Gaz : la France peut envoyer 5% de sa production à l'Allemagne en cas de pénurie

D'après le ministère de la Transition énergétique, la France serait en mesure d'envoyer à l'Allemagne l'équivalent de 5% de sa consommation de gaz en hiver, ce qui correspondrait à 2% environ de la consommation allemande. Mais cela suppose de remettre en fonction un tuyau entre la France et l'Allemagne, pour transporter du gaz odorisé, qui n'est pour l'instant pas autorisé sur le réseau allemand. Par ailleurs, les stockages français de gaz sont actuellement remplis à 75%.
(Crédits : Konstantin Chernichkin)

Les risques de pénurie de gaz cet hiver s'accentuent dans plusieurs pays européens. L'Allemagne est particulièrement concernée alors que livraisons de gaz à l'Europe, via le gazoduc Nord Stream 1 ont, comme annoncé, baissé mercredi à près de 20% des capacités du gazoduc, selon les données de l'opérateur allemand Gascade. Dans ce contexte, la France a confirmé ce mercredi être en capacité d'envoyer au maximum l'équivalent de 5% de sa consommation de gaz en Allemagne en hiver en cas de pénurie, selon le cabinet de la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Une première qui a été évoquée il y a deux semaines par le gouvernement français, qui devait alors préciser son plan de fourniture. Très marginaux comparés aux flux de gaz Est-Ouest, les flux de l'Ouest vers l'Est sont en plus peu pratiqués.

Cette main tendue intervient alors que les pays membres de l'Union européenne, qui se sont donnés mardi un objectif de baisse de la consommation de gaz, cherchent à mettre en place un dispositif de solidarité entre Etats membres pour assurer leur approvisionnement, dans l'hypothèse où la Russie interromprait complètement ses livraisons à destination de l'Europe comme ripostes aux sanctions imposées par la guerre en Ukraine.

Remise en fonction d'un réseau pas utilisé actuellement

Précisément, selon le ministère de la Transition énergétique, la France serait en mesure de livrer 130 gigawattheures par jour en Allemagne, soit l'équivalent de 20 térawattheures sur un hiver, en utilisant son réseau d'interconnexion terrestre, ce qui correspondrait à 2% environ de la consommation allemande. Sa propre consommation était de 474 térawattheures en 2021.

Pour y parvenir, cela suppose de remettre en fonction l'interconnexion d'exportation existante entre la France et l'Allemagne, qui n'est actuellement pas utilisée car le gaz odorisé sur le réseau français n'est pas autorisé sur le réseau allemand, pour des questions de sécurité. Les travaux nécessaires pour remettre en route ce tuyau et les arrangements contractuels pourraient prendre « quelques semaines à quelques mois », dit-on au ministère.

La vraie contrainte provient plutôt d'Allemagne, précise-t-on encore. Il faudrait que les Allemands acceptent du gaz odorisé sur leur réseau, ce qui n'est pas permis par leurs règles internes.  « On comprend qu'ils sont ouverts à les assouplir », dit un conseiller de la ministre. A terme, pour conforter l'interconnexion, il faudrait installer une station de désodorisation, ce qui pourrait prendre au moins 18 mois, ajoute-t-il.

« En effet, le gaz en France est odorisé au niveau du transporteur, ce qui n'est pas le cas en Allemagne. Il y a donc une différence de qualité du gaz au niveau des réseaux de transport. Quand on envoie du gaz depuis l'Allemagne vers la France, on rajoute du produit pour l'odoriser. Dans le sens inverse, il faut pouvoir le désodoriser. Des stations de désodorisation existent donc ce n'est pas infaisable, mais il faut être vigilant », expliquait un expert à La Tribune.

La France ne serait pas privée de gaz pour autant

Il ne s'agit pas de gaz dont la France aurait besoin pour sa propre consommation, a expliqué mercredi sur LCI Agnès Pannier-Runacher, en ajoutant que la France pouvait compter sur les flux venant notamment de Norvège et sur ses terminaux méthaniers. « Même si les Russes coupaient le gaz à l'Europe demain, ce qui n'est aujourd'hui pas le cas, on aurait quand même la capacité raisonnable à passer l'hiver en faisant les efforts de sobriété (énergétique) », dit-on au sein du cabinet de la ministre.

Les pays de l'UE se sont entendus sur un objectif de réduction globale de la consommation de gaz de 15% d'ici le mois de mars 2023. Les Etats membres peuvent toutefois déroger à cette cible s'ils sont limités dans leurs capacités physiques à exporter du gaz. Concernée par ces contraintes, la France s'est donc fixée un objectif de réduction de la consommation de gaz de 7% à cet horizon. En parallèle, le gouvernement souhaite diminuer de 10% la consommation totale d'énergie française d'ici 2024, en demandant notamment des efforts aux entreprises, collectivités, administrations publiques et aux consommateurs.

Stockages remplis à 75%

Par ailleurs, les stockages français de gaz sont actuellement remplis à 75%, avec l'objectif qu'ils soient pleins à l'automne, a indiqué la ministre de la Transition énergétique, a précisé Agnès Pannier-Runacher.

« Sur les stockages de gaz stratégiques, nous affichons une avance de près de 20 points par rapport à nos obligations. Nous sommes à 74% de remplissage de nos stockages stratégiques ce matin, 75% même, là où la Commission européenne nous demandait 52% au 1er août », a-t-elle déclaré sur LCI.

« Notre objectif, c'est d'arriver à 100% avant le 1er novembre », a-t-elle rappelé. Le gouvernement avait annoncé fin juin ce nouvel objectif face aux craintes de pénurie de gaz russe, alors que l'obligation était fixée auparavant à 85%.

    

Lire aussiCrise du gaz : l'Europe arrache un compromis dans l'urgence pour réduire sa consommation

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 28/07/2022 à 18:45
Signaler
Bonjour, La France vas sûrement avant la fin de l'été, remplir s'est réserve au maximum, tous comme les pays européens.... Donc , comme la solidarité européenne devrait joué au maximum, l'Allemagne devraient pouvoir passer l'hiver sans mourir de f...

à écrit le 28/07/2022 à 15:56
Signaler
Il y a de quoibrirecqymuand on voit une telle propagande ! Depuis plusieurs mois, ce sont nos voisins, notamment l'Allemagne, qui nous évite le blackout tous les jours.

à écrit le 28/07/2022 à 10:22
Signaler
Pas d'accord du tout, en remerciements ils achètent des armes au grabataire de Biden, avec l’assentiment de von der leyen l’ayatollah européenne.

le 28/07/2022 à 18:48
Signaler
Bonjour, Ils ne faut pas oublier que l'Europe et l'Allemagne doivent acheter la protection américains.... Car nous somme incapable de construire une défense militaire européenne.... Bien sûr ils ne faut pas le dire....

à écrit le 28/07/2022 à 9:14
Signaler
L'Allemagne qui a joué un rôle majeur dans la crise des dettes souveraines - post 2008 - en faisant cavalier seul. L'Allemagne qui a gonflé ses excédents commerciaux sur la même période (2010 - 2019) en pratiquant cette logique économique qui veut qu...

à écrit le 28/07/2022 à 7:37
Signaler
Demandez plutot aux ecologiste allemands de redemarrer les centrales nucleaires qu'ils ont ete si prompes a stoper. Dependant a 100% d'un gaz russe, sans se poser de question. Leur industrie dependant du gaz russe nous a plombe durant des annees, qu'...

le 28/07/2022 à 10:24
Signaler
Vous avez parfaitement raison

le 28/07/2022 à 16:01
Signaler
Vous dites n'importe quoi... L'électricité allemande est produite à 49% par les renouvelables. Et l'Allemagne nous sauvé du blackout tous les jours depuis des mois. Regardez donc les importations sur eco2mix de RTE vous serez moins vindicatif à l'...

à écrit le 27/07/2022 à 22:49
Signaler
C'est un peu facile de dénoncer les livraisons de gaz à l'Allemagne alors que la France importe de l'électricité de ce même pays. Les mécanismes de solidarité européens nous sont parfois favorables, parfois défavorables. Le chacun pour soi ne nous pe...

à écrit le 27/07/2022 à 21:05
Signaler
"La France précise les quantités de gaz qu'elle peut livrer à l'Allemagne en cas de pénurie" Bon ben, voila ,on sait maintenant pourquoi faudra réduire notre chauffage ,c'est pour éviter les douches plus courtes et plus froides que vantait le mini...

le 28/07/2022 à 10:30
Signaler
Donc, on va nous demander de faire des restrictions pour pouvoir fournir nos voisins Allemands. J'en reste sur le cul. Les écologistes allemands ont fait pression pour la fermeture de nos centrales (Fessenheim), et maintenant il remette en route ...

à écrit le 27/07/2022 à 19:28
Signaler
l'Allemagne pour de sordides raisons mercantiles s'est jetée dans les bras de la Russie, elle doit assumer ce choix maintenant et se débrouiller.. Les allemands ont étouffé la Grèce et n'ont cessé d'exprimr leur mépris pour les pays du club Med, il ...

à écrit le 27/07/2022 à 18:57
Signaler
m macron prefere soutenir l'industrie allemande a celle de son pays vous avez voter macron et bien vous voyer comment il considere le pays rien a change toujours pour les autres nation mais rien pour son pays

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.