Gaz de schiste : le débat n'est pas clos au Parti socialiste

 |   |  840  mots
Site d'exploitation de pétrole de schiste à Monterey, en Californie. Copyright Reuters
Site d'exploitation de pétrole de schiste à Monterey, en Californie. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Je suis socialiste et je tombe un peu de l'armoire quand j'entends (Jean-Marc) Ayrault et (François) Hollande s'engouffrer dans un discours environnementaliste anti-industriel", a expliqué le député socialiste du Nord, Christian Bataille. Il a rappelé que nous étions "au pays de Descartes, au pays de la science éclairée". François Hollande a exclut dimanche toute exploration du gaz de schiste pendant sa présidence.

Le député socialiste du Nord, Christian Bataille, a estimé lundi "inouï" que le pays vive sur des "interdits de faire des expériences" en matière de gaz de schiste, déclarant "tomber de l'armoire" après les déclarations de l'exécutif sur le sujet. "Nous sommes au pays de Descartes, au pays de la science éclairée. Il est quand même inouï que l'on vive aujourd'hui sur des interdits de faire des expériences, des recherches sur les énergies qui peuvent être (contenues) dans le sous-sol", a souligné sur Europe 1 le député, spécialisé dans les questions de l'énergie.

"Je suis socialiste et je tombe un peu de l'armoire quand j'entends (Jean-Marc) Ayrault et (François) Hollande s'engouffrer dans un discours environnementaliste anti-industriel. Et on ne peut pas avoir d'industrie sans énergie", a-t-il ajouté. "On ne peut pas continuer à vivre politiquement avec un discours édénique des gens qui pensent que la France verte de demain peut être une France sans industrie", a-t-il poursuivi. Christian Bataille est vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

Hollande exclut toute exploration du gaz de schiste

Ses propos interviennent à la suite des mises au point de l'exécutif sur le gaz de schiste, suscitées par les déclarations du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui s'est déclaré, à titre personnel, favorable à une exploitation "écologique" des gaz de schiste par une compagnie publique. Suite à ces propos, Jean-Marc Ayrault a assuré qu'il était "exclu d'exploiter des gaz de schiste en France" et que "cette position serait évidemment maintenue". Sur ce dossier comme sur d'autres, a-t-il ajouté, "il n'y a qu'une politique au gouvernement".

Le président Hollande a abondé dimanche lors de l'interview traditionnel du Chef de l'Etat le 14 juillet, en excluant toute exploration du gaz de schiste pendant sa présidence. "Tant que je suis président, il n'y aura pas d'exploration de gaz de schiste", a asséné François Hollande lors de l'entretien accordé à TF1 et France 2 à l'occasion de la fête nationale. "C'est quoi le gaz de schiste ? C'est un eldorado, là, qu'il suffirait de creuser", a ironisé le chef de l'État. Une loi de 2011 "interdit l'exploration du gaz de schiste sur la méthode de la fracturation hydraulique", qui présente des "risques" pour les nappes phréatiques "selon les techniques d'aujourd'hui", a-t-il rappelé. "On en voit un certain nombre de conséquences aux États-Unis".

Mettre fin à l'ambiguïté

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait déjà assuré jeudi qu'il était "exclu d'exploiter des gaz de schiste aujourd'hui en France", des propos visant à rassurer les écologistes et à recadrer son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui avait évoqué mardi la perspective d'une exploitation "écologique" des gaz de schiste. L'engagement du chef de l'État semble ainsi mettre fin à une ambiguïté qui accompagne les gouvernements successifs depuis deux ans, entourant les techniques d'extraction de cette resssource.

François Hollande avait annoncé en septembre l'annulation de sept demandes de permis soupçonnés de viser ces hydrocarbures. Mais deux mois plus tard, il avait rappelé que la recherche de techniques de forage alternatives continuait et qu'il "prendr(ait) ses responsabilités" si une nouvelle technologie apparaissait. Cette "ambiguïté permanente", pointée par l'ex-ministre de l'Écologie Delphine Batho, donnait des gages à tous ceux qui estimaient que la France n'avait pas les moyens de se passer des gaz de schiste.

Les écologistes satisfaits

Les propos tenus dimanche par François Hollande ont immédiatement été salués par les défenseurs de l'environnement. "On est satisfait qu'il ferme la porte à l'exploration et à l'exploitation du gaz de schiste, quelle que soit la technique d'extraction", a expliqué à l'AFP Anne Valette, chargée des questions climat à Greenpeace. François Hollande "semble avoir compris que l'enjeu derrière le schiste est avant tout un enjeu climatique, au-delà de la technique d'extraction", a-t-elle ajouté. "C'est une très bonne nouvelle de voir que le président de la République réaffirme son attachement à une loi qui interdit l'exploration du gaz de schiste", a déclaré à l'AFP le porte-parole de France Nature Environnement (FNE), Benoît Hartmann.

En juillet 2011, au terme de plusieurs mois de mobilisation dans toute la France, le Parlement avait adopté la loi Jacob interdisant la fracturation hydraulique, seule utilisée aujourd'hui pour aller chercher les gaz et pétrole de schiste. Or, cette loi interdit de fait la recherche de ces hydrocarbures mais ne ferme aucunement la porte à une exploitation future avec d'autres techniques. "C'est une excellente nouvelle", a dit à l'AFP la présidente du WWF (Fonds mondial pour la nature) France, Isabelle Autissier. "On était inquiet, on sentait qu'il y avait des pressions", a-t-elle poursuivi. Pour le président de l'Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), Pierre Athanaze, "on ne peut que saluer la détermination du président de la République". "Dans les Cévennes, où avaient été autorisées les premières explorations, il y a des villages absolument partout", a-t-il rappelé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2013 à 16:50 :
Docteur Hollande ne veut pas du gaz de schiste mais Mister H, si. C'est le casse-tête. Comment faire passer le gaz de schiste malgré le désaccord massif et justifié de la population? En désinformant, en brouillant les pistes, en utilisant l'effet de surprise. Par exemple, le 14 juillet, annonce officielle "il n'y aura pas d'explorations de gaz de schiste" et pendant ce temps, installation de la foreuse à Jouar.
a écrit le 16/07/2013 à 16:35 :
Non élu par des monar schistes, François Hollande n'est pas maso schiste et ne veut pas affronter les anar schistes écolo schistes. Mais quand meme....Go schiste
a écrit le 16/07/2013 à 15:24 :
Le régime général des retraites va connaître un lifting cet automne. Il va falloir trouver une solution pour le rééquilibrer financièrement, alors même que la population retraitée va augmenter. En France, depuis la réforme Balladur de 1993, les pensions sont uniquement indexées sur l'inflation. Dans d'autres pays, le niveau de la croissance économique est pris en compte lors de la fixation du montant de ces pensions. C'est une façon de mettre salariés et retraités dans un même bateau. Une piste de réforme ?avec l'énergie pour financer les retraites pourquoi pas, ainsi que ceux qui échappent à l'impôt..
a écrit le 16/07/2013 à 15:16 :
Je travaille au ministère de l'écologie, faut quand savoir que le gaz de schiste, également appelé gaz de roche-mère (en anglais shale gas), est un gaz naturel contenu dans des roches marneuses ou argileuses riches en matières organiques, roches qui peuvent avoir une structure litée de schiste -. Ce gaz naturel, qui peut faire l'objet d'une exploitation, a pour particularité d'être resté piégé dans les porosités de la roche imperméable où il s'est formé. Cette imperméabilité est due aux argiles. Il est donc nécessaire de fracturer la roche pour pouvoir le récupérer.

On compte 688 gisements de gaz de schiste dans 142 régions pétrolifères dans le monde.

Il joue un rôle croissant dans le bouquet énergétique des États-Unis, depuis le début du XXIe siècle. Son développement est sous-tendu en Chine par de fortes subventions , et aux États-Unis par la législation américaine, qui permet au propriétaire du sol d'exploiter les ressources géologiques du sous-sol, contrairement à la législation française.

Le potentiel gazier des schistes intéresse aussi plusieurs gouvernements en Europe et en Asie, ainsi que ceux du Canada et d'Australie. Divers analystes s'attendent aussi à ce que le gaz de schiste puisse accroître considérablement les approvisionnements énergétiques mondiaux.L'augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada pourrait contribuer à empêcher la Russie, le Qatar et l'Iran de dicter des prix plus élevés pour le gaz qu'ils exportent vers l'Europe.

Toutefois, les risques sismiques et les problèmes environnementaux constatés, notamment la pollution de l'air et de l'eau, entraînent une forte défiance de l'opinion publique et de certains gouvernements vis-à-vis de cette ressource. Du fait de ces intérêts antagonistes, le sujet fait l'objet de controverses, ainsi que d'un lobbying de la part des différentes parties, tels que les exploitants potentiels ou les écologistes. Mais la migration d'une fraction des gaz vers les nouvelles fractures (failles naturelles ou créées) constitue le principal risque, du fait de la nature géologique du schiste. L'exploitation commerciale ne représente que 20 % du volume de gaz impliqué dans le processus- Or, les puits obturés en fin d?exploitation auront une durée de vie technique bien supérieure à la durée d'exploitation ; il faudra alors avoir, dans ce contexte, un mode de gestion qui est totalement à revoir et ne peut absolument pas être celui des puits abandonnés antérieurement dans le contexte de gisements classiques (conventionnels).
a écrit le 16/07/2013 à 14:14 :
Comme disent les amateurs de pelote au Pays Basque : "et le schiste erra "
a écrit le 16/07/2013 à 12:50 :
Christian tu te trompes de Bataille et tu n'as pas bien compris Descartes qui disait :"je pense donc je suis" . Eh oui il faut penser avant d'agir n'importe comment ,avant de privilégier une technique polluante et non maîtrisée ! Il est vrai que faire des centaines de trous de forage dans le nord de la France c'est pas très grave vu le climat et le paysage (pas de problème tourist'chique ) mais imagine que l'on pourrait faire autrement (énergies renouvelables par exemple)...
Réponse de le 16/07/2013 à 13:18 :
C'est même encore pire que çà : il n'a pas compris que le 1ier problème des industrie, ce n'est pas l'énergie, mais la taxation, la lourdeur administrative etc ... Encore un qui est prêt à partir à la guerre de 40 en étant parfaitement prêt ... pour celle de 1870 !
Réponse de le 16/07/2013 à 14:34 :
le choix n'est pas entre le gaz de schiste et les energies renouvelables ! Mais entre Nucléaire et gaz de schiste .Car les energies renouvelables resteront toujours un appoint certes utile mais limité .On ne fera pas tourner d'Eolienne dans les pays peu ventés et on ne fera jamais marcher le photovoltaique les jours de pluie ou la nuit .Contentons nous déjà de l'éolien fonctionnant 25% du temps et du Photovoltaique 10% du temps
Réponse de le 16/07/2013 à 15:10 :
En mettant suffisamment d'éoliennes et de production photovoltaïque, on peut remplacer tout le parc nucléaire. C'est une question de moyens !
Réponse de le 20/07/2013 à 11:00 :
@Ecolo, bien sûr, quand on aura recouvert la France, je pense qu'on pourra commencer à arrêter des réacteurs.
a écrit le 16/07/2013 à 12:30 :
Ce n'est pas clos au parti socialiste, comme pour tout partie européiste qui veulent une relance de façade! Mais cela ne pourra jamais durer car la compétitivité sera toujours présente pour tout l monde! Statue-quo
a écrit le 16/07/2013 à 11:18 :
la France doit passer nécessairement au pétrole et gaz de schiste. Ne pas le faire est grave. les mines de charbon à la fin du 19 ième siècle ont sauvé la France et enrichi l'ensemble des français qui sont passés à de la misère noire à l'ouverture de la gigantesque progression économique et sociale de notre pays. ça suffit les lobbies. le pays doit avancer dans l'intelligence, la prospective, les perspectives et le progrès économique et social.
Réponse de le 16/07/2013 à 12:04 :
Je suis plutot d'accord. Nous allons donc organiser deux groupes de français. Ceux qui sont pour sont priés de déménager dans les zones gazières, et les autres dans les autres non gazières, agricoles et propres. Les premiers troqueront leur gaz contre de la nourriture et de l'eau pour boire et se laver aux seconds. Ca marche ?
Réponse de le 16/07/2013 à 13:12 :
@ Dakor tu te chauffes avec quoi ? tu roules avec quoi ? tu téléphones avec quoi ? tu filtres l'eau avec quoi? tu habites à l'Est ou à l'Ouest d'une ville car selon les vents dominants d'ouest, tu es avantagé ou pas ? en montagne ou sur la côte?, en ville ou à la campagne ? d'où provient l'eau ?, comment est-elle canalisée et acheminée ? est-elle filtrée ?, comment arrive t-elle sur ton évier?comment chauffes-tu ta douche ? es-tu prêt à retourner te laver dans un baquet et seulement en été car l'eau chauffait au soleil dans les jardins quand on en avait un? ça marche? tu veux le progrès ? alors tu dois en payer le prix .certes pas n'importe quel prix car un encadrement sera IMPERATIVEMENT nécessaire mais refuser l'énergie impose que tu renonces à tout ton petit confort d'aujourd'hui que le pays a acquis durement au détriment de nos prédécesseurs. il n'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.Hollande est en panne de vision sur ce problème majeur qu'est l'énergie. il est déconnecté de la réalité ou trop préoccupé pour sa réélection .Nos vies sont faites de mouvement et de mobilité. rien ne nous empêche de faire avancer nos projets de vie ni de varier nos chemins de vie. rester campé et figé est nocif.
a écrit le 16/07/2013 à 10:52 :
Faut faire une prière: Au nom du Père, du Schiste et du Saint-Esprit..Amen
Réponse de le 16/07/2013 à 11:26 :
@ burnouf , voilà une prière qu'elle est excellente vous aurait dit Coluche
a écrit le 16/07/2013 à 8:48 :
"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme...mais pas du portefeuille". Nul doute que les tenants des gaz de schistes, les pétroliers et les entreprises qui gravitent autour reviendront à la charge.L'odeur du pétrole est très forte, et c'est une malédiction.
Réponse de le 16/07/2013 à 10:20 :
Sans parler de tous ceux qui s'enrichissent ,avec l'éolien ,le photo voltaique, ou l' hyper polluante biomasse, sur le dos du contribuable! en profitant d'un cout de rachat délirément élevé
Réponse de le 16/07/2013 à 15:13 :
L'industrie agricole en profite bien avec les redevances pylônes et les subventions bio-masse : belle affaire que toute cette pétaudière !
Réponse de le 16/07/2013 à 15:15 :
Entre les artisans agricoles qui ne produisent rien et vivent de subventions et l'industrie agricole qui produit beaucoup et profite largement des subventions, il faudrait jeter un coup d'oeil intelligent sur le monde rural...
a écrit le 16/07/2013 à 2:03 :
Complètement absurde le gaz de schiste sous forme combustible en France. Polluant air, eaux, sols, gaz à effet de serre supérieurs à ceux du mazout ou du charbon, peu rentable, risqué, disposant d'applications à bien plus hautes valeurs ajoutées qui pourraient être bien plus rentables et utiles le cas échéant si nécessaire dans le futur (engrais, plastiques, pvc, pharmacie, chimie etc et sous formes souvent recyclables). Christian Bataille est complètement en retard sur ce sujet avec une vision passéiste. Il ferait mieux de s'intéresser au solaire appliqué entre autres à l'automobile et à certains transports, c'est un secteur d'avenir très important et très efficient avec bien plus d'impacts favorables sur les importations d'énergies fossiles, la pollution et la baisse du prix de l'énergie. Ce n'est pas pour rien que plus de 47 universités de pointe y travaillent parmi d'autres dans le monde tout comme Toyota, Kyocera, Solarworld, Corning et d'autres et çà marche très bien.
a écrit le 16/07/2013 à 0:01 :
Au cas peu probable où on fermerait peu à peu nos centrales nucléaires , il fadrait effectivement utiliser massivement le gaz de schiste Et je crois que ,dan ce cas Montebourg a raison ,il faut nationaliser cette exploitation afin qu'elle puisse être controlée par les citoyens
Ceci ,bien sûr au delà des energies renouvelables qui bon ,mal an nous apporteront quelques 10% de nos besoins et des quelques pour cents d'économies d'énergie.
Il faut à mon sens préférer une exploitation de gaz de schiste controlée à un biomasse ravageuse qui va faire déforester les forets mondiales sans jamais les replanter
Ceci étant un nucléaire sûr et bien controlé me parait ,pour l'instant la meilleure solution
a écrit le 15/07/2013 à 23:57 :
Remarquons que la fracturation politique n'est pas interdite au PS...
Réponse de le 16/07/2013 à 15:16 :
Le PS est un parti en perpétuelle ébullition dont on découvre après coup où il allait... parce que souvent, il ne le sait même pas lui-même (cf flanby)...
a écrit le 15/07/2013 à 23:15 :
pour la recherhe dans le jardin résevez vos places sur le le mail below
a plus avec les pioches et les sandwichs

cbataille@assemblee-nationale.fr
a écrit le 15/07/2013 à 23:04 :
oui je suis pour dans le jardin de Christian Bataille ou de sa famille
et je propose de créer un apero gatuit pour le forage dans son jardin tout est autorisé pour faire jaillir le nectar
a écrit le 15/07/2013 à 22:01 :
"discours environnementaliste anti-industriel" OKAY donc le développement ou le sauvetage de l'industrie a l e droit de saccager l'environnement !!!! Nos petits enfants auront le droit d'aller pisser sur nos tombes quand la mortalité par cancer sera de trente ans en moyenne.... Nous d'abord les autres au diable...cela va nous coûter très très cher
a écrit le 15/07/2013 à 19:38 :
Franchement, je vois mal un pays pas très étendu, plutôt densément peuplé, qui joue à fond la carte du tourisme et de l'agriculture, comme la France, jouer avec la fracturation hydraulique pour un peu de gaz. Il y a plein d'éléments chimiques peu sympathiques dans le sous-sol, outre ceux que les exploitants pourraient y injecter. En outre il faudrait faire subir une pression terrible aux infrastructures pour permettre d'acheminer les éléments nécessaires à cette exploitation, ce qui a un coût (spécialement pour un pays incapable d'entretenir même son réseau ferré). Un pays touristique peut-il se permettre d'installer une plateforme de forage tous les kilomètres? Pour ce qui est du saccage du territoire, la masse des déchets faiblement radio-actif, le lisier de cochon, le remembrement agraire, l'uniformisation architecturale et les pesticides sont déjà là pour cela.d'entretenir même son réseau ferré...). Jouer avec la qualité de l'eau potable, avec celle de l'eau d'irrigation, est-ce raisonnable? La France pourrait économiser sur ses importations de gaz...en isolant (enfin...) ses bâtiments. Sans risques.
a écrit le 15/07/2013 à 18:40 :
Cette annonce est une concession qui va permettre à Hollande de calmer les élus et ministres écolos qui n'auront plus que la grosse couleuvre du nucléaire à avaler en douceur. Fessenheim qui sera prolongé de 10 ans comme la majorité des centrales, ne fermera pas avant la fin du quinquenat 12/17.
a écrit le 15/07/2013 à 18:12 :
À lire tous les coms, je trouve navrant que les gens se préoccupent si peu de la nature en général. Il faut savoir faire des concessions, tout saccager pour quelques années hypothétiques d'énergie à bon coût (et je dis bien hypothétique) est-ce vraiment valable vu tous les risques à côté ?

Comment ne pas s'étonner que les pays ont tant de mal à prendre soin de la nature lorsque les gens eux-même ne pensent qu'à leur petite personne !

Elle va être belle la planète que vous laisserez à vos descendants. Et non je ne suis pas d'Europe Écologie, mais j'aime à croire que l'on peut plutôt penser à une énergie le plus propre possible, afin de préserver la nature et ne pas laisser une planète saccagée aux générations future (même si ce ne sont pas mes enfants ou petits enfants, il faut voir plus loin que le bout de son nez).

Et quand je vois ceux qui parlent des OGM, tiens parlons en des OGM, de ces céréales génétiquement modifiées pour être plus résistantes aux insectes, et qui de fait sont une des causes du déclin des abeilles. Vous irez certainement polliniser vous même une fois qu'elle ne seront plus là ?
a écrit le 15/07/2013 à 18:07 :
Le problème ce n'est pas le débat sur le gaz de schiste mais sur l'incompétence de nos dirigeants.
a écrit le 15/07/2013 à 17:58 :
Le debat est clos! non au saccage de la france pour qu'une poignee d'ultra liberaux s'en mettent encore plein les poches!
a écrit le 15/07/2013 à 17:45 :
.......et pas Descartes ! Il n'a qu'a constater les degats environnementaux aux USA pour comprendre que ce n'est pas en martyrisant notre beau pays que l'on va s'en sortir !!! Les energies renouvelables , je dis oui mais pas celle la . L'eolien , aerien ou maritime , le solaire , etc , etc ...nous nous sommes deja suffisamment empoisonnés avec les énergies fossiles ! Pourquoi recommencer avec la polution a terme des nappes phréatiques et le nucléaire n'en parlons pas !!! Fukushima et tchernobyl en sont les preuves . De toutes façon les députés socialistes sont comme les Dieux , ils sont tombés sur la tete . On ne m'y reprendra plus.
Réponse de le 15/07/2013 à 18:00 :
Et l'éolien ne défigure pas les paysages...
Réponse de le 15/07/2013 à 18:15 :
@ Achille: donc il vaut mieux boire de l'eau contaminer, saccager les sous-sol et j'en passe ?

À choisir il vaut encore mieux un paysage défigurer comme vous dites (et c'est votre point de vue car moi elles ne me gênent pas), que les risques du gaz de shiste, qui si eux ne se voient pas, sont bien pire !
Réponse de le 15/07/2013 à 18:25 :
Elles ne vous gênent pas parce que vous n'en avez pas devant les yeux tous les jours, n'est-ce pas ?
Réponse de le 16/07/2013 à 9:37 :
Même si les éoliennes géantes sont une aberration visuelle et une tentative de concentration d'une énergie par nature diffuse, elles sont tout de même nettement moins polluantes pour le présent et pour l'avenir que la fracturation chimique (parce qu'il faut cesser de l'appeler hydraulique, vu tout ce que l'on met dedans...)
a écrit le 15/07/2013 à 17:16 :
le débat est l'unique raison d'être du PS . Exemple où les crânes d' ?uf d' énarques se contorsionnent les neurones :
De la décision "historique" à la mesure "excessive" : comment Moscovici a changé d'avis sur l'ex-taxe Tobin . Après s' être emballé sur le secours à la misère du monde voilà le pouvoir debout sur les freins à Bruxelles ... des dizaines de milliers d' emplois menacés directement par cette taxe !
a écrit le 15/07/2013 à 17:03 :
Ce pauvre Hollande est tellement mal en point au bout de 12 mois, qu' il doit donner des gages aux Verts et à l' extrême gauche, en ne voulant pas faire de recherche sur le gaz de schiste, quitte à s' interdire de créer des emplois dans cette extraction et à rendre le pays moins dépendant du pétrole des pays arabes : ce type est misérable et de plus pas à la hauteur des enjeux du pays, il n' a pas les qualités requises pour ce poste...et dans le privé il aurait déjà été viré au bout de 6 mois.
a écrit le 15/07/2013 à 16:47 :
Gaz de schiste, OGM, énergie nucléaire : sont des mots interdits, tabous. C'est le retour de l'obscurantisme et la chasse aux sorcières. On pourrait changer simplement l'image en parlant de gaz de schiste vert, d'OGM naturels, d'énergie nucléaire durable ...de toutes façons, personne n'y comprend rien, seuls les mots et leur connotation importent. C'est la société du marketing.
Réponse de le 15/07/2013 à 23:24 :
allons fracturer chez vous et si il il y a du gaz vous aurez tout l'argent par contre si il y a un problème aucune indemnité ne vous sera versée avec interdiction de réclamation .are you agree???
nous sommes ok
a écrit le 15/07/2013 à 16:44 :
Association pour la protection des animaux sauvages : ce sont eux qui font la pluie et le beau temps. Les bobos socialistes pourront aller vivre dans les cavernes.
Réponse de le 15/07/2013 à 18:01 :
Je ne suis pas à proprement parler pour les écolos, mais pour ce qui est des gaz de shiste, je suis contre. Tout le monde croit que c'est l'eldorado, mais on oublie un peu vite que d'une, la France n'a rien à voir avec les Etats-Unis, de deux, que les estimations faites sont complètement fantaisistes.

Il n'y a qu'à prendre un cas concret, la Pologne, à qui l'ont promettait monts et merveilles avec le gaz de shiste, aujourd'hui ce n'est toujours pas rentable pour eux de l'extraire, la bonne affaire quoi.

Sans compter que l'on risque fortement de contaminer les nappes phréatiques, qui qu'en disent les entreprises qui elles ne pensent qu'à l'hypothétique magot et se contrefichent de la santé publique. Alors franchement c'est l'un des rares points sur lequel je félicite le président. Puis de toute façon, vouloir passer en force sur ce sujet engendrera de grosses manifestations, de la part des gens qui seront directement touchés et qui pense un minimum à préserver notre monde.
a écrit le 15/07/2013 à 14:40 :
Tant qu'on peut s'en passer du gaz du schiste, il vaut mieux ! Les Etats-Unis ont la chance de disposer d'un territoire très étendu qui leur permet de limiter les effets sur les populations, sans trop abîmer le pays. Ce n'est pas le cas en Europe.
Réponse de le 15/07/2013 à 18:00 :
Allez vous promener dans l?extrême nord du Texas, ca vaut le détour en matière de ravage généralisé... Le pétrole avait amorcé l'affaire, mais ce n'était rien a coté du fracking :-)
a écrit le 15/07/2013 à 14:35 :
Un jour OUI, un jour NON ! Toujours pas de cap clair...
Réponse de le 15/07/2013 à 17:36 :
C'est la politique des socialos Christian bataille se dit socialiste il est aussi nul que son chef, il se fait une page de pub et il est aussi incompétent que les autres. Vivement les élections pour qu'il fasse parti du voyage. On voit son département comme il le dit si bien il n'est pas très éclairé sa sortie minable ne nous fera pas voter pour lui. S'il était courageux qu'il démissionne ce souffleur de vent
a écrit le 15/07/2013 à 14:09 :
Quand la connerie est au pouvoir... Se priver de ressources permettant au pays de sortir du marasme dans lequel il se trouve, tout cela pour satisfaire une frange d'écolo bobos, largement minoritaires, est tout simplement consternant... et va faire que nous continuerons de payer plus d'impôts, nos dirigeants étant incapables de mettre fin à la gabegie publique!
Je ne dit certes pas qu'il faut faire tout et n'importe quoi, mais étudier des solutions ayant une incidence écologique la plus limitée permettant de rendre la France énergiquement moins dépendante a du sens.

Fermer la porte à l'innovation pour des raisons dogmatiques est tout simplement stupide...
Réponse de le 15/07/2013 à 15:45 :
On est le pays de Descartes. Certes. Mais ça c'est le passé. Maintenant, on est le pays de flanby, le manchot capitaine de pédalo... et ça, c'est bien notre présent !
Réponse de le 15/07/2013 à 16:36 :
Il faudrait faire un référendum ? Avec acceptation éclairée des dégâts s'il y en avait (pas se plaindre ensuite des aléas, "allez plutôt chez le voisin !"), un vote éclairé,le pour, le contre, bien explicités. Mais ils sont là pour connaitre le "bien" général à notre place, sinon, pourquoi les élit-on ?
Et également, savoir si le gaz extrait était cher à extraire, plus cher que celui des tuyaux venus de l'étranger. Made in France donc privilégié, ça éviterait au moins des fuites de devises. D'aucuns disent que c'est le pétrole de schiste qu'il faut privilégier, vu le cours mondial, 100$/baril, voire plus, encore plus, toujours plus si demande soutenue.
a écrit le 15/07/2013 à 14:04 :
Il ne faut pas dire non, et faire des expérimentations rapide, nous ne pouvons pas laisser d autres puissances avoir l autonomie énergétique sans y être ! C est comme les OGM oui par précaution mais nou devons faire des études aussi sans prendre de risques !
Nous pouvons pas écarter la possibilité d une nelle révolution industrielle sans que la France soit dans le dernier wagon ! l Europe ralentit les européens mais nous allons comprendre un jour que nous avons le meilleur continent et que le problème est uniquement le Fédéralisme !

a écrit le 15/07/2013 à 14:00 :
Beaucoup de dogmatisme et de la politique dans cette décision pour plaire aux écolos. On pourrait au minimum essayer de mettre au point une méthodologie moins destructrice que la fracturation hydraulique et faire un état des lieux (avoir une meilleure estimation des ressources; pour l'instant, c'est à peine du calcul de coin de table, faits par des américains sur on ne sait quelle base). Le gvt d'avant n'avait pas fait mieux dans ce domaine, pour ne pas perdre les élections qu'ils ont finalement perdues. Conclusion, nos politiques ceux d'avant comme les actuels sont médiocres. J'ai quand même l'impression qu'on prend des décisions importantes sans avoir bien pesé le + et le - (pour l'instant on a d'ailleurs plus pesé le - que le +). Le dogme (ou le mandarin de l'education nationale) dit que "...", donc c'est la vérité. Bien triste tout ça
a écrit le 15/07/2013 à 13:27 :
C'est surtout un problème d'opinion publique:comment les Français réagiraient-ils si on leur demandait de payer plus cher leur énergie pour financer les retraites?Qu'en pensez-vous?
a écrit le 15/07/2013 à 12:45 :
En effet, drôle d'impression de sentir le PS influencé/phagocyté par les Ecologistes... Veulent encore leur donner des gages après le débarquement de Batho (gaz de schiste, réduction des vitesses sur route, taxes éco. ...)?? Vite réveil; les Ecologistes ne représentent rien, sont des empêcheurs du vivre heureux, sont des trouble-fête, des rétrogrades...
Réponse de le 15/07/2013 à 13:17 :
et si la vitesse sur les routes diminuent , ben vaut mieux acheter des voitures sans permis , ainsi ils seront encore plus embetés , moins de taxes , impôts , moins de ventes de voitures ,a noter que UMP et PS sont contre les gaz de schistes c'est drôle cette union sur ce sujet , c'est comme les OGM , on n'en veut pas , mais dans les produits carnés qui viennent d'ailleurs car moins cher et revendus ici , on ignore si ces animaux en ont mangés des OGM , donc finalement on sait pas .. c'est dire comment les écolos sont des rigolos , ils vivent des peurs , ils prêche l'accident ultime et quand cette dernière arrive , ils n'ont aucune compassion pour les familles des victimes .
Réponse de le 15/07/2013 à 13:43 :
Un petit coup d'oeil a gasland peut-etre, avant un jugement définitif de votre part ? ;-)
Réponse de le 15/07/2013 à 14:58 :
+1
Réponse de le 15/07/2013 à 15:42 :
Gasland est une farce, un film d'horreur écrit par un cousin du scénariste de l'exorciste et tourné par un frère du marquis de Sade...
Réponse de le 15/07/2013 à 15:44 :
Les écolos, c'est un problème d'égo et de pouvoir... pas une question de réalité objective...
Réponse de le 15/07/2013 à 17:58 :
C'est clairement avec des arguments comme ceux-ci que vous allez contribuer a faire aimer le gaz de chiotte ... On peut reprocher ce qu'on veut a ce documentaire, mais il est tout de même une vue de la réalité que les pétroliers n'aiment pas montrer... Après ca, si vous avez un budget pour acheter de l'eau en bouteille pour vous laver, pas de problème...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :