Bouclier tarifaire : "EDF ne passera pas l'année", prévient le CSE central du groupe

Selon l'instance représentative du personnel, la dette de l'électricien historique pourrait exploser à plus de 60 milliards d'euros, contre 43 milliards fin 2021, en raison de sa contribution au bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement, via le mécanisme de l'Arenh. Elle plaide ainsi pour une suspension immédiate de ce mécanisme, qui contraint EDF à vendre de l'électricité à prix cassés à ses concurrents, et pour une sortie de la France du marché européen de l'électricité. Ces mesures, selon elles, permettraient de maîtriser l'inflation, tout en redonnant à EDF les moyens d'investir.
(Crédits : DADO RUVIC)

"La dette d'EDF va avoisiner les 60 milliards d'euros à la fin de l'année 2022 et ainsi franchir le seuil des 50 milliards d'euros fatidique pour les agences de notation. Si les choses ne changent pas, EDF ne pourra pas passer le cap de fin d'année car elle est dans une impasse mortifère", a alerté, ce mercredi 15 juin, Philippe Page Le Merour, secrétaire CGT du Comité social d'entreprise (CSE) central d'EDF. La dette pourrait même aller au-delà "si d'autres mesures gouvernementales venaient à suivre les recommandations de la CRE [le régulateur, ndlr]"qui souhaite qu'EDF vende davantage d'électricité à prix bradés, a-t-il prévenu.

L'instance représentative du personnel a donné une conférence de presse suite à la procédure du droit d'alerte économique, lancée en janvier dernier après que le gouvernement ait contraint EDF à céder 20 TWh d'électricité supplémentaires à prix cassés à ses concurrents, dans le cadre du mécanisme de l'Arenh. L'objectif étant de juguler la flambée des prix de l'électricité en partant du principe que les fournisseurs alternatifs répercuteront cet approvisionnement à moindre coût dans les prix proposés aux consommateurs finaux.

Alerte économique

Le droit d'alerte économique est une prérogative donnée au CSE lorsque celui-ci a connaissance de faits de nature à affecter de manière préoccupante la situation économique de l'entreprise. Il peut alors demander à la direction de lui fournir des explications. Dans le cas d'EDF, le CSE central s'est inquiété de l'augmentation du plafond de l'Arenh, qui amputera le groupe de 10 milliards d'euros en 2022. La direction de l'électricien a fourni des éléments de réponse en février dernier. Ils ont été jugés non satisfaisants par l'instance représentative du personnel, qui a alors décidé de confirmer le droit d'alerte économique et de mandater le cabinet d'expertise comptable Secafi.

La poursuite de cette procédure a obligé EDF à rendre accessibles un certain nombre de documents internes (comme les comptes de résultat et les perspectives budgétaires) et à répondre aux sollicitations d'entretiens du cabinet Secafi. Ce travail d'expertise a donné lieu à une délibération qui doit être remise au Conseil d'administration. En l'occurrence, celui d'EDF se réunira le 29 juin prochain. "L'organe de surveillance doit apporter une réponse écrite et motivée aux alertes et aux préconisations présentées dans la délibération dans un délai d'un mois", précise Philippe Page Le Merour.

Dans les faits, les préconisations du CSE central d'EDF ont déjà été présentées hier à la direction d'EDF, à l'occasion d'une session extraordinaire, durant laquelle les quatre organisations syndicales du groupe ont voté à l'unanimité la résolution.

Suspendre immédiatement l'Arenh

Concrètement, l'instance représentative du personnel plaide pour deux actions immédiates : la suspension de l'Arenh et une nouvelle méthode de calcul du tarif réglementé de vente de l'électricité (TRVE).

"Le code de l'énergie prévoit la suspension de l'Arenh, en cas de circonstances exceptionnelles", rapporte le syndicaliste, qui évoque le choc énergétique européen, amplifié par la guerre en Ukraine, et l'indisponibilité historique du parc nucléaire tricolore, avec près de la moitié des réacteurs à l'arrêt, en raison d'un problème de corrosion sous contrainte et du décalage de programmes de maintenance lié à la crise sanitaire.

Lire aussi : Problème de corrosion : tout comprendre aux micro-fissures qui ébranlent le parc nucléaire d'EDF

Maîtriser l'inflation

Selon le CSE central d'EDF, la suppression de l'Arenh contribuerait mécaniquement à faire baisser les prix de l'électricité et donc "a participé largement à la maîtrise de l'inflation dans le pays", souligne Philippe Page le Merour.

Le raisonnement est le suivant : la suppression de l'Arenh entraîne d'office la suppression de l'écrêtement, qui correspond au volume d'Arenh non attribué aux fournisseurs alternatifs, lorsque la totalité de leur demande dépasse le seuil réglementaire. En conséquence, ces derniers doivent se fournir sur les marchés, où les prix sont bien plus élevés (environ 250 euros le MWh actuellement, contre 42 euros le MWh avec l'Arenh). Ces coûts supplémentaires se répercutent alors sur la facture de leurs clients où les prix ne sont pas encadrés, mais aussi sur le TRVE, en raison du principe dit de "contestabilité".

Selon ce principe, le TRVE doit être calculé de telle façon que les rivaux de l'énergéticien historique puissent faire des offres de prix inférieurs. C'est donc (en partie) pour permettre la concurrence que l'on augmente le tarif régulé de vente.

Se déconnecter du marché européen

La seconde proposition du CSE central d'EDF consiste à "sortir du dogme de la concurrence" et à déconnecter la France des autres bourses européennes de l'électricité où la formation des prix dépend du coût marginal de fonctionnement de la dernière centrale électrique appelée pour répondre à la demande. Or, dans certains pays, comme l'Allemagne, la dernière centrale appelée fonctionne bien souvent au gaz, dont les prix se sont envolés depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Lire aussi : Pour ou contre : la France doit-elle sortir du marché européen de l'électricité (Anne Debregeas face à André Merlin)

L'instance représentative du personnel suggère, elle, que la formation du prix de l'électricité reflète le coût du mix de production français.

"L'idée est de construire le tarif réglementé de vente en fonction de notre production de base, c'est-à-dire le nucléaire et l'hydraulique, avec un tarif de 60 euros le mégawattheure. Ce chiffre reprend les travaux de la Cour des comptes au dernier semestre 2021", indique Philippe Page le Mérour.

Dans ce cadre, la production de base pourrait, selon le CSE central d'EDF, constituer 80% du tarif de vente réglementé. De quoi réduire la part du "complément de marché" de 33 à 20% dans le calcul du TRVE. Cette baisse permettrait alors de contenir l'impact des prix du marché, assure l'instance sociale.

"La direction d'EDF n'a pas remis en cause la méthode de nos travaux et il n'y a eu aucune contestation de leur part sur notre schéma, ce qui n'est pas dans leurs habitudes", a fait valoir le syndicaliste.

Une renationalisation complète et pérenne

L'instance représentative du personnel plaide par ailleurs pour une renationalisation complète et pérenne d'EDF, et fustige le projet du gouvernement, qui, selon elle, consisterait à renationaliser temporairement l'entreprise avant de revendre certaines activités.

"Une rationalisation mécanique ne règle en rien la situation financière d'EDF, estime Philippe Page le Merour.  Une nationalisation n'a de sens que si elle conserve une entreprise publique intégrée et si elle peut permettre de remettre l'entreprise sur les rails en sortant de la concurrence", poursuit-il.

Alors que ces derniers mois le ton est monté entre le PDG d'EDF et l'Etat actionnaire qui détient 84 % du capital de l'entreprise, Philippe Page le Merour n'a, au contraire, "pas le sentiment d'avoir une direction d'entreprise qui est à l'offensive pour sauver les meubles" "L'esprit que nous avons ressenti est un esprit de drapeau blanc, de fin de règne", a-t-il ajouté, alors que beaucoup s'interrogent sur un départ anticipé de Jean-Bernard Lévy, dont le mandat doit normalement s'achever en mai 2023.

Par le passé, le CSE central d'EDF s'était déjà emparé du droit d'alerte économique lorsque l'électricien s'était engagé dans le financement de la construction de l'EPR d'Hinkley Point, en Angleterre. Décision qui avait également conduit le directeur financier de l'époque, Thomas Piquemal, à démissionner.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 16/06/2022 à 14:59
Signaler
comment ca se fait que la cgt, grande defenderesse des pauvres et pourfenderesse de la rentabilite commence a comprendre que quand on ne gagne pas d'argent on fait faillite? mais ils veulent se faire traiter de capitalistes qui ne pensent qu'a l'ultr...

à écrit le 16/06/2022 à 13:33
Signaler
Il n'y a pas que le CSEC d'EDF qui dit qu'EDF est en faillite:sur le site de Zonebourse, les analyses de S and Poor's arrivent à la même conclusion , la dette nette d'EDF atteint 61 milliards d'euros en 2022 , fin de partie pour l'entreprise , tuée p...

à écrit le 16/06/2022 à 13:22
Signaler
@marc469 EDF comprend 165 000 salarié. Sur 67.39 millions d'habitant Français, vous pensez sérieusement que le tarif alloué (qui au passage et rattrapé en "avantages en nature" dans les impôts) pèse réellement dans la balance ? Un peu de sérieux ...

à écrit le 16/06/2022 à 13:21
Signaler
Il n'y a pas que le CSEC d'EDF qui dit qu'EDF est en faillite:sur le site de Zonebourse, les analyses de S and Poor's arrivent à la même conclusion , la dette nette d'EDF atteint 61 milliards d'euros en 2022 , fin de partie pour l'entreprise , tuée p...

à écrit le 16/06/2022 à 11:30
Signaler
Que ce soient EDF, SNCF, RATP, AIR FRANCE le "contribuable Français" marquera une fois de plus sa grande mansuétude à la recapitalisation d'EDF ou sa rationalisation : car parallèlement aucune réforme prônée par BRUXELLE n'est annoncée pour qu'EDF s'...

à écrit le 16/06/2022 à 10:12
Signaler
EDF tourne au fiasco economique : de pire en pire, l'ambiance doit être morose pour les ingénieurs et la confiance dans le nucléaire au plus bas, au fond du trou economique ! Comment peut accumuler 60 milliard de dette propre pour le bon fonctionneme...

le 16/06/2022 à 13:12
Signaler
Bonjour, pour répondre succinctement à votre commentaire, les retards et les défauts de construction dont vous parlez ne sont pas le propre d'EDF mais de la réglementation européenne qui est en constante évolution et de plus en plus contraignante,...

le 17/06/2022 à 0:16
Signaler
Aux USA en Géorgie les réacteurs Vogtle 3 et 4 qui démarrent ,ont coûté 34 milliards de dollars,soit un dépassement de 250% et 6 ans de retard.C'est le scandale du siècle là bas.Il faut enfin comprendre que le nucléaire est mort et bien mort.Il faut ...

à écrit le 16/06/2022 à 8:49
Signaler
Je viens d'écouter sur France culture la matinale de MR Erner, très proche de Macron et Mélenchon, et donc antinucléaire civil, consacrée au réchauffement climatique. Avec un agent très spécial de Mediapart il a tapé sur Gazprom sans rien dire du ch...

à écrit le 16/06/2022 à 6:40
Signaler
Je ne comprends pas bien ce que la France gagne sur le marché européen de l’électricité. Il me semble comprendre qu’on vend notre électricité pas cher et que les autres nous vendent la leur très cher. Ce qui serait mieux, de vendre le TWh à 1000€ et ...

le 16/06/2022 à 13:14
Signaler
Ce n'est pas la France qui gagne, mais les actionnaires au travers d'entreprise concurrente d'EDF et souvent éphémère. Actionnaires, dont pas mal de nos politiciens Français et Européen...

le 16/06/2022 à 13:32
Signaler
Vous avez raison sur un point , la France vend à perte et l'Allemagne nous vend avec bénéfice .La raison :la pointe d'été et de printemps se situe à 14 h au midi solaire , le nucléaire français , déjà en panne partielle , doit baisser la charge afin ...

à écrit le 16/06/2022 à 6:39
Signaler
Je ne comprends pas bien ce que la France gagne sur le marché européen de l’électricité. Il me semble comprendre qu’on vend notre électricité pas cher et que les autres nous vendent la leur très cher. Ce qui serait mieux, de vendre le TWh à 1000€ et ...

à écrit le 15/06/2022 à 22:16
Signaler
À part les impôts ,qu'est ce qui marche en France depuis Giscard ?

à écrit le 15/06/2022 à 18:42
Signaler
Je résume la cgt EDF est contre aider les pauvres de France à payer leur facture !!!! Quelle honte. Par contre 1% du chiffre d’affaire d’EDF au ces au lieu de 1% des bénéfices là ils ne sont pas contre. Qu’est ce qu’il en dit notre gringalet gué...

le 16/06/2022 à 13:18
Signaler
Vous, vous n'avez pas compris. Le bouclier tarifaire concerne l'ARENH, le marché européen et concurrentiel et non la facture des Français qui elle reste inchangé. Si EDF n'avait pas les mains lié par le gouvernement et l'Europe, les tarifs Français...

à écrit le 15/06/2022 à 18:25
Signaler
C'est donc la CGT qui gère EDF?

à écrit le 15/06/2022 à 17:58
Signaler
Finalement ce sont les généreux français qui financent l'électricité européenne. L'Europe ne serait-elle pas qu'une mutualisation des pertes ?

à écrit le 15/06/2022 à 16:40
Signaler
Ils ont raison, supprimons leur tous ces avantages exorbitants comme l'électricité gratuite (sacré bouclier tarifaire), qui mènent en plus à des abus invraisemblables comme les garages chauffés l'hiver et climatisés l'été, des jardins illuminés la nu...

le 15/06/2022 à 16:51
Signaler
@churchill Vous mélangez tout, ce qui est d'ailleurs le propre des populistes. Pourquoi ne dites vous pas qu'EDF ne devrait pas être obligé de vendre à perte des terawatts aux fournisseurs alternatifs qui ne produisent rien? Parce qu'une nationalis...

le 15/06/2022 à 18:57
Signaler
Il serait intéressant de connaître le montant de la perte pour EDF du tarif alloué à ses employés et ex-salariés.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.