Le gaz de schiste rapporterait 100 milliards d'euros à la France, selon un rapport enterré

 |   |  334  mots
La technique d'extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique est interdite en France depuis la loi Jacob de 2011.
La technique d'extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique est interdite en France depuis la loi Jacob de 2011. (Crédits : © Kacper Pempel / Reuters)
Un rapport commandé par Arnaud Montebourg à son arrivée au gouvernement validait la technologie de stimulation au fluoropropane comme réelle alternative aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique. L'exploitation du gaz de schiste pourrait créer 120.000 emplois en France, selon le document. La ministre de l'Écologie Ségolène Royal a réagi sur Twitter, estimant que "les gaz de schiste ne sont plus d'actualité".

| Article publié à 8h25, mis à jour à 11h28.

Le gaz de schiste, c'est "niet" pour le gouvernement. Un rapport commandé par Arnaud Montebourg, alors ministre, concluant à la faisabilité de son exploitation en France sans recourir à la fracturation hydraulique polluante - interdite depuis la loi Jacob de 2011 - a été enterré par le gouvernement, annonce Le Figaro mardi 7 avril.

Seuls "sept exemplaires" du rapport sur "les nouvelles technologies d'exploration et d'exploitation" des gaz et huiles de schiste en France, auraient été tirés début 2014 "et consciencieusement enterré", écrit le quotidien national. "Au grand dam de l'ex-ministre, qui refuse aujourd'hui de le commenter, mais confirme son authenticité", ajoute le journal.

Sur Twitter, Ségolène Royal a réagi à la publication de l'article du Figaro. Expliquant n'avoir "rien à cacher", la ministre de l'Écologie, du développement durable et de l'Énergie a écrit que "les gaz de schiste ne sont plus d'actualité".  Ajoutant :

 François Hollande avait assuré en juillet 2013 qu'il n'y aurait ni exploration ni exploitation du gaz de schiste en France sous sa présidence.

Au moins 120.000 emplois et 100 milliards d'euros

Selon le rapport, relève Le Figaro, les gaz de schiste représenteraient "une manne d'au moins 100 milliards d'euros pour la France" et leur exploitation "créerait entre 120.000 et 225.000 emplois". De quoi également assurer une "indépendance énergétique" et regagner de la "compétitivité industrielle".

Ce document, détaille encore le quotidien, "préconise une première phase d'expérimentation, par micro-forages en Île-de-France et dans le Sud-Est".

"C'était le premier rapport officiel qui validait la technologie de stimulation au fluoropropane", explique un proche du dossier au journal. Cette technologie "présente une réelle alternative permettant de répondre aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique", conclut le rapport.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2015 à 15:22 :
Et en détruirait combien, ainsi que l'environnement, la santé...? Aux USA et ailleurs, études sur le terrain et documentaires sont suffisamment parlantes !
a écrit le 08/04/2015 à 21:13 :
Dans le même temps l'ADEME sortait un rapport sur la possibilité d'une France 100% renouvelable à un coût quasi similaire au maintien de la production nucléaire. lemonde.fr/energies/article/2015/04/04/le-scenario-d-une-france-100-renouvelable-qui-embarrasse-le-gouvernement_4609601_1653054.html
a écrit le 08/04/2015 à 12:35 :
Si le prix du pétrole a baissé, c'est grâce au gaz de schiste exploité aux USA
Si l'économie américaine est repartie c'est grâce au gaz de schiste
Dommage que dans notre pays personne n'ait l’intelligence nécessaire pour trouver un moyen de l'exploiter sans risque écologique. Que font donc les dizaines de milliers de chercheurs-fonctionnaires, bon sang ?
a écrit le 08/04/2015 à 11:30 :
et pourquoi pas 1000 milliards, avec une technologie de papier que personne a encore expérimenté, ça sent bon les avions renifleurs et autres solutions magiques qui peuvent couter très cher.
Réponse de le 08/04/2015 à 11:42 :
"Une technologie que personne a encore expérimenté"... et pour cause : la loi interdit toute expérimentation à ce sujet !
Comme toute la gauche, vous attendez que d'autres fassent les expérimentations pour vous ?? Pas étonnant que notre pays soit de plus en plus à la traine !
Réponse de le 08/04/2015 à 21:23 :
Oh bah l'expérimentation on la connait, suffit de regarder outre atlantique...
a écrit le 08/04/2015 à 10:23 :
Le gaz le moins cher est celui qu'on n'utilise pas.
La transition de décarbonation, on la fait quand ? "Un peu plus tard, Mr le bourreau" ?
Les maisons en bois, ça se développe ? Le bois séquestre le CO2 via la photosynthèse.
a écrit le 08/04/2015 à 9:18 :
La géothermie a produit 1.5 TWh sur un an par rapport à une production nette globale de 540.6TWh en 2014. Espoir quand tu nous tiens.^^,,
a écrit le 08/04/2015 à 9:00 :
il va pas filer ce gaz ou ce pétrole. Outre les cours actuels, il n'y a pas de quoi se précipiter. Les techniques finiront par évoluer ne serait ce que pour l'exploration et donc consolider les chiffres du stock (quand on voit en Pologne, c'est du doigt mouillé ou de la propagande actuellement). Concentrons nous sur les économies d'énergie(combien d'emplois pour un plan d'isolation du bâti?) et sur les technologies du renouvelable qui nous ferons gagner des marchés partout sur la planète. Combien de milliers de mètres carrés de toit d'immeuble rien qu en région parisienne?si le solaire marche en Allemagne pas de raison que ça marche pas partout ou presque en France.
Réponse de le 08/04/2015 à 11:45 :
Tout à fait d'accord avec vous... à un détail près : si, par dogmatisme, on se refuse à rechercher des moyens d'exploitation propres... on prend du retard ! Expérimentation et exploitation, il y a une nuance que les intégristes écolos n'arrivent pas à faire !
Réponse de le 08/04/2015 à 16:36 :
vous l avez compris je suis très loin d être un écologiste intégriste. Si les enjeux pour les industriels sont vraiment juteux ils trouveront des procédés techniques et ils ont l oreille de nos politiques. Par contre, si je ne dis pas de bêtise, ils exploitent à lacq (64) avec la fracturation depuis des décennies et force est de constater qu ils n ont pas trouvé de meilleurs procédés...encore une fois mieux vaut développer les énergies renouvelables et exporter nos savoir faire. Les marchés potentiels sont fabuleux, du vent, de l eau ou du soleil il y en a partout et les besoins par exemple d une Afrique a 5% de croissance sont gigantesques. C est sur ces domaines pour moi que nous ne devons pas prendre plus de retard. Si écologie, économie et industrie se conjuguent, tant mieux, qui pourrait être contre? Quand bien même il existerait un procédé d exploitation propre, peut on nier que les énergies fossiles posent toutes des problèmes de differentes natures? Pas besoin d être un intégriste pour espérer mieux pour notre avenir. En cela pas besoin de parti politique, ça devrait faire concensus.
a écrit le 08/04/2015 à 8:58 :
Bonjour,
Le changement de process ne change pas grand chose à la donne . Bon, d'accord, il n'y aurait plus d' explosions, ce qui est un bon point comme base de départ, mais il reste la façon aléatoire de "récupération" de cette énergie . Messieurs et Dames des centres de recherche; encore un gros effort de vos méninges pour arriver à des résultats acceptables pour tout le monde . BON COURAGE !!!
a écrit le 08/04/2015 à 8:39 :
non bien sur , pas question d' exploiter le gaz de schiste en France , nous attendrons que les autres pays le font et nous irons leur acheter ????
Réponse de le 08/04/2015 à 10:20 :
Oui, on va prendre des options sur le gaz de Pologne qui a des réserves estimées fortes, autonomie pendant des décennies, mais les foreurs fuient car ne trouvent rien de valable. Plouf le gaz Polonais, voire pschiiiiit.
La GB doit se lancer, on verra les résultats, nuisances.
Je chauffe chez moi à 18°C, j'économise le gaz. Il vaut mieux en consommer moins (n'en déplaise à GDF que j'ai quitté il y a quatre ans) que d'en chercher du moins cher qui, en fait, couterait les yeux de la tête.
a écrit le 08/04/2015 à 1:12 :
Que l'on exploite pas celà : La France, au lieu d'en faire un atout, comme la Norvège qui a créé avec la manne pétrolière un puissant fond souverain pour garantir son système de retraites, La France DILAPIDERAIT à coup sùr, en Dépenses Publiques et en Laxisme.
La France sera toujours Cigale, et jamais Fourmi.
N'exploitons pas, cette ressource qui serait gaspillée, par une France déjà championne du monde en Dépenses Publiques.
a écrit le 08/04/2015 à 0:01 :
Vous qui donnez l'impression de tout savoir et qui affirmez avec certitude des chiffres sortis dont on ne sait ou, expliquez comment il se fait que le gaz coute quatre fois moins cher aux Etats-Unis qu'en France. C'est surement parce que les US subventionne le gaz!!
Globalement je suis étonné de tant d'incohérence dans les positions affichés.
En attendant la croissance est aux Etats-Unis et plus en France et pas prête de revenir!!
a écrit le 07/04/2015 à 22:00 :
Bcp de commentaires consternants. On est contre par principe sans chercher à comprendre. Au fond les Français méritent bien leurs dogmatiques hommes politiques .
Plutôt favorable initialement, je le suis un peu moins car bcp de sites où il pourrait y en avoir ne sont pas sans risque sur le plan géologique. Choisissons en un favorable pour un test technologique sérieux avec tous les contrôles qu'il faut, et on fera les comptes en terme de protection de la ressource hydraulique et de réserves. On s'apercevra probablement que dans un pays peuplé, le cout est supérieur aux bénéfices escomptés. Je préfère la démonstration au dogme
a écrit le 07/04/2015 à 21:30 :
100 milliards, quelques mois d'impressions de billets à la BCE permet de faire tout autant voir mieux, et cela sans dommage pour l'environnement (si ce n'est le cout environnementale de l'encre ou du papier des billets).
Réponse de le 08/04/2015 à 11:49 :
... et vous allez créer 120,000 emplois pour regarder les imprimantes à billets travailler ??
De plus, financer le Qatar et en rester dépendant : bof ! j'aimerais bien qu'on cherche un moyen de s'en passer au contraire...
a écrit le 07/04/2015 à 20:20 :
Un véritable défi à l'expression démocratique va s'instaurer à mesure que l'échéance présidentielle se rapproche. La France est majoritairement, résolument contre l'exploitation des gaz de schiste. Il serait bon d'organiser un référendum avant, puis de connaitre les intentions de tous ceux qui désirent gouverner. Nous n'avons aucun cadeau à faire par un choix qui serait laissé à la décision des futurs dirigeants. Car accepter que ce choix puisse se faire ultérieurement, c'est déjà tromper les Français sur la détermination à avancer vers les énergies propres et renouvelables. Les non dits, comme les ni ni sont à bannir si l'on veut croitre dans la performance et dans la compétitivité. Il n'y a pas que le gaz de schiste pour créer de l'emploi et de la compétitivité.
a écrit le 07/04/2015 à 20:13 :
Quelle arnaque que cette promesse d'extraction propre !
Avec un gaz 3000 fois plus fort en terme d'effet de serre que le CO2...
Décidément les lobbyistes savent trouver des relais dans la presse , chez Montebourg qui vendrait père et mère pour du nucléaire ou des énergies fossiles, et les autres aficionados à l'UMP qui vivent encore au XXe siècle...
a écrit le 07/04/2015 à 19:59 :
Commercialement, j'aurais rajouté un zéro de plus. "Au plus c'est gros, au plus ..." Sachant qu'il faut faire un puits tous les ... 1 kilomètre, tu le vois, toi, le droit de propriétaire terrien franco-français... Heureusement qu'ils n'ont pas ça, aux US...
a écrit le 07/04/2015 à 19:48 :
C EST M r MONTANT BOURDES ?QUI VEUT SE FAIRE VALOIR PAR N INPORTE QU EL MOYEN? QU IL ALLE EN AMERIQUE VOIR LES DEGATS DES FORAGES FAIS PAR DES LOBISTES PETROLLIERS SANS SCRUPULES???
a écrit le 07/04/2015 à 19:32 :
Je me souviens d'un lapsus fait par François Fillon à l'Assemblée Nationale"... Gaz de chite....". Je suis d'accord avec lui: l'exploitation de cette ressource est une idée fumeuse...
a écrit le 07/04/2015 à 19:28 :
Pour faire écolo, il faudrait favoriser le biogaz en branchant un tuyau sur le pont arrière de chaque belle-mère. En les nourissant uniquement aux flageolets, on pourrait augmenter de manière significative la production... ce qui créerait par la même occasion des postes dans toute la chaîne agricole de ce produit :-)
a écrit le 07/04/2015 à 18:06 :
Bonjour,
Si on inclue le coût écologique et environnementale de l'exploitation des gaz de schistes en France, cela ne rapporte plus mais coûte pas loin de 100 milliards.
De plus au prix actuel du pétrole les exploitations de gaz de schiste ne seront pas rentables. Ces exploitations ne sont rentables qu'à partir d'un baril de pétrole aux alentours des 90$ au minimum. On en est loin ... .
L'exploitation des gaz de schistes impliquera une pollution accrue de nos rivières et lacs et la destruction définitive de millions d'hectare de bonne terre arable. Et le gaz de schiste ne se mange pas ... . C'est une technologie sale, peu performante et qui alimente l'effet de serre. Donc à part enrichir une petite minorité de businessmen et d'entreprise cette technologie est une stupidité. Il vaudrait bien mieux investir dans la R&D sur les supra-conducteur et sur l'amélioration des techniques de production alternatives de type renouvelable et douces sans carburant. Bien entendu on ne peux ni taxer le vent, ni les sources d'eau chaudes, ni les vagues, ni le soleil donc forcément cela ennuie ces businessmen qui veulent du marché captif comme avec l'automobile à moteur à explosion ... .
a écrit le 07/04/2015 à 18:05 :
La France peut fort bien se passer de gaz de schiste: le Président l'a dit. Il nous faut nous tourner vers une suppression du nucléaire et des énergies fossiles. Ceci se résoudra par une diminution de la consommation, notamment celle des particuliers. De fortes hausses de prix seront sans doute incitatives.
Réponse de le 07/04/2015 à 19:50 :
EXAT???
Réponse de le 07/04/2015 à 20:36 :
Un de ces trolls celui-là, vous n'allez pas nous faire croire que vous êtes du PS, c'est tellement grossier votre supercherie...
a écrit le 07/04/2015 à 18:02 :
les socialos passent , le gaz reste ... A bientôt !
a écrit le 07/04/2015 à 17:01 :
A quel prix? pour le moment laissont le schiste la ou il est et le gas eventuel avec.
Ettttttttttttttttttt, R&D, R&D,R&D en avant toute!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! les energies douces, solaire et autres...
a écrit le 07/04/2015 à 16:33 :
La fracturation hydraulique date d'au moins 50 ans et est une technique courante de stimulation de puits de pétrole "conventionnel" dans le monde entier.
En France, elle a déjà été utilisée sur les champs pétroliers du Sud-Ouest et du bassin parisien quand ceux-ci donnaient des "signes de fatigue".
Pourquoi est-elle soudainement apparu comme un épouvantail pour ce gaz de schiste ?
Enfin ! vu la représentation des ''Verts'' au niveau national (<2%), on va peut-être pouvoir avancer sur le sujet maintenant ...
Réponse de le 07/04/2015 à 20:16 :
La géothermie aussi, mais ce sont des cas où le nombre de puits est figé et réduit. Pour le gaz, il faudrait faire 10 000 puits, voire 100 000, ça dépend des schistes rencontrés, de la teneur, quantité, ...
a écrit le 07/04/2015 à 16:05 :
Les Khmers verts ont encore frappé...
Réponse de le 07/04/2015 à 16:19 :
Et les gogos qui gobent tout ont encoure tout avalé...
a écrit le 07/04/2015 à 15:47 :
"Au moins 120.000 emplois et 100 milliards d'euros" bigre, et si on laisse faire partout, et que les 100 milliards ne sont pas là, les "estimateurs" diront qu'un paramètre a surgit et tout faussé ?
Aux USA, un emploi par puits. Faut en creuser des trous.
Ai pas lu le dossier, quel prix est prévu au kWh ? C'est là que ça fait mal.
'stimulation' = "fracturation" en plus joli à l'oreille.
a écrit le 07/04/2015 à 14:52 :
faisons comme aux USA:les sous sols ne doivent plus appartenir aux propriétaires des terrains!l'état doit avoir la possibilité de préempter!
Réponse de le 07/04/2015 à 15:44 :
15m sous la surface, c'est plus à nous, me semble, si une raison "majeure" survient.
Aux USA, les propriétaires sont payés car 10000m sous le sol leur appartient encore, ils ont donc intérêt à louer leur terrain pour forer. Si on creuse dans votre jardin, ça vous apportera zéro.
Réponse de le 07/04/2015 à 16:04 :
C'est exactement l'inverse : aux Etats Unis les ressources minières et pétrolifères du sous-sol appartiennent au propriétaire du terrain. En France, elles appartiennent à l'Etat, depuis 1810...
a écrit le 07/04/2015 à 13:55 :
120000 emplois de travailleurs détachés?! #trompeloeil
a écrit le 07/04/2015 à 13:44 :
En lisant les commentaires on voit que les verts radicaux sont de sortie (et au chômage vu l'heure des messages...). Ils ont raison ! Qu'on n'essaie surtout rien de neuf, qu'on arrête les centrales et qu'on devienne dépendant énergétiquement de ces bons messieurs du Quatar ou de la Russie, c'est ça l'avenir ! Et bien fait pour ces sal#### de capitalistes / d'actionnaires / blabla. Vite tous au vélo solaire, c'est ça l'avenir. Et surtout, SURTOUT, n'essayons rien de neuf (même en petite quantité), c'est trop dangereux !
Sérieusement, pour reprendre la formule de tous les messages ci-dessous (qui laissent perplexe quand à la multiplicité des auteurs), si la géothermie ou l'éolien ou le solaire était l'avenir... "Ca ferait longtemps que les USA auraient trouvé' (sic). Vive le passé, la peur et l'immobilisme ! /pitoyable
Réponse de le 07/04/2015 à 14:13 :
Pour info, l'Amérique du Nord couvre 1/4 de la production solaire photovoltaïque mondiale, l'Asie du sud-est caracole... Les EU ne misent pas tout sur les gaz de schiste bien au contraire ^^.
Réponse de le 07/04/2015 à 23:49 :
Effectivement cette aspiration à ne rien faire, ne rien essayer, ne rien expérimenter c'est vraiment affligeant. On en vient à croire que maîtriser son approvisionnement énergétique est une tare pour un pays, que produire quelque chose d'utile pour la société et donner de l'emploi est une injure à la citoyenneté ! Même l'idée d'essayer, de tester cette méthode est une hérésie. Ce ne sont plus des convictions mais du dogmatisme, au fond il ne s'agit pas de faire avancer le pays mais juste de ne prendre jamais aucun risque, surtout pas celui d'être mal vu par la bien-pensance verte et de critiquer tous ceux qui réussissent par la créativité et la volonté.
a écrit le 07/04/2015 à 13:27 :
Tant mieux

on verra dans 50 ans si on en a vraiment besoin.

Le pétrole actuel est encore achetable. Pas besoin de saccager nos campagnes pour lui.
Les lobbys sont prêts à tout mais quel intérêt général ? Aucun sauf les commissions sur les forages.
a écrit le 07/04/2015 à 13:05 :
Toute cette affaire est sabotée par les Khmers Verts (lâchés déjà sous Sarko-Borloo-Hulot).
Comme les OGM.
Mais, on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps.
a écrit le 07/04/2015 à 12:57 :
Parfait exemple du rapport caduque avant meme d'avoir ete publié puisqu'avec un un baril a 50$, le puist US ferment les uns apres les autres.
Ceci dit, comme aucun exploration n'a ete faite, on ne saura jamais quel potentiel regorge dans notre sol, si ce n'est la logique qui nous amene a penser que la geologie de la France n'est pas celle des USA et que les pollution sous-terraines risquent d'y etre une bombe a retardement autrement plus couteuse, voire aussi le petrole de roche-mere polonais qui a fait un flop.
a écrit le 07/04/2015 à 12:51 :
Rajouter à mon commentaire "Ca mettra fin à toutes les suppositions fumeuses, etc... "
Le plot d'essai doit se faire sous contrôle de l'Etat (ou de son bras armé, le BRGM par ex. qui est qualifié hydrogéologiquement parlant), des Bureaux d'étude indépendants style Sogreah ou Burgeap. Ce multiple contrôle évitera les parti-pris trop évidents.
a écrit le 07/04/2015 à 12:44 :
Par dogmatisme style EELV ou Ségolène (quelle bonne conscience!) et basse politique du PS mais aussi de l'UMP (voir le décret de 2011), on ne fait même pas un plot d'essai sur une nouvelle technologie. Comment peut-on savoir si ça fonctionne et si c'est risqué pour l'environnement ou pas si on n'essaie pas?.
Il faut bien choisir géologiquement parlant la zone où se fera ce plot d'essai, car plusieurs zones où sont identifiées de possibles ressources ne sont pas exemptes de risques pour les nappes phréatiques à cause de trous dans les zones argileuses supposées étanches.
C'est à ce moment-là qu'on pourra parler de réserves et pas avant; une réserve étant une ressource économique démontrée.
On verra à alors si les réserves sont insignifiantes ou réelles. Ca mettra à toutes les suppositions fumeuses style 30 ans de réserve, 200 000 emplois créés ou un boom économique, etc...
Réponse de le 07/04/2015 à 14:34 :
Pour savoir si c'est réellement dommageable pour l'environnement (en occultant de fait la combustion conséquente du pétrole produit), il faudrait plusieurs années de recul...
Réponse de le 07/04/2015 à 14:34 :
Pour savoir si c'est réellement dommageable pour l'environnement (en occultant de fait la combustion conséquente du pétrole produit), il faudrait plusieurs années de recul...
Réponse de le 10/04/2015 à 15:20 :
On les a, les années de recul, et en quantité suffisante pour constater les dégâts invraissemblables que cela fait. Des documentaires entiers ont été tournés aux USA. Renseignez-vous
a écrit le 07/04/2015 à 12:16 :
Le gouvernement ne souhaite pas développer la production de gaz sans doute sur influence des producteurs du Moyen-Orient. En effet, si l'on n'avait pas besoin de plus de gaz actuellement, pourquoi construire un nouveau gazoduc reliant le sud-est à Lyon ? Pour y écouler de l'eau chaude ?
a écrit le 07/04/2015 à 12:16 :
Allons y gaiement et disons 1000 milliards.
Redemandons aux agences USA (avec une grosse rétrocommission) et ils iront même jusqu'à 2000 milliards.
a écrit le 07/04/2015 à 11:54 :
comment dire que cela pourrait rapporter 100 milliard alors que l'on ne sait pas si nous avons du pétrole de schiste sous notre territoire Si ma tante en avez on l'appellerez mon oncle
Réponse de le 07/04/2015 à 12:47 :
D'accord avec vous. Voir mon commentaire
a écrit le 07/04/2015 à 11:52 :
En gros pour gagner quelques 100 malheureux milliards par an qui iront pour une bonne part dans les mains des actionnaires de Total il faudrait détruire les paysages et donc le secteur du tourisme qui lui pèse bien plus que 100 milliards et qui profite bien plus aux petites gens !
Elle a bien fait d'enterrer ce rapport la Ségolène.Félicitations !
Réponse de le 07/04/2015 à 13:07 :
100 malheureux milliards!
Bravo, vous venez de gagner le 1er prix de sottise.
Réponse de le 08/04/2015 à 1:37 :
C'est rien 100 milliards par an si on compare avec les dégâts potentiels du coté du tourisme ou simplement de la nature!
a écrit le 07/04/2015 à 11:28 :
L'opération enfumage a commencé ,les lobbies pétroliers ont bien travaillé.
Encore des chiffres farfelues se basant sur du vent.
Le prix du pétrole ne cesse de baisser, l'exemple des USA montre bien que les emplois crées sont minime, bien en dessous des promesses et surtout silence radio sur le coût environnementaux, sociales qui sont payés par les contribuables, a contrario les bénéfices iront directement dans les poches des actionnaires qui ne paieront pas d'impôts via holdings et autre montage financier.
Et c oublié que le gaz de schiste demande de grand espace, aux USA ce sont des zones quasi désertique et pourtant ça pose des problèmes environnementaux majeur et de santé à des personnes de plus en plus nbs à être malade.
Ca consome énormément de flotte.
Bref au lieu de se tourner vers le passé, peut être devrions nous nous tourner vers l'avenir. La Chine est entrain de prendre le leadership des énergies renouvellables
Réponse de le 07/04/2015 à 14:20 :
Quel sera le prix du pétrole dans 5 ans et dans 10 ans.? Je serais surpris qu'il reste au bas niveau actuel
Réponse de le 07/04/2015 à 15:51 :
même à 100 dollars le barril.... pas du tout certain qu'on y gagne quoique ce soit..... sans parler de la pollution....... qui sera la de toute manière.....

autant travailler et investir sur des stratégies énergétique complémentaires entre elles...... les solution uniques sont des leurres.....
a écrit le 07/04/2015 à 11:08 :
Ségolène Royal a raison : non au gaz de schiste. Nous ne voulons pas d'une France défigurée....
Réponse de le 07/04/2015 à 14:14 :
@laurence: je suis désolé mais dire non au gaz de schiste est aussi stupide que dire non à l atome ..ça veut rien dire
a écrit le 07/04/2015 à 11:05 :
La France ne veut pas du gaz de schiste, on ne veut pas d'un pays défiguré. Et s'il existait des méthodes "propres", ça fait longtemps que les pays qui l'extraient l'utiliseraient... L'exploitation est de moins en moins rentable. Il y a une réalité actuellement aux États-Unis : l'exploitation des gaz de schiste est de moins en moins rentable. Les grands groupes industriels qui avaient foncé tête baissée dans le secteur réfléchissent beaucoup plus aujourd'hui, échaudés par les importantes pertes engendrées par le forage et l'exploitation. En 2013, les grands groupes ont perdu des milliards de dollars, selon les analyses de plusieurs experts financiers et économiques. De plus, alors que l'abondance de la ressource avait fait baisser les prix dans les premières années du boom des gaz de schiste, la réalité est bien différente aujourd'hui. Les prix du gaz stagnent, voire augmentent ces derniers mois. Sans compter que l'opinion américaine est de plus en plus consciente, plusieurs sondages le montrent, des problèmes écologiques que pose la fracturation hydraulique, la méthode d'extraction tant décriée.
a écrit le 07/04/2015 à 11:03 :
Si une solution miracle existait ,ça se saurait depuis longtemps. En attendant il est urgent de ne pas jeter l'argent par les fenêtres et de bien gérer ce qu'on a sans compter sur le LOTO du gaz de schiste.
Réponse de le 07/04/2015 à 11:27 :
C'est vrai quoi !
On n'a pas besoin de tout cet argent, on n'a pas besoin de toutes ces ressources !
Vivons tranquillement et sagement comme ont su le faire tant de générations avant nous !
Le progrès est inutile et même néfaste;
Réponse de le 07/04/2015 à 15:59 :
"on n'a pas besoin de toutes ces ressources"
on parle dans le vide, voir les Polonais déçus. Les pièces d'or sont peut-être en ferraille. Comme dit quelqu'un, ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.
Occupons nous de gérer les déchets qu'on peut faire fermenter pour faire du gaz (en Suède, ils sont en avance sans chercher à creuser), si ça leur évite de générer du méthane libre à l'effet effet de serre démultiplié, il vaut mieux le capter et le valoriser (brûlé il est moins néfaste).
a écrit le 07/04/2015 à 10:23 :
Encore une idée bidon que le gouvernement voulait nous faire avaler de travers. Aux Etats-Unis les problèmes liés à la fracturation hydraulique (pollution des sources artésiennes, deséstabilization des camades géologiques, coût très élévée de l'exploitation…) sont les responsables pour la faillite de nombre d'entreprises du secteur. Il suffit que le prix du baril tombe à 60 dollars et l'exploitation de gaz ou de pétrole de schiste n'est plus rentable. Malgré tous ces risques très réels, la France voulait plonger la tête la première dans cettte aventure !! Mais il y a un détail révélateur : comme d'habitude, avant de lancer tout projet, si périlleux ou pas, nos dirigeants font toujours appel au mot magique : création d'emplois !!! comme si l'on y pourrait embaucher n'importe quelle spécialité de chômeurs dans un domaine tellement spécifique que la fracturation hydraulique!!! du fallacieux et c'est un soulagement que ce rapport reste bel et bien enterré, ce serait la fin pour ce qu'il nous reste encore de domaines écologiques.
Réponse de le 07/04/2015 à 11:07 :
Quelle idée bidon puisqu'aucune ne vous a été proposée. N'inventez pas les problèmes lorsqu'il n'y en a pas !
a écrit le 07/04/2015 à 10:14 :
Si tout le monde se met a faire la même chose, au même moment, alors que la demande est au plus bas, je ne vois pas l’intérêt! Mettre un chiffre sur une bêtise c'est vraiment stupide!
a écrit le 07/04/2015 à 10:06 :
On sait qu'aux Etats-Unis l'exploitation du gaz de schiste est rentable à partir de 95$ le baril (on est actuellement à 50$ et quelques). Compte tenu du coût du travail (main d'oeuvre + fiscalité) en France il faudrait facilement 20% de plus en France, disons 120$. Par ailleurs l'exploitation là-bas est facilement plus rentable qu'en France pour des raisons géologiques et sociologiques (c'est au milieu de nulle part). Enfin, le rapport est basé sur une nouvelle technologie pas du tout éprouvée, donc beaucoup plus coûteuse à mettre en oeuvre. Tout mis bout à bout, il faudrait un baril à environ 200$ pour que l'opération soit rentable et je ne parle même pas des dégâts pour l’environnement qui auront un coût également. Bref, il n'y a bien que les gogos qui vont prendre ce rapport au sérieux.
Réponse de le 07/04/2015 à 10:34 :
Le cout du travail en France etait 20% plus eleve quand le petrole etait a $95.
a écrit le 07/04/2015 à 10:01 :
"la technologie de stimulation au fluoropropane" stimulation, joli mot pour éviter de dire "fracturation". Mr de Margerie proposait même "caresser" si ça pouvait mieux passer dans les esprits. Fracturation, ça fait "violent" mais faut bien casser la roche, à l'eau, au fluoropropane, par arc électrique, autre....
Leur estimation est dans le vide,en Pologne, pourtant censé être bien pourvue, les entreprises s'en vont, déçues. Me semble que le Gvt Polonais avait même prévu les retours de richesse dans son budget, lui restera à augmenter les impôts pour compenser.
a écrit le 07/04/2015 à 9:58 :
Quand on a un président mou, forcément il n'en ressort jamais rien. Hollande a peur des mauvaises décisions, du coup il ne prend jamais de décisions et préfère que les choses passent comme elles sont.

Je ne suis ni pour ni contre l'essai de cette technologie vu que je n'ai pas lu ce qu'il y a dans le rapport et donc je ne connais pas les atouts et les défauts, cependant si le gaz de shiste c'est pas conseillé surtout avec le prix actuel du pétrole, il faut que la France trouve une solution pour devenir plus indépendante énergétiquement et ne pas être lié à ce qu'il se passe ailleurs dans le monde.
Les crise du pétrole avec des prix à la pompe à 1.50 E puis descend à 1.20 E puis ca remonte à presque 2.00 E, ca me gonfle. Ca change completement la manière de travailler et de vivre. Economiser pour le carburant ce weekend ou pas ? Je sais pas, les marchés sont fluctuants.
Avec une France semi-indépendante, déjà on aurait moins de soucis de variation du prix de l'énergie; Car le prix du pétrole impacte aussi notre gaz, notre élec et notre façon de se transporter. Les sites de covoiturages sont nés de ces crises intermittentes du pétrole, idem pour ceux des billets de train et d'avions.
Il est temps qu'Hollande choisisse enfin un chemin pour la France.
a écrit le 07/04/2015 à 9:57 :
Il devrait y avoir débat public alimenté par des gens compétents en la matière. Hollande a du penser que ce sujet pouvait lui compliquer sa vie politique. En revanche, aller faire des discours moralisateurs à chaque occasion pour se donner une image de père de la nation ( ha ha ha ! ), là il trouve le temps. Sa carrière dérisoire passe avant l'intérêt du pays.
Réponse de le 07/04/2015 à 10:38 :
Ce sont qui les gens compétents ? TF1 et ses "experts" ? Réfléchissez un peu si vous en avez la capacité : rentabilité à partir de 90$ le baril (gros minimum), prix actuel autour de 50-60$, risques pour l'environnement non maîtrisés et j'en passe. Donc Hollande a pris justement une décision courageuse car il aurait pu aller à la facilité en acceptant (création d'emplois, faire miroiter de nouvelles richesses, nier l'impact écolo, ...). Quant à sa carrière dérisoire, au moins lui, il aura essayé. Contrairement à son prédécesseur (ha ha ha !) qui a réussi l'exploit de détruire l'âme de ce pays et à fait preuve d'une rare incompétence, si ce n'est dans l'art de l'exploitation des médias.
Réponse de le 07/04/2015 à 10:59 :
L'intérêt du pays? Allez donc vendre vos actions Total et vous pourrez parler en toute objectivité de l'intérêt du pays...
a écrit le 07/04/2015 à 9:46 :
ça rapporterait surtout aux sociétés pétrolières qui ne sont pas réputées pour être les plus partageuses ni les plus citoeyennes. Il serait aussi intéressant de savoir combien cela couterait à la communauté sur le long terme en prenant en compte l'impact sur l’environnement. De plus, si on prend comme expérience ce qui s'est passé en Pologne, on peut voir que les réserves réelles sont souvent très loin des prévisions, réserves réellement exploitables moins de 10 ans, ce qui bien loin de ce qui se fait pour les champs pétroliers classiques.
Bref, il est facile de voir que ce rapport "enterré" (pour cause de non rentabilité et pour protéger les citoyens ?) a été très probablement ressorti par les lobbys concernés qui ne veulent pas lâcher leur gros gâteau.
a écrit le 07/04/2015 à 9:30 :
Avec un baril à 60$?! Je doute de la viabilité de cette technologie... Autant continuer le déploiement des EnR...
a écrit le 07/04/2015 à 9:17 :
L'écologie c'est faire de la politique autrement .... disaient-ils ...
Réponse de le 07/04/2015 à 13:54 :
Le pseudo "astrologue" aurait été beaucoup plus approprié...
a écrit le 07/04/2015 à 9:04 :
Oui mais une entreprise créatrice d'emplois n'est pas une bonne chose pour le socialisme ... Donc on dit non et on laisse le peuple dans la pauvreté... Socialisme quand tu nous tiens ...
Réponse de le 07/04/2015 à 10:04 :
Aux USA, un emploi par puits, jusqu'à sa fin de rendement.
Creusons 1 000 000 trous (à un million de $ le trou). Sais pas si l'Etat a autant d'argent.
Pourquoi ne parlent-ils pas du prix final au robinet ? Ça ferait repoussoir ? Ou "on n'en sait rien" (saut dans le vide).
a écrit le 07/04/2015 à 9:03 :
Oui mais une entreprise créatrice d'emplois n'est pas une bonne chose pour le socialisme ... Donc on dit non et on laisse le peuple dans la pauvreté... Socialisme quand tu nous tiens ...
a écrit le 07/04/2015 à 8:58 :
Y'a un nouveau rapport qui va sortir, le gaz de schiste en fait c'est 200 000 milliards d'euros et 115 millions d'emploi en France, avec la technique du fluoro-merchurochrome-méthamphétamine. Le mercurochrome est là pour panser les bobos de la terre après la fracturation et la métamphétamine c'est pour pouvoir croire au rapport. Révolutionnaire. Sarkozy hurle au scandale d'état.
Réponse de le 07/04/2015 à 9:28 :
C'est tellement ça...
Réponse de le 07/04/2015 à 16:06 :
Là, ça devient vraiment intéressant, m'en reste du mercurochrome...
Nous allons devenir les rois du gaz et inonder l'Europe. Vite un cassoulet. :-)
Dans leur estimation, c'est le "au moins" qui me perturbe. Ils garantissent le seuil inférieur ? 200 garantis ? La GB devrait se lancer, (en Allemagne, c'est boqué, me semble) on verra si c'est mieux que les projets déçus de la Pologne. Ils vont sans doute utiliser le fluoropropane, pour moins salir leur sous-sol et nappes phréatiques d'ici un certain nombre d'années, décennies, siècles. (?).
a écrit le 07/04/2015 à 8:56 :
Encore une opération de lobbying des pétroliers !
Non, cette technique n'est pas la panacée, loin s'en faut. Et pour une fois, Hollande (dont je ne suis pas fan) a été sage et clairvoyant.
Quelque soit la technique, la grande capacité de pollution de ces hydrocarbures, lors de l'extraction, tient à la nature du gaz de schiste.
Cette technique n'est absolument pas éprouvée, ni même testée. C'est juste une idée fumeuse... sur le papier.
À ré-enterrer d'urgence !!!
Réponse de le 07/04/2015 à 13:11 :
La propagande du lobby verts craque de partout.
a écrit le 07/04/2015 à 8:55 :
A quand un Ministre de l'écologie responsable et capable de comprendre les nouvelles possibilités technologiques ...
Réponse de le 07/04/2015 à 9:58 :
A quand la capacité des lecteurs et des électeurs à aller plus loin qu'un titre aguichant dans un article de presse ? On ne dit rien quant au niveau de développement de cette "nouvelle" technologie (3 chercheurs dans un labo ou réelle campagne de tests?), sa compétitivité (prix du baril nécessaire?), les hypothèses retenues quant aux réserves françaises etc.. Vous pensez vraiment que c'est un rapport de 67p qui va révolutionner l'industrie des hydrocarbures en France? Que si cette solution miracle existait les USA continueraient à flinguer leur sous sol à coup de fracture hydraulique par habitude ou sadisme?
Réponse de le 07/04/2015 à 10:06 :
Vous consommez beaucoup de gaz chaque année ? Si vous baissez la température d'un degré, ça vous en fera déjà économiser un peu. Je chauffe à 18°C chez moi, ma facture me dit "merci", et suis plus nom plus chez GDF, petite remise.
Réponse de le 07/04/2015 à 13:26 :
Bonjour

Je pense que les commentaires sont comme la politique de notre pays pas de risque et surtout on gère la pauvreté ...je ne comprends pas qu'on essaye même pas de voir et trouver des technologie propre pour y arriver ...
Je ne suis pas de ceux qui disent non ça va polluer, non pas de changement, non pas l 'économie , non pas l'entreprise, non pas les actionnaires ..non pas les fonctionnaires etc...........les non pas il y en pleins;;;...mais souvent se sont des gens qui ont une vie confortable ..et qui ne pensent pas aux autres ....
Politicards .....réfléxions de politicards ....
Réponse de le 07/04/2015 à 13:39 :
@trunk: Gardez votre pseudo suffisance pour vous quand quelqu'un ne partage pas votre avis. "Vous pensez vraiment que c'est un rapport de 67p qui va révolutionner l'industrie des hydrocarbures en France". Et bien ça peut. Vous savez qu'en maths, de simples formules ont changé la face du mode ? Comme vous dites, à quand la capacité des lecteurs à aller plus loin... Enfin, "si cette solution miracle existait les USA continueraient à flinguer leur sous sol" sauf qu'il n'y a pas que les USA à faire des avancées technologiques, et ils ne défigurent pas leur sous sol (une infime partie); Qui raccole en fait, ceux qui parle d'avancées possibles ou ceux comme vous qui vivent dans le passé et la peur qu'on puisse évoluer / penser / faire différement d'eux, hmm ?
Réponse de le 07/04/2015 à 14:57 :
Je suis spécialiste international dans la fracturation:je peux vous confirmer que le potentiel est énorme surtout si le prix du pétrole remonte,ce qui est l'avis de la plus part des spécialistes.Bob Semens
Réponse de le 07/04/2015 à 16:05 :
si le potentiel était aussi énorme et viable économiquement, il serait déjà employé.... hors il ne l'est pas.... sans parler de risques de pollution.....
Réponse de le 11/04/2015 à 1:17 :
2 fois que je réponds, et que mon commentaire est non publié... le lobbie des hydrocarbures est peut être encore plus puissant que je le pensais!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :