de l'électricité consommée et 13% provient des barrages pour le reste c'est combien de milliards ?
Réponse de le 14/01/2021 à 10:13 :
Albert :il faut actualiser vos chiffres , allez voir la page de garde de RTE aujourd'hui à 9 h45 en plein hiver ,le nucléaire représente 62 % de la production et l'hydraulique 15 %. Le nucléaire ce sont des chiffres du passé pour des gens du passé.
a écrit le 13/01/2021 à 12:29 :
On ferait bien de se demander du POURQUOI du projet d'Hercule:
Les responsables sont l'Etat, les dirigeants
de l'EDF de dernières dizaine d'années, et naturellement aussi le personnel et ses représentants.
Si l'EDF doit rester un opérant majeur mondial, le projet doit être accepté.
Ne pas l'accepté serait se tirer une balle dans le pied, où tous les participanrts seraient perdants.
a écrit le 13/01/2021 à 11:43 :
pourquoi adosser la production d'énergies renouvelables à la distribution ? la logique serait de créer un pôle production indépendant ouvert à l'actionnariat privé pour les énergies renouvelables , au même titre que ceux envisagés des productions nucléaires et hydrauliques . la distribution et les réseaux constituant des entités indépendantes contrôlées par une régulation publique .
si les énergies renouvelables sont compétitives , le marché suffira à en assurer le développement .par ailleurs les prix d'accès à la production nucléaire EDF doivent être les mêmes pour tous les distributeurs habilités .
a écrit le 13/01/2021 à 11:31 :
Faut il rappeler à ce stade qu'avant les directives de Bruxelles de 1992, EDF, comme Gdf, France Télécom Orange, La Poste, les autoroutes, et pour peu de temps encore, les routes, etc... étaient la propriété des français, qui ont financé par leurs impôts, le développement et les compétences reconnues de ces sociétés ?
Réponse de le 13/01/2021 à 13:47 :
La politique tout libéral va engendrer le chaos pour le profit d une minorité
Réponse de le 13/01/2021 à 18:21 :
pas mieux .Ou l'on trouve l'oeuvre destructrice de bruxelles sur notre pays.
a écrit le 13/01/2021 à 11:11 :
C'est bien d'avoir des projets pharaoniques ou herculeens m ias en realité il faut un nucléaire qui dure, qui soit sur et qui protége l'environnement. On estp lus du tout dans le nucléaire bashing, dans les pertes de compétences du nucléaire mais plutôt dans un monde ou la lutte totale contre le réchauffement climatique doit permettre de developper un nucléaire sur et durable avec l'EPR à 60 ans ou des SMR ou des reacteurs de 4eme génération, L'image d'un nucléaire non sur comme le syndrome de tchernobyl et de fukushima montre que beaucoup de choses dont la philosophie même de la sureté nucléaire mais pas la raison même de cette sureté : un nucléaire sur et durable qui permet un electricité bon marché donc oui nous avons autant besoin du nucléaire que des energies renouvelables et notre parc prouve tous les jours le fait de sa sureté. EDF a des défis gigantesques devant lui et nous devons nous y préparer mais pas sans assurer à la filière nucléaire un avenir durable ! L'EPR est notre prochaine etape même si l'on sait que l'EPR de Flamanville a coûté un coût pharamineux comme une têté de pont donc oui à un nucléaire sur durable et performant avec le MOX et non a une permanence de l'augmentation du prix du kwh au 1er fevrier 2021 ( mauvaise nouvelle). On put reguler le prix du baril de pétrole donc on doit pouvoir reguler le prix du kwh energetique ! vive le nucléaire et vive EDF, CEA, CNRS, etc....
a écrit le 13/01/2021 à 11:04 :
La taille dans la compétition mondiale est fondamentale, ce plan Hercule est une stupidité.
La France est championne du monde quant il s'agit de démanteler ses fleurons.
Décidément, on veut jouer en seconde division.
Réponse de le 13/01/2021 à 17:23 :
Salut BA, bien sûr la taille joue !et bien davantage l'effet de taille ,si seulement les dirigeants français d'EDF ne l'avaient pas méconnu ils ne seraient pas lancés dans la construction de réacteurs de 1600 MW alors que la taille optimum définie par la direction de l'ingénierie en 2000 était de 1050 MW , curieusement (pas pour moi ) les chinois et les russes ont lancé un programme de réacteurs de 1100 MW en 2019.Pour nous c'est trop tard et étant donné le retard dans les énergies renouvelables EDF est condamné.
a écrit le 13/01/2021 à 10:59 :
L'origine du projet ? C'est une blague ? Allez, je vous aide, micron. vous connaissez, le maitre des horloges. Bruxelles s'impatiente, les lobbies aussi, allez on se bouge.
a écrit le 13/01/2021 à 10:29 :
Tout ce "merdier" pour que des fournisseurs alternatifs puissent vivre, au nom de la libre concurrence qui n'est autre que l'application d'une idéologie libérale destinée à rendre toujours plus riches une classe prédatrice. Sous entendu : Sur le dos du cochon de consommateur/payeur.
Réponse de le 14/01/2021 à 10:22 :
Oui, comme pour Poweo en 2009:

Est-ce le début d'une troisième vie pour Charles Beigbeder ? Ce «serial» entrepreneur, après avoir fait ses armes comme banquier d'affaires, s'était taillé un joli succès avec le lancement puis la vente de la société de courtage en ligne Selftrade. Dans la foulée, en 2003, il avait fondé Poweo dont il a annoncé la vente hier. Son holding familial Gravitation cède au groupe autrichien Verbund, déjà actionnaire à hauteur de 30 %, les 13,4 % du capital qu'il détient dans Poweo. Gravitation abandonne ses titres à 29 euros par action, soit une prime de 58 % et engrange ainsi près de 40 millions d'euros. Pour Charles Beigbeder, une étape s'achève mais il n'abandonne pas son bébé. Il restera trois ans à la tête de Poweo. Président, il sera chargé des relations avec les autorités pour le développement de nouvelles centrales du groupe et le suivi de l'ouverture du secteur à la concurrence. D'ailleurs, il reste «totalement impliqué» dans le développement du groupe. Pour preuve, il recevra d'ici à l'automne environ 2,6 % du capital de Poweo, sous forme de stock-options qu'il pourra souscrire au prix de… 29 euros par action.C'est Loïc Capéran, un transfuge de l'industrie automobile puis d'EDF, qui prend la direction opérationnelle de Poweo. Cela n'empêchera pas l'entrepreneur de s'occuper aussi de projets personnels. «Ma famille et mes amis d'abord, dit-il. Mais aussi, je suivrai les investissements de mon holding familial.» Celui-ci chapeaute 22 000 hectares de céréales en Ukraine.
a écrit le 13/01/2021 à 10:19 :
augmenter de 42 euros le mégawattheure à 50 euros le mégawattheure, c'est aussi réduire la distorsion de concurrence énergie nucléaire/énergie verte, c'est commencer à intégrer un début d'externalité négative du nucléaire.
Mais les choses simples, quand elles tombent dans les mains des politiques et de Bruxelles, devienne tout de suite très compliquées.
a écrit le 13/01/2021 à 9:13 :
faut demander a segolene royal de trouver une solution
elle s'etait felicitee d'avoir fait prendre ses responsabilites a edf ( entre autres) en bloquant les vrais prix de l'electricite ( et en renegociant chaque fois que ca ne l'arrangeait pas elle)
c'est aussi elle qui s'est vantee de fermer les centrales et de casser le nucleaire pour passer a autre chose en 5 ans
que ceux qui demollissent la france viennent s'expliquer
ils n'ont aucune honte a revenir par la petite porte ( comme montebourg qui a demolli l'industrie et vient se faire passer pour l'apotre qui fera revenir les boites qui ne veulent subir ni florange ni dailymotion ni rien de tout ca)
ressortez les interviews et autres faits marquants et que chacun assume
a écrit le 13/01/2021 à 8:33 :
Direction de EDF contre dirigeants politiques où entre chiens et loups quand tombe la nuit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :