Hinkley Point : Macron se dit convaincu du soutien de Londres au projet nucléaire

Le ministre britannique des Entreprises et de l'énergie, Greg Clark, avait surpris jeudi en déclarant que son gouvernement allait "examiner avec soin" le projet et ne rendrait pas sa décision finale avant le début de l'automne.

1 mn

Soutenu par les syndicats britanniques, le projet Hinkley Point est vivement critiqué par leurs homologues français au sein d'EDF et une partie même de la direction.
Soutenu par les syndicats britanniques, le projet Hinkley Point est vivement critiqué par leurs homologues français au sein d'EDF et une partie même de la direction. (Crédits : © Suzanne Plunkett / Reuters)

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, s'est dit convaincu dans Le Journal du Dimanche du soutien du gouvernement britannique à Hinkley Point, même si Londres a décidé de reporter à l'automne sa décision sur ce projet nucléaire controversé. Le ministre britannique des Entreprises et de l'énergie, Greg Clark, avait surpris jeudi en déclarant que son gouvernement allait "examiner avec soin" le projet et ne rendrait pas sa décision finale avant le début de l'automne.

Cette annonce avait pris de court jusqu'au sommet même d'EDF, dont le conseil d'administration venait d'approuver le lancement de la construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point (sud-ouest de l'Angleterre), un investissement de 18 milliards de livres (environ 21,5 milliards d'euros).

"Le nouveau gouvernement britannique a confirmé son engagement en faveur du nucléaire et du projet Hinkley Point. Il s'agit d'un délai naturel propre à un gouvernement qui arrive, qui devrait se terminer en septembre", a assuré Emmanuel Macron dimanche dans le JDD. "Je ne crois pas à un revirement de leur choix car leur équation énergétique n'a pas changé", a-t-il ajouté, rappelant la nécessité pour le Royaume-Uni de renouveler ses centrales "à l'horizon 2025".

Soutenu par les syndicats britanniques, le projet Hinkley Point est vivement critiqué par leurs homologues français au sein d'EDF et une partie même de la direction, qui craignent notamment que le poids de l'investissement ne mette à mal la structure financière du groupe. (AFP)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 01/08/2016 à 9:15
Signaler
LES ANGLAIS SAVENT QUE LE NOUVEAUX NUCLAIRE E P R EST DANGEREUX ? MACRON NE CHERCHE QU A VENDRE SA CAMELOTE? SI CELA EXPLOSE CE SERAS QU EN ANGLETERE ? LUI MACRON NE RISQUE RIEN? LES ANGLAIS ON BEAUCOUP DE COTE POUR POUVOIR INSTALLE DES NOUVELLES...

à écrit le 01/08/2016 à 8:43
Signaler
Il est vrai que mr Macron peut estimer que le soutient de Londres est capital dans la décision d 'EDF de se lancer dans le projet de deux EPR à Hinkley POint en GB mais il est clair que le Royaume Uni ne voudra pas d'un nieme echec en EUrope de la te...

à écrit le 31/07/2016 à 21:44
Signaler
La présence Chinoise dérange fortement May qui est contre ce projet depuis le début . Transfère de technologie , manipulation informatique et coupure de courant.....Bref c' est pas fait et François est au courant .

à écrit le 31/07/2016 à 11:59
Signaler
Macron l'homme convaincu mais pas convainquant. Le faussaire du PS avec Valls.

à écrit le 31/07/2016 à 11:16
Signaler
Il soufflé comme un air de Mistral sur ce projet. Je trouverais cela très drôle que les Britanniques décident de laisser Macron naviguer seul sur son navire à la dérive :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.