Hinkley Point : les syndicats d'EDF dénoncent une décision politique

 |   |  453  mots
Une tranchée mène à la centrale d'Hinkley Point, en Angleterre (au fond de la photo).
Une tranchée mène à la centrale d'Hinkley Point, en Angleterre (au fond de la photo). (Crédits : © Suzanne Plunkett / Reuters)
La validation "précipitée" du projet, contre l'avis des administrateurs salariés, traduit pour l'intersyndicale "une volonté d'accompagner le gouvernement et non pas de défendre les seuls intérêts de l'entreprise", alors qu'Outre-manche Theresa May ne rendra sa décision concernant le projet que dans quelques mois.

L'aval donné jeudi soir par le conseil d'administration d'EDF à la construction de deux réacteurs nucléaires à Hinkley Point, en Angleterre, ne passe pas. Les fédérations de l'énergie CGT, CFE-CGC et FO ont dénoncé vendredi une décision "politique" et relevé que Londres avait décidé de son côté de "temporiser" jusqu'à l'automne.

Ce projet de 18 milliards de livres (21,5 milliards d'euros) a été adopté "contre l'avis unanime des administrateurs salariés", souligne dans un communiqué l'intersyndicale, qui proteste contre un "passage en force, inédit dans l'histoire de l'entreprise".

Lire aussiEPR à Hinkley Point : le conseil d'administration d'EDF vote en faveur du projet

L'intersyndicale "soutient plus que jamais" l'action en justice du comité central d'entreprise, qui a saisi le juge des référés pour faire suspendre "tous les effets des délibérations" du conseil d'administration, avec une audience prévue le 2 août. Un autre recours du CCE doit être examiné le 22 septembre. "Un tel projet ne peut se faire et réussir contre le corps social de l'entreprise", souligne-t-elle.

Lancement précipité

Pour les trois fédérations, qui ont mené une "bataille acharnée" depuis des mois contre le "lancement précipité" de ce chantier, "il était et il est plus que jamais urgent d'attendre". Ce projet ne servira "en rien le renouvellement du parc nucléaire français", estime l'intersyndicale qui accuse le gouvernement de le "mettre en avant" pour "couvrir une politique énergétique indigente et faire croire qu'il a une politique industrielle à même de sauver la filière nucléaire".

La décision du conseil d'administration d'EDF, qui autorise le PDG Jean-Bernard Lévy à signer les principaux contrats qui lieront l'électricien au gouvernement britannique, à son partenaire chinois CGN et à leurs fournisseurs, "apparaît donc politique, traduisant sa volonté d'accompagner le gouvernement et non pas de défendre les seuls intérêts" de l'entreprise, jugent la CGT, la CFE-CGC et FO.

Pas de décision de May avant l'automne

Les trois fédérations relèvent aussi que le gouvernement britannique "se donne maintenant le temps de la réflexion jusqu'à l'automne". "La précipitation d'EDF, la violation des droits du CCE, tout cela n'aura finalement servi à rien", observent-elles. Londres a précisé jeudi soir que l'accord devait être approuvé par la nouvelle Première ministre Theresa May, qui rendra une décision cet automne.

Parmi les inquiétudes des syndicats figurent un "financement en fonds propres à un niveau jamais atteint dans l'histoire d'EDF", "les incertitudes techniques liées au lancement du projet - avant même que le premier EPR ne soit en fonctionnement", et le "caractère irréaliste des délais de construction".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2016 à 20:24 :
Des généraux d' industrie de type SFR, avec à la clef 30% de licenciement.......
a écrit le 29/07/2016 à 10:42 :
Les cuves seront fabriquées au même endroit que celle de Flamanville ? Ont-il amélioré leur technique, corrigé les errements ?
Les pénalités de retard seraient salées, dommage on n'a encore jamais tenu les délais ni les budgets, et jamais terminé une installation pour en démontrer la qualité & puissance (nouvelles lignes électriques à construire, concentrer l'énergie sur un site demande à adapter la distribution).
a écrit le 29/07/2016 à 10:01 :
C est sur que construire des reacteurs pas au point (cf les pb en finlande et a flammanville) dans un pays dont la monnaie et l economie va plonger (brexit), c est une super operation ...
Enfin c est pas grave, le con-tribuable paiera (soit par ses impots, soit par sa facture EDF)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :