La cellule interministérielle dédiée au nouveau nucléaire voit le jour

Le décret actant la naissance de cette entité vient d'être publié. Cette nouvelle délégation, composée de 15 collaborateurs, doit superviser la création des six nouveaux réacteurs nucléaires, attendus pour 2035-2037. Sa mission : éviter de réitérer les déboires du chantier de l'EPR de Flamanville qui accumule une dizaine d'années de retard. Elle est pilotée par Joël Barre, ancien délégué général de l'armement et choisi pour sa maîtrise des grands programmes industriels.
Joël Barre, ancien délégué général de l'armement, va piloter la nouvelle cellule interministérielle dédiée au nouveau nucléaire.
Joël Barre, ancien délégué général de l'armement, va piloter la nouvelle cellule interministérielle dédiée au nouveau nucléaire. (Crédits : DR)

Le décret instituant la délégation interministérielle chargée de superviser la construction des six nouveaux réacteurs nucléaires de type EPR2, voulus par le président de la République, a été publié le 8 novembre dernier au Journal officiel.

Lire aussiNucléaire: la méthode du gouvernement pour construire six nouveaux réacteurs EPR à toute vitesse

Cette entité, composée de 15 collaborateurs, aura un rôle de coordination de l'ensemble des administrations autour de ce nouveau programme nucléaire pour « le faire avancer avec succès », avait expliqué le cabinet d'Agnès Pannier-Runacher. Elle est placée sous l'autorité de la cheffe du gouvernement Elisabeth Borne, mais travaillera en étroite collaboration avec le ministère de l'Economie et des Finances et celui de la Transition énergétique.

Joël Barre aux manettes

«La délégation de programme interministérielle au nouveau nucléaire assure, la supervision de la réalisation de programmes industriels de construction de nouveaux réacteurs électronucléaires en France, en lien et dans le respect des compétences des administrations centrales et des services à compétence nationale relevant des ministres chargés de l'énergie, de l'environnement, de la sûreté nucléaire, de l'industrie, de l'économie et du budget, ainsi qu'avec les préfets des territoires d'implantation des nouveaux réacteurs », précise le texte.

A la tête de cette nouvelle délégation : Joël Barre, ancien délégué général de l'armement, qui prend alors les fonctions de « délégué interministériel au nouveau nucléaire » avec le « rang de directeur d'administration centrale ». Il a « la maîtrise des très grands programmes et de la coordination entre un porteur de projet et ses sous-traitants », pointe le cabinet d'Agnès Pannier-Runacher.

Lire aussiUn nouveau débat public sur le nucléaire... Mais pour quoi faire ?

Le décret expose les huit missions confiées à la délégation. Parmi elles : « Contribuer à la définition des objectifs en matière de coûts, de qualité et de délais et veiller au respect de ces objectifs par le maître d'ouvrage du programme, en procédant notamment à la revue régulière de son avancement et à l'audit du processus d'achat» ;  « Contribuer aux travaux de définition du cadre de financement et de régulation économique du programme et veiller à sa mise en œuvre dans le respect des règles européennes », ou encore « Assurer, sous réserve des compétences de l'Autorité de sûreté nucléaire et de la Commission nationale du débat public, le pilotage des procédures de participation du public et la coordination des procédures d'autorisation administrative relatives au programme ».

Eviter les erreurs de l'EPR de Flamanville

Cette délégation « sera un point d'entrée au sein de l'Etat pour EDF » et servira de « feedback de l'Etat vers EDF » pour véhiculer « les bonnes pratiques » et indiquer où se focaliser. Parfois présentée comme « une cellule miroir », l'entité doit aussi permettre de s'assurer que la filière nucléaire soit à niveau tant sur le plan de la capacité industrielle, que sur le plan de la formation, des compétences et des emplois.

Lire aussiNucléaire : le chantier des EPR de Penly approche, le manque de main-d'œuvre inquiète

« Cette délégation a un but très clair. C'est de ne pas réitérer l'expérience du projet Flamanville, qui a servi de démonstrateur à la filière », avait précisé l'entourage de la ministre de la Transition énergétique, alors que le chantier du premier EPR français, situé dans la pointe du Cotentin en Normandie, accumule aujourd'hui plus de dix années de retard...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 14/11/2022 à 14:10
Signaler
Encore un pipotechnicien dans un machin étatique. Et si on formait des soudeurs ?

à écrit le 12/11/2022 à 10:59
Signaler
Disons-le clairement : le fiasco de Flamanville qui est la conséquence de la perte de savoir-faire d'EDF en matière de construction de réacteurs, est D'ABORD de la responsabilité des 3 derniers gouvernements qui ont laissé se perdre ce savoir faire e...

le 12/11/2022 à 19:33
Signaler
Bon, on va faire simple: pour le constat de l’inaction ou des erreurs de Sarkozy, Hollande et Macron, vous avez raison. Pour la reconnaissance de ces erreurs, aucun des 3 ne le fera. En France, ceux qui reconnaissent leurs erreurs se suicident politi...

à écrit le 11/11/2022 à 13:17
Signaler
@bah. Sobriété et résilience jusqu'où ? Dans les cavernes?

le 11/11/2022 à 15:45
Signaler
Visiblement il y en a qui sont loin du pragmatisme ! ;-)

à écrit le 11/11/2022 à 10:51
Signaler
Qu'il est aisé de dépenser en étude quelconque pour gagner du temps ! Comme, s'il n'y avait pas mieux a faire et rapidement en prenant comme point de départ "la sobriété et la résilience" !

à écrit le 11/11/2022 à 10:39
Signaler
Peut être pas mal de recréer une direction technique dédiée pour la construction de ces complexes installations.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.