L'aide à EDF passera par la vente d'autres actifs de l'Etat, dit Michel Sapin

 |   |  262  mots
Michel Sapin estime qu'EDF doit préalablement faire des efforts de gestion et de choix d'investissements.
Michel Sapin estime qu'EDF doit préalablement faire des efforts de gestion et de choix d'investissements. (Crédits : Reuters)
Pour le ministre des Finances, il n'est pas question que l'Etat s'endette pour "venir en appui à telle ou telle entreprise". Il précise donc que si l'Etat devait participer à la recapitalisation d'EDF, comme l'a évoqué hier Emmanuel Macron, il se ferait par la vente d'autres actifs.

Le ministre des Finances Michel Sapin a assuré vendredi qu'une éventuelle recapitalisation de l'électricien EDF, dont l'Etat est actionnaire à 84%, se ferait non pas par de l'endettement mais par la cession d'autres participations de l'Etat dans d'autres entreprises.

"Si nous devions recapitaliser toute entreprise publique, celle-ci ou une autre, nous le ferions par une gestion de nos actifs en vendant d'autres participations dans d'autres entreprises", a déclaré M. Sapin au micro de Radio classique/Paris Première.

"Il n'est pas question d'augmenter l'endettement de la France pour pouvoir venir en appui à telle ou telle entreprise", a affirmé le ministre.

"Nous n'avons pas décidé à ce jour quoi que ce soit de cette nature" mais "nous avons demandé à EDF de faire un certain nombre d'efforts de gestion et d'efforts dans le choix de ses investissements et c'est à partir de là que l'Etat prendra ses responsabilités", a-t-il ajouté.

Jeudi, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait annoncé que l'Etat était prêt à injecter des fonds pour redresser les comptes d'EDF, confronté à un marché sous pression et à d'importants investissements à venir.

EDF négocie un "engagement" de l'Etat

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, avait expliqué, dans une lettre aux salariés, que le groupe "négoci(ait) avec l'Etat pour obtenir des engagements de sa part (lui) permettant de sécuriser (sa) situation financière", avant toute décision définitive sur le projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point en Angleterre.

Fin avril 2015, les participations de l'Etat dans 77 entreprises s'élevaient à 110 milliards d'euros, selon l'Agence des participations de l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2016 à 10:59 :
Remplir edf avec les impôts ?
a écrit le 19/03/2016 à 8:34 :
Ah, enfin une saine gestion de père de famille! Et Sapin, c'est une référence ... avec Le Drian dans les affaires oiseuses de la mitterrandie. On vent des valeurs sures, on achète du risque ... et on s'engage dans des opérations douteuses...
a écrit le 18/03/2016 à 14:40 :
Et la réduction de l'appareil politique sénateurs inutiles députés en surnombre ministres etc etc et vente de leurs bureaux coûteux à entretenir ...Allez 'moi président' un effort voilà un véritable sujet rassembleur faire des économies en commençant par donner l'exemple avec les politiques!
a écrit le 18/03/2016 à 12:09 :
L'Etat est en deficit donc injecter des fonds supplementaires, ou transformer des dividendes en actions, et donc ne pas percevoir ce dividendes comme les 1,8 milliards de cette annee, c'est s'endetter. On se fout vraiment de nous.
Réponse de le 19/03/2016 à 1:41 :
Oui, forcer EDF à racheter 3x le prix de marché une électricité photovoltaïque dont elle n'a pas besoin, et dont le bilan carbone est au mieux 3x plus mauvais que le sien, c'est vraiment se moquer du monde...

(électricité PV ~100€/MWh, prix de marché ~30€/MWh, bilan carbone PV : entre 45gCO2/kWh et 110gCO2/kWh, bilan carbone de l'électricité EDF 2015 en métropole : 15gCO2/kWh)

Ah ! J'oubliais : Ne pas rembourser à EDF tout ce que ce rachat d'électricité ENR lui coûte, et la laisser avec une ardoise de 4,5 milliards d'euros (déficit de la CSPE)...
Réponse de le 19/03/2016 à 1:52 :
Forcer EDF à fermer une centrale nucléaire sûre et rentable juste pour satisfaire les lubies des écolos, et ainsi priver l'entreprise de 600M€/an de production (une production pour laquelle EDF venait juste d'investir un demi-milliard), c'est effectivement se moquer du monde....
Réponse de le 19/03/2016 à 2:06 :
Forcer EDF à racheter Photowatt, forcer EDF à racheter Areva, refuser d'augmenter assez le prix de l'électricité (pour des raisons électorales) afin qu'EDF puisse investir, refuser à EDF le droit de participer (au nom de la concurrence européenne) au renouvellement des concessions pour les barrages ultra rentables qu'elle a elle-même construits et entretenus pendant 60 ans...
Réponse de le 19/03/2016 à 2:14 :
Obliger EDF à verser années après années plus de 60% de son bénéfice en dividendes, même les années où son cash flow est négatif parce qu'elle investit (càd forcer l'entreprise à s'endetter pour pouvoir payer les dividendes à l'Etat)...
a écrit le 18/03/2016 à 10:22 :
Sapin ou la parole du sage avant un éventuel désengagement de l'Etat au projet britannique.
a écrit le 18/03/2016 à 9:38 :
Merci à Macron d'avoir rappelé une évidence. EDF doit d'abord revoir sa politique salariale ultra généreuse et coûteuse (salaires, CE, prix de vente électricité) avant de demander des hausses de tarif ou l'aide de l'Etat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :