EDF remporte sa bataille contre les fournisseurs alternatifs

 |  | 587 mots
(Crédits : Regis Duvignau)
L'opérateur historique refuse d'activer la clause de "force majeure" prévue dans ses accords d'approvisionnement. Le Conseil d'Etat vient de rejeter un recours en référé de ses concurrents.

Nouvelle victoire pour EDF face aux fournisseurs alternatifs. Vendredi 17 avril, le Conseil d'Etat a rejeté le recours en référé déposé par les concurrents de l'énergéticien historique. Déjà déboutés le mois dernier par la Commission de régulation de l'énergie (CRE), ces derniers réclamaient l'activation de la clause de "force majeure" pour suspendre les contrats Arenh, qui se traduisent, en période de baisse de la consommation en raison de la propagation de l'épidémie de coronavirus, par d'importantes pertes financières.

Revente à prix cassé

Mis en place en 2010 pour favoriser la concurrence, les contrats Arenh (pour accès régulé à l'électricité nucléaire historique) permettent aux fournisseurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2020 à 21:35 :
L'information du jour , c'est Thomson-Reuters qui annonce que l'état va devoir recapitaliser EDF dès 2020 , après les 4 milliards d'il y a deux ans et les 11 milliards au total avec Areva.
Dimanche et lundi , au moment de la pointe à midi , le marché spot de l'électricité était négatif :on payait les consommateurs (sic) en France et en Allemagne , cela provient de la réussite éclatante de l'Allemagne dont plus de 60 % de l'électricité est renouvelable avec des coûts nettement moins élevés que le nucléaire français supporté par EDF seul alors que ce n'est pas son rôle.La ligne Maginot du nucléaire est contournée , EDF ne s'en relèvera pas .
a écrit le 22/04/2020 à 15:45 :
En France l'ouverture à la concurrence c'est 80% pour EDF et 20% pour tous lesautres.
Bravo
a écrit le 22/04/2020 à 12:33 :
EDF, c'est bien l'état français ? C'est une peu le pot de fer contre le pot de terre, non ?
a écrit le 22/04/2020 à 8:56 :
Et pendant ce temps ,on reçoit un courrier: fin des tarifs réglementés du gaz ( article 63 de la loi du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat). Choisissez parmi la liste les 19 fournisseurs alternatifs avant juin 2023.Ah,ah,ah
a écrit le 21/04/2020 à 13:56 :
Nous n'avons pas besoin de fournisseurs alternatifs. Pas plus dans le domaine de l'électricité que du gaz naturel, de la distribution l'eau, des banques, des assurances, des transports public.
Nationalisation de tous les secteurs qui furent un temps Nationalisés.
a écrit le 21/04/2020 à 13:55 :
Nous n'avons pas besoin de fournisseurs alternatifs. Pas plus dans le domaine de l'électricité que du gaz naturel, de la distribution l'eau, des banques, des assurances, des transports public.
Nationalisation de tous les secteurs qui furent un temps Nationalisés.
a écrit le 21/04/2020 à 11:58 :
enfin une bonne nouvelle.
il faut aller plus loin : supprimer l'Arenh .
a écrit le 21/04/2020 à 11:36 :
Il est inconcevable et inadmissible que les producteurs d'énergie renouvelable ne soient toujours pas conscients que le caractère fondamentalement intermittent de leur production électrique, dans des pays occidentaux où la consommation d'électricité est continue, indispensable et ne PEUT PAS être interrompue, entraîne deux conséquences néfastes majeures: 1) une volatilité terrible du prix de l'électricité sur le marché SPOT européen (trop peu chère lorsqu 'il y a beaucoup de soleil et/ou de vent, très chère dans le cas contraire) 2) une forte dépendance aux moyens de production pilotables et indépendants de le météo, c'est à dire en France .. au parc électronucléaire d'EDF (et aux centrales à charbon en Allemagne...) ! Les producteurs "alternatifs" n'aiment pas le nucléaire, mais lorsque ils ne sont pas en mesure de fournir leurs clients, ils voudraient de l'électricité nucléaire en masse et quasi-gratuite... Le beurre ET la crémière, en quelque sorte. il est grand temps que la loi IMPOSE OBLUGATOIREMENT aux fournisseurs d'énergie renouvelable d'investir dans des moyens de stockage MASSIFS (batteries, volants d'inertie, STEPS, sels fondus...) qui leur permettent de lisser leur production sur la journée (voire sur une semaine), de manière à 1) cesser de déstabiliser le réseau électrique et les prix du marché SPOT européens 2) ne plus dépendre d'EDF, des centrales thermiques et plus généralement de l'Arenh . Évidemment, ils vont refuser catégoriquement: le stockage de l'énergie électrique étant techniquement malaisé et extrêmement coûteux, le prix global de leur kWh, lissé sur la journée, exploserait littéralement bien au delà de celui du kWh électronucléaire, mettant fin à la légende de "l'énergie verte moins chère que le nucléaire"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :