Les professionnels des renouvelables rappellent leurs desiderata à Bruxelles et Paris

 |   |  908  mots
Les nombreux recours contre les projets retardent le développement de l'éolien en France
Les nombreux recours contre les projets retardent le développement de l'éolien en France (Crédits : Akuo Energy)
Alors que les discussions débutent au Parlement européen sur la nouvelle directive relative aux énergies renouvelables dans le cadre du Clean Energy Package, et à quelques jours de la présentation prévue par le gouvernement du plan climat annoncé par Emmanuel Macron et Nicolas Hulot, le syndicat des énergies renouvelables (SER) liste ses revendications.

Jean-Louis Bal (président du syndicat des énergies renouvelables) n'a pas manqué de commencer son point presse ce jeudi 29 juin en se félicitant à nouveau de l'action menée par l'ancienne ministre de l'Ecologie et de l'Energie Ségolène Royal en faveur de leur développement. Pour autant, force est de reconnaître que la France, avec 15,5% d'énergies renouvelables dans son mix à fin 2016, a décroché de la trajectoire qui doit la mener à 23% en 2020 et 32% en 2030, parallèlement à une progression significative de l'électrification.

Pour revenir sur la bonne voie, le syndicat, qui représente quelque 300 entreprises (dont des groupes tels que EDF EN ou Engie mais aussi des PME) et un chiffre d'affaires de 10 milliards d'euros, propose toute une palette de solutions.

Rehausser l'ambition de la PPE

Comme la loi le prévoit, les objectifs de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui concernent aujourd'hui les périodes 2016-2018 et 2019-2023, vont devoir être précisés pour la période 2023-2028. La direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) a commencé à plancher, et le SER préconise de partir de la fourchette haute indiquée dans la PPE.

Concernant le fonds chaleur (laquelle représente 35 à 40% de la consommation d'énergie finale), aujourd'hui doté de 210 millions d'euros, son doublement a été annoncé à plusieurs reprises, d'abord par Ségolène Royal puis par les équipes de M. Macron. Cette fois, Jean-Louis Bal espère que c'est la bonne. En effet, l'Ademe, qui gère le fonds, a largement assez de projets (réseaux de chaleur, biomasse, solaire thermique, géothermie...) dans ses cartons pour absorber ce doublement en un an. Enfin, le SER réclame que le tarif d'achat fixé pour l'injection de biométhane dans le réseau soit valable pour 20 ans et non 15 comme c'est aujourd'hui le cas.

Concernant l'habitat, favorable au projet annoncé par le candidat Macron de transformer le crédit d'impôt en subvention à l'investissement pour les travaux d'efficacité énergétique, ce qui doit inciter les ménages les plus modestes à sauter le pas, le SER souhaiterait que les énergies renouvelables soient favorisées par rapport à des solutions utilisant les énergies fossiles. Et que soit ré-instaurée une prime à la casse pour remplacer sa vieille chaudière à gaz par une pompe à chaleur.

Simplifier pour raccourcir les délais

Le chapitre « simplification » est particulièrement fourni. Tout en reconnaissant que les choses ont avancé avec le permis environnemental unique, qui limite à la fois les démarches pour obtenir les autorisations de mener à bien un projet éolien ou solaire, et la multiplication des recours, le SER souhaiterait aller plus loin pour mieux armer les porteurs de projets contre les actions en justice, particulièrement nombreuses en France dans l'éolien. S'ils se félicitent que « le dialogue s'ouvre » avec le nouveau ministère des Armées, les acteurs présents lors de ce point presse ont regretté les projets bloqués in extremis sur la base de « directives non écrites et non communiquées, dans une forme d'opacité ».

Car le temps nécessaire au montage d'un projet en France, deux fois plus long pour l'éolien qu'en Allemagne par exemple, entraîne plusieurs conséquences. Economiques d'abord : l'immobilisation dans la durée des ressources nécessaires a un coût et les financiers peuvent être rebutés par la complexité de l'environnement français. Mais aussi technologiques, les équipements (notamment dans l'éolien) choisis à la conception du projet souffrant forcément de la comparaison avec l'état de l'art 10 ans plus tard.

35% de renouvelables à l'échelle européenne en 2030

A l'échelle européenne, Jean-Louis Bal a rappelé les positions françaises sur un certain nombre de points. Tout d'abord, les acteurs français des renouvelables estiment trop peu ambitieux l'objectif de 27% du mix énergétique en 2030, et souhaiteraient que l'exécutif français pousse pour un objectif communautaire contraignant d'au moins 35%. Jean-Louis Bal pointe en effet l'incohérence entre une croissance sur la période 2020-2030 inférieure à celle attendue pour 2010-2020, alors même que les technologies progressent et les prix baissent rapidement.

Les Français sont également opposés aux appels d'offres à neutralité technologique prévus dans le Clean Energy Package. Le principe de sélectionner les projets sur le seul critère du prix du kilowattheure nuirait en effet aux possibilités de développement des moins compétitives, qui ont encore besoin de subventions pour le devenir.

Enfin, Jean-Louis Bal a enfourché l'un des ses chevaux de bataille favoris : celui des biocarburants de première génération. En chœur avec la FNSEA, qui brandit les quelque 30.000 emplois en jeu, le SER dénonce le projet de Bruxelles de ramener de 7% en 2020 à 3,8% en 2030 leur taux d'incorporation dans l'essence et le diesel européens. Il réclame que soit maintenu cet objectif de 7%, sur un total de 15% de renouvelables dans les transports.

La Commission entend ainsi encourager la recherche et les investissements dans une deuxième génération (issue de déchets agricoles, de détritus, de résidus ligneux, etc.) qui ne serait pas en compétition avec l'alimentation et présenterait un meilleur bilan carbone sur la durée de leur cycle de vie. Mais en l'absence de solution aujourd'hui économiquement viable, les promoteurs des biocarburants de première génération entendent bien amortir les investissements (2 milliards d'euros en France) qu'ils ont consentis dans les usines de fabrication.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2017 à 20:02 :
Puisque on a déjà du retard sur les objectifs de 2020, de 23 % d’EnR, autant se concentrer sur ce premier objectif (il me semble que l'on est à 16.5 % ?)
L'autre objectif étant de moins polluer, cela revient à réduire la consommation et l'importation d'hydrocarbures.
Quand aux véhicules électriques, le comble pour un pays aussi nucléarisé, serait de se faire dépasser par des pays concurrents. A croire que l'on aurait intérêt à garder le pétrole ?
On a mis du temps à fermer les centrales charbon et fioul, mais le processus est lancé.

Ce qui est honteux, c'est d'avoir autant de production nucléaire et d'avoir si peu investi dans les technologies électriques. Je ne parle du "grille pain", simple victime de l'effet joule - une sorte d'erreur de la nature, aussi performant en chauffage qu'une bougie pour l’éclairage. Je suis convaincu que l'on a autant investi en promotion du chauffage électrique et donc indirectement dans le gaspillage électrique, qu'en recherche et développement.
On aurait pu développer des leaders mondiaux dans des systèmes plus efficients, climatisations, l'aéraulique et autres PAC (pas l'agricole, l'autre) et voila qu'un simple chauffage par granules bois est devenu largement plus rentable. Passons.

Tenir aussi compte des besoins en termes de sécurité d’approvisionnement électrique au niveau Européen (marché de capacité). Cela a aussi un coût et malgré l'arrivée à maturité des énergies renouvelables, le prix du Kwh devrait logiquement continuer à augmenter.
Au final, en plus ne pouvoir en réduire la consommation, il faut offrir au consommateur la possibilité de produire lui même de l’énergie.
a écrit le 30/06/2017 à 14:39 :
La photosynthèse ayant un rendement inférieur à 4% et les moteurs thermiques un rendement inférieur à 40% c'est scientifiquement absurde, et pour bien d'autres raisons encore, de faire des agrocarburants.

La Commission européenne a donc parfaitement raison de vouloir réduire leur part et tendre vers zéro alors que des technologies bien plus efficientes n'arrêtent pas d'arriver.

L'argument des protéines végétales ne tient pas non plus surtout pour l'élevage. On peut produire des protéines végétales avec des utilisations connexes des végétaux bien meilleures et même plus profitables financièrement parlant que la combustion dans les moteurs thermiques d'encore trop lourds véhicules bloqués une bonne part du temps aux feux rouges et dans les embouteillages.

Il y a suffisamment de travaux universitaires dans le monde et d'évolutions sur ces sujets pour continuer de faire comme si de rien n'était et avoir au moins 20 ans de retards.

@ Bachoubouzouc : les renouvelables font bien baisser le niveau de C02 et plus que le nucléaire (voir études détaillées des universités de Singapour, Stanford etc c'est même sur Wikipedia donc facile à trouver !). Le coup de l'Allemagne c'est le prix du charbon le responsable puisque la demande y a grimpé de 5% entre 2010 et 2012 mais en France c'était une hausse du charbon de + 37% durant le même période, GB + 35% et Espagne + 24% !

@ Truc : pas recyclables l'éolien ou le solaire ? où avez vous vu çà ? C'est recyclable à près des 100% (plus de 97% en moyenne) Voyez PV Cycle, Veolia/Triade électronique, Brio project, Morphosis etc On fait en pratique un meilleur compost après valorisation du biogaz !

@ Gérard71 : des pac comme l'Altherma 3 de Daikin descendent à - 25° et ensuite il y a d'autres solutions complémentaires ou pas donc le gaz (alors que nous sommes dépendants à plus de 50% des énergies fossiles) n'est pas incontournable même dans les régions les plus froides. En Finlande entre autres ils ont des solutions très adéquates par exemple !
a écrit le 30/06/2017 à 12:50 :
La prime à la casse pour remplacer une chaudière gaz par une pompe à chaleur n'est pas une bonne idée. C'est de la discrimination pour ceux pour qui la pompe à chaleur n'est pas une solution applicable: Difficulté d'implantation ou région trop froide
Réponse de le 30/06/2017 à 14:43 :
Pour info : Zubadan jusqu'à - 28°c Voir : https://www.batirama.com/article/14427-ish-2017-08-quels-fluides-pour-les-pompes-a-chaleur.html
a écrit le 30/06/2017 à 12:47 :
Appels d'Offre, biogaz, une fois de plus le SER ne roule que pour les 'gros' (+-200 emplois/entreprises) et se contre-fout des TEP une fois encore.
On avancera pas sur cette problematique si on ne paie pas le vrai prix de notre energie soit le cout de la pollution de l'essence, et les couts caches du nuke.
Qu'on applique ces mesure impopulaires mais indispensables, et les EnR se developperont
a écrit le 30/06/2017 à 2:10 :
Eolien/photovoltaïque non recyclables et matières premières (terres rares) limitées : ces énergies ne sont donc pas pérennes dans le temps contrairement à ce que les lobbys voudraient faire croire. Le "biocarburant" de génération 1 affiche un bilan néfaste : d'un point de vue écologique il est plus intéressant de générer du compost que de faire ce carburant. Au lieu de vouloir rentabiliser ces investissements, il faudrait interdire leur commercialisation et continuer la recherche pour les faire évoluer tant que des solutions pérennes ne sont pas trouvées.
Réponse de le 30/06/2017 à 12:44 :
Vos sources ? Cessez de mentir, les EnR sont toute recyclables et recyclées, en tous ca bien plus que le nuke et le gaz.
Concernant le solaire PV, voire PV-Cycle.
a écrit le 29/06/2017 à 22:24 :
Il ne faudrait pas oublier que baisser les émissions de CO2 est l'objectif final, que les ENR ont été vendues comme un moyen d'y parvenir, mais que depuis les ENR sont comme par magie devenues un objectif final sans qu'elles ne parviennent à faire baisser les émissions de CO2...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :