Fessenheim : EDF pourrait recevoir au moins 400 millions d'euros de l'État

 |   |  343  mots
Le gouvernement devra ensuite prendre un décret entérinant la décision de fermeture. Lors de la dernière conférence environnementale en avril, François Hollande avait assuré que ce décret serait pris cette année.
Le gouvernement devra ensuite prendre un décret entérinant la décision de fermeture. Lors de la dernière conférence environnementale en avril, François Hollande avait assuré que ce décret serait "pris cette année". (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Le premier électricien de France a trouvé un accord avec l'État concernant la fermeture effective des deux réacteurs de la plus vieille centrale nucléaire de l'Hexagone.

La première proposition était très mal passée mais les choses semblent désormais arrangées. EDF et l'État sont parvenus à un accord sur les modalités de l'indemnisation qui sera versée à l'électricien pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, a appris mercredi l'AFP auprès du ministère de l'Energie.

"Un accord a été trouvé avec EDF qui prévoit une indemnisation par étapes, avec une première étape de 100 millions d'euros et des étapes ultérieures en fonction de plusieurs paramètres, dont le prix de l'énergie" dans les années suivant la fermeture, a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, EDF pourrait, au final, recevoir au moins 400 millions d'euros. Un montant que le ministère de l'Energie n'a pas confirmé mais qui serait sensiblement plus important à celui inscrit dans la première proposition. Début mai, l'Etat, actionnaire à près de 85% d'EDF, avait d'abord proposé une indemnisation de l'ordre de 80 à 100 millions d'euros à l'électricien en contrepartie de la fermeture anticipée de la centrale. Une somme jugée alors dérisoire.

Fermeture prévue à l'horizon 2018

L'accord entre l'Etat et EDF sur l'indemnisation ouvre désormais la voie à la suite du processus de fermeture. Il sera présenté au comité central d'entreprise (CCE) d'EDF, prévu le 14 septembre et qui devra rendre son avis, puis d'ici la fin de l'année au conseil d'administration du groupe pour autoriser le président d'EDF Jean-Bernard Lévy à le signer.

Le gouvernement devra ensuite prendre un décret entérinant la décision de fermeture. Lors de la dernière conférence environnementale en avril, François Hollande avait assuré que ce décret serait "pris cette année".

Pour mémoire, la fermeture effective des deux réacteurs de la doyenne des centrales françaises, promesse de campagne du président François Hollande, a été fixée à l'horizon 2018, date à laquelle EDF prévoit de mettre en service l'EPR de Flamanville.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2016 à 15:33 :
400 milions pour fermer une central qui vient d'être rénové et remis à neuf.... En France il y a vraiment des choses à revoir.... Comme tenir moins compte du tapage médiatique et aller au plus sécurisant .... Fermer une central pourquoi pas, mais une oui n'a pas été rénovée.
a écrit le 25/08/2016 à 19:05 :
Nous somme au 21 éme siècle, dont une de communication, le multimédia nous a ouvert une incroyable fenêtre sur le monde et je voie n'est contemporains se crêper le chignon aux sujets de broutille peut importante..!!
Il y a la théorie de l'Atome vert.. Aux lieu du voltaïque et de l'éolienne sans rentabilité, voir sur une année un rendement de 2.5 à 3.5% pour environ 6,000 aérogénérateurs sur le parcs français installer actuellement..!!
Nos ingénieurs d'EDF, pourrait peu-être se pencher sur le Thorium, un nucléaire pour le développement durable..? Cela passerait de l'uranium au thorium.. Du point de vue nucléaire, les réacteur à sel fondus ,n'ont que des avantage : le Combustible est dissous dans le sel, solide à base température, liquide en fonctionnement et servant en même temps de fluides de refroidissement primaire.
L'installation fonctionne à pression ambiante : le très haut point d'ébullition du sel empêche que le système devienne une cocote-minute.
Si l'installation surchauffe, un bouchon (Freeze Plug) fond et le sel s'écoule par gravité dans le réservoirs dont la géométrie stoppe les réactions nucléaires.
C'est d'ailleurs ainsi que ce type de réacteur est arrêté pour maintenance...
En France, rien n'est envisagé pour le développement de ce type de technologie nucléaire...??? Pourquoi.!
Alors que la Chine et l'Inde s'intéressent au développement de Réacteurs au Fluorure de Thorium liquide (LFTR).. Or ci l'Inde ou la Chine arrivent dans cette ambitieux projets, cela donnerons lieu à une première mondiale, prochainement...
a écrit le 25/08/2016 à 13:32 :
Avant de fermer une usine, on recherche un repreneur pour sauver les emplois.
a écrit le 25/08/2016 à 10:17 :
Au vu des commentaires je voudrais soulever un axe de reflexion.

L’énergie étant un secteur stratégique pour tout pays, la France a fait le choix il y a quelques décennies de produire son énergie en étant le moins dépendant possible de l'extérieur. Au vu de la situation internationale et l'émancipation des pays producteur d'Uranium, n'est ce pas dans l’intérêt de la Nation de s'orienter vers une production renouvellabe et donc locale ?

A cela vient se greffer la question de la pollution par les déchets des centrales. Ce qui n'est pas anodin tout de même.

A mes yeux il est normal que, faisant de EDF (une entreprise dans un milieu concurrentiel) un outil de la politique énergétique nationale, il y ait des dédommagements, participation... publique pour accompagner les orientation qu'on lui impose.
Réponse de le 25/08/2016 à 14:10 :
Pas faux mais vous oubliez une chose : la mono-culture energetique francais a genere une caste de haut-fonctionnaire generalement issus de l'ecole des mines qui se cooptent et defendent leurs interets au mepris de l'interet commun et qu'importe si ca coule le pays.
Concernant Fessenheim, il faut rappeler que la vieille devait etre amortie comptablement en 30 ans, qu'elle en a 40 à present et ce ne sont pas les pauvres 100 millions€ investis par EDF pour la rafistoler qui justifient un prix exagéré.
a écrit le 25/08/2016 à 9:54 :
Quid du grand carénage pour mise aux normes afin de continuer l'exploitation ? Dépenser pour arrêter ça serait ballot.
Fessenheim n'est pas une copropriété ? Il y aura d'autres partenaires à indemniser (par EDF ?).
a écrit le 25/08/2016 à 9:13 :
400 K patates aux frais des francais. Les impots vont encore augmenter, les francais sont riches.
a écrit le 25/08/2016 à 4:27 :
Le problème donc de Fessenheim n'est pas donc technique , ni sismique ou autre mais bien financier. Alors fermer un centrale car elle est considéré trop vieille et que l'on retourne 400.000.000 € à EDF pour celà à quoi celà sert alors qu'il faut 50 milliards pour entretenir le parc français.La centrale de Fessenheim n'est qu'une lubie socialiste qui a pour but de "faire dire " que le nucléaire n'est plus d'actualité, que le nucléaire n'a pas d'avenir hors mis L'EPR, alors que tout celà est complètement faux. Mr Hollande ne tient qu'a faire ses promesses de campagne de 2012 qui ne mène à rien du tout !!!
Mr Hollande nous redonne rendez-vous en 2017, pour tenter se de faire réélire president alors qu'il ne reglera pas le problème de Fessenheim et de l'avenir du nucléaire. Le nucléaire a besoin de SURETE et de SECURITE pour fonctionner et surtout pour se developper voilà pourquoi construire la centrale de Flamanville est aussi long ! Le nucléaire perdura au delà de Monsieur Hollande et de toutes ses promesses intenables et de sa politique minable. Non Mr Hollande ne fermera pas Fessenheim sous son mandat presidentiel !!! Le nucléaire est plus fort que Hollande !!
Réponse de le 25/08/2016 à 14:14 :
Vous mentez, Fessenheim a ete concue pour resister a un seisme de 5,6 or celui de Bale qui est la reference a ete reevalue à 5,8 le designe de la vieille petoire est donc vetuste, de meme que ses seuls 2 niveaux de securite.
Quant au 'Grand carenage', c'est du flan, on lui a rajouté quelque generateurs de secours, 50 cm de beton sur le radier initial de 1,50m, quand on sait que celui de Fukushima fait 7m et a ete fissuré par le corium en fusion.
J'habite a coté et serai tres content quand elle sera arretee.
a écrit le 25/08/2016 à 0:02 :
Article inutile

C'est de la fumée socialiste
Tout sera remis sur la table en 2017
Et vu que le tout petit de L élysée va partir ..
a écrit le 24/08/2016 à 22:33 :
en definitif c'est le consommateur qui paie la contruction des centrales nucleaire et qui perra pour les arreter,alors notre fric passe "ou" faudrait que EDF soit dans l'obligation de justifier de la bonne gestion de cette entreprise!!!!!!
Réponse de le 25/08/2016 à 7:54 :
En raison de la volonté de créer de la concurrence, on oblige EDF a vendre sa production, qui passe par son réseau à des "concurrents" à prix cassé. En clair à donner sa marge à des gens qui sont choisis on ne sait comment.

On l'oblige aussi à subventionner les renouvelables et à faire du nucléaire en Angleterre après avoir sauvé Areva.
On l'oblige à fermer des usines qui sont rentables en l'indemnisant à peine.

Franchement, je ne sais pas si c'est mal géré mais ce qui est sûr c'est que le match est truqué !
a écrit le 24/08/2016 à 21:37 :
Quand ce genre de coût est annoncé, il serait intéressant de prendre l'habitude de donner également un montant moyen par personne qui paye des impôts, ici sauf erreur de ma part environ 45€ par personne (nb 2014)?
a écrit le 24/08/2016 à 21:08 :
400 millions pour une installation de plusieurs milliards , il n'y a pas une erreur ????
a écrit le 24/08/2016 à 20:30 :
Fermeture anticipée ? La durée de vie initiale était de 40 ans. Cette centrale a démarré en 1978 en fonctionnement industriel. 1978 + 40 ans = 2018.
400 millions d'euros pour fermer une installation qui devait fermer, bravo, ça c'est de la bonne gestion.
Réponse de le 24/08/2016 à 23:11 :
Votre voiture a plus de 15 ans ? Mais elle a dépassé sa durée de vie de conception ! Vous ne verrez donc pas d'inconvénient à ce que je la mette à la casse sans que vous ne receviez un sous d'indemnisation ?
Réponse de le 25/08/2016 à 3:35 :
@ Une voiture contre une centrale nucléaire, la bravo... l’exemple est parfait de votre incompétence sur le sujet.
Réponse de le 25/08/2016 à 9:44 :
Au contraire l'exemple est pertinent. EDF est maintenant une société indépendante et l'Etat vient s'immiscer dans sa gestion industrielle. Si Fessenheim est apte à produire (et seule l'ASN a le mandat pour le dire), imposer une fermeture appelle indemnisation. En outre on ne parle pas des opérateurs étrangers qui possèdent 25% de la Centrale...
Réponse de le 25/08/2016 à 10:01 :
manque à gagner à indemniser. 40 ans pour la durée "garantie", avec contrôles tous les dix ans. Si la visite des 40 ans préconise des aménagements, travaux pour en reprendre pour dix ans en sécurité, voire vingt, c'est du bénèf assuré (comme réparer un téléviseur ou lave linge pour continuer à l'utiliser, ça coûte moins cher que l'achat du neuf plus le coût du recyclage de l'ancien).
Sur une voiture, on peut tout changer. 'Prévue' pour dix ans, vous la faites durer vingt, trente (selon le kilométrage) ans, avec des frais "réduits" (relativement). Là, sauf la cuve, on peut tout remplacer (à fort coût), et faire durer évite(repousse) le problème kafkaïen du démantèlement (au XXIIème siècle ?).
a écrit le 24/08/2016 à 19:48 :
Les jours de l'actuel exécutif étant désormais comptés, Fessenheim n'est pas près de fermer.
a écrit le 24/08/2016 à 19:48 :
Les jours de l'actuel exécutif étant désormais comptés, Fessenheim n'est pas près de fermer.
a écrit le 24/08/2016 à 17:26 :
entre edf qui reclamait 4 Mrds€ et l'etat qui proposait 80M€, c'est plutot l'etat qui "gagne".
Enfin gagner est un mauvais terme : l'etat paie pour fermer une structure rentable et a poussé EDF a investir dans l'EPR structure non rentable pour "sauver Areva" qui est quand meme tombé

Super gachi !
Réponse de le 24/08/2016 à 19:16 :
Dans tous les cas, ce sera le consommateur et l'éventuel contribuable qui paieront :(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :