Eoliennes en mer : "une déclaration de guerre" pour les pêcheurs de Saint-Brieuc

Dans un courrier adressé ce vendredi aux ministres de la Transition écologique Barbara Pompili et de la Mer Annick Girardin, le président du Comité de la pêche des Côtes d'Armor, Alain Coudray, les accuse de minimiser l'impact du projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc, dont les travaux doivent commencer lundi. Pour lui, ce projet constitue "une déclaration de guerre" aux professionnels de la pêche.
(Crédits : Siemens Gamesa)

La bataille des éoliennes en mer est lancée. Pour les professionnels de la pêche, le projet du parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) constitue "une déclaration de guerre". C'est ce qu'ils ont clairement écrit au gouvernement dans une lettre envoyée ce vendredi aux ministres de la Transition écologique Barbara Pompili et de la Mer Annick Girardin. Après plus de dix ans de concertations inabouties, le premier coup de pioche de cet énorme chantier se profile dans un climat délétère. Pour rappel, la mise en service du parc est prévue fin 2023. Fixé sur les fonds marins, ce parc est l'un des sept attribués par l'État depuis 2012, dans le cadre du développement des Energies marines renouvelables (EMR). Il doit être érigé à 16,3 kilomètres des côtes les plus proches, le Cap Fréhel et le port de pêche d'Erquy, une petite station balnéaire, deux secteurs classés. D'une capacité de 496 MW, avec 62 éoliennes de plus de 200 m de haut et 30 à 42 m sous l'eau, il est censé produire 1.820 GWh par an, l'équivalent, selon son promoteur, de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants.

800 marins-pêcheurs

Dans son courrier adressé aux deux ministres, le président du Comité de la pêche des Côtes d'Armor Alain Coudray, le président du Comité de la pêche des Côtes d'Armor (qui regroupe les 800 marins-pêcheurs), les accuse de minimiser l'impact du projet. Le comité regrette également les propos de Barbara Pompili assurant que le projet sera "sans effet" pour les espèces halieutiques, "la Saint-Jacques, l'amande de mer, la praire, le homard ou les seiches, alors même que les scientifiques ayant mené ces études (...) mettent en lumière les connaissances partielles sur ces sujets".

"La zone du parc représente l'équivalent du deuxième plus gros gisement de coquilles Saint-Jacques de Bretagne", dit-il.

"Dans cette histoire, ni le climat, ni le territoire, et encore moins la profession et la biodiversité marine de la baie de Saint-Brieuc ne vont être gagnants", estime-t-il.

Les pêcheurs "ne vous laisseront pas détruire le patrimoine naturel et les activités économiques de la baie de Saint-Brieuc", prévient le Comité des pêches qui demande à l'Etat d'annuler ce projet".

Se disant ouvert au dialogue, il estime qu'il n'est pas trop tard pour éviter cette guerre". Les pêcheurs réclament l'annulation du projet, faute de garanties sur la préservation des ressources halieutiques, dont la précieuse coquille Saint-Jacques de la baie, qu'ils gèrent de manière durable depuis plusieurs décennies avec l'Ifremer.

Le Comité des pêches rappelle qu'il est prêt à accompagner la transition énergétique à travers les EMR, à condition de "construire un parc avec les pêcheurs", un préalable à ses yeux pour "améliorer l'acceptabilité sociale". Il considère par ailleurs que "l'éolien posé" au sol, le choix retenu par l'Etat pour ce parc, contrairement au projet éolien flottant envisagé en Bretagne-Sud, "n'est pas compatible" avec le territoire de la baie de Saint-Brieuc.

Pour le gouvernement, les pêcheurs ont été entendus. "La localisation a évolué, suite à des échanges avec les pêcheurs pour faire en sorte de limiter au maximum l'impact sur leurs activités. À terme, beaucoup d'inquiétudes vont se dissiper, car on se rendra compte que ce n'est pas si impactant que cela", assure vendredi, dans Le Télégramme, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

Elu l'an dernier avec une majorité opposée au projet, le maire d'Erquy, Henri Labbé, est inquiet. La commune de 4.000 habitants a été contrainte d'accepter le chantier de RTE sous le coup d'une décision de justice. "Certains nous traitent de "vendus", nous accusant d'avoir cédé à RTE. Mais on n'avait pas le choix!", rappelle-t-il.

Nouveau parc d'éoliennes prévu

La bataille ne fait que commencer. Lundi, le gouvernement a pré-sélectionné six candidats pour ce futur parc d'éoliennes prévu au large du Cotentin, avec lesquels s'ouvre désormais une phase de "dialogue concurrentiel" qui aboutira au choix d'un lauréat l'an prochain.

Il s'agit de la société Eoliennes en Mer Manche Normandie (EDF avec les canadiens Enbridge et CPPIB), de l'espagnol Iberdrola, de la coentreprise Ocean Winds (Engie avec le portugais EDPR), du groupe anglo-néerlandais Shell, du consortium franco-allemand Total-RWE et enfin du consortium formé par le suédois Vattenfall, l'allemand Wpd et la Banque des Territoires. La désignation du lauréat est prévue pour 2022 en vue d'une mise en service du parc "envisagée" en 2028, indique le ministère.

Ce parc d'une puissance d'environ 1.000 mégawatts (MW) ou 1 gigawatt (GW) sera le huitième en France et le quatrième en Normandie. Il a fait l'objet d'un débat public achevé l'an dernier, qui a notamment fait ressortir les craintes des pêcheurs.

"Les conditions de vent et les fonds marins au large de la Normandie sont très favorables à l'éolien en mer posé, ce qui permet d'installer des éoliennes qui produisent beaucoup d'énergie, dans des conditions économiques compétitives", a souligné lundi Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique.

La France s'est fixé un objectif de capacité de production d'électricité renouvelable en mer à 2,4 gigawatts (GW) en 2023 et entre 5,2 GW et 6,2 GW en 2028.

Mais le pays a pris beaucoup de retard et aucun parc en mer n'est encore en activité. Le premier à démarrer devrait être celui au large de Saint-Nazaire en 2022.

Lire aussi : Pourquoi l'éolien en mer devrait enfin décoller en France

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 02/05/2021 à 16:21
Signaler
Les Français sont peut-être des enquiquineurs publics, mais avoir coutume de réfléchir avant d'agir, d'avoir des principes et de les appliquer n'a pas été si mauvais que cela dans leur Histoire. Nous avons refusé le gaz de Schiste, nous n'avons pas l...

à écrit le 02/05/2021 à 14:51
Signaler
Lu sur des paneaux publicitaires à Paris "oui aux énergies renouvelables contre le nucléaire" (ou à peu près) . Lorsqu'on sait que le nucléaire est l'énergie la moins polluante, la plus économique et la plus productrice d'énergie, le reste ne nous su...

le 02/05/2021 à 16:02
Signaler
On récolte ce que l'on sème, les scientifiques français et, en particulier, ceux du nucléaire n'ont jamais été capables de faire preuve d'un minimum d'éthique, pourtant en France, on paie à tous les scientifiques, un an de cours de philo. Déjà quelqu...

le 02/05/2021 à 19:40
Signaler
Cher Harpagon, vous accusations sont sévères. Il n'y a jamais eu d'incident grave en France dans une centrale nucléaire, preuve qu'il est possible de produire avec du nucléaire sans danger. Quant aux déchets tous les projets de recherche scientifique...

à écrit le 02/05/2021 à 11:49
Signaler
La transition énergétique est mal barrée en France. Les projets de parc éoliens, offshores mais également terrestres, sont systématiquement attaqués devant les tribunaux par des lobbies très bien organisés qui mènent une guérilla juridique efficace. ...

le 03/05/2021 à 4:33
Signaler
Vous citez l'Allemagne comme exemple , alors que ce pays n'a pas de scrupule à produire de l'électricité avec du charbon très polluant. La France se tire en permanence une balle dans le pied en voulant être plus vertueux que les autres. Le premier co...

à écrit le 01/05/2021 à 23:13
Signaler
Vu le retard pris d'au moins 10 ans avec le projet initial d'éoliennes fixes, pourquoi n'avoir pas annuler l'AO initial au profit d'un projet avec des éoliennes offshore flottantes plus puissantes (essais en cours de test pour 12 MW unitaire), dc moi...

le 02/05/2021 à 11:52
Signaler
Si l'Appel d'Offre initial est modifié dans ce sens, il faut refaire toute la procédure, les consultations publiques, les études d'impact etc. On est repartis pour 8 ans minimum et plus probablement 10 ou 12. Autant acter qu'on arrête l'éolien et qu'...

à écrit le 01/05/2021 à 20:24
Signaler
L'éolien en mer c'est l'avenir.

le 02/05/2021 à 14:52
Signaler
Il faudrait y ajouter les hydroliennes.

le 02/05/2021 à 15:28
Signaler
Uniquement à condition de réformer totalement la loi sur les appels d'offre, et notamment de supprimer la plupart des études d'impact et la totalité des consultations publiques. Sinon, vous trouverez toujours un lobby assisté d'excellents avocats qui...

à écrit le 01/05/2021 à 18:29
Signaler
Un site parfait pour un parc éoliennes super massif est le haut plateau entre l'ile d'olléron et l'ile de Ré . Cela ne generait personnes, de plus le lieu est protégé des tempêtes de façon naturelle . Je pense que les Bretons en seraient ravis , mai...

à écrit le 01/05/2021 à 11:32
Signaler
"Appelés à disparaître ?" : commentaire de citadin arrogant. Tu fais quoi dans la vie comme bullshit job utile à la société ? consultant ? vendeur de cigarettes électroniques ? teleprospecteur ? pion?

à écrit le 01/05/2021 à 11:04
Signaler
Pas d'éolienne mais on coupe l'approvisionnement énergétique carboné de la Bretagne. Faut être responsable devant nos enfants. On va rire quand ils vont devoir revenir à la marine à voile. D'un autre côté ça foutra la paix aux espèces marines et ...

le 01/05/2021 à 18:42
Signaler
La réalité est ailleurs, la production d’électricité renouvelable et intermittente n’est possible que si elle est adossée à de puissantes centrales pilotables comme la centrale gaz de Landivisiau mais shuut car en période électorale ce n'est pas poli...

le 01/05/2021 à 20:21
Signaler
Les calmes plats sont rares au large de la Bretagne. Et puis la suite des éoliennes , ce sont les hydroliennes sous marines qui ont un rendement de métronome. Si l'on cherche on trouvera les solutions de stockage de l'électricité produite. Les bat...

à écrit le 01/05/2021 à 10:41
Signaler
Aux gros professionnels de la mer vu que les petits chalutiers eux y gagneront à ce que les gros ne puissent pas tout détruire et piller. C'est un atout non négligeable supplémentaire de ces parcs éoliens. Le problème avec les gros et très gros est q...

à écrit le 01/05/2021 à 9:34
Signaler
Les pêcheur sont en guerre ? contre des moulin à vent..? ..ils veulent garder le monopole de la destructions des fonds marins..à force de draguer les fond avec des bateaux au fuels il n y a plus rien à pécher. Pécheurs Ecolos ??????

le 02/05/2021 à 10:40
Signaler
C'est sur que mettre des centaines de milliers de tonnes de beton dans les sous sols marins pour construire les socles de ces eoliennes a la duree de vie de 15 ans, c'est super ecologique, le truc de bobo citadin parisien.

le 02/05/2021 à 16:09
Signaler
Justement les pêcheurs de la Baie de Saint-Brieuc sont des écolos avant l'heure, ils font partie des rares professionnels exploitant des ressources naturelles qui ont été capables il y a bien longtemps de se retrouver autour d'une table et de prendre...

à écrit le 01/05/2021 à 9:33
Signaler
Les pêcheur ont en guerre ? contre des moulin à vent..? ..ils veulent garder le monopole de la destructions des fonds marins..à force de draguer les fond avec des bateaux au fuels il n y a plus rien à pécher. Pécheurs Ecolos ??????

à écrit le 01/05/2021 à 9:24
Signaler
L'éolien est inutile et non critiquable rendez-vous dans trente ans pour les démantèlements.

le 01/05/2021 à 15:52
Signaler
Démantèlement... Comme celui de vos centrales atomiques arriérées, criminogènes et mafieuse, dignes de votre pays moyenâgeux ???

le 01/05/2021 à 15:52
Signaler
Démantèlement... Comme celui de vos centrales atomiques arriérées, criminogènes et mafieuse, dignes de votre pays moyenâgeux ???

à écrit le 01/05/2021 à 9:12
Signaler
La COP21 date de 6 ans maintenant: et où en sommes-nous? Incapacité de développer l'éolien off-shore (nous avons plus de 4000 km de côtes.), une seule éolienne off-shore connectée au réseau à ce jour, l'éolien terrestre avec ses taux de charge ridicu...

à écrit le 01/05/2021 à 8:34
Signaler
1) Les pêcheurs sont des "chasseurs cueilleurs" et en tant que tels sont appelés à disparaitre, ce qui ne veut pas dire qu'ils ne sont pas à plaindre. 2) Le problème, ce n'est pas les éoliennes mais les câbles de liaison avec les sous-stations. On n...

le 01/05/2021 à 13:19
Signaler
Exactement.

le 02/05/2021 à 16:14
Signaler
Si vous connaissiez la Manche, vous sauriez pourquoi les Bretons sont d'excellents marins : parce que leur mer est très dangereuse avec des récifs partout, sans parler de leurs marées et de leurs courants. Alors des marins dans les eaux bretonnent qu...

le 03/05/2021 à 15:01
Signaler
Allez donc faire un tour en mer Harpagon et essayez d'attirer l'attention d'un chalutier, vous ferez vous même votre expérience. Sinon, prenez connaissance des rapports du Bureau d'Enquète et d'Analyse et vous verrez que le défaut de veille est souv...

à écrit le 01/05/2021 à 8:21
Signaler
Les pecheurs ils veulent d'argent sous camouflage des oliennes parce que n' y il a rien plus a pecher dans les eaux territoriales francais.

à écrit le 01/05/2021 à 8:09
Signaler
Cette Pompili est arrogante, nullissime, hautaine, incompétente et dogmatique. L'écologie politique est une dictature à marche forcée qui detruira notre patrimoine. Les éoliennes, , les batteries, les panneaux photovolatiques, les blocs de béton....

à écrit le 01/05/2021 à 6:59
Signaler
Les irreductibles sont de sortie. Une fois les eoliennes installees tout le monde retrouvera sa place. Il y a des milliers d'eoliennes en mer en Europe et zero en France. Quel est le probleme ? Les Francais ...

le 01/05/2021 à 9:27
Signaler
le problème, un sujet dont personne ne peut répondre le bilan dans plusieurs décennies. L'Homme dans sa majorité est par son esprit destructeur de valeurs avec une si courte vie qu'il n'est jamais ou rarement jugé en bien ou en mal pour ses réalisati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.