Hausse de 1,3% des tarifs réglementés du gaz en février

 |   |  207  mots
(Crédits : ERIC GAILLARD)
Les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, augmenteront en moyenne de 1,3% en février.

Les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, augmenteront en moyenne de 1,3% en février, afin de compenser une hausse des coûts, selon une délibération de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) publiée dimanche.

"Par rapport au barème en vigueur, applicable depuis le 1er janvier 2018, cette proposition répercute l'évolution du coût d'approvisionnement d'Engie depuis cette date, estimée par le fournisseur à +0,7 euro/MWh", indique le journal officiel, selon lequel "cette évolution se traduit par une hausse de +1,3% du tarif moyen".

Hausse des tarifs réglementés de l'électricité recommandée par la CRE

Cette décision intervient plus de 10 jours après que le gendarme de l'énergie a recommandé d'augmenter en moyenne de 0,8% les tarifs réglementés de vente d'électricité appliqués à environ 27 millions de consommateurs, du fait d'évolutions récentes d'éléments entrant dans la composition de ces tarifs. Les tarifs réglementés de l'électricité, appliqués par EDF ont déjà augmenté de 1,7% le 1er août 2017, dans le cadre de la révision annuelle de ces tarifs. Le gouvernement a trois mois pour s'y opposer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2018 à 11:09 :
et pendant ce temps là , le goutte à goutte continue de remplir le vase ...
a écrit le 29/01/2018 à 11:04 :
les retraites sont des consomateurs comme les autres .leur baisse de pouvoir d'achat aura un impact sur la conso probablement avec un effet amplificateur de precaution
a écrit le 29/01/2018 à 2:47 :
TOUT augmente !!!....... sauf les retraites !
Gardons nos remerciements pour les prochaines élections ........
a écrit le 28/01/2018 à 20:47 :
De puis Que macron et presiden tout augmente le president des riches fabrique des pauvres chez les actifs votez m/m votez riches ?
Réponse de le 29/01/2018 à 7:40 :
il y a des choses qui dépendent de l'exécutif et d'autres qui n'en dépendent pas. Ce qui est inadmissible c'est la flambée des taxes sur le gaz et les carburants (notamment le gazole, dont le prix est désormais parmi les plus élevés d'Europe, 9ct moins cher qu'en Suède mais où l'usage du bioéthanol est très développé, 5ct de moins qu'en Italie qui a une fiscalité de pays sous développé reposant surtout sur les impôts indirects, à égalité avec le Royaume-Uni. Partout ailleurs c'est moins cher voire beaucoup moins cher.
http://www.cnr.fr/Indices-Statistiques/Espace-Gazole/Prix-Europe
Réponse de le 29/01/2018 à 17:47 :
La France est un très gros consommateur de pétrole et gaz, et à ce titre contribue au réchauffement climatique.
Taxer d'avantage l'énergie est indispensable si on veut l'économiser.
L'énergie n'est pas du tout assez cher pour nous pousser à faire des économies.
Réponse de le 01/02/2018 à 8:20 :
@Et la lutte contre le réchauffement climatique ?
Non, la France n'est PAS un gros consommateur de pétrole et de gaz (ni a fortiori de charbon, encore pire parce qu'en plus du CO2 il dégage à peu près toutes les cochonneries possibles), comparé à TOUS les pays développés c'est même l'un de ceux qui en consomment le moins. Notamment grâce au parc électronucléaire qui permet une production de l'électricité quasi totalement décarbonée...
Et si vraiment le problème est la lutte contre le réchauffement pourquoi surtaxer le gazole puisque c'est avec ce carburant que les consommations (donc les émissions de CO2) sont les plus faibles ? Ah oui, les NOx et les particules... Eh bien, demandons aux constructeurs de travailler pour en réduire encore les émissions plutôt que de mener cette guerre ridicule anti-diesel.
a écrit le 28/01/2018 à 19:31 :
Macron c'est LE président de la baisse du pouvoir d'achat.
Réponse de le 29/01/2018 à 7:50 :
Soyons juste, les ingrédients qui conduisent à la baisse du pouvoir d'achat sont là depuis longtemps, c'est la baisse de la compétitivité du pays (qu'l s'agisse de la compétitivité coût c'est à dire des coûts salariaux trop élevés, de la compétitivité hors coût dont le principal indice est la médiocre performance française aux tests éducatifs comme PISA ou TIMMS, désormais largement en retrait par rapport aux pays par exemple d'Europe Centrale, un manque chronique d'investissement des entreprises qui sans nul doute résulte des 2 facteurs précédents - à quoi bon investir dans un pays où le retour sur investissement est faible et où la main d'oeuvre manque de compétence ?). L'indice de cette situation c'est le déficit toujours plus abyssal du commerce extérieur. Longtemps à coup de mesures artificielles qui ne faisaient qu'aggraver la situation ("coups de pouce" au SMIC, revenus de transfert d'un niveau très élevé) on a masqué la réalité de l'inéluctable baisse du pouvoir d'achat, ce n'est plus possible.
Réponse de le 29/01/2018 à 9:46 :
"L'indice de cette situation c'est le déficit toujours plus abyssal du commerce extérieur."

Avec une politique germano-européenne d'euro fort c'est logique. Mais pourtant cette europe du dumping fiscal et social vous l'aimez de tout votre coeur, faudrait savoir ce que vous voulez vous ou bien vous informer avant de vouloir commenter sur un site d'informations économiques peut-être non ?

Vous pouvez raconter vos salades sur les sites généralistes, mais l'économie elle ne ment pas, ce sont seulement les soldats néolibéraux qui mentent mais comme ils ont une puissance médiatique infinie leurs mensonges embrouillent en permanence un besoin crucial de débat.

"coups de pouce" au SMIC"

Les américains dont l'économie s'envole actuellement sont en train de dépasser les européens en matière de rémunération horaire. Si vous voulez payer encore moins cher des salariés dont les salaires sont déjà très bas vous pousserez au suicide le plus courageux des serviteurs.

Mais bon la vie humaine vous vous en tapez, on se demande vraiment à quoi vous servez vous ici hein.

Puis alors de temps en temps des liens pour soutenir vos affirmations ce ne serait pas du luxe, on a surtout l'impression d'un bavard impénitent, totalement déconnecté des réalités qui adore s'écouter parler.

Merci de me répondre quand vous serez crédible. A dieu, on sait jamais ça peut marcher...
Réponse de le 29/01/2018 à 9:46 :
"L'indice de cette situation c'est le déficit toujours plus abyssal du commerce extérieur."

Avec une politique germano-européenne d'euro fort c'est logique. Mais pourtant cette europe du dumping fiscal et social vous l'aimez de tout votre coeur, faudrait savoir ce que vous voulez vous ou bien vous informer avant de vouloir commenter sur un site d'informations économiques peut-être non ?

Vous pouvez raconter vos salades sur les sites généralistes, mais l'économie elle ne ment pas, ce sont seulement les soldats néolibéraux qui mentent mais comme ils ont une puissance médiatique infinie leurs mensonges embrouillent en permanence un besoin crucial de débat.

"coups de pouce" au SMIC"

Les américains dont l'économie s'envole actuellement sont en train de dépasser les européens en matière de rémunération horaire. Si vous voulez payer encore moins cher des salariés dont les salaires sont déjà très bas vous pousserez au suicide le plus courageux des serviteurs.

Mais bon la vie humaine vous vous en tapez, on se demande vraiment à quoi vous servez vous ici hein.

Puis alors de temps en temps des liens pour soutenir vos affirmations ce ne serait pas du luxe, on a surtout l'impression d'un bavard impénitent, totalement déconnecté des réalités qui adore s'écouter parler.

Merci de me répondre quand vous serez crédible. A dieu, on sait jamais ça peut marcher...
a écrit le 28/01/2018 à 18:19 :
"augmenteront en moyenne de 1,3% en février".

On sait maintenant ou va passer la baisse des cotisations sociales des salariés qui auront quand même la hausse de la CSG (+1,7).

Pour un salarié payé au SMIC, la hausse du salaire net en janvier devrait être de l'ordre de 7,4 euros. Pour un salarié gagnant 2000 euros brut, comptez 10 euros d'augmentation mensuelle. Avec un salaire de 3000 brut, le gain sera de 15 euros.Le Premier ministre a défendu «un gain de pouvoir d'achat considérable» pour les actifs. ah,ah.
Réponse de le 28/01/2018 à 20:42 :
C'est de l'épicerie fine! Ils nous prennent pour des enfants, tournée de carambar pour tout le monde. J'va aller à la boulangerie pour fêter ça.
Les forces vives sont de plus en plus à vif !
Pensées printemps c'était les fleurs en fait ! pour la tombe...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :